TLAXCALA تلاكسكالا Τλαξκάλα Тлакскала la red internacional de traductores por la diversidad lingüística le réseau international des traducteurs pour la diversité linguistique the international network of translators for linguistic diversity الشبكة العالمية للمترجمين من اجل التنويع اللغوي das internationale Übersetzernetzwerk für sprachliche Vielfalt a rede internacional de tradutores pela diversidade linguística la rete internazionale di traduttori per la diversità linguistica la xarxa internacional dels traductors per a la diversitat lingüística översättarnas internationella nätverk för språklig mångfald شبکه بین المللی مترجمین خواهان حفظ تنوع گویش το διεθνής δίκτυο των μεταφραστών για τη γλωσσική ποικιλία международная сеть переводчиков языкового разнообразия Aẓeḍḍa n yemsuqqlen i lmend n uṭṭuqqet n yilsawen dilsel çeşitlilik için uluslararası çevirmen ağı

 22/09/2019 Tlaxcala, the international network of translators for linguistic diversity Tlaxcala's Manifesto  
English  
 ACLU 
Author /   ACLU
ACLU
Biographies available: English  Français  Español  Italiano 

 


ACLU

 

Dans les années qui suivirent la Première Guerre mondiale, l'USAmérique était saisie par la crainte que la révolution communiste qui avait eu lieu en Russie ne s'étende aux USA. Comme c'est souvent le cas lorsque la peur l'emporte sur le débat rationnel, les libertés civiles en ont payé le prix. En novembre 1919 et en janvier 1920, dans ce qui est entré dans l’histoire sous le nom de "Palmer Raids", le procureur général Mitchell Palmer a commencé à rassembler et à déporter les soi-disant radicaux. Des milliers de personnes ont été arrêtées sans mandat et sans égard aux protections constitutionnelles contre les perquisitions et saisies illégales. Les personnes arrêtées ont été brutalement traitées et détenues dans des conditions horribles.

Face à ces violations flagrantes des libertés civiles, un petit groupe de personnes a décidé de prendre position et c'est ainsi qu'est née l'American Civil Liberties Union.

L'ACLU et la Déclaration des droits

L'ACLU a évolué au fil des ans, passant de ce petit groupe d'idéalistes à celui de premier défenseur des droits consacrés par la Constitution des USA. Avec plus d’ 1,5 million de membres, près de 300 avocats salariés, des milliers d'avocats bénévoles et des bureaux dans tout le pays, l'ACLU d'aujourd'hui continue de lutter contre les abus du gouvernement et de défendre vigoureusement les libertés individuelles, notamment la liberté d'expression et de religion, le droit des femmes à choisir, le droit à une procédure équitable, le droit des citoyens à la vie privée et beaucoup plus. L'ACLU défend ces droits même lorsque la cause est impopulaire, et parfois lorsque personne d'autre ne le fera. Bien qu'ils ne soient pas toujours d'accord avec nous sur toutes les questions, les USAméricains en sont venus à compter sur l'ACLU pour son dévouement inébranlable aux principes. L'ACLU s'est tellement enracinée dans la société usaméricaine qu'il est difficile d'imaginer une USAmérique sans elle.

L'une des premières batailles de l'ACLU fut le procès Scopes de 1925. Lorsque l'État du Tennessee a adopté une loi interdisant l'enseignement de l'évolution, l'ACLU a recruté John T. Scopes, professeur de biologie, pour contester la loi en enseignant cette matière interdite dans sa classe. Lorsque Scopes a finalement été poursuivi en justice, l'ACLU s'est associée au célèbre avocat Clarence Darrow pour le défendre. Bien que Scopes ait été reconnu coupable (le verdict a par la suite été infirmé en raison d'une erreur dans la détermination de la peine), le procès a fait les manchettes nationales et a contribué à convaincre le public de l'importance de la liberté universitaire.

Après l'attaque japonaise contre Pearl Harbor, le président Franklin Roosevelt a ordonné que toutes les personnes d'origine japonaise, dont la plupart étaient des citoyens usaméricains, soient envoyées dans des "camps de relocalisation de guerre". Finalement, plus de 110 000 USAméricains d'origine japonaise furent envoyés dans ces camps d'internement. L'ACLU, conduite par ses affiliés californiens, a été la seule à dénoncer cette atrocité.

En 1954, l'ACLU s'est jointe à la NAACP pour lutter contre la ségrégation raciale dans les écoles publiques. La décision rendue par la Cour suprême dans l'affaire Brown c. Board of Education, qui a mis fin à l'ère du " séparés mas égaux ", a été une victoire majeure pour la justice raciale.

