TLAXCALA تلاكسكالا Τλαξκάλα Тлакскала la red internacional de traductores por la diversidad lingüística le réseau international des traducteurs pour la diversité linguistique the international network of translators for linguistic diversity الشبكة العالمية للمترجمين من اجل التنويع اللغوي das internationale Übersetzernetzwerk für sprachliche Vielfalt a rede internacional de tradutores pela diversidade linguística la rete internazionale di traduttori per la diversità linguistica la xarxa internacional dels traductors per a la diversitat lingüística översättarnas internationella nätverk för språklig mångfald شبکه بین المللی مترجمین خواهان حفظ تنوع گویش το διεθνής δίκτυο των μεταφραστών για τη γλωσσική ποικιλία международная сеть переводчиков языкового разнообразия Aẓeḍḍa n yemsuqqlen i lmend n uṭṭuqqet n yilsawen dilsel çeşitlilik için uluslararası çevirmen ağı la internacia reto de tradukistoj por la lingva diverso

 20/09/2017 Tlaxcala, the international network of translators for linguistic diversity Tlaxcala's Manifesto  
English  
 Carlos Latuff Κάρλος Λατούφ Кариос Латуфф كارلوس لاتوف 
Author /   Carlos Latuff Κάρλος Λατούφ Кариос Латуфф كارلوس لاتوف
Carlos Latuff Κάρλος Λατούφ Кариос Латуфф كارلوس لاتوف
Biographies available: Français  Español  Português  Deutsch  فارسی  English 

 


Carlos Latuff Κάρλος Λατούφ Кариос Латуфф كارلوس لاتوف

 

Carlos Latuff est un dessinateur politique brésilien controversé. Il vit à Rio de Janeiro et travaille en tant qu’illustrateur pour divers syndicats brésiliens. Ses cartoons sont publiés sur de nombreux sites Internet. Il est connu pour son combat antisioniste et pour son activisme pro-palestinien. Carlos Latuff a remporté $ 4.000 et la deuxième place du concours de caricatures sur l’Holocauste organisé par le quotidien iranien Hamshari. Son dessin comparait la barrière de séparation israélienne (le Mur) en Cisjordanie aux camps de concentration nazis.

B. Heine : Comment êtes-vous devenu dessinateur professionnel?

Carlos Latuff : Je dessine depuis que je suis tout petit. J’ai toujours rêvé de devenir un artiste professionnel. Mais ma famille pensait que je n’y arriverais jamais car pour eux, on ne peut devenir un véritable artiste que si on est entouré de personnes influentes qui vous soutiennent. Et comme ma famille était pauvre, sans amis influents, mes chances de réussite étaient minimes.

J’ai grandi en faisant divers jobs qui n’étaient pas liés à l’art. En 1989, j’ai finalement trouvé un job d’illustrateur dans une petite agence de publicité dans le centre ville de Rio de Janeiro.

J’ai travaillé là pendant un an, puis j’ai arrêté pour commencer une carrière en indépendant en tant qu’illustrateur pour divers journaux de syndicats socialistes.

Pour quels journaux, magazines ou site web travaillez-vous?

Je réalise des dessins pour plusieurs journaux de syndicats locaux, ici au Brésil. C’est ma source de rémunération. Mais les gens me connaissent davantage pour mes dessins artistiques bénévoles en soutien à diverses actions socio-politiques.

Je ne demande généralement aucun droit d’auteur pour la reproduction de ces dessins. Ceux-ci sont librement dupliqués dans divers médias et sous diverses formes (journaux, magazines, t-shirts, posters, autocollants…) dans le monde entier.

Qu'est-ce qui, dans le discours politique, vous frappe et vous inspire ?

Choisissez : le capitalisme, l’impérialisme, le terrorisme d’État, la soumission des faibles aux forts, la guerre, les violations des droits de l’homme, les crimes impunis.

Pensez-vous qu’il devrait exister des limites à la liberté d’expression ? Si oui, quelles sont les frontières à ne pas dépasser ?

