TLAXCALA تلاكسكالا Τλαξκάλα Тлакскала la red internacional de traductores por la diversidad lingüística le réseau international des traducteurs pour la diversité linguistique the international network of translators for linguistic diversity الشبكة العالمية للمترجمين من اجل التنويع اللغوي das internationale Übersetzernetzwerk für sprachliche Vielfalt a rede internacional de tradutores pela diversidade linguística la rete internazionale di traduttori per la diversità linguistica la xarxa internacional dels traductors per a la diversitat lingüística översättarnas internationella nätverk för språklig mångfald شبکه بین المللی مترجمین خواهان حفظ تنوع گویش το διεθνής δίκτυο των μεταφραστών για τη γλωσσική ποικιλία международная сеть переводчиков языкового разнообразия Aẓeḍḍa n yemsuqqlen i lmend n uṭṭuqqet n yilsawen dilsel çeşitlilik için uluslararası çevirmen ağı

 03/03/2021 Tlaxcala, the international network of translators for linguistic diversity Tlaxcala's Manifesto  
English  
 ASIA & OCEANIA 
ASIA & OCEANIA / Le Myanmar a besoin d'un nouveau type de démocratie
Date of publication at Tlaxcala: 10/02/2021
Original: Myanmar needs a new kind of democracy

Le Myanmar a besoin d'un nouveau type de démocratie

Thant Myint-U သန့်မြင့်ဦး

 

Le conflit et l'inégalité économique font que des dizaines de millions de personnes au Myanmar vivent la vie la plus précaire qui soit.

"Choisis tes amis", par Antonio Rodriguez, Mexique : "Ces putschistes militaires ne sont plus mes chers amis"

Le Myanmar a besoin d'une nouvelle voie vers la démocratie. Des élections libres et équitables (et le respect des résultats) sont essentiels. Mais il est également essentiel de transformer une société façonnée par des décennies de dictature, d'isolement international, de conflit armé brutal, de discrimination raciale et religieuse, d'extrême pauvreté et d'inégalités croissantes. Si l'on se concentre uniquement sur le changement politique, on ne fera que perpétuer la domination militaire sur ce pays de 54 millions d'habitants.

Depuis le coup d'État militaire de lundi, des dizaines de personnalités politiques de premier plan - dont Daw (Dame) Aung San Suu Kyi - ont été détenues, et une nouvelle administration dirigée par le commandant en chef de l'armée est désormais en place. Les protestations dans la plus grande ville, Yangon, et ailleurs commencent à gagner du terrain et pourraient bientôt déboucher sur une répression violente.

Barthold, Allemagne

Pour comprendre pourquoi cela se produit, nous devons regarder en arrière. Au cours des 30 dernières années, la politique au Myanmar a été une lutte entre l'armée et le parti de Mme Aung San Suu Kyi, la Ligue nationale pour la démocratie. En 2010, l'armée a introduit une nouvelle constitution, qui allait consacrer sa position dominante tout en cédant une autorité considérable sur la gouvernance au quotidien à un président et un parlement élus. Les dirigeants de l'armée pensaient que le système contiendrait Mme Aung San Suu Kyi, mais ils ont sous-estimé son énorme popularité auprès des gens ordinaires.

Les cinq dernières années ont été une cohabitation difficile. Mme Aung San Suu Kyi et les généraux partagent les mêmes croyances conservatrices et ethnonationalistes. Mais Mme Aung San Suu Kyi a centralisé le pouvoir et a fait pression pour un changement constitutionnel qui placerait l'armée sous l'autorité d'un gouvernement élu. Pour l'armée, c'était une hérésie.

Les relations se sont détériorées et ont culminé avec la prise de pouvoir de l'armée cette semaine.

Arcadio Esquivel, Costa Rica

La suite n'est pas claire. L'armée dit qu'elle organisera de nouvelles élections d’ici un an. Mais de nouvelles élections, même si l'armée est garantie d’avoir 25 % des sièges au Parlement, conduiront presque certainement à une nouvelle victoire du parti de Mme Aung San Suu Kyi. La clé pour l'armée pourrait alors être de trouver un moyen de la mettre sur la touche. Mais cela sera difficilement acceptable pour ses millions de partisans. Quoi qu'il en soit, l'impasse politique ne fera que se poursuivre.

