TLAXCALA تلاكسكالا Τλαξκάλα Тлакскала la red internacional de traductores por la diversidad lingüística le réseau international des traducteurs pour la diversité linguistique the international network of translators for linguistic diversity الشبكة العالمية للمترجمين من اجل التنويع اللغوي das internationale Übersetzernetzwerk für sprachliche Vielfalt a rede internacional de tradutores pela diversidade linguística la rete internazionale di traduttori per la diversità linguistica la xarxa internacional dels traductors per a la diversitat lingüística översättarnas internationella nätverk för språklig mångfald شبکه بین المللی مترجمین خواهان حفظ تنوع گویش το διεθνής δίκτυο των μεταφραστών για τη γλωσσική ποικιλία международная сеть переводчиков языкового разнообразия Aẓeḍḍa n yemsuqqlen i lmend n uṭṭuqqet n yilsawen dilsel çeşitlilik için uluslararası çevirmen ağı

 03/03/2021 Tlaxcala, the international network of translators for linguistic diversity Tlaxcala's Manifesto  
English  
 UNIVERSAL ISSUES 
UNIVERSAL ISSUES / Pourquoi l’État profond US ne pardonnera pas à la Russie et à l’Iran
Nasrallah raconte comment Soleimani a convaincu Poutine d’aider Damas
Date of publication at Tlaxcala: 01/02/2021
Original: Why the US Deep State won’t forgive Russia and Iran
How Soleimani coaxed Putin to help Damascus , as told by Hassan Nasrallah

Translations available: Português/Galego 

Pourquoi l’État profond US ne pardonnera pas à la Russie et à l’Iran
Nasrallah raconte comment Soleimani a convaincu Poutine d’aider Damas

Pepe Escobar Пепе Эскобар پپه اِسکوبار

Translated by  Réseau international

 

Dans une interview saisissante accordée au réseau Al Mayadeen basé à Beyrouth, le secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, a expliqué comment le major général Qassem Soleimani – assassiné par un drone américain à l’aéroport de Bagdad il y a un peu plus d’un an – a contribué à convaincre la Russie d’aider militairement la Syrie dans sa guerre contre les djihadistes salafistes.

(Voir l’interview en vidéo et la transcription en français en bas de l’article)

Nasrallah prépare le terrain pour la visite cruciale du major général Soleimani à Moscou en 2015, où il a eu un entretien de deux heures avec le président Poutine :

« (Lors de cette réunion), il (Soleimani) a présenté un rapport stratégique (complet) à (Poutine) sur la situation en Syrie et dans la région, (et a expliqué) l’idée proposée et les résultats attendus. Bien sûr, (lors de la réunion) il a utilisé un langage scientifique, objectif, militaire et de champ de bataille, et a basé ses déclarations sur des cartes, des zones terrestres, des chiffres et des statistiques. Lors de cette réunion, le président Poutine a dit au Hadj (Qassem) « Je suis convaincu », et la décision (pour un effort militaire russe en Syrie) a été prise. C’est ce que j’ai entendu de la part de Hajj Soleimani ».

Nasrallah apporte également une précision importante : tout le processus était déjà en marche, à la demande de la Syrie :

« Je suis un peu objectif et rationnel. Je n’aime pas créer des mythes. Il n’est pas exact de dire que le Hajj Qassem Soleimani (seul) est celui qui a convaincu Poutine d’intervenir (en Syrie). Je préfère dire que grâce à sa lecture stratégique (des événements), son argumentation, sa logique convaincante et sa personnalité charismatique, Hajj Qassem Soleimani a pu apporter un complément remarquable à tous les efforts précédents qui ont conduit la Russie à prendre la décision de venir en aide à la Syrie. De grands efforts avaient été faits (auparavant) et de nombreuses discussions s’étaient tenues, mais apparemment, le président Poutine restait hésitant.

Nasrallah ajoute que Soleimani, « était habile dans (l’art de) la persuasion et avait une logique (impeccable). Il n’a pas poussé la Russie à (rejoindre la guerre), ni n’a utilisé de rhétorique (vide). Il a utilisé un langage scientifique en expliquant les résultats (possibles) militaires et sur le champ de bataille, ainsi que les résultats politiques de l’intervention (russe en Syrie) ».

Tout est question de renseignements au sol

Maintenant, mettons tout cela dans son contexte. Poutine est un maître du jeu d’échecs géopolitique. Nasrallah observe qu’il y avait « un certain nombre de responsables militaires, politiques et de sécurité » à la réunion. Cela implique le ministre russe de la Défense Sergeï Shoigu et surtout le stratège de haut niveau Nikolai Patrushev.

