TLAXCALA تلاكسكالا Τλαξκάλα Тлакскала la red internacional de traductores por la diversidad lingüística le réseau international des traducteurs pour la diversité linguistique the international network of translators for linguistic diversity الشبكة العالمية للمترجمين من اجل التنويع اللغوي das internationale Übersetzernetzwerk für sprachliche Vielfalt a rede internacional de tradutores pela diversidade linguística la rete internazionale di traduttori per la diversità linguistica la xarxa internacional dels traductors per a la diversitat lingüística översättarnas internationella nätverk för språklig mångfald شبکه بین المللی مترجمین خواهان حفظ تنوع گویش το διεθνής δίκτυο των μεταφραστών για τη γλωσσική ποικιλία международная сеть переводчиков языкового разнообразия Aẓeḍḍa n yemsuqqlen i lmend n uṭṭuqqet n yilsawen dilsel çeşitlilik için uluslararası çevirmen ağı

 16/01/2021 Tlaxcala, the international network of translators for linguistic diversity Tlaxcala's Manifesto  
English  
 LAND OF PALESTINE 
LAND OF PALESTINE / Les colons et les soldats d'occupation punissent les agriculteurs palestiniens en déracinant leurs oliviers
Date of publication at Tlaxcala: 21/12/2020
Original: Punishing Palestinian farmers by uprooting olive trees

Les colons et les soldats d'occupation punissent les agriculteurs palestiniens en déracinant leurs oliviers

Salam Abu Sharar سلام عبدالله أبوشرار

Translated by  Fausto Giudice Фаусто Джудиче فاوستو جيوديشي

 

Les colons juifs ont déraciné 8 400 oliviers en 2020, affectant la source de vie de milliers d'agriculteurs palestiniens

 Punishing Palestinian farmers by uprooting olive trees

Ramallah- Dans le village de Burin, situé à la périphérie de la ville de Naplouse, en e Cisjordanie, Bashir Zaban et sa famille étaient en train de récolter les olives de ses vergers. Soudain, des dizaines de colons juifs masqués les ont attaqués à coups de pierres. Le village, situé à sept kilomètres de Naplouse, est encerclé par la colonie d'Yitzhar.

« Nous n'avons pas pu les voir car ils se cachaient derrière les arbres. Les pierres visaient nos têtes. Ils nous auraient presque tués, » dit Bashir, dont cinq membres de la famille ont été blessés lors de l'attaque.

Les attaques des colons se concentrent sur les villages palestiniens classés en zone C, la division administrative de la Cisjordanie, où Israël garde un contrôle quasi exclusif, y compris sur la police, la planification et la construction. Comprenant près de 60% du territoire de la Cisjordanie selon l'accord d'Oslo, elle était censée être progressivement transférée sous juridiction palestinienne.

 

Depuis qu'Israël continue à construire des colonies juives dans cette région, les villages de Burin, Orif, Madama, Jalood, Aserah al-Qibliah, Aqraba et Burqa au sud de Naplouse et Salfit et certains villages au nord-est de Ramallah sont devenus les cibles directes des colons. Ils forcent les Palestiniens à quitter leurs terres fertiles pour y installer des colonies.

Selon la Campagne contre le mur de l’apartheid  — une coalition d’ONG palestiniennes —, 2020 a été l'année la plus dure pour les agriculteurs. Plus de 8 400 oliviers ont été déracinés ou brûlés.

« Les attaques des colons sont coordonnées contre les agriculteurs et nos volontaires. Ils ont lancé des attaques meurtrières au point qu'un homme âgé a eu le crâne fracturé», dit Jamal Jomah, qui dirige la coalition des ONG.

En 1990, les autorités israéliennes ont forcé Shawqi Abu Mujahed à fermer sa carrière de pierres dans son village de Madama, pour la construction d'une route vers une colonie. Une fois sa source de vie fermée, Shawqi et ses frères ont commencé à travailler dans les champs d'oliviers.

« Mais les hélicoptères d'occupation ont brûlé nos oliviers en plus d'autres champs au nord et au sud du village. Souvent, les colons ont brûlé nos arbres », dit Shawqi à l'agence Anadolu.

