TLAXCALA تلاكسكالا Τλαξκάλα Тлакскала la red internacional de traductores por la diversidad lingüística le réseau international des traducteurs pour la diversité linguistique the international network of translators for linguistic diversity الشبكة العالمية للمترجمين من اجل التنويع اللغوي das internationale Übersetzernetzwerk für sprachliche Vielfalt a rede internacional de tradutores pela diversidade linguística la rete internazionale di traduttori per la diversità linguistica la xarxa internacional dels traductors per a la diversitat lingüística översättarnas internationella nätverk för språklig mångfald شبکه بین المللی مترجمین خواهان حفظ تنوع گویش το διεθνής δίκτυο των μεταφραστών για τη γλωσσική ποικιλία международная сеть переводчиков языкового разнообразия Aẓeḍḍa n yemsuqqlen i lmend n uṭṭuqqet n yilsawen dilsel çeşitlilik için uluslararası çevirmen ağı la internacia reto de tradukistoj por la lingva diverso

 19/10/2017 Tlaxcala, the international network of translators for linguistic diversity Tlaxcala's Manifesto  
English  
 UMMA 
UMMA / La junte égyptienne sévit contre les grèves
Date of publication at Tlaxcala: 27/02/2011
Original: Egyptian junta clamps down on strikes

La junte égyptienne sévit contre les grèves

Chris Marsden

 

Le régime militaire égyptien a menacé de rendre les grèves illégales tandis que l’agitation sociale suite au renversement du président Hosni Moubarak continue.

À partir du 14 février, une vague de grèves a éclaté en Égypte. Des actions revendicatives ont causé la fermeture d’usines de produits chimiques, pharmaceutiques et textiles, en plus de l’aéroport du Caire. Les cheminots ont installé des traverses sur les rails pour arrêter les trains. Les banques et les bureaux gouvernementaux ont également été fermés. Au point stratégique du canal de Suez, environ 1500 travailleurs ont organisé des manifestations à Ismaïlia, à Suez et à Port-Saïd le 17 février, revendiquant de meilleurs salaires et une assurance médicale. Des techniciens et des administratifs participaaient aux protestations.

L’un des plus importants conflits a impliqué 15 000 ouvriers à l’usine textile  Misr Spinning and Weaving à Al-Mahalla Al-Kubra. La plus importante usine d’Égypte, qui emploie 24 000 personnes dans le delta du Nil, a été le lieu d’une grève et d’une occupation qui ont débuté le 10 février en soutien aux protestations contre Moubarak, aidant à précipiter sa chute un jour plus tard. Le conflit s'est poursuivi le 14 février, avec des revendications d'augmentations de salaire, de la démission du directeur de l’entreprise et de trois autres cadres, puis d'un syndicat libre. Un char a été stationné à l’extérieur de l’usine par l’armée.

L’industrie textile égyptienne emploie 48 pour cent de la main-d’œuvre totale du pays. En plus, 6000 travailleurs ont fait grève à Spinning and Weaving de Damiette.

Vendredi le 18 février, après deux  précédents avertissements, l’armée égyptienne a menacé de déclarer la vague de grèves  illégale. Le Conseil suprême des forces armées « ne tolérera pas la poursuite de ces actes illégaux qui présentent un danger pour la nation, et il y répliquera », a-t-il annoncé.

Certains groupes « organisent des manifestations qui nuisent à la production et créent des conditions économiques graves qui peuvent mener à une détérioration de l’économie du pays », a dit l’armée. « La poursuite de l’instabilité et ses conséquences vont porter atteinte à la sécurité nationale ».
L’ordre interdisant les grèves et l’action revendicative est venu le jour suivant les célébrations auxquelles avaient participé millions de gens, qui marquaient une semaine après la chute de Moubarak. Walid Abdel-Sattar, un cadre de l’industrie de l’énergie a commenté : « Bien que cette déclaration aurait dû être faite beaucoup plus tôt, je crois que l’armée a simplement permis au peuple de faire entendre ses revendications et de profiter de l’esprit de liberté ».