Tous étaient très conscients que l’objectif ultime de la fureur de l’État islamique/Daech en Syrie – en tandem avec la fameuse campagne « Assad doit partir » – était de créer les conditions pour qu’un faux califat atteigne le pouvoir, se répande dans le Caucase et déstabilise la Russie. C’est ce que résume la formule russe « il n’y a que 900 km entre Alep et Grozny ».

Le mérite de Soleimani a été de produire l’argumentaire de vente définitif. Fort de sa vaste expérience sur le terrain, il savait qu’un front de résistance ne suffirait pas à lui seul à protéger Damas. Le « secret » de cette rencontre de deux heures à Moscou est que Soleimani a dû faire comprendre très clairement que la prochaine étape du faux califat serait dirigée contre le ventre mou de la Russie, et non contre l’Iran.

La décision de Moscou a surpris le Pentagone et l’OTAN en train de dormir : Les atlantistes ne s’attendaient pas à ce qu’un étroit contingent de l’armée de l’air russe et une équipe de conseillers militaires de haut niveau soient déployés en un clin d’œil en Syrie.

Mais la décision politique avait sans doute déjà été prise. Une opération militaire aussi complexe nécessite une planification exhaustive – et cela avait eu lieu avant la visite de Soleimani. De plus, les services de renseignement russes connaissaient tous les détails de l’état de guerre sur le terrain et de l’extension excessive et flagrante de l’Armée arabe syrienne (AAS).

Ce que Soleimani a apporté à la table des négociations, c’est une coordination absolument inestimable : Les commandants du Hezbollah, les conseillers du CGRI, les diverses milices dirigées par l’Iran, en collaboration avec les Tigres syriens, en tant que troupes de choc de premier plan, appuyées par les forces spéciales d’élite russes, intervenant soit dans le désert, soit dans des zones urbaines saturées – tous capables de détecter des frappes aériennes russes chirurgicales contre l’État islamique/Daech et les « rebelles modérés » d’Al-Qaïda reconvertis.

Soleimani savait que pour gagner cette guerre, il avait besoin de la puissance aérienne – et il a finalement réussi à la mettre en place, car il a coordonné à la perfection le travail sur le renseignement/terrain de plusieurs armées et des échelons supérieurs de l’état-major général russe.

À partir de cette rencontre fatidique de 2015, l’alliance entre Soleimani et l’armée russe a pris des proportions de fer. Plus tard, le Pentagone et l’OTAN ont été très conscients de la façon dont Soleimani, toujours le commandant suprême du champ de bataille, travaillait en étroite collaboration avec Bagdad et Damas pour expulser définitivement les bottes américaines d’Irak. Ce fut la principale raison, pas si secrète, de son assassinat.

Tout cela explique pourquoi les néoconservateurs américains et les puissantes factions de l’État profond ne « pardonneront » jamais à l’Iran et à la Russie ce qui s’est passé en Syrie – indépendamment des actions futures des responsables de la nouvelle administration des hologrammes à Washington.

Les signes, jusqu’à présent, indiquent une diabolisation habituelle et continue de la Russie ; les sanctions illégales de l’administration Trump contre les exportations énergétiques iraniennes restent en place ; et aucune perspective d’admettre que la Russie, l’Iran et le Hezbollah ont prévalu en Syrie.

Nasrallah : « C’est l’Iranien Soleimani qui a convaincu Poutine d’entrer en guerre en Syrie »

Transcription de l’interview

L’hôte : Le martyr Qassem Soleimani a-t-il vraiment rencontré le président russe Vladimir Poutine et lui a-t-il parlé en personne du déploiement des forces russes en Syrie ?

Sayyed Nasrallah : C’est exact. Il y avait eu des discussions auparavant sur cette question. Comme vous le savez, avant son intervention en Syrie, la Russie maintenait une position purement politique. Au départ, c’était une position politique. La Russie utilisait son droit de veto au Conseil de Sécurité pour défendre et protéger la Syrie. Elle apportait son aide en matière de logistique et de renseignement, mais son soutien n’est jamais arrivé au point d’établir une présence militaire en Syrie.

Quoi qu’il en soit, les changements dans la bataille en Syrie n’ont commencé qu’au cours de la deuxième année de la guerre. La courbe montrant la position/autorité du gouvernement syrien était descendante la première année, mais aux deuxième et troisième années, la courbe a commencé à remonter.

Cependant, bien sûr, la bataille aurait traîné en longueur…

L’hôte : la courbe a commencé à monter à la mi-2013…

Sayyed Nasrallah : La bataille aurait duré beaucoup plus longtemps sans l’intervention de la Russie. Par conséquent, l’intervention militaire de la Russie en Syrie était très importante. Nous ne pouvons pas le nier.

