TLAXCALA تلاكسكالا Τλαξκάλα Тлакскала la red internacional de traductores por la diversidad lingüística le réseau international des traducteurs pour la diversité linguistique the international network of translators for linguistic diversity الشبكة العالمية للمترجمين من اجل التنويع اللغوي das internationale Übersetzernetzwerk für sprachliche Vielfalt a rede internacional de tradutores pela diversidade linguística la rete internazionale di traduttori per la diversità linguistica la xarxa internacional dels traductors per a la diversitat lingüística översättarnas internationella nätverk för språklig mångfald شبکه بین المللی مترجمین خواهان حفظ تنوع گویش το διεθνής δίκτυο των μεταφραστών για τη γλωσσική ποικιλία международная сеть переводчиков языкового разнообразия Aẓeḍḍa n yemsuqqlen i lmend n uṭṭuqqet n yilsawen dilsel çeşitlilik için uluslararası çevirmen ağı

 11/04/2021 Tlaxcala, the international network of translators for linguistic diversity Tlaxcala's Manifesto  
English  
 EUROPE 
EUROPE / Ce que l'arrêt de la Cour suprême britannique sur Shamima Begum signifie pour les minorités ethniques en Grande-Bretagne
Date of publication at Tlaxcala: 15/03/2021
Original: What the UK Supreme Court's ruling on Shamima Begum means for ethnic minorities in Britain

Ce que l'arrêt de la Cour suprême britannique sur Shamima Begum signifie pour les minorités ethniques en Grande-Bretagne

Aniqah Choudhri আনিকা চৌধুরী

Translated by  Fausto Giudice Фаусто Джудиче فاوستو جيوديشي

 

Ce n'est plus seulement le gouvernement qui a sapé la certitude de notre citoyenneté, mais aussi le système judiciaire, écrit Aniqah Choudhri.

 

La Cour suprême a rejeté la demande de retour au Royaume-Uni de Shamima, ici sur une photo de 2020

La Cour suprême a récemment décidé à l'unanimité que Shamima Begum ne pourra pas retourner au Royaume-Uni pour défendre sa citoyenneté devant la justice.

Elle reste donc bloquée dans un camp de détention en Syrie, où elle se trouve depuis des années et où elle a perdu son plus jeune enfant. Le cas de Shamima Begum est controversé. À seulement 15 ans, elle a été travaillée et exploitée en ligne par l'État islamique (EI), puis mariée à un étranger. Elle a ensuite passé les années suivantes dans une horrible zone de guerre, où elle a perdu trois de ses enfants.

Malgré cela, elle a souvent été traitée comme un monstre, plutôt que comme une enfant qui a été travaillée en ligne par une organisation terroriste sophistiquée. Mais l'histoire de Shamima va au-delà des circonstances de son seul cas et constitue un avertissement sinistre pour toutes les minorités ethniques de Grande-Bretagne.

J'ai écrit l'année dernière sur la façon dont cette affaire a rendu notre citoyenneté conditionnelle. L’argument pour déchoir Begum de sa citoyenneté - un acte extrême qui va à l'encontre du droit international - était qu'elle avait droit à la citoyenneté au Bangladesh. Mais elle est née au Royaume-Uni et n'a jamais mis les pieds au Bangladesh.

Le Royaume-Uni estime que le Bangladesh devrait simplement accepter les personnes dont il ne veut pas s'occuper lui-même, ce qui est déjà problématique. Mais ce qui est encore plus problématique, c'est l'implication que les minorités ethniques n'ont pas un droit à la citoyenneté aussi fort que les Britanniques blancs.

Peu importe que vous soyez né·e ici, peu importe que vos parents soient nés ici. Si vous avez une origine ethnique provenant d’un autre pays, votre droit à la citoyenneté peut être remis en question.

Un an plus tard, la situation est encore pire. Les antécédents inquiétants du premier ministre et du cabinet à l'égard des minorités ethniques sont largement connus, tout comme les lois qu'ils ont fréquemment rejetées.

