TLAXCALA تلاكسكالا Τλαξκάλα Тлакскала la red internacional de traductores por la diversidad lingüística le réseau international des traducteurs pour la diversité linguistique the international network of translators for linguistic diversity الشبكة العالمية للمترجمين من اجل التنويع اللغوي das internationale Übersetzernetzwerk für sprachliche Vielfalt a rede internacional de tradutores pela diversidade linguística la rete internazionale di traduttori per la diversità linguistica la xarxa internacional dels traductors per a la diversitat lingüística översättarnas internationella nätverk för språklig mångfald شبکه بین المللی مترجمین خواهان حفظ تنوع گویش το διεθνής δίκτυο των μεταφραστών για τη γλωσσική ποικιλία международная сеть переводчиков языкового разнообразия Aẓeḍḍa n yemsuqqlen i lmend n uṭṭuqqet n yilsawen dilsel çeşitlilik için uluslararası çevirmen ağı

 24/11/2020 Tlaxcala, the international network of translators for linguistic diversity Tlaxcala's Manifesto  
English  
 USA & CANADA 
USA & CANADA / USA : la guerre civile qui se profile
Date of publication at Tlaxcala: 10/11/2020
Original: USA: First comes a rolling civil war
Translations available: Português/Galego  Deutsch 

USA : la guerre civile qui se profile

Pepe Escobar Пепе Эскобар پپه اِسکوبار

Translated by  Fausto Giudice Фаусто Джудиче فاوستو جيوديشي

 

L'opération psychologique massive bat son plein. Tous ceux qui avaient connaissance du Transition Integrity Project (TIP) savaient comment cela se passerait. J'avais choisi de le présenter comme un exercice de jeu d'un tank à idées dans mon article « Banana Follies ». Mais il s’agit d’un exercice en live. Pourtant, personne ne sait exactement comment ça va se terminer.

Les services de renseignements usaméricains sont au fait de cas bien documentés de fraude électorale.http://tlaxcala-int.org/upload/gal_23576.jpg Parmi eux: un logiciel de la NSA qui s'infiltre dans n'importe quel réseau, comme cela a été détaillé par Edward Snowden, et capable de modifier le décompte des votes; le supercalculateur Hammer et son application Scorecard qui pirate les ordinateurs aux points de transfert des systèmes informatiques électoraux des États et à l'extérieur des banques de données électorales de tiers; le système logiciel Dominion, connu pour avoir de graves problèmes de sécurité depuis 2000, mais toujours utilisé dans 30 États, y compris chaque État pivot; ces désormais célèbres sauts verticaux en faveur de Biden dans le Michigan et le Wisconsin à 4 heures du matin le 4 novembre (l'AFP a tenté sans conviction de démystifier le Wisconsin et n'a même pas essayé avec le Michigan); une série de cas de Morts Qui Votent.L’acteur clé est l’État Profond, qui décide de la suite des événements. Ils ont pesé le pour et le contre d’avoir un sénile, au stade 2 de la démence, néoconservateur va-t-en guerre maître-chanteur (avec son fils) comme « leader du monde libre », faisant campagne depuis un sous-sol, incapable de remplir un parking lors de ses rassemblements, et secondé par une personne si peu soutenue lors des primaires des Démocrates qu'elle a été la première à abandonner. La perspective, surtout vue depuis de vastes régions du Sud global envahi par l'impérialisme, peut être quelque peu terrible. Les élections douteuses sont une prérogative de la Bolivie et du Belarus. Pourtant, seul l'Empire est capable de légitimer des élections douteuses, surtout dans sa propre arrière-cour.

Le Grand Vieux Parti (Républicain) est dans une position plutôt confortable. Il a conservé le Sénat et pourrait prendre jusqu’à 12 sièges à la Chambre. Ils savent aussi que toute tentative de Biden-Harris de légiférer par décrets sera vouée à l’échec.

L’angle Fox News/NY Post est essentiel. Pourquoi soutiennent-ils soudain Macchab? Bien au-delà des chamailleries familiales internes dignes de la saga Succession, Rupert Murdoch a fait savoir très clairement, via la cascade du laptop infernal [de Hunter Biden], qu'il avait toutes sortes de kompromat [dossiers compromettants] sur la famille Biden. Ils feront donc ce qu'il veut. Murdoch n'a plus besoin de Trump.

Ni le GOP, en théorie. D'anciens membres de la CIA assurent qu'il y a de sérieuses manigances en coulisses entre les bonzes du GOP et le gang Biden-Harris. Des petits arrangements qui contournent Trump - contre lequel la plupart des GOPistes  sont en pétard et assoiffés de vengeance. L'homme le plus important à Washington sera en fait le leader de la majorité GOPiste au Sénat, Mitch McConnell.