La junte n’a jamais voulu offrir de véritable « liberté ».

En réponse à la menace, le Centre des services pour les syndicats et les travailleurs a rapporté ce jour-là que les ouvriers de Misr Spinning occupaient l'usine pour la quatrième journée et avaient « refusé de mettre fin à leur protestation jusqu’à ce que leur revendication principale soit satisfaite, à savoir l’expulsion du directeur de l'entreprise ».

Dimanche, la grève de Misr a pris fin. Faisal Naousha, un des dirigeants de la grève, a dit à l’AFP : « nous avons mis fin à la grève, l’usine est en marche. Nos exigences ont été satisfaites », y compris une augmentation salariale de 25 pour cent et le renvoi d’un cadre impliqué dans la corruption.

Les banques ont aussi été ouvertes dimanche. La Banque centrale d'Égypte avait fermé toutes les banques le 14 février après des grèves et des occupations de succursales et de bureaux le jour précédent. Selon Ahram Online, les employés continuaient à « montrer clairement qu’ils n’avaient pas renoncé à leurs demandes ». Les employés des banques « contestent le système de comité de directeurs et les grandes inégalités dans les salaires… Il avait été demandé aux protestataires de nommer des comités de 10 à 20 membres pour communiquer leurs demandes à la Banque centrale d'Égypte. Les réunions de comités devraient débuter lundi. Les employés de la Banque Misr, la deuxième plus grande banque égyptienne, ont déjà nommé leurs négociateurs, refusant les demandes de la Banque centrale de nommer des gérants de l’administration pour les représenter. »

Toujours dimanche, des journalistes travaillant pour des magazines et des journaux d’État ont protesté devant l’Agence des journalistes pour demander à la junte militaire de remplacer les rédacteurs en chef et ceux qui gèrent le travail d’édition. Les journalistes les accusent de corruption et d’hypocrisie. La police militaire a encerclé le bureau d’Ousama Saraya, le rédacteur en chef du quotidien Al-Ahram, afin de le protéger contre les manifestations attendues.

En plus de la répression directe de la classe ouvrière, le régime militaire travaille fort à la cooptation des « mouvements d’opposition » bourgeois et petit-bourgeois dans le but de donner du crédit à ses prétentions de préparer une transition vers un régime démocratique et civil.


Le trait le plus accablant de ceux qui rivalisent pour remplacer le régime militaire est leur engouement à discuter avec la junte militaire, même si celle-ci menace d'une répression massive de la classe ouvrière. Presque aussi condamnable est le statut privilégié du chef de la Ligue arabe, Amr Moussa, au poste de candidat à la présidence.

Moussa est un proche allié de Moubarak et ceux qui lui ont succédé, le vice-président Omar Souleimane et le commandant en chef des forces armées, Mohammed Hussein Tantaoui. Pendant le soulèvement, Moussa a été présenté comme un opposant afin de pouvoir pousser les manifestants à permettre à Moubarak de demeurer à la tête de sa dictature vieille de trente ans, jusqu’à la fin officielle de son mandat au pouvoir. Même maintenant, Moussa a dit de Moubarak, dans le journal espagnol El Pais : « Pour l’instant, il est à la retraite, nous devons le traiter comme un ex-président, avec tout le respect qu’il mérite. »

Dans la même entrevue, il a donné son aval à l’armée et à la prétention de celle-ci d'assurer la transition vers un régime démocratique et a soutenu ses efforts pour démobiliser l’opposition. « Le Conseil suprême a pris de grandes mesures, comme des réformes constitutionnelles, la dissolution du parlement et des appels au public pour un retour au travail et le rétablissement du calme », a-t-il dit.

Les Frères musulmans sont aussi en discussions avec le régime et ont l’intention de former un parti nommé Liberté et Justice. Ils ne vont pas présenter de candidat pour la présidence cette année et vont seulement entrer dans la course pour moins du quart des sièges au prochain parlement, afin de montrer leur loyauté envrs les dirigeants militaires égyptiens.

Samedi, les tribunaux ont approuvé un nouveau parti, le Parti Al-Wasat (Parti du centre), dirigé par d’anciens membres des Frères musulmans, Aboul Ela Mady et Essam Sultan.

