TLAXCALA تلاكسكالا Τλαξκάλα Тлакскала la red internacional de traductores por la diversidad lingüística le réseau international des traducteurs pour la diversité linguistique the international network of translators for linguistic diversity الشبكة العالمية للمترجمين من اجل التنويع اللغوي das internationale Übersetzernetzwerk für sprachliche Vielfalt a rede internacional de tradutores pela diversidade linguística la rete internazionale di traduttori per la diversità linguistica la xarxa internacional dels traductors per a la diversitat lingüística översättarnas internationella nätverk för språklig mångfald شبکه بین المللی مترجمین خواهان حفظ تنوع گویش το διεθνής δίκτυο των μεταφραστών για τη γλωσσική ποικιλία международная сеть переводчиков языкового разнообразия Aẓeḍḍa n yemsuqqlen i lmend n uṭṭuqqet n yilsawen dilsel çeşitlilik için uluslararası çevirmen ağı

 11/04/2021 Tlaxcala, the international network of translators for linguistic diversity Tlaxcala's Manifesto  
English  
 UNIVERSAL ISSUES 
UNIVERSAL ISSUES / Walter et les Tutsis
Date of publication at Tlaxcala: 30/03/2021
Original: Walter y los Tutsis
Translations available: English 

Walter et les Tutsis

Luis Casado

Translated by  Fausto Giudice Фаусто Джудиче فاوستو جيوديشي

 

L'hypocrisie en matière de droits de l'homme réclame une Coupe du monde. Les candidats au podium sont légion, de préférence parmi ceux qui s’autodésignent comme démocrates et progressistes. Une diatribe de Luis Casado.

http://tlaxcala-int.org/upload/gal_24545.jpg

Je ne peux pas vous dire ni qui ni comment était Walter, car cela nécessiterait deux ou trois livres. Walter m'a sauvé d'un boulot de merde en 1986, et dans une manœuvre du genre « mercato du ballon rond », il a réussi à me sortir de la multinationale dans laquelle je m'ennuyais pour m'ouvrir les portes d'une activité bouillonnante, incessante, planétaire, créative, divertissante, raisonnablement bien payée et dans laquelle on s'et bien fendu la poire. Ensemble, ou séparément mais toujours en contact, nous avons fait plusieurs fois le tour du monde.

Belge, de la variante flamande, né dans la ville de Mechelen que nous, francophones, appelons Malines (allez savoir pourquoi Den Haag s'appelle La Haya en espagnol), Walter avait eu un père « collaborateur », ce qui à l'époque voulait dire qu'il avait été un homme de main de l'occupation nazie, une horreur que Walter a condamnée toute sa vie avec une attitude permanente d'une énorme qualité humaine.

Walter était l’optimisme fait homme. Toujours souriant et sur le point d'éclater de rire, il semblait à chaque instant finaliser le début d'un long voyage, une synthèse belge - en une seule personne - de Fernão de Magalhães (« Magellan ») et de Juan Sebastián Elcano, son successeur basque. Plus d'une fois, il m'a appelé pour me demander si j'avais quelques minutes à perdre et, quelques heures plus tard, j'étais à bord d'un vol intercontinental qui allait nous permettre de boire une caiperinha à Recife, un vin rouge français à Singapour ou à Bangkok, ou un vin blanc sec à Ayers Rock, un endroit qui se trouve, comme le disent les Australiens eux-mêmes, in the middle of nowhere (au milieu de nulle part). Mais vous savez, le boulot c'est le boulot et je suis un émule à la distance et dans le temps du célèbre Alexeï Stakhanov.

Divorcé, comme tout homme qui se respecte, Walter manquait d'une ancre, d'un hub comme disent les connards globe-trotters, d'une racine capable de lui offrir un foyer et le nécessaire repos du guerrier lorsqu'il revenait de ses pérégrinations sans fin autour de la planète. C’est alors qu’il a rencontré Catherine et l'a épousée. Catherine est une belle Rwandaise, Tutsi pour ne rien te cacher, porteuse des caractéristiques innées de son ethnie : finesse, élégance, beauté, prestance et distinction. C'est à ce moment-là que tout est parti en couilles…

On était dans les années 1990, lorsque nous avons appris qu'un terrible drame se déroulait au Rwanda. Ce drame peut se résumer ainsi : un génocide - c'est-à-dire à l'extermination - de la population tutsie par le gouvernement hutu hégémonique. Entre le 7 avril et le 15 juillet 1994, ils ont tué environ 70 % des Tutsis, principalement à coups de machettes, mais pas seulement. Selon les chiffres disponibles, on estime qu'environ 700 000 Tutsis, hommes, femmes et enfants, ont été tués.

Curieusement,  l'armée française était présente au Rwanda, sous couvert d'une mission humanitaire.

