viagra online

http://www.newmoney.gov/newmoney/image.aspx?id=136


TLAXCALA تلاكسكالا Τλαξκάλα Тлакскала la red internacional de traductores por la diversidad lingüística le réseau international des traducteurs pour la diversité linguistique the international network of translators for linguistic diversity الشبكة العالمية للمترجمين من اجل التنويع اللغوي das internationale Übersetzernetzwerk für sprachliche Vielfalt a rede internacional de tradutores pela diversidade linguística la rete internazionale di traduttori per la diversità linguistica la xarxa internacional dels traductors per a la diversitat lingüística översättarnas internationella nätverk för språklig mångfald شبکه بین المللی مترجمین خواهان حفظ تنوع گویش το διεθνής δίκτυο των μεταφραστών για τη γλωσσική ποικιλία международная сеть переводчиков языкового разнообразия Aẓeḍḍa n yemsuqqlen i lmend n uṭṭuqqet n yilsawen dilsel çeşitlilik için uluslararası çevirmen ağı la internacia reto de tradukistoj por la lingva diverso

 02/08/2014 Tlaxcala, the international network of translators for linguistic diversity Tlaxcala's Manifesto  
English  
 ABYA YALA 
ABYA YALA / COLOMBIE: Défendons la vie ! Arrêtons le rouleau compresseur énergétique et minier !
Date of publication at Tlaxcala: 02/08/2012
Original: COLOMBIA: Defendamos la vida!! Paremos la locomotora minero-energética!!

COLOMBIE: Défendons la vie ! Arrêtons le rouleau compresseur énergétique et minier !

REDHER Red de Hermandad y Solidaridad con Colombia
La Pluma


Translated by  Pascale Cognet
Edited by  Fausto Giudice Фаусто Джудиче فاوستو جيوديشي

 

1ère Journée de Mobilisation Nationale: 1er août 2012

Le peuple colombien ignore les graves implications qu’a pour la vie du pays  l’avenir énergétique et minier tracé par le gouvernement national et les entreprises transnationales  dans  le Plan National de développement.

Le discours officiel et la campagne publicitaire trompent l’opinion publique sur les avantages  économiques et sur l’emploi créé au profit de tous  par cet investissement étranger susceptible de  garantir la conservation des écosystèmes naturels.
 
On a déjà dit cela au cours des 80 dernières années d’exploitation pétrolière et des 30 années d’exploitation  du charbon que nous avons vécues, au profit des capitaux internationaux. Aujourd’hui, la qualité de vie de notre pays est bien en-deçà  de celle de n’importe quel pays  du Nord qui ne possède même pas une  bouteille de pétrole ou une livre de charbon. Plus de la moitié de la population vit dans la pauvreté y compris dans les zones où sévit cette économie de pillage. Le rapport des Nations Unies explique dans une certaine mesure  ce paradoxe : la Colombie est le troisième pays le plus inégalitaire du monde ; du fait de la forte concentration de la richesse, celle qui est entre les mains des grandes entreprises nationales et étrangères qui tirent profit de nos ressources et de notre travail.
 
Qu’ils disent maintenant que pour connaître  ‘ la prospérité’, la Colombie doit être  un pays minier ne modifiera en rien cette condition historique, car on prend les mêmes et on recommence. Envisager l’avenir du pays  dans la logique de l’industrie minière transnationale équivaut à accentuer  les structures de l’iniquité. Les nombreux conflits que nous subissons, nous les communautés urbaines et rurales, prouvent que les impacts de ce rouleau compresseur énergétique et minier sont préjudiciables pour la vie :
1. Territoire et  Culture. Le modèle colonisateur qui caractérise l’intervention du rouleau compresseur énergétique et minier sur les territoires, détruit l’environnement naturel dans lequel les habitants ont survécu et toujours coexisté, modifie les économies traditionnelles, rompt les liens communautaires et entache d’individualisme tous les rapports sociaux et environnementaux caractéristiques des cultures engendrées par les réalités concrètes dans les territoires. En Colombie, nous représentons 102 peuples indigènes et près de 30 peuples menacés d’extinction ; 30 langues, des connaissances millénaires que l’humanité est en train de perdre  sous le poids des ambitions.
 
2. L’eau, les rivières et la biodiversité. Un des impacts directs les plus notables de cette agression absurde sur notre  biodiversité est la fracture des cycles hydriques. L’appropriation et l’utilisation intensive de l’eau dans l’industrie minière à ciel ouvert, dans l’exploitation pétrolière, dans l’expansion de l’agro-industrie énergétique et dans les barrages hydro-électriques, touchent profondément l’équilibre environnemental  et l’accès approprié et salutaire à l’eau.
Beaucoup de gens ont été touchés par les ravages de la désertification et des inondations, comme par la pollution et l’épuisement de l’eau. Le pillage des richesses environnementales restera un facteur d’appauvrissement.
 
