TLAXCALA تلاكسكالا Τλαξκάλα Тлакскала la red internacional de traductores por la diversidad lingüística le réseau international des traducteurs pour la diversité linguistique the international network of translators for linguistic diversity الشبكة العالمية للمترجمين من اجل التنويع اللغوي das internationale Übersetzernetzwerk für sprachliche Vielfalt a rede internacional de tradutores pela diversidade linguística la rete internazionale di traduttori per la diversità linguistica la xarxa internacional dels traductors per a la diversitat lingüística översättarnas internationella nätverk för språklig mångfald شبکه بین المللی مترجمین خواهان حفظ تنوع گویش το διεθνής δίκτυο των μεταφραστών για τη γλωσσική ποικιλία международная сеть переводчиков языкового разнообразия Aẓeḍḍa n yemsuqqlen i lmend n uṭṭuqqet n yilsawen dilsel çeşitlilik için uluslararası çevirmen ağı la internacia reto de tradukistoj por la lingva diverso

 22/08/2017 Tlaxcala, the international network of translators for linguistic diversity Tlaxcala's Manifesto  
English  
 EUROPE 
EUROPE / Quand l’armée allemande cible les enfants
Date of publication at Tlaxcala: 20/06/2011
Original: Kinderprogramm der Bundeswehr

Quand l’armée allemande cible les enfants

German-Foreign-Policy.com

Translated by 
Edited by  Fausto Giudice Фаусто Джудиче فاوستو جيوديشي

 

Berlin/Oberursel - La Bundeswehr a imaginé des activités récréatives pour enfants : découvrir les armes lourdes. Cette année, à l’occasion du « Hessentag » (Journée de la Hesse) d’Oberursel, près de Francfort-sur-le-Main les forces armées allemandes proposent -entre autres- aux jeunes garçons et fillettes de visiter l’habitacle d’un obusier blindé modèle 2000 et de regarder par les hublots. Le PzH 2000 compte parmi les systèmes dernier cri de l’artillerie allemande et il est connu pour son énorme puissance de destruction. La Bundeswehr n’en est pas à son coup d’essai.

Récemment encore on a appris que des enfants, lors d’une journée « portes ouvertes » dans une caserne de chasseurs alpins avaient eu la possibilité de tirer des roquettes sur un village miniature baptisé « Petit Mitrovitsa ». La région serbe kosovare autour de Mitrovitsa avait déjà été durant la Seconde guerre mondiale le théâtre de massacres perpétrés par la Wehrmacht. En 1999 et 2004 des pogromes dirigés contre les Rroms et les Serbes ont eu lieu sous les yeux de la KFOR, au cours desquels des ultranationalistes albanais ont gravement blessé et chassé de chez elles des milliers de personnes et détruit des milliers de maisons. dES pacifistes ont prévu pour le week-end d’énergiques actions de contestation, le « Hessentag » devant se prolonger jusque-là.

Dès sept ans

Selon des témoins oculaires, le « Hessentag » d’Oberursel, près de Francfort-sur-le-Main présente cette année la découverte d’armes lourdes comme une activité pour enfants. Des enfants de moins de dix ans ont ainsi eu la possibilité de visiter un obusier blindé PgH 2000 et de regarder par les hublots. Le PgH 2000, employé notamment en Afghanistan, compte parmi les systèmes dernier cri de l’artillerie allemande et il est connu pour son énorme puissance de destruction. Selon des visiteurs du Hessentag, d’autres engins de guerre lourds sont proposés aux enfants. Une petite fille s’est assise au volant d’un blindé  et a joué avec, paraît-il. On lui a demandé son âge ; elle a répondu : « J’ai sept ans. » 

"Petit-Mitrovitsa"

