TLAXCALA تلاكسكالا Τλαξκάλα Тлакскала la red internacional de traductores por la diversidad lingüística le réseau international des traducteurs pour la diversité linguistique the international network of translators for linguistic diversity الشبكة العالمية للمترجمين من اجل التنويع اللغوي das internationale Übersetzernetzwerk für sprachliche Vielfalt a rede internacional de tradutores pela diversidade linguística la rete internazionale di traduttori per la diversità linguistica la xarxa internacional dels traductors per a la diversitat lingüística översättarnas internationella nätverk för språklig mångfald شبکه بین المللی مترجمین خواهان حفظ تنوع گویش το διεθνής δίκτυο των μεταφραστών για τη γλωσσική ποικιλία международная сеть переводчиков языкового разнообразия Aẓeḍḍa n yemsuqqlen i lmend n uṭṭuqqet n yilsawen dilsel çeşitlilik için uluslararası çevirmen ağı

 30/09/2020 Tlaxcala, the international network of translators for linguistic diversity Tlaxcala's Manifesto  
English  
 EDITORIALS & OP-EDS 
EDITORIALS & OP-EDS / Le Nobel de la Paix à l'Euro
Date of publication at Tlaxcala: 11/12/2012
Original: El Euro, Nobel de la Paz
Translations available: Italiano 

Le Nobel de la Paix à l'Euro

Gorka Larrabeiti

Translated by  Fausto Giudice Фаусто Джудиче فاوستو جيوديشي

 

Hier, Van Rompuy, Barroso et Schulz, respectivement  président du Conseil européen, président de la Commission européenne et président  du Parlement européen, ont reçu au nom de l'Union européenne le Prix Nobel de la paix des mains du Premier ministre norvégien. Curieusement, la Norvège, pays qui a donné le prix ne fait pas partie de l'UE, mais bon. On a aussi été frappé aussi par l'absence de six chefs de gouvernement des 27, dont celle, significative, de David Cameron, Premier ministre britannique.

Le discours commun de Van Rompuy et Barroso était intitulé: "De la paix à la guerre : Une histoire européenne". Van Rompuy y a souligné ce qu'a apporté l'idée d'Europe, qui a mis au point un «art du compromis». Barroso, quant à lui, a fait deux affirmations utiles à recueillir: "[L'UE] est un nouvel ordre juridique, qui est basé non sur l'équilibre des pouvoirs entre les nations, mais sur le libre consentement des États à partager la souveraineté." Et un peu plus loin, parlant de la nécessité d'une Union plus grande, il révèle une clé importante à la compréhension de l'acte: "Aujourd'hui, l'un des symboles les plus visibles de notre union est dans les mains de tout un chacun. C'est l'Euro, la monnaie de notre Union européenne." Eh oui, l'Euro. L'euro et son sauvetage, grand mythe magistralement dévoilé par Escif.

 

Si vous descendez dans la rue et demandez à un citoyen ordinaire combien de devises il y a dans l'UE, il est possible qu'il réponde comme Barroso, président de la Commission: "Une seule : l'euro". Mais nous savons que ce n'est pas le cas. Dans l'UE, nous avons également la livre sterling, le zloty polonais, la couronne suédoise et danoise, le florin hongrois, le leu roumain, le lev bulgare, la couronne tchèque, le lat letton, le lita lituanien, la kuna croate (la Croatie va bientôt devenir le 28ème État membre) et, à l'extérieur de l'UE, le franc suisse, la couronne norvégienne, la couronne islandaise, le dinar macédonien, le lek albanais, le dinar serbe, le mark convertible bosniaque (BAM). C'est la propagande qui insiste sur le caractère unique de l'euro. Et pourquoi donc ?

Bon, d'accord: l'euro n'est pas la monnaie de l'Union européenne, mais seulement l'une d'elles. Mais que fait l'Union européenne? La confusion des institutions en Europe est grande. Je colle ici ce schéma de Fischer parce que parfois, une image vaut mille mots.

 



Enzo Apicella

Après avoir observé le graphique, il n'y a aucune difficulté à admettre que l'Union européenne est plus désunie que jamais. Désunion en politique étrangère, où elle est incapable de parler d'une seule voix sur les massacres en Palestine et sur la guerre en Syrie ou sur l'adhésion de la Turquie, ou sur la paix dans les Balkans. En dépit des assurances que l'institution d'un Service européen des affaires étrangères ferait que l'UE parle d'une seule voix et aurait une diplomatie active, le printemps arabe, la Palestine et la guerre au Congo ne démontrent qu'une seule chose : que l'UE continue à être un excellent producteur et marchand d'armes qui fait des affaires avec la guerre.

Il n'y a pas d'accord sur la taxation financière, ni sur le rôle de la BCE, ni sur ce qu'il faut faire avec la faillite de la Grèce (et le reste des pays, dits les petits cochons). Cette UE apparaît aussi économiquement désunie. Le Nobel de la Paix, qui a suscité tant d'indignation, s'inscrit dans ce cadre. Ce qui est aujourd'hui en crise ce sont les bases premières, la raison d'être de cette Union européenne: "l'économie sociale de marché hautement compétitive" (article 3 du traité de Lisbonne), et l'instrument pour la mener à bien, à savoir l'Euro (article 4). Le Nobel de la paix n'a été rien d'autre qu'un exercice de propagande médiatique pour renforcer la monnaie unique et ce qu'elle représente: la soumission des parlements nationaux souverains à un pouvoir monétaire supranational. Le soutien qu'a reçu hier Mario Monti, de tous les pouvoirs européens est très significatif. Mieux vaut une technocratie qui respecte et soutient les «ajustements structurels» nécessaires, même au prix de la mort de citoyens, qu'un populisme berlusconien qui pourrait menacer la suprématie de l'Allemagne ou même l'euro. Avec l'euro, on nous applique les politiques appliquées par Reagan en son temps. Sans euro, nous menacent-ils, c'est la guerre.

Ce n'est pas une période de paix que l'Europe connaît aujourd'hui, mais une guerre économique qui provoque toujours plus de misère, de faim et de mort. Ce prix est une récompense qui tente d'écarter le présent noir et le zéro futur d'une Union qui n'a rien à voir avec l'esprit européaniste de ceux qui, en 1941, écrivaient dans les prisons fascistes sur la nécessité d'une union politique (et non pas monétaire ni économique) pour éviter une troisième catastrophe sur le vieux continent. Spinelli et Rossi écrivaient :

Pour répondre à nos exigences, la révolution européenne devra être socialiste, c'est à dire qu'elle devra proposer l'émancipation des classes ouvrières et la réalisation, à leur profit, de conditions de vie plus humanisées.

Le principe véritablement fondamental du socialisme (…) est celui selon lequel les forces économiques ne doivent pas avoir le pas sur les hommes mais leur être soumises et être guidées et contrôlées par eux, comme cela se passe pour les forces naturelles, de la façon la plus rationnelle et afin que les grandes masses n'en soient plus les victimes.

 





Courtesy of Tlaxcala
Source: http://www.rebelion.org/noticia.php?id=160630
Publication date of original article: 11/12/2012
URL of this page : http://www.tlaxcala-int.org/article.asp?reference=8745

 

Tags: Union EuropéennePrix Nobel de la PaixEuro
 

 
Print this page
Print this page
Send this page
Send this page


 All Tlaxcala pages are protected under Copyleft.