Comme vous pouvez l'imaginer, il a été difficile de reconstruire le Rwanda, et encore plus la coexistence des Hutus et des Tutsis, les deux principaux groupes ethniques, afin de préserver le pays et son intégrité territoriale. Walter a participé à la modernisation du système de transport public de Kigali, et il s’est lancé dans des investissements hasardeux destinés à la promotion de la production agricole.

Dans le même temps, Walter m'a sévèrement réprimandé, accusant les Français d'être responsables de ce qui s'était passé. Votre serviteur, un homme de culture bigarrée, peut assumer tout ce que vous voulez, des massacres de la Guerre de Pacification de l'Araucanie aux horreurs de la Commune de Paris et à la torture industrielle perpétrée par l'armée française pendant la bataille d'Alger, mais, franchement, je n’ai eu aucune part dans le génocide rwandais, je ne suis jamais allé à Kigali, et à part Catherine, je  ne connaissais aucun citoyen de ce si beau pays.

Ce matin, j'écoutais la radio, France Info pour être précis, une radio du secteur public, qui a consacré un long reportage à un rapport demandé par le gouvernement français sur ce qui s'est passé au Rwanda en 1994.

Un groupe de spécialistes - dirigé par l'historien Vincent Duclert, maître de conférences à l'École nationale d'administration - a analysé toutes les données disponibles, y compris les archives diplomatiques, militaires et de renseignement, et a conclu que la France était coresponsable du génocide. Très précisément ceux qui ont donné des ordres et pris des décisions qui se sont révélées criminelles : François Mitterrand, le président, et Hubert Védrine, son ministre des Affaires étrangères*.

Duclert lui-même a déclaré hier : « L'échec de la politique française au Rwanda a effectivement contribué à créer les conditions du génocide ».

Guillaume Ancel, lieutenant-colonel de l'armée française, qui se trouvait à l'époque au Rwanda dans le cadre de la « mission humanitaire » et a été témoin des massacres, a déclaré en direct : « Nous, militaires, sommes aussi responsables, car nous ne pouvons pas nous cacher derrière l'argument selon lequel nous avons obéi aux ordres ». L'armée française a notamment armé les Hutus, leur a fourni les armes dont ils avaient besoin pour commettre le génocide, les a protégés et a laissé les Tutsis sans défense.

Je dois déclarer, messieurs les jurés, que j'ai personnellement connu François Mitterrand, qui nous a reçus quelques fois à l'Elysée, et qu'Hubert Védrine est à mes yeux le seul ministre français des Affaires étrangères du dernier quart de siècle qui ait fait preuve d’un brin d'intelligence. Personne ne prétend que l'un ou l'autre voulait perpétrer un génocide. L'officier susmentionné ne le prétend pas non plus, mais il souligne la responsabilité inéluctable de ceux qui ont imposé leur volonté et pris les décisions politiques. A César ce qui appartient à César, et à Dieu ce qui appartient à Dieu.

Walter n'est plus de ce monde pour le savoir, ni pour que moi, m'appuyant sur la solide amitié franco-belge que nous avons construite, je puisse présenter mes excuses à la chilienne : « Pardonnez la mort de l'enfant, c'était une erreur, je ne savais pas, les coupables seront punis dans la mesure du possible, il suffit d'attendre encore 40 ans... ». Walter est mort dans un taxi picaresque à Jakarta, capitale de l'Indonésie, dévoré par un cancer de la gorge qui ne lui a pas permis de terminer le dernier voyage de sa vie, celui qui devait le conduire à l'hôpital.

Là où il se trouve, il a échappé à la deuxième info du jour : « La France proteste vivement contre les conditions d'emprisonnement d'Alexeï Navalny », un escroc néo-nazi condamné pour divers trafics et autres crimes, mais recruté par les services de renseignement occidentaux en tant qu’« opposant » au régime russe.

« Au nom des droits de l'homme », donc, « la France élève sa voix indignée », et appelle Vladimir Poutine de noms d’oiseaux.

Si vous ne saviez pas ce que signifie la phrase bien connue « Il y a des coups de pied au cul qui se perdent », maintenant vous le savez.

NdT

*Au moment du génocide au Rwanda, Védrine était Secrétaire Général de l'Élysée. Il a été ministre des Affaires étrangères de 1997 à 2002.

http://tlaxcala-int.org/upload/gal_24546.jpg

http://tlaxcala-int.org/upload/gal_21691.jpg





Courtesy of Tlaxcala
Source: https://cutt.ly/Mx76C4e
Publication date of original article: 28/03/2021
URL of this page : http://www.tlaxcala-int.org/article.asp?reference=31202

 

Tags: Génocide des TutsisDouce FranceCrimes contre l'humanité
 

 
Print this page
Print this page
Send this page
Send this page


 All Tlaxcala pages are protected under Copyleft.