TLAXCALA تلاكسكالا Τλαξκάλα Тлакскала la red internacional de traductores por la diversidad lingüística le réseau international des traducteurs pour la diversité linguistique the international network of translators for linguistic diversity الشبكة العالمية للمترجمين من اجل التنويع اللغوي das internationale Übersetzernetzwerk für sprachliche Vielfalt a rede internacional de tradutores pela diversidade linguística la rete internazionale di traduttori per la diversità linguistica la xarxa internacional dels traductors per a la diversitat lingüística översättarnas internationella nätverk för språklig mångfald شبکه بین المللی مترجمین خواهان حفظ تنوع گویش το διεθνής δίκτυο των μεταφραστών για τη γλωσσική ποικιλία международная сеть переводчиков языкового разнообразия Aẓeḍḍa n yemsuqqlen i lmend n uṭṭuqqet n yilsawen dilsel çeşitlilik için uluslararası çevirmen ağı

 11/04/2021 Tlaxcala, the international network of translators for linguistic diversity Tlaxcala's Manifesto  
English  
 AFRICA 
AFRICA / Les vergers de manguiers de Zamra, Tigré
Date of publication at Tlaxcala: 12/03/2021
Original: The mango orchards of Zamra, Tigray
Translations available: Español  Italiano 

Les vergers de manguiers de Zamra, Tigré

Alex de Waal

Translated by  Fausto Giudice Фаусто Джудиче فاوستو جيوديشي

 

Il y a quelques jours, les troupes érythréennes et éthiopiennes ont coupé les vergers de manguiers d'Adeba et de Tseada sur la rivière Zamra, dans le centre-sud du Tigré. Ce n'est pas un massacre, un viol collectif ou une torture. Mais l'abattage de ces arbres fruitiers est une preuve des objectifs de guerre des dirigeants d’Asmara et d’Addis-Abeba.

 

Voici ce qu'a déclaré mon ami et collègue Mulugeta Gebrehiwot lors d'un appel téléphonique passé depuis les environs le 1er mars :

  «   ... ils sont venus avec cinq divisions érythréennes et deux divisions éthiopiennes et ont commencé une campagne dans la partie sud du Tigré, dans la région de Samre. Les forces du Tigré se trouvaient à l'extrême sud. Ils ont détruit la ville de Samre. Ils ont pris des camions Sino, ils ont chargé le grain du paysan et [indistinct]... il est même difficile de l'expliquer avec des mots, le niveau de destruction.

 Il y a une vallée qui avait un système d'irrigation avec une plantation massive de manguiers. Ils ont littéralement éliminé ce village. La plantation se trouve sur une rivière appelée Zamra. C'est un système d'irrigation et deux grands villages dont un s’appelle Adeba et l’autre Tseada. Ils ont littéralement coupé les arbres, les arbres fruitiers. Vous vous souvenez que nous avions des mangues à la maison lorsque vous nous avez rendu visite à Mekele la dernière fois ; une de nos sœurs vit dans ce village, elle nous a apporté des mangues de là-bas. Ils les ont tous coupés. Il faut six à sept ans pour qu'un manguier donne des fruits, donc cela signifie littéralement rendre les gens pauvres pour les six ou sept années à venir, à condition que quelqu'un les replante immédiatement.

    C'est ce que nous avons entendu aujourd'hui, j'ai reçu le rapport il y a deux heures. »

 

Couper les arbres fruitiers est soumis à une interdiction spéciale et séculaire dans les lois de la guerre. Dans le Deutéronome 20:19, Dieu a ordonné aux Juifs :

    « Lorsque vous attaquerez une ville et que vous serez obligés de prolonger le siège avant de pouvoir vous en emparer, vous ne porterez pas la hache sur les arbres fruitiers des alentours ; vous pourrez en manger les fruits, mais vous ne les abattrez pas, car l’arbre des champs n’est pas un homme pour que vous le traitiez comme un assiégé. »

Cette injonction a été développée dans la tradition islamique. L'avis célèbre et souvent cité d'Abou Bakr, le premier Calife, donnait aux musulmans les instructions suivantes :

    « Arrêtez-vous, ô soldats ! J’ai dix recommandations à vous faire pour vous guider sur le champ de bataille. Ne commettez aucune trahison et ne vous déviez pas du droit chemin. Ne mutilez pas les dépouilles de vos ennemis, ne tuez ni femmes, ni enfants, ni vieillards, ne coupez aucun arbre fruitier, ne détruisez aucun lieu habité et n’égorgez aucun mouton, vache ou chameau de vos ennemis sauf pour votre nourriture. Ne brûlez pas les palmiers et ne les inondez pas. Ne commettez pas de fraude (détournement de butin de guerre, par exemple) et ne soyez pas coupable de lâcheté [...] Vous trouverez sur votre chemin des gens qui se sont consacrés à la vie monastique, laissez-les tranquilles. »

Ces traditions protègent les arbres fruitiers car ils sont la source essentielle de subsistance des populations rurales. Les détruire est une forme particulièrement flagrante de crime de famine, car il faut de nombreuses années pour les reconstituer.

La destruction aveugle des vergers le long de la rivière Zamra révèle les intentions des armées qui sévissent dans le Tigré. Leur objectif est de réduire le peuple tigréen à la pénurie, de le broyer pour qu'il ne puisse jamais se relever.

C'est le plus vieux crime de guerre inscrit dans les livres.

http://tlaxcala-int.org/upload/gal_21691.jpg





Courtesy of Tlaxcala
Source: https://sites.tufts.edu/reinventingpeace/2021/03/03/the-mango-orchards-of-zamra-tigray/
Publication date of original article: 03/03/2021
URL of this page : http://www.tlaxcala-int.org/article.asp?reference=31019

 

Tags: Guerre du TigréCrimes de guerreÉthiopieÉrythrée
 

 
Print this page
Print this page
Send this page
Send this page


 All Tlaxcala pages are protected under Copyleft.