L'ACLU a également participé aux victoires remportées par la Cour suprême en 1973 dans l'affaire Roe c. Wade et Doe c. Bolton, qui a statué que le droit à la vie privée englobe le droit d'une femme de décider si elle veut interrompre ou poursuivre une grossesse. En 2003, l'ACLU a contribué à persuader la Cour suprême, dans l'affaire Lawrence c. Texas, d'élargir les droits à la vie privée établis dans l'arrêt Roe en invalidant une loi du Texas qui criminalisait l'intimité sexuelle entre couples homosexuels.

L'un des moments les plus marquants de l'histoire de l'ACLU s'est produit en 1978 lorsque l'ACLU a défendu un groupe nazi qui voulait marcher dans la banlieue de Chicago, Skokie, en Illinois, où vivaient de nombreux survivants de la Shoah. L'ACLU a persuadé un tribunal fédéral d'annuler trois ordonnances qui imposaient d'importantes restrictions au droit des nazis de défiler et d'exprimer leurs opinions. La décision d'aller de l'avant avec cette affaire témoigne de l'engagement de l'ACLU envers le principe selon lequel les droits constitutionnels doivent s'appliquer même aux groupes les plus impopulaires si l'on veut qu'ils soient protégés pour tous. Nombreux sont ceux qui considèrent aujourd'hui que c'est l'une des plus belles heures de l'ACLU.

Cet engagement de principe dans les situations difficiles se poursuit aujourd'hui. Depuis les tragiques attentats terroristes du 11 septembre 2001, l'ACLU s'oppose vigoureusement aux politiques qui sacrifient nos libertés fondamentales au nom de la sécurité nationale. Qu'il s'agisse de s'opposer à la Patriot Act, de contester l'espionnage sans mandat ou de contester la détention indéfinie de personnes soupçonnées de terrorisme sans inculpation ni procès, l'ACLU s'engage à rétablir les libertés fondamentales perdues en raison des politiques qui étendent le pouvoir du gouvernement d'envahir la vie privée, emprisonner les gens sans procédure régulière et punir la dissidence.

L'ACLU demeure également un champion des segments de la population qui ont traditionnellement été privés de leurs droits, avec une grande partie de notre travail aujourd'hui axée sur l'égalité pour les personnes de couleur, les femmes, les gays et les transgenres, les détenus, les immigrés et les personnes handicapées.

En 1920, les libertés individuelles énumérées dans la Constitution n'avaient jamais été pleinement mises à l'épreuve devant les tribunaux, ce qui les rendait en grande partie dénuées de sens pour les gens ordinaires. Depuis lors, les principes de liberté individuelle, de protection contre l'action arbitraire du gouvernement, de liberté de religion, de liberté d'expression et de presse, d'application régulière de la loi, de protection égale et de protection de la vie privée ont été codifiés dans nos lois et leurs protections sont largement appliquées. L'avancement des droits civils et de la justice sociale au cours du siècle dernier représente l'un des développements les plus importants de l'histoire usaméricaine, et l'ACLU a joué un rôle essentiel dans ce processus.

Mais le travail de défense de la liberté ne s'arrête jamais, et dans notre société dynamique et passionnée, les luttes difficiles pour les droits et libertés individuels ne sont pas près de disparaître. L'ACLU s'est engagée à lutter pour la liberté et la protection des droits constitutionnels pour les générations à venir.

QUELQUES POINTS SAILLANTS

1920 - Palmer Raids

Au cours de sa première année d'existence, l'ACLU s'est fait le champion des cibles du procureur général A. Mitchell Palmer, y compris les immigrants radicaux sur le plan politique. Nous avons également soutenu le droit des syndicalistes de tenir des réunions et de s'organiser, et nous avons obtenu la libération de centaines de militants emprisonnés pour leurs activités anti-guerre.

1925 - L'affaire Scopes

Lorsque le professeur de biologie John T. Scopes a été accusé d'avoir violé une interdiction du Tennessee sur l'enseignement de l'évolution, l'ACLU était là et a obtenu le célèbre avocat Clarence Darrow pour sa défense.

1942 - Lutte contre l'internement des USAméricains d'origine japonaise

L'ACLU s'est retrouvée presque seule à dénoncer l'internement par le gouvernement fédéral de plus de 110 000 USAméricains d'origine japonaise dans des camps de concentration.

1954 - Brown c. Conseil scolaire

L'ACLU, qui s'est jointe à la NAACP dans la bataille juridique pour l'égalité en matière d'éducation, a célébré une victoire majeure lorsque la Cour suprême a déclaré que les écoles victimes de ségrégation raciale étaient en violation du 14e amendement.

