TLAXCALA تلاكسكالا Τλαξκάλα Тлакскала la red internacional de traductores por la diversidad lingüística le réseau international des traducteurs pour la diversité linguistique the international network of translators for linguistic diversity الشبكة العالمية للمترجمين من اجل التنويع اللغوي das internationale Übersetzernetzwerk für sprachliche Vielfalt a rede internacional de tradutores pela diversidade linguística la rete internazionale di traduttori per la diversità linguistica la xarxa internacional dels traductors per a la diversitat lingüística översättarnas internationella nätverk för språklig mångfald شبکه بین المللی مترجمین خواهان حفظ تنوع گویش το διεθνής δίκτυο των μεταφραστών για τη γλωσσική ποικιλία международная сеть переводчиков языкового разнообразия Aẓeḍḍa n yemsuqqlen i lmend n uṭṭuqqet n yilsawen dilsel çeşitlilik için uluslararası çevirmen ağı

 06/03/2021 Tlaxcala, the international network of translators for linguistic diversity Tlaxcala's Manifesto  
English  
 LAND OF PALESTINE 
LAND OF PALESTINE / Pourquoi les médias israéliens en hébreu ont-ils ignoré la déclaration de B'Tselem sur l'apartheid ?
Date of publication at Tlaxcala: 20/01/2021
Original: Why did Israel’s Hebrew media ignore B’Tselem’s apartheid statement?
Translations available: Italiano 

Pourquoi les médias israéliens en hébreu ont-ils ignoré la déclaration de B'Tselem sur l'apartheid ?

Oren Persico אורן פרסיקו أورين ﭘـيرسيكو

Translated by  Fausto Giudice Фаусто Джудиче فاوستو جيوديشي

 

Si un groupe de défense des droits humains déclare que l'État dans lequel il opère est un régime d'apartheid, et que personne ne rapporte cela,, cet État est-il toujours une démocratie ?

 

Cette semaine, B'Tselem, l'un des plus anciens groupes anti-occupation d'Israël, a publié un rapport révolutionnaire décrivant Israël comme un « régime d'apartheid » de la Méditerranée au Jourdain. C'est la première fois depuis la fondation de l'organisation en 1989 que B'Tselem fait référence à des politiques appliquées à l'intérieur de la Ligne verte, au lieu de se concentrer uniquement sur les territoires occupés en 1967.

Parallèlement à la publication du rapport complet de B'Tselem sur son site web, l'organisation a envoyé des communiqués de presse aux médias en Israël et à l'étranger ; l'histoire a été reprise par les principaux médias, dont The Guardian (qui a également accueilli une tribune libre du directeur exécutif de B'Tselem, Hagai El-Ad), Le Monde, El País, NPR, CNN, NBC, ABC, Bloomberg, The Washington Post, The Los Angeles Times, The Independent, AP, RFI et Politiken.

Pourtant, alors que la déclaration de B'Tselem a bénéficié d'une couverture importante dans le monde entier, les médias hébreux en Israël sont restés presque entièrement silencieux.

Que l’on soit  d'accord ou non avec la position de B'Tselem, on ne peut s'empêcher de se demander pourquoi les principaux organes d'information israéliens se sont abstenus d'en parler. En ignorant le rapport, ces médias ont empêché que les personnes vivant sous ce que B'Tselem appelle un régime d'apartheid soient exposées à son opinion. Après tout, il est bien plus crucial que les Israéliens apprennent à connaître la réalité dans laquelle ils vivent plutôt que les lecteurs d'El País, du Monde ou du Washington Post.

La décision de certains médias israéliens ayant des sites en hébreu et en anglais de publier des informations sur le rapport de B'Tselem uniquement sur leurs sites en anglais est particulièrement étrange. Les lecteurs du site anglophone de Haaretz - dont beaucoup vivent en dehors d'Israël - ont pu lire un article sur l'annonce de la publication du rapport. En revanche, les lecteurs de Haaretz en hébreu, dont la plupart vivent en Israël, n'ont pas eu la même chance, ni dans l'édition imprimée du journal ni sur son site web.

Il en va de même pour Ynet et Israel Hayom, qui ne publient des articles sur le rapport que sur leurs sites en anglais. Le Jerusalem Post et le Times of Israel, deux sites d'information en langue anglaise, ont publié des articles sur le rapport.

En fait, à part un article d'opinion d'Orly Noy, membre du conseil d'administration de B'Tselem, publié en hébreu sur Local Call (et en anglais sur +972 Magazine), et un article d'opinion du directeur exécutif Hagai El-Ad sur le site d'information hébreu Hottest Place in Hell, le seul site en hébreu qui a publié quoi que ce soit sur l'annonce était le site de Channel 13 News.

Le journaliste israélien Avi Issacharoff a mentionné le rapport lors d'une conversation avec Erel Segal sur la radio 103FM. « Nous [les Israéliens] ne parlons pas des Palestiniens », a remarqué Issacharoff, « mais il y a une réalité ici à laquelle nous devons faire face ». Si l'on considère l'attitude des médias israéliens vis-à-vis de l'annonce de B'Tselem, la première partie de la déclaration d'Issacharoff est certainement vraie ; quant à la deuxième partie, il semble qu'il y ait encore trop d'Israéliens qui préfèrent nier la réalité, et les médias ne font qu'encourager ce déni.

The Seventh Eye a demandé des commentaires à Haaretz, Ynet et Israel Hayom - les trois médias qui ont publié leurs reportages sur leurs sites en anglais mais pas en hébreu.

Le rédacteur en chef de Haaretz, Aluf Benn, a répondu que les sites anglais et hébreu de Haaretz sont composés de deux équipes éditoriales différentes qui fonctionnent indépendamment, chacune selon sa propre appréciation. Selon un tweet du directeur de la sensibilisation du public de B'Tselem, Roy Yellin, les rédacteurs en chef hébreux de Haaretz ont déclaré à l'organisation qu'ils « ne considèrent pas cela comme une info ».

Ynet et Israel Hayom n'ont pas répondu aux demandes de commentaires.

http://tlaxcala-int.org/upload/gal_21691.jpg





Courtesy of Tlaxcala
Source: https://www.the7eye.org.il/402178
Publication date of original article: 15/01/2021
URL of this page : http://www.tlaxcala-int.org/article.asp?reference=30584

 

Tags: Apartheid sionisteCensure sionisteB'TselemMédias israéliensPalestine/Israël
 

 
Print this page
Print this page
Send this page
Send this page


 All Tlaxcala pages are protected under Copyleft.