Jusqu'à présent, cependant, le système judiciaire a fourni une précieuse source d'espoir, en s'efforçant de garder le gouvernement sous contrôle. En juillet, la cour d'appel a décidé que Shamima Begum devait être autorisée à entrer au Royaume-Uni pour contester la révocation de sa citoyenneté. Mais la Cour suprême a maintenant annulé cette décision.

La plus haute juridiction du Royaume-Uni a effectivement soutenu la décision initiale de Sajid Javid de déchoir Shamima Begum de sa citoyenneté en lui interdisant de revenir au pays pour la contester. Ainsi, ce n'est pas seulement le gouvernement qui a sapé la certitude de notre citoyenneté, mais aussi le système judiciaire.

L'association de défense des humains Liberty souligne le dangereux précédent que cela crée. L'avocate Rosie Brighouse déclare : « Le droit à un procès équitable n'est pas quelque chose que les gouvernements démocratiques devraient retirer sur un coup de tête, pas plus que la citoyenneté britannique d'une personne. »

Retirer la citoyenneté d'un·e Britannique devient plus courant que vous ne le réalisez peut-être. En 2019, The Independent a publié un article sur l'augmentation choquante des privations de citoyenneté - en hausse de 600% en seulement un an.

Nous avons ensuite assisté au scandale du Windrush, supervisé par Amber Rudd, alors ministre de l'Intérieur, où d'anciens citoyens du Commonwealth ont été détenus et expulsés du Royaume-Uni. La douleur et la dévastation causées aux Britanniques noirs, dont certains ont été expulsés de leur pays après près de 50 ans, et d'autres ont dû prouver à un système d'immigration hostile qu'ils étaient vraiment britanniques, sont impardonnables.

Le gouvernement conservateur actuel comprend des personnes comme Sajid Javid et Priti Patel, qui ont un passé sinistre et extrême de ciblage des minorités ethniques sur la citoyenneté et le droit de vivre au Royaume-Uni.

À Noël 2020, le ministère de l'Intérieur n'a toujours pas interrompu ses efforts pour expulser les résidents noirs du pays, et ce n'est que grâce à des actions en justice que tous les Jamaïcains n'ont pas pris l'avion et ont été envoyés à plus de 6 000 km d’ici. Beaucoup étaient arrivés au Royaume-Uni alors qu'ils étaient enfants. Certains ont été transférés de prison et d'autres avaient été réhabilités pendant des années et ont été enlevés à leur famille.

Le message qui se cache derrière tout cela, à savoir que si vous appartenez à une minorité ethnique et êtes un bon membre de la société, vous serez en sécurité, mais que si vous êtes un « criminel », vous serez expulsé, est sinistre. Elle ne tient pas compte du fait que Begum a été endoctrinée dès son enfance, que beaucoup des 50 Jamaïcains ont déjà été réhabilités, que notre système policier et judiciaire actuel est plus susceptible d'être biaisé à l'encontre des Noirs et des Asiatiques que de leurs homologues blancs.

Cela conditionne notre citoyenneté, et celle de toutes les minorités ethniques conditionnelle à notre comportement, d'une manière à laquelle les citoyens blancs ne sont pas confrontés. Aujourd'hui encore, une émission de radio britannique a posé la question incroyable de savoir si Harry et Meghan devaient perdre leur citoyenneté. L'idée que quiconque fait quelque chose qui n'est même pas illégal, mais une action qui ne correspond pas aux vues de l'establishment, peut être confronté à l'expulsion, se normalise d’une manière effroyablement rapide.

http://tlaxcala-int.org/upload/gal_21691.jpg





Courtesy of Tlaxcala
Source: https://english.alaraby.co.uk/english/Comment/2021/3/8/A-grim-warning-for-every-ethnic-minority-in-Britain
Publication date of original article: 08/03/2021
URL of this page : http://www.tlaxcala-int.org/article.asp?reference=31053

 

Tags: Shamima BegumFemmes de DaeshRetrait de citoyennetéMinorités ethniquesPerfide AlbionRoyaume-Uni
 

 
Print this page
Print this page
Send this page
Send this page


 All Tlaxcala pages are protected under Copyleft.