Et le Myanmar ne peut pas se permettre une impasse politique. Le sort des réfugiés musulmans rohingyas au Bangladesh ne s'est pas amélioré depuis leur expulsion violente du Myanmar en 2016 et 2017, il n'y a pas eu d'obligation de rendre des comptes pour les violences dont ils ont été victimes et la discrimination dont sont victimes les Rohingyas restés dans le pays n'a pas diminué.

Emrah Arikan, Turquie

Dans cette même région du Myanmar, les combats qui ont opposé ces deux dernières années les forces gouvernementales à une nouvelle insurrection, l'Armée d’Arakan (affiliée à la minorité bouddhiste locale de Rakhine), ont déplacé des dizaines de milliers de civils. Dans les hautes terres orientales, en particulier près de la frontière avec la Chine, on trouve un patchwork de dizaines de groupes armés non étatiques (le plus important ayant plus de 25 000 combattants bien armés) et de milices, certains défendant des communautés ethniques minoritaires, d'autres étant intimement liés à une industrie internationale de la méthamphétamine qui rapporte plus de 60 milliards de dollars par an. Les cessez-le-feu sont, au mieux, ténus.

Le Myanmar est également l'un des pays les plus pauvres et les plus inégaux d'Asie, avec une économie qui dépend presque entièrement de l'exportation de produits de base et de la main-d'œuvre non qualifiée. Le changement climatique a déjà entraîné la migration de millions de personnes. Et bien que le gouvernement de Mme Aung San Suu Kyi ait fait un assez bon travail pour gérer la pandémie de coronavirus, l'impact économique du Covid-19 a été catastrophique. Selon une enquête réalisée l'année dernière, le pourcentage de la population gagnant moins de 1,90 dollar par jour est passé de 16 % en janvier 2020 à 63 % en septembre 2020, plus d'un tiers de la population déclarant n'avoir aucun revenu ce mois-là.

Les conflits violents et l'inégalité économique font que des dizaines de millions de personnes au Myanmar vivent dans la plus grande précarité. Ce qui a permis une certaine liberté politique et une certaine croissance économique au cours de ces dix dernières années, c'est le pacte conclu entre l'armée et Mme Aung San Suu Kyi pour tenter de travailler ensemble. Il est très probablement terminé pour toujours.

RnRicco

Les détenus politiques doivent être libérés et les droits humains fondamentaux doivent être respectés. Il est juste que les gouvernements étrangers s'opposent à une nouvelle dictature au Myanmar, mais ils doivent éviter les sanctions qui pourraient faire provoquer un effondrement économique du pays.

En ce moment de crise, il est également important de reconnaître l'ampleur des défis auxquels le Myanmar est confronté et de comprendre qu'il est impossible de progresser sur la voie de la démocratie sans progresser sur plusieurs fronts, de la discrimination raciale et des conflits violents à l'inégalité et au sous-développement. Le monde extérieur peut apporter son aide en veillant à ce que la vie et les moyens de subsistance des gens ordinaires soient protégés et en encourageant cette prise en compte plus large de la nécessité d'un changement social et économique ainsi que politique.

Un pays désespérément pauvre et inégalitaire en guerre contre lui-même ne produira rien d'autre qu'une démocratie de façade. L'objectif ne devrait pas être la constitution hybride de la dernière décennie, mais une société plus juste et plus démocratique pour tous les habitants du Myanmar.

 

Kyaw Thu Yein, Myanmar

http://tlaxcala-int.org/upload/gal_21691.jpg





Courtesy of Tlaxcala
Source: https://www.nytimes.com/2021/02/05/opinion/myanmar-coup.html
Publication date of original article: 05/02/2021
URL of this page : http://www.tlaxcala-int.org/article.asp?reference=30792

 

Tags: Coup d'État MyanmarMin Aung HlaingAung San Suu KyiMyanmar/Birmanie
 

 
Print this page
Print this page
Send this page
Send this page


 All Tlaxcala pages are protected under Copyleft.