TLAXCALA تلاكسكالا Τλαξκάλα Тлакскала la red internacional de traductores por la diversidad lingüística le réseau international des traducteurs pour la diversité linguistique the international network of translators for linguistic diversity الشبكة العالمية للمترجمين من اجل التنويع اللغوي das internationale Übersetzernetzwerk für sprachliche Vielfalt a rede internacional de tradutores pela diversidade linguística la rete internazionale di traduttori per la diversità linguistica la xarxa internacional dels traductors per a la diversitat lingüística översättarnas internationella nätverk för språklig mångfald شبکه بین المللی مترجمین خواهان حفظ تنوع گویش το διεθνής δίκτυο των μεταφραστών για τη γλωσσική ποικιλία международная сеть переводчиков языкового разнообразия Aẓeḍḍa n yemsuqqlen i lmend n uṭṭuqqet n yilsawen dilsel çeşitlilik için uluslararası çevirmen ağı

 24/11/2020 Tlaxcala, the international network of translators for linguistic diversity Tlaxcala's Manifesto  
English  
 USA & CANADA 
USA & CANADA / Rendre l’Amérique à nouveau Jeffersonienne
Date of publication at Tlaxcala: 26/10/2020
Original: Make America Jeffersonian Again
Translations available: Português/Galego 

Rendre l’Amérique à nouveau Jeffersonienne

Pepe Escobar Пепе Эскобар پپه اِسکوبار

Translated by  Réseau international

 

La planète entière a toutes les raisons de se demander comment tous ces nobles idéaux des Lumières que Thomas Jefferson a inscrits dans la Déclaration d’Indépendance de 1776 ont abouti à… Trump contre Biden.

Jefferson a emprunté librement à Locke, Rousseau, Hume pour en arriver à un « Greatest Hits » éminemment remarquable, mettant en avant des « vérités évidentes » telles que « tous les hommes naissent égaux », « droits inaliénables », et ce fulgurant « vie, liberté et poursuite du bonheur ».

Baudrillard aurait qualifié l’exercice de simple simulacre, car dans la vie réelle, aucune de ces rhétoriques édifiantes ne s’appliquait aux Amérindiens et aux Africains asservis.

Pourtant, il y a quelque chose d’infiniment fascinant dans ces « vérités évidentes ». Elles rayonnent en fait comme des axiomes de Spinoza, engendrant des vérités abstraites qui peuvent être extrapolées à volonté. Les « vérités évidentes » de Jefferson ont fini par créer l’ensemble de la structure massive de ce que nous définissons comme la « démocratie libérale occidentale ».

Il n’est donc pas étonnant que l’Amérique – qui se décrit toujours comme le « leader du monde libre » – considère ces « vérités évidentes » comme