Il n'en reste pas moins qu'un recomptage des votes serait absolument nécessaire dans les six États contestés : Wisconsin, Michigan, Pennsylvanie, Géorgie, Nevada et Arizona. Un comptage manuel. Un par un. Le Département de la Justice devrait agir sur ce point, immédiatement. Cela n’arrivera pas. Les recomptages coûtent énormément d’argent. Rien ne prouve que l’Équipe Trump – en plus de manquer de fonds et de personnel – pourra convaincre l’homme de Papa Bush, William Barr, de s’y mettre.

Les grands médias et la Big Tech ont déclaré un « vainqueur » – tout en diabolisant Trump pour avoir répandu « un torrent de désinformation » et « essayé de saper la légitimité des élections américaines ». Seules les personnes en phase terminale de mort cérébrale avalent ce scénario.

Ce qui compte vraiment, c’est la lettre de la loi. Ce sont les parlements des États qui décident quels électeurs se rendent au Collège électoral pour nommer le Président.

C'est écrit ici – Article II, Section 1, Clause 2 : Chaque État désigne les électeurs « de la manière dont la législature de l’État le décide ».

Les gouverneurs n'entrent donc pas en jeu, et encore moins les médias. C’est aux législatures des États GOPistes d’agir en conséquence. Le drame peut se prolonger pendant des semaines. La première étape de la procédure du Collège électoral a lieu le 14 décembre. La décision finale ne sera prise qu'au début du mois de janvier.

Pendant ce temps, les propos sur une Nouvelle Résistance se répandent comme un feu de prairie.

Le trumpisme, avec 71 millions et plus de voix, est solidement établi comme un mouvement de masse. Personne au sein du GOP ne commande ce genre de mobilisation populaire. Mettre le trumpisme au rancart pourrait signifier un hara-kiri pour le GOP.

Que vont donc faire les Déplorables ?

Le  toujours indispensable Alastair Crooke fait mouche dans un puissant essai (« Impasse – Biden peut ou ne peut pas gagner, mais Trump reste le « Président » de l’Amérique Rouge »). Et selon l'évolution de la tragicomédie électorale, les Déplorables sont destinés par la force des choses à devenir les Ingouvernables.

Alastair fait référence à un parallèle crucial évoqué par l’historien Mike Vlahos dans son article « Trois questions à prendre en compte dans l’élection imminente. Première question : Sommes-nous Rome ? »

Crooke fait référence à un parallèle crucial dressé par l'historien, qui montre comment l'actuelle saga usaméricaine reflète la Rome antique au dernier siècle de la République, avec l'opposition de l'élite romaine aux Populares, dont l'équivalent serait l'Amérique rouge (trumpiste) :

« C’était un monde nouveau, dans lequel les grands propriétaires terriens, avec leurs latifundia [les grandes propriétés esclavagistes, sources de leurs richesses], qui avaient été les « Grands » à la tête des différentes factions pendant les guerres civiles, sont devenus les archontes sénatoriaux qui ont dominé la vie romaine pendant les cinq siècles suivants – tandis que le peuple, les Populares, ont été réduits à être un élément passif – pas totalement impuissant – mais généralement dépendant et ne participant pas à la gouvernance romaine : cela a sapé la vie créative de Rome, et a finalement conduit à son implosion ».

Et que fera donc le Grand Capital impérial pendant ce temps ?

L’Occident dans son ensemble est au bord d’un double précipice : la pire dépression économique jamais connue, associée à des myriades d'explosions imminentes et incontrôlables de rage sociale.

L'État profond escompte donc qu'avec Biden - ou, plus tôt que tard, avec la Shakti suprême et commandante en chef Dourga Maa Kamala - le chemin vers la Grande Réinitialisation de Davos va s'aplanir. Après tout, pour remettre les pièces d'échecs à zéro, il faut d'abord renverser l'échiquier. Ce sera un pas de plus vers l'Hiver noir (Dark Winter), qui n'a pas été évoqué accidentellement par le téléprompteur de Biden lui-même lors du dernier débat présidentiel. Le scénario se rapproche de manière sinistre de celui du  Lock Step 2010 de la Fondation Rockefelller.

Pendant ce temps, le plan B est maintenu en mode "à vos marques, prêts, partez" : les linéaments d'un déchaînement mondial, axé sur la sphère d'influence de la "malveillante" Russie pour satisfaire une OTAN "réanimée" et le complexe militaro-industriel, qui a choisi le président élu par les médias, en premier lieu parce qu'il n'est rien de plus qu'une figure de carton-pâte.
 

http://tlaxcala-int.org/upload/gal_21691.jpg





Courtesy of Tlaxcala
Source: https://asiatimes.com/2020/11/first-comes-a-rolling-civil-war/
Publication date of original article: 09/11/2020
URL of this page : http://www.tlaxcala-int.org/article.asp?reference=30053

 

Tags: Bleus contre RougesÉtats-Désunis d'AmériquesÉtat profondAmeriKKKa
 

 
Print this page
Print this page
Send this page
Send this page


 All Tlaxcala pages are protected under Copyleft.