1969 - Protéger la liberté d'expression

Dans l'affaire Tinker c. Des Moines, l'ACLU a remporté une victoire majeure devant la Cour suprême au nom des élèves des écoles publiques suspendus pour avoir porté des brassards noirs en signe de protestation contre la guerre du Vietnam, une victoire majeure du premier amendement.

1973 - Droits en matière de procréation

Après des décennies de lutte, la Cour suprême a statué - dans Roe c. Wade et Doe c. Bolton - que le droit constitutionnel à la vie privée englobe le droit d'une femme de décider si elle doit interrompre ou poursuivre une grossesse. Mais la lutte se poursuit toujours, alors que l'ACLU se bat contre de nouvelles attaques pour éroder le droit des femmes au choix en matière de procréation.

1978 - Prise de position pour la liberté d'expression à Skokie

L'ACLU a pris une position controversée en faveur de la liberté d'expression en défendant un groupe nazi qui voulait marcher dans la banlieue de Skokie, à Chicago, où vivaient de nombreux survivants de l'Holocauste. La notoriété de l'affaire a coûté cher à l'ACLU – des membres sont partis en masse-, mais pour beaucoup d'entre eux, c'était notre heure de gloire, et elle en est venue à représenter notre engagement inébranlable envers les principes.

1981 - Créationnisme en Arkansas

Cinquante-six ans après le procès Scopes, l'ACLU a contesté une loi de l'Arkansas exigeant que l'histoire biblique de la création soit enseignée comme une "alternative scientifique" à la théorie de l'évolution. Une cour fédérale a déclaré inconstitutionnelle la loi, que les fondamentalistes considéraient comme un modèle pour d'autres États. Ce combat se poursuit aujourd'hui alors que nous nous attaquons au mouvement du " dessein intelligent " avec des cas comme notre victoire de 2005 à Douvres, en Pennsylvanie.

1997 - La liberté d'expression sur Internet

Dans l'affaire ACLU c. Reno, la Cour suprême a annulé la Communications Decency Act de 1996, qui censurait l'Internet en interdisant largement les propos "indécents". Depuis, le Congrès a adopté de nombreuses versions de la Child Online Protection Act (COPA), une loi fédérale qui criminaliserait la protection constitutionnelle de la parole sur Internet. Chaque fois, la loi a été contestée par l'ACLU et déclarée inconstitutionnelle.

De 2001 à aujourd'hui - Assurer la sécurité et la liberté de l'USAmérique

Depuis les attentats terroristes du 11 septembre 2001, l'ACLU s'oppose vigoureusement aux politiques qui sacrifient nos libertés fondamentales au nom de la sécurité nationale. Qu'il s'agisse de modifier la Patriot Act ou de contester l'espionnage sans mandat de la NSA, nos militants s'efforcent de rétablir les libertés fondamentales perdues à la suite des politiques de l'administration Bush qui ont élargi le pouvoir du gouvernement d'envahir la vie privée, d'emprisonner les gens sans procédure régulière et de punir la dissidence.

2003 - Égalité de traitement pour les lesbiennes et les gays

Dans l'affaire Lawrence c. Texas, la Cour suprême des USA a accepté l'argument de l'ACLU selon lequel le tribunal avait eu tort lorsqu'il a statué dans l'affaire Bowers c. Hardwick que le droit à la vie privée ne couvrait pas les relations lesbiennes et gays. Il a invalidé une loi du Texas qui faisait de l'intimité homosexuelle un crime, élargissant les droits à la vie privée de tous les USAméricains et faisant la promotion du droit des lesbiennes et des gays à l'égalité.

2003 à 2009 – Dénonciation de la torture

Après une bataille juridique de cinq ans, le procès intenté par l'ACLU en vertu de la Freedom of Information Act a forcé la publication de documents critiques détaillant l'étendue du programme de torture de Bush, y compris des notes juridiques longtemps secrètes justifiant le waterboarding (torture de l’eau) et autres abus et un rapport de l'inspecteur général soulignant les abus de la CIA. L'ACLU est à l'avant-garde de la revendication de la pleine responsabilité de ceux qui ont autorisé ou toléré la torture.

2005 - Garder la religion hors de la classe de sciences

Dans l'affaire Kitzmiller v. Dover Area School District, l'ACLU a représenté un groupe de parents qui ont contesté l'exigence d'un district scolaire public selon laquelle les enseignants devaient présenter ce qu'on appelle un " dessein intelligent " comme une alternative à l'évolution dans les cours de biologie dans les écoles secondaires. Dans une décision qui a retenu l'attention de l'ensemble du pays, un juge de district a statué que le " dessein intelligente " n'était pas de la science et que son enseignement violait la clause d'établissement du premier amendement.