D'autres partis en construction sont directement mis de l'avant et financés par des intérêts commerciaux et des représentants de l'ancien régime.

Wael Ghonim, un cadre de Google qui a été l'un de ceux qui ont appelé aux toutes premières manifestations, négocie présentement avec des affiliés du Parti national démocrate de Moubarak (PND), y compris l'ancien président du PND Hossam Badrawy, dans le but de former un nouveau parti politique.

Abdel Moneim Imam dirige un groupe qui appuie l'ancien directeur de l'Agence internationale de l'énergie atomique, Mohamed ElBaradei, et est en négociations avec Naguib Sawiris, le président d'Orascom Telecom Holding SAE, à propos de la formation d'un parti.

Ces manœuvres prennent place au moment même où le Conseil suprême des forces armées déclare que « Les conditions politiques instables empêchent toute nouvelle constitution. »

Les puissances impérialistes jouent toutes leur rôle pour essayer de maintenir la junte au pouvoir.
Durant les derniers jours, Moussa a discuté intensivement avec le sous-secrétaire d'État usaméricain chargé des Affaires politiques, William Burns, et le conseiller à la Maison-Blanche, David Lipton, au cours du sommet de la Ligue arabe au Caire. Burns en a profité pour offrir un cadeau de 150 millions de dollars au gouvernement égyptien afin de « soutenir la transition qui se met en place ».

« Je viens d'avoir une longue et très intéressante conversation avec le secrétaire général Amr Moussa sur les développements en Égypte et à travers la région. Comme d'habitude, j'en ai appris beaucoup », a-t-il dit aux médias.

La haute représentante de l'Union européenne pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, Catherine Ashton, a offert une plus grosse somme d'aide financière au régime, expliquant à des journalistes au Caire : « Nous discutons déjà de la possibilité d'accorder un milliard de dollars de soutien supplémentaire par le biais de nos programmes de financement. » Elle a rassuré la junte qu'aucune condition quant aux droits démocratiques n'allait être liée à cette aide . « Soyons clairs », a-t-elle affirmé, « c'est à l'Égypte de déterminer son avenir. »

Malgré ce soutien financier, la junte est devant une situation explosive, alimentée par l'impact du mouvement de masse en Libye contre le régime de Kadhafi et ailleurs au Moyen-Orient.

Au Caire et dans la deuxième plus importante ville d'Égypte, Alexandrie, des manifestations contre Kadhafi ont eu lieu devant les ambassades d'Algérie et de Bahreïn. On pouvait lire sur une pancarte : « Mission : Libérer les pays arabes – Quand : Maintenant ».

La foule scandait : « Les gens veulent l’unité des pays arabes contre les régimes militaires. »

Plusieurs convois égyptiens d'aide médicale ont été organisés vers la Libye. Un ressortissant libyen, Abdoul, qui était impliqué dans le mouvement contre Moubarak, a raconté à l'émission The World Today du réseau ABC : « J'ai parlé à un médecin là-bas, hier ou avant-hier, et ils manquent de fil pour faire les points de suture... Il y a des milliers et des milliers de blessés et ils n'ont même pas de place pour les recevoir. »

La junte surveille et cherche à contrôler ces actes de solidarité et les relations politiques qui se développent entre les protestataires en Égypte et au Caire. L'armée a affirmé qu'elle renforçait présentement sa présence à la frontière avec la Libye, mais qu'elle allait permettre aux malades et aux blessés d'entrer par le point de passage de Saloumpour être soignés dans deux hôpitaux de campagne.





Courtesy of World Soocialist Web Site
Source: http://www.wsws.org/articles/2011/feb2011/egyp-f23.shtml
Publication date of original article: 23/02/2011
URL of this page : http://www.tlaxcala-int.org/article.asp?reference=4041

 

Tags: ÉgypteClasse ouvrièreGrèvesLutte des classesRépression
 

 
Print this page
Print this page
Send this page
Send this page


 All Tlaxcala pages are protected under Copyleft.