Ce jour-là lorsque Soleimani s’est rendu en Russie, le président russe Poutine était hésitant, et comme vous le savez, la Russie était pratiquement assailli à l’époque. Elle n’avait aucune influence dans la région au Moyen-Orient. Les États-Unis ont même privé la Russie de son influence sur les États d’Europe de l’Est. L’un après l’autre, les certains États qui avoisinaient la Russie et se trouvaient dans sa sphère d’influence ont été repris par les États-Unis.

Quoi qu’il en soit, les Russes s’inquiétaient de cette décision (l’intervention en Syrie) car elle pouvait être soit une étape risquée, vouée à l’échec, soit une étape qui pouvait être couronnée de succès. Par conséquent, ce n’était pas une discussion politique qui pouvait convaincre Poutine mais plutôt une discussion militaire.

À l’époque, après la coordination entre l’Iran et la Russie, notre frère Hadj Qassem Soleimani s’est rendu à Moscou et a rencontré le président Poutine pendant deux heures – la durée de la réunion est importante. Un certain nombre de responsables militaires, politiques et de sécurité étaient présents à la réunion également. Hadj Qassem me l’a dit lui-même… Je l’ai entendu directement de lui, et non par le bouche à oreille. Il a dit : « J’ai étalé les cartes sur la table et j’ai commencé à parler de : la situation actuelle, notre position (et par « notre », il entend l’armée syrienne et tous ses alliés), la position des groupes armés, les possibilités d’action (militaire) et les chances de succès ».

Lors de cette réunion, il (Soleimani) a présenté un rapport stratégique complet à Poutine sur la situation en Syrie et dans la région, et a expliqué l’idée proposée et les résultats attendus. Bien sûr, lors de la réunion, il a utilisé un langage scientifique, objectif, militaire et de champ de bataille, et a basé ses déclarations sur des cartes, des zones terrestres, des chiffres et des statistiques. Lors de cette réunion, le président Poutine a dit au Hadj (Qassem) « Je suis convaincu », et la décision pour un effort militaire russe en Syrie a été prise. C’est ce que j’ai entendu de la part de Hadj Soleimani, et c’est maintenant bien connu de tous.

L’hôte : Puis-je donc dire que l’intervention russe en Syrie a commencé avec une initiative iranienne en consultation avec Damas, ou à la demande de la Syrie ?

Sayyed Nasrallah : C’était à la demande de la Syrie. La Syrie voulait que la Russie participe à cette guerre.

L’hôte : Donc la Syrie n’a pas demandé directement à la Russie d’intervenir ?

Sayyed Nasrallah : Est-ce que la Syrie a demandé à la Russie d’intervenir ? Je ne sais pas, mais je suppose qu’elle l’a fait. Ce serait le choix évident car il y avait un besoin réel…

L’hôte : Mais Poutine…

Sayyed Nasrallah : … il y avait un réel besoin d’aide. M. Ghassan, il y a un gouvernement, un régime, un pays qui est confronté à une guerre mondiale, il serait donc normal pour la Syrie de demander de l’aide à la Russie. La Russie a hésité à intervenir. Les discussions syriennes et iraniennes…

Écoutez, je suis plutôt objectif et rationnel. Je n’aime pas créer des mythes. Il n’est pas exact de dire que c’est Hadj Qassem seul qui a convaincu Poutine d’intervenir en Syrie. Je préfère dire que grâce à sa lecture stratégique des événements, son argumentation, sa logique convaincante et sa personnalité charismatique, Hadj Qassem a pu apporter un complément remarquable à tous les efforts précédents qui ont conduit la Russie à prendre la décision d’intervenir en Syrie. De gros efforts avaient été faits auparavant et de nombreuses discussions avaient eu lieu, mais apparemment, le président Poutine restait hésitant.

Le Hadj Soleimani a réussi à convaincre Poutine. Comme vous le savez, il était habile dans l’art de la persuasion et avait une logique impeccable. Il n’a pas poussé la Russie à rejoindre la guerre, ni n’a usé de rhétorique vide. Il a utilisé un langage scientifique, en expliquant les résultats possibles militaires et sur le champ de bataille, ainsi que les résultats politiques de l’intervention russe en Syrie.

Je crois qu’aujourd’hui – après l’intervention russe en Syrie et les grandes transformations régionales et mondiales – la Russie, le président Poutine, le peuple russe et tout le monde sait que la Russie a retrouvé son chemin sur la scène internationale par la porte de la Syrie.





Courtesy of Réseau international
Source: https://asiatimes.com/2021/01/how-soleimani-coaxed-putin-to-send-troops-to-syria/
Publication date of original article: 28/01/2021
URL of this page : http://www.tlaxcala-int.org/article.asp?reference=30689

 

Tags: Qassem SoleimaniNasrallahPoutineIran-Syrie-RussieIran-USA
 

 
Print this page
Print this page
Send this page
Send this page


 All Tlaxcala pages are protected under Copyleft.