TLAXCALA تلاكسكالا Τλαξκάλα Тлакскала la red internacional de traductores por la diversidad lingüística le réseau international des traducteurs pour la diversité linguistique the international network of translators for linguistic diversity الشبكة العالمية للمترجمين من اجل التنويع اللغوي das internationale Übersetzernetzwerk für sprachliche Vielfalt a rede internacional de tradutores pela diversidade linguística la rete internazionale di traduttori per la diversità linguistica la xarxa internacional dels traductors per a la diversitat lingüística översättarnas internationella nätverk för språklig mångfald شبکه بین المللی مترجمین خواهان حفظ تنوع گویش το διεθνής δίκτυο των μεταφραστών για τη γλωσσική ποικιλία международная сеть переводчиков языкового разнообразия Aẓeḍḍa n yemsuqqlen i lmend n uṭṭuqqet n yilsawen dilsel çeşitlilik için uluslararası çevirmen ağı

 24/11/2020 Tlaxcala, the international network of translators for linguistic diversity Tlaxcala's Manifesto  
English  
 CULTURE & COMMUNICATION 
CULTURE & COMMUNICATION / Le journalisme et « les mots du pouvoir »
Date of publication at Tlaxcala: 04/11/2020
Original: Journalism and ‘the words of power’
Translations available: Italiano  Português/Galego 

Le journalisme et « les mots du pouvoir »

Robert Fisk (1946-2020) روبرت فيسك

Translated by  Viktor Dedaj

 

La relation entre le pouvoir et les médias est une question de sémantique, déclarait Robert Fisk au Forum Al Jazeera en 2010.

 


Robert Fisk au Foruim Al Jazeera en mai 2010. Photo Mohamed Nanabhay

 Note de la rédaction d’Al Jazeera : Robert Fisk, ancien correspondant de The Independent au Moyen-Orient, est décédé vendredi 30 octobre à l’âge de 74 ans. Au cours de ses décennies de carrière, il a couvert les principaux événements internationaux, notamment la guerre civile libanaise, l’invasion soviétique de l’Afghanistan, la révolution iranienne, l’invasion du Koweït par Saddam Hussein, les conflits dans les Balkans et le printemps arabe.

En tant que collaborateur régulier d’Al Jazeera, il s’est adressé au cinquième forum annuel d’Al Jazeera le 23 mai 2010 avec un discours-programme dans lequel il a fait valoir que les journalistes sont devenus prisonniers du langage du pouvoir.

Le pouvoir et les médias ne se résument pas à des relations conviviales entre journalistes et dirigeants politiques, entre rédacteurs en chef et présidents. Il ne s’agit pas seulement de la relation parasitaire-osmotique entre des reporters soi-disant honorables et le noyau dur du pouvoir qui se trouve entre la Maison Blanche et le département d’État et le Pentagone, entre Downing Street et le ministère des affaires étrangères et le ministère de la défense. Dans le contexte occidental, le pouvoir et les médias sont une question de mots - et de l’utilisation des mots.

C’est une question de sémantique.

Il s’agit de l’emploi de phrases et de clauses et de leurs origines. Et il s’agit de l’utilisation abusive de l’histoire ; et de notre ignorance de l’histoire.

De plus en plus aujourd’hui, nous, les journalistes, sommes devenus prisonniers du langage du pouvoir.

Est-ce parce que nous ne nous soucions plus de linguistique ? Est-ce parce que les ordinateurs portables "corrigent" notre orthographe, "ajustent" notre grammaire, de sorte que nos phrases se révèlent si souvent identiques à celles de nos dirigeants ? Est-ce pour cela que les éditoriaux des journaux ressemblent souvent aujourd’hui à des discours politiques ?

Laissez-moi vous montrer ce que je veux dire.

Depuis deux décennies maintenant, les dirigeants américains et britanniques - et israéliens et palestiniens - utilisent les mots "processus de paix" pour définir l’accord désespéré, inadéquat et déshonorant qui a permis aux États-Unis et à Israël de dominer les parcelles de terre qui seraient accordées à un peuple occupé.

J’ai d’abord remis en question cette expression, et sa provenance, à l’époque d’Oslo - même si nous oublions facilement que les capitulations secrètes à Oslo étaient elles-mêmes une conspiration sans aucune base juridique. Pauvre vieux Oslo, je pense toujours ! Qu’est-ce qu’Oslo a fait pour mériter cela ? C’est l’accord de la Maison Blanche qui a scellé ce traité grotesque et douteux - dans lequel les réfugiés, les frontières, les colonies israéliennes - et même les calendriers - devaient être retardés jusqu’à ce qu’ils ne puissent plus être négociés.

Et comme nous oublions facilement la pelouse de la Maison-Blanche - même si, oui, nous nous souvenons des images - sur lesquelles Clinton a cité le Coran, et Arafat a choisi de dire "Merci, merci, merci, Monsieur le Président." Et comment avons-nous appelé cette absurdité par la suite ? Oui, c’était "un moment d’histoire" ! Est-ce vrai ? Etait-ce ainsi ?

Vous rappelez-vous comment Arafat l’a appelé ? "La paix des braves". Mais je ne me souviens pas qu’aucun d’entre nous ait souligné que "la paix des braves" avait été utilisée à l’origine par le général de Gaulle à propos de la fin de la guerre d’Algérie. Les Français ont perdu la guerre en Algérie. Nous n’avons pas remarqué cette ironie extraordinaire.

C’est encore le cas aujourd’hui. Nous, journalistes occidentaux - encore une fois utilisés par nos maîtres - avons rapporté que nos joyeux généraux en Afghanistan ont dit que leur guerre ne pouvait être gagnée qu’avec une campagne pour gagner "les cœurs et les esprits ". Personne ne leur a posé la question évidente : N’était-ce pas la même phrase que celle utilisée pendant la guerre au Vietnam ? Et n’avons-nous pas - l’Occident - perdu la guerre au Vietnam ?

Et pourtant, nous, journalistes occidentaux, utilisons maintenant - à propos de l’Afghanistan - l’expression "les cœurs et les esprits" dans nos reportages comme s’il s’agissait d’une nouvelle définition du dictionnaire plutôt que d’un symbole de défaite pour la deuxième fois en quarante ans, dans certains cas utilisé par les mêmes soldats qui ont colporté ces absurdités - à un plus jeune âge - au Vietnam.

Il suffit de regarder les mots que nous avons récemment cooptés de l’armée américaine.

Lire la suite

 






Courtesy of Le Grand Soir
Source: https://www.aljazeera.com/amp/news/2010/5/25/journalism-and-the-words-of-power
Publication date of original article: 25/05/2010
URL of this page : http://www.tlaxcala-int.org/article.asp?reference=30006

 

Tags: Robert FiskJournalisme et pouvoirMédiamensongesPolitique du Moyen-Orient
 

 
Print this page
Print this page
Send this page
Send this page


 All Tlaxcala pages are protected under Copyleft.