2009 - Protection du droit à la vie privée

Dans l'affaire Safford Unified School District v. Redding, la Cour suprême a statué que les autorités scolaires avaient violé les droits constitutionnels d'une jeune fille de 13 ans de l'Arizona lorsqu'elles l'avaient fouillée à nu sur la base des accusations non corroborées d'un camarade de classe.

Combattre dans les salles d'audience à travers l'USAmérique pour défendre vos droits

  •     Depuis près de 100 ans, l'ACLU a participé à plus de causes devant la Cour suprême que tout autre organisme privé.
  •     Que nous soyons devant la plus haute cour du pays ou dans les palais de justice des États et des tribunaux fédéraux aux USA, l'ACLU gagne beaucoup plus souvent que nous ne perdons.
  •     Pendant neuf décennies, l'ACLU a été au centre d'une série d'affaires judiciaires critiques et historiques.
  •     Notre personnel des communications et de l'éducation du public a recours à une vaste gamme de stratégies pour sensibiliser le grand public aux libertés civiles essentielles auxquelles notre pays est confronté.

POURQUOI NOUS FAISONS CE QUE NOUS FAISONS

L'ACLU est fréquemment invitée à expliquer sa défense de certaines personnes ou de certains groupes, en particulier des entités controversées et impopulaires comme les nazis US, le Ku Klux Klan et la Nation de l'Islam. Nous ne les défendons pas parce que nous sommes d'accord avec eux ; nous défendons plutôt leur droit à la liberté d'expression et de réunion. Historiquement, les personnes dont les opinions sont les plus controversées ou extrêmes sont celles dont les droits sont le plus souvent menacés. Une fois que le gouvernement a le pouvoir de violer les droits d'une personne, il peut utiliser ce pouvoir contre tous. Nous nous efforçons d'enrayer l'érosion des libertés civiles avant qu'il ne soit trop tard.

Comme nous ne pouvons pas nous charger de toutes les causes valables, nous choisissons habituellement les poursuites qui auront le plus d'impact, les causes qui ont le potentiel d'innover et d'établir de nouveaux précédents qui renforceront les libertés usaméricaines.

ET COMMENT NOUS LE FAISONS

Nous sommes passés de cette poignée initiale de défenseurs des libertés civiles à plus d’ 1,5 million de membres. L'ACLU est aujourd'hui le plus grand cabinet d'avocats d'intérêt public du pays, avec un réseau de 50 bureaux affiliés autonomes et dotés de personnel. Nous comparaissons devant la Cour suprême des USA plus que toute autre organisation, à l'exception du département de la Justice. Environ 100 avocats salariés de l'ACLU collaborent avec environ 2 000 avocats bénévoles pour traiter près de 2 000 dossiers par an.

L'ACLU est un organisme sans but lucratif et non partisan. Nous ne recevons aucun financement gouvernemental. Les cotisations des membres, les contributions et les subventions des fondations privées et des particuliers paient pour le travail que nous faisons. L'ACLU, dont le siège social est à New York, plaide dans tout le pays et jusqu'à la Cour suprême. Notre bureau législatif de Washington fait pression sur le Congrès. Nous utilisons les communications stratégiques pour éduquer le public sur les enjeux. Et l'ACLU a élargi sa portée en appliquant les normes internationales en matière de droits de la personne dans notre monde complexe de l'après-11 septembre. Un certain nombre de projets nationaux portent sur des questions spécifiques liées aux libertés civiles : SIDA, peine capitale, droits des lesbiennes et des gays, droits des immigrants, droits des prisonniers, liberté de procréation, droits de vote, droits des femmes et droits au travail.

Si vous croyez que vos libertés civiles ont été violées, ou si vous souhaitez rejoindre l'ACLU, communiquez avec votre section locale de l'ACLU qui figure dans l'annuaire, ou écrivez à l'administration centrale nationale, à l'attention de Département des adhésions. Vous pouvez également contacter et rejoindre l'ACLU sur Internet (www.aclu.org). Des documents d'information, portant chacun sur une question différente relative aux libertés civiles, ainsi que d'autres publications et informations sont disponibles auprès du département des communications du bureau national de l'ACLU à New York.

Bureau national :
Union américaine des libertés civiles
125, Broad Street, 18ème étage
New York, NY 10004-2400
(212) 549-2500
Courriel :
infoaclu@aclu.org

 

 Traduit par Fausto Giudice, Tlaxcala

 





URL: https://www.aclu.org/

URL of this page : http://www.tlaxcala-int.org/biographie.asp?ref_aut=6685&lg_pp=fr


 All Tlaxcala pages are protected under Copyleft.