3. La sécurité alimentaire. Les mégaprojets miniers et énergétiques concurrencent la production alimentaire pour les « dégâts collatéraux » : Le changement drastique dans  l’appropriation  et l’utilisation de la terre, la privatisation et la dégradation de l’eau et des sols, l’abandon de la vocation agricole des communautés rurales et la substitution du marché naturel et solidaire par celui des aliments artificiels et des profits. Ceux qui sont au pouvoir aujourd’hui ont proposé une solution tronquée: à savoir que toute la production alimentaire reste définitivement entre les mains des entreprises  transnationales qui jouent avec la faim et la soif de la planète, par le biais des Traités de Libre Echange. Donc  augmenter la dépendance alimentaire.
 
4. Le travail digne. L’industrie extractive ne résout pas les besoins en emplois dans le pays, car il s’agit d’une activité qui nécessite beaucoup de machines et est  limitée dans le temps. La main d’œuvre locale est utilisée au cours de la première phase. Le nombre d’emplois n’est pas en adéquation avec les hauts niveaux de production ; et si on le mesure par hectare/année, il fournit moins d’emplois qu’une activité agricole intégrée. Les transnationales minières et pétrolières ne permettent pas l’organisation syndicale des travailleurs, ce qui réduit les exigibilités en matière de droit du travail ; la plus grande partie  du travail se fait sous contrat  par l’intermédiaire des Coopératives de travail associé. Les salaires ne  compensent pas l’impact social et physique que cela crée, et il n’y a pas  non plus de comparaison avec les énormes profits qu’ils génèrent.

 5. La petite industrie minière traditionnelle. Près de 2  millions de personnes qui subsistent grâce à la petite industrie minière depuis de nombreuses décennies sont confrontées à  la persécution du gouvernement. Après s’être vue imposer des contraintes financières, techniques et juridiques difficiles à observer, elle a été  déclarée  illégale et on  a  autorisé sa destruction par la force. L’objectif  est de livrer ces exploitations minières aux transnationales, qui la plupart du temps ont déjà des droits sur les zones minières  traditionnelles actuelles. Le gouvernement favorise l’industrie minière à ciel ouvert, entraînant de façon significative plus  de préjudices sociaux et environnementaux que l’activité minière à petite échelle. La persécution de l’activité minière de subsistance familiale accentue la situation de misère et d’exclusion. 
 
6. La rente de la production minière et énergétique. La Colombie est le pays le moins bien rétribué pour sa production minière et énergétique ; on baisse les impôts pour ces activités – on va même jusqu’à les exonérer - on réduit les royalties, qui ne sont pas conformes aux tarifs internationaux. Les bénéfices de cette activité ne prennent en outre pas en compte  les  dommages environnementaux et sociaux qu’elle  engendre. C’est ce qu’on appelle la fameuse ‘confiance des investisseurs’ qui rétribue le capital étranger au  prix d’une détérioration de la qualité  de vie des Colombiens. Même si l’on fait des campagnes publicitaires intensives, ce qui est certain c’est qu’en termes de fiscalité,  une entreprise transnationale du secteur rapporte relativement moins à la nation qu’une mine de sel. Ces entreprises finissent par récupérer gratuitement les ressources énergétiques et minières qu’elles extraient.
 
7.  La paix et la coexistence. Les territoires où ces projets se développent  réactivent la violence sociale et politique que nous connaissons depuis longtemps. En commençant par le gouvernement  lui-même, qui incrimine et réprime l’activité minière informelle et la protestation sociale des communautés face à l’arrivée du rouleau compresseur énergétique et minier. Après  l’accusation traditionnelle bien connue ‘d’infiltration’, maintenant nous sommes persécutés de la même manière pour être «  contre le développement ».   Les groupes armés illégaux sont utilisés aussi comme instruments de cette politique répressive. De plus, les entreprises utilisent le mensonge et la corruption pour imposer leurs intérêts. Elles organisent des consultations fictives avec les populations ethniques, achètent les autorités et cooptent les dirigeants politiques et sociaux. Elles divisent ainsi les organisations et provoquent des affrontements entre les communautés.
Nous, organisations et communautés qui subissons tous ces conflits dans différentes parties du territoire national, nous avons convenu  de démarrer une campagne conjointe, qui en rendant visible chaque processus de résistance, conduira à faire réagir les consciences et les volontés sur un problème aussi crucial au sujet duquel nous n’avons jamais été suffisamment informés et une politique à laquelle nous n’avons pas participé. Une campagne qui créera des espaces afin que s’expriment de différentes manières les voix critiques face à de telles absurdités qui  asservissent nos souverainetés.
 
Ce n’est pas le pays que nous,  le peuple, recherchons. Ce n’est pas l’avenir que nous méritons. C’est pourquoi nous appelons  à lutter pour la vie. Le rouleau compresseur énergétique et minier va entraîner le pays vers des gouffres encore plus profonds. Arrêtons- le !  Premier  rendez-vous le 1er août. C’est là qu’on se retrouvera !
 