Je ne dirais pas “limites”, mais je pense qu’il est important pour tous les cartoonistes d’avoir du bon sens. La création d’un cartoon très offensif nécessite de préciser clairement et seulement les personnes visées (par exemple, les fascistes, les bourgeois, les personnes d’extrême-droite, les conservateurs…).

Selon vous, y-a-t-il une seule liberté d'expression, ou en existe-t-il plusieurs  (en fonction des différentes cultures d’un pays à l’autre) ?

La liberté d’expression est une expression qui a été utilisée dans tous les sens, un peu comme le mot « démocratie ». Les gens lui donnent une signification selon leurs propres concepts. Je pense que la liberté d’expression est le droit inconditionnel des gens de dire ce qu’ils veulent, cependant, chacun doit assumer la responsabilité de ses propos.

Que pensez-vous du concours de dessin sur l’holocauste organisé par le quotidien iranien Hamshari en réponse aux caricatures du prophète Mohamed publiées dans divers quotidiens européens ?

Ma participation à ce concours m’a donné la chance de pouvoir réaliser des cartoons se rapportant au « deux poids, deux mesures » partout présent dans le discours occidental (Les pays occidentaux ne se sont pas opposés à la publication des caricatures de Mohamed mais ils se sont indignés dès les premiers dessins sur l’Holocauste). J’ai aussi pu exprimer mes idées sur le nouvel holocauste qui a lieu dans les territoires palestiniens.

Certains de vos dessins ont-ils été censurés? Si oui, pourquoi et dans quelles circonstances?

Oui, quelquefois, principalement sur Internet. Plus d’une fois mes dessins « antisionistes » ont été qualifiés d’ « anti-sémites » et interdits de parution sur diverses pages Web.

Heureusement, cela n’arrive pas si fréquemment que cela et sur Internet, il est toujours facile d’esquiver la censure. Si un de mes cartoons est retiré d’une page Web, je pourrai trouver dix nouvelles pages où le publier.

En cela, le Web est le théâtre d’une guérilla virtuelle stratégique.

Pratiquez-vous l'autocensure? Quels sont les sujets les plus difficiles à représenter ?

Non, je n’ai pas d’autocensure.

Les sujets difficiles sont partout, surtout durant les périodes difficiles, comme celles que nous vivons aujourd’hui.

Dénoncer les crimes israéliens contre les Palestiniens est probablement l’une des tâches les plus difficiles pour un cartooniste, parce que il sera la cible facile de toutes les campagnes de diffamation venant des sionistes.

Mais je pense que la défense des droits palestiniens doit être poursuivie quoi qu’il advienne.

Le label « antisémite » posé constamment par les sionistes n’a pas d’importance car j’ai conscience que d’une manière ou d’une autre mon art peut renforcer la confiance palestinienne et leur donner la force nécessaire pour résister à l’énorme pression israélienne.

Pensez-vous que le dessin est une force politique qui peut faire changer le comportement des gens ?

C’est du moins ce que j’espère.

Pensez-vous que le cartooniste est un artiste ou plutôt un journaliste, ou même les deux ?

Les deux, cela j’en suis sûr. Et je peux même vous en dire plus : Quand un cartooniste est également un activiste, il n’est pas seulement un spectateur des événements qui se déroulent devant lui,  il est un acteur actif de l’Histoire.

Selon vous, son rôle est-il de faire rire ou de faire penser ?

Il est préférable de les faire rire ET penser en même temps. Une satire réussie est l’explosif le plus puissant sur terre.

Quel est pour vous la situation ou le personnage le plus difficile à dessiner?

Voir ma réponse à la question 8.

Propos recueillis par Ben Heine, 4 février 2007

Source : http://www.tlaxcala.es/pp.asp?reference=2002&lg=fr





URL: https://latuffcartoons.wordpress.com/

URL of this page : http://www.tlaxcala-int.org/biographie.asp?ref_aut=507&lg_pp=fr


 All Tlaxcala pages are protected under Copyleft.