Les souffrances des agriculteurs ont doublé

La souffrance des agriculteurs a doublé lorsque les colons ont coupé l'approvisionnement en eau du village de Madama et des vergers.

« Lorsque les colons extrémistes nous attaquent, l'armée les soutient en tirant sur les agriculteurs palestiniens et en les arrêtant, et même ceux qui sont solidaires avec eux », dit-il.

La maison de Shawqi a été constamment attaquée par les colons d’Yitzhar au cours des dernières années, toujours de nuit.

« Ils font cela pour prendre le dessus et nous forcer à quitter la région », dit l'agriculteur palestinien, qui l’a échappée belle à plusieurs reprises après avoir été attaqué par des colons et des soldats israéliens.

Les agriculteurs palestiniens n'osent plus visiter leurs vergers seuls. Ils se rendent en groupe dans les champs, armés de boucliers pour se protéger des pierres.

« Les colons volent aussi les fruits mûrs. Ils coupent aussi des arbres et volent nos outils pour s'attaquer à notre source de vie », ajoute Shawqi.

 

Selon Nazeh Fkhaida, directeur du Département palestinien de documentation des dommages agricoles, le nombre total d'arbres déracinés, brûlés ou empoisonnés chimiquement par les colons depuis 2010 a atteint les chiffre de 101 988, ce qui représente des pertes de 47 millions de dollars [= 38 M€].

Des chefs religieux juifs ultra-radicaux comme Neseam Moufel et Shlomo Retsaken ont émis des décrets déclarant que c’était une obligation religieuse pour les colons de déraciner les oliviers appartenant aux Palestiniens.

En 2006, la Campagne contre le mur d’apartheid a lancé un projet pour soutenir les agriculteurs, exposés à ces violations.

Le COVID-19 affecte la campagne des ONG pour aider les agriculteurs

Chaque année, à partir du 16 septembre, elle lance une campagne d'un mois pour aider et protéger les agriculteurs pendant la cueillette. Ils les aident également pendant la saison des plantations, de novembre à fin mars, en faisant appel à des bénévoles des universités et d'autres secteurs. Mais cette campagne a été affectée cette année par l'apparition de la pandémie de COVID-19.

« Nous formons de nombreux comités dans les villages pour protéger les agriculteurs, documenter les violations et récupérer les terres dégradées », dit Qasem Awwad, qui dirige le département de documentation de l'alliance d’ ONG.

Une autre organisation, l'Union des comités de travail agricole (UAWC) a aidé 44 agriculteurs à planter plus de 5 000 oliviers au cours des deux derniers mois dans la périphérie de Naplouse.

« Notre unité juridique documente toutes les violations dans des rapports mensuels, les suit légalement avec nos partenaires et les organisations internationales de défense des droits humains », dit  Moyaad Bsharat, le chef de projets de l'UAWC.

« Nous estimons que plus de 2 millions d'arbres ont été déracinés depuis 1967. Les violations n'ont jamais cessé », dit Bsharat. Et comme si tout cela ne suffisait pas, la colonie industrielle de Burkan déverse ses résidus chimiques directement dans les champs d'oliviers près du village de Salfit, endommageant encore plus la culture.

http://tlaxcala-int.org/upload/gal_23856.jpg

« Si les oliviers connaissaient les mains qui les ont plantés, leur huile deviendrait des larmes »
Mahmoud Darwich
 Impression sur métal de Pamela Allegretto-Diiulio

http://tlaxcala-int.org/upload/gal_21691.jpg





Courtesy of Tlaxcala
Source: https://www.aa.com.tr/en/middle-east/punishing-palestinian-farmers-by-uprooting-olive-trees/2082100
Publication date of original article: 19/12/2020
URL of this page : http://www.tlaxcala-int.org/article.asp?reference=30332

 

Tags: Arrachage oliviers palestiniensCrimes sionistesColons juifsCisjordanie occupéePaysans palestiniensPalestine/Israël
 

 
Print this page
Print this page
Send this page
Send this page


 All Tlaxcala pages are protected under Copyleft.