Information sur les mobilisations natianales et internationales

Colombie

Bogotá. Marche Carnaval, 10:00 a.m. Départ au Parc National  et arrivée  avec  concert sur la place Bolívar.
Riohacha, Guajira: Marche Carnaval, 8:30 a.m. Regroupement sur le nouveau marché, Université de La Guajira, Entrée à las Delicias, rencontre vers  Cuatro Vías et marche par l’avenue des  étudiants jusqu’à la calle 13 et arrivée  au parc Padilla.
Valledupar, Cesar. Festival pour la vie, 3:00 p.m. marche au départ de la glorieta de los músicos (La Ceiba) jusqu’à la place Alfonso López.
Bucaramanga, Santander. Marche Carnaval, 2:00 p.m. regroupement dans le parc  del agua y marche jusqu’au palais du gouvernement.
Medellín, Antioquia. Rencontre  universitaire, 8:00 a.m. Université Nationale. 10:00 a.m. Marche depuis  l’Université Nationale jusqu’au bâtiment de l’EPM
Quibdó, Chocó. Marche, 9:00 a.m. Départ et arrivée au parc centenario, par la piste  goudronnée. Journée culturelles à  6:00 p.m. dans le Parc  Manuel Mosquera Garcés.
Caucasia, Antioquia. Regroupement des 6 communes minières du Bajo Cauca. 5:00 p.m. sur le terrain face à l’Idem.  Marche à travers la commune.
Ubaté, Cundinamarca. Caravane, 9:00 a.m.  A partir de la commune d’Ubaté jusqu’à Zipaquirá.
Cajamarca, Tolima. Regroupement, 1:00 p.m. Quartier El Bosque. Marche dans la commune et arrivée au parc  central  avec activités culturelles.  
Marmato, Caldas. 9:00 a.m. Regroupement à la station -service  El Llano et marche jusqu’au siège administratif de Gran Colombia Gold à Marmato.
Neiva, Huila. 10:00 a.m. regroupements des petits mineurs face au palais du gouvernement.
Sogamoso, Boyacá. 9:00 a.m. Marche  depuis le  Parc d’attractions du Nord jusqu’à la Place du  6 septembre.
Armenia, Quindío. Regroupement à l’Assemblée Régionale du Quindío   et marche.
Villavicencio, Meta. 10:00 a.m. Audience publique communautaire  Parc Central. Dans l’après-midi, activités pour les habitants de la plaine et  soirée pour les enfants.
L’Union Syndicale Ouvrière réalisera des rencontres à l’entrée de toutes les usines où elle est présente.
 

Activités Internationales

Canada : http://lacsn.weebly.com/

Sunshine Coast, BC - Community groups - community action in Brookman Park, Davis Bay
Vancouver, BC - Injustice Mining -  written denouncements to mining headquarters, display images of deceased mining opponents outside Goldcorp's office
Calgary, Alberta- Community groups will hold an event outside Latin Expo
Hamilton, Ontario – Will organize a letter writing campaign
Toronto, Ontario - Common Frontiers, Steelworkers along with a dozen local groups will hold a solidarity carnival at Queen’s Park
Montréal, Quebec - Le Projet Accompagnement Solidarité Colombie (PASC) along with CLASSE will be partaking in a conference that will entail discussion of plan Nord
Montréal, Quebec Le Comité pour les droits humains en Amérique latine – (CDHAL) invites to a gathering in downtown Montreal to denounce the human rights and environmental violations of Canada’s mega extractive industry 
Fredericton, New Brunswick (early August) – various anti-shale gas/fracking groups will rally


Autres Pays

Vallenar, Chile - El Consejo de Defensa del Valle del Huasco y la Pastoral de la Salvaguarda de la Creación will hold a candle light vigil in the  Plaza de Armas
Santo Domingo, Dominican Republic – Parade and protest to the Canadian embassy
New York, United States - Mingas-NY, CISPES-NY, Peruanos en Accion. A march for water, communitiesand the sovereignty of nations and to stop Canadian mining multinationals and denounce the FTA between Canada and Colombia
Boulder, Denver, United States – Banner drop: “Mining is poisoning the people”
Twitter : @aplanadoraminer
Facebook : aplanadoraminera
Twitter : @reclamecol
 




Courtesy of Tlaxcala
Source: http://www.es.lapluma.net/index.php?option=com_content&view=article&id=3899:defendamos-la-vida-paremos-la-locomotora-minero-energetica&catid=101:las-comunidades-en-resistencia&Itemid=436
Publication date of original article: 31/07/2012
URL of this page: http://www.tlaxcala-int.org/article.asp?reference=7868

 

Tags: ColombieAbya YalaAmérique LatinePlan de développement nationalIndustrie minièreTransnationalesPillage des ressourcesDéfense du cadre de vie
 

 
Print this page
Print this page
  Send this page
Send this page


 All Tlaxcala pages are protected under Copyleft.