Ce qui s’est produit au Hessentag n’est de toute évidence pas un cas isolé. Récemment encore on a appris que, lors d’une journée  « portes ouvertes » dans une caserne de chasseurs alpins à Bad Reichenhall (Bavière), on a présenté délibérément des armes de guerre aux enfants. La Bundeswehr reconnaît elle-même que des garçonnets et fillettes avaient eu la possibilité de viser au lance-roquettes la maquette d’un village baptisé « Petit-Mitrovitsa ». Selon le commandant responsable de la troupe de chasseurs alpins, le général de brigade Johann Langenegger, ces « activités » visaient à « établir un contact direct avec la population ». Parallèlement il exprimait ses « regrets » que des « personnes, voire des groupes ethniques puissent se sentir blessés par la dénomination du village miniature »1. Le nom de « Petit-Mitrovitsa » rappelle la localité serbe kosovare de Mitrovitsa, qui avait déjà été par le passé le théâtre de pogromes et crimes de guerre. Durant la Seconde guerre mondiale des unités de la première division de chasseurs alpins de la Wehrmacht y étaient stationnées; sous le prétexte de « combattre les partisans », la troupe, dont faisaient également partie les chasseurs de Bad Reichenhall, a perpétré de nombreux massacres de civils. Après l’entrée en guerre de l’OTAN contre la Yougoslavie, des ultranationalistes albanais ont organisé sous les yeux de la KFOR des pogromes contre les Tsiganes, détruisant quelques milliers de maisons et chassant de chez eux 8000 Roms. En 2004 c’est contre les Serbes qu’on a organisé des pogromes.

Des services exceptionnels

L’inspecteur général de la Bundeswehr, Volker Wieker, a bien déclaré qu’il « demanderait des comptes » 2 aux responsables de la caserne de Bad Reichenhall pour ce qui s’était passé, mais cela n’a visiblement eu aucun effet sur l’organisation du « Hessentag » cette année. Bien au contraire :  l’armée allemande considère cette manifestation comme un  cadre idéal pour  exposer « les tâches qui lui incombent et son aptitude à les remplir dans notre pays et à l’étranger »3. En font partie une « démonstration de paras » de l’unité « Division des Opérations spéciales » (DSO)4 de la Bundeswehr, spécialement chargée en Afghanistan de la lutte contre les insurgés et les partisans.  En outre les forces armées allemandes déclarent dans leur autopromotion se vouer  essentiellement à développer « la coopération civilo-militaire » avec d’autres forces répressives. Ce qui a permis à Volker Bouffier (CDU), Premier Ministre du Land, de décorer non seulement des membres de la Bundeswehr, mais aussi de la police fédérale et du land pour « services exceptionnels rendus », le lundi de Pentecôte dans le cadre d’un « tableau d’honneur »5
 
 
 

«Ne recrutez pas de gens pour aller se faire tuer »

Dès la proclamation de ce « tableau d’honneur » on avait assisté à des manifestations pacifistes ; mais selon des témoins oculaires les manifestants ont été rapidement et brutalement expulsés par  des chasseurs alpins et des policiers. Maintenant plusieurs syndicats de la confédération DGB, l’Association internationale des médecins pour la prévention de la guerre nucléaire, le réseau altermondialiste Attac et le Parti de gauche (Linke) appellent à une nouvelle manifestation. Le slogan en sera «Ne recrutez pas de gens pour aller se faire tuer » et   vise au premier chef les énormes efforts de recrutement en direction des jeunes au Hessentag. Les manifestants demandent de « débarquer la Bundeswehr et d’interdire tout recrutement pour l’armée au Hessentag. »6



1 La Bundeswehr s’excuse :  www.n-tv.de 09.06.2011

2 « Nous n’aurons aucune indulgence » www.welt.de 14.06.2011

3 « Le commandement de Hesse vous accueille sur la « Place de la Bundeswehr » www.hessentag2011.de

4 Programme du Hessentag 2011

5 « Le commandement de Hesse vous accueille sur la « Place de la Bundeswehr » www.hessentag2011.de

6 Non au recrutement pour l’armée au Hessentag - Oui à des perspectives pacifiques pour les jeunes. Lettre ouverte des Jeunes de la DGB de Hesse aux organisateurs/trices du Hessentag 5 /6/2011

 

Reportage du 8/6/2011 de la 2ème chaîne ZDF sur le sujet

 

 

 

 





Courtesy of Tlaxcala
Source: http://www.german-foreign-policy.com/de/fulltext/56791?PHPSESSID=3j8bvo45vgp7qmls6nav6bh730
Publication date of original article: 17/06/2011
URL of this page : http://www.tlaxcala-int.org/article.asp?reference=5135

 

Tags: AllemagneEuropeUnion européenneBundeswehrPropagande de guerreEnfantsMitrovicaCrimes de guerre2ème Guerre mondialeBundeswehrKosovoKFORPogromes
 

 
Print this page
Print this page
Send this page
Send this page


 All Tlaxcala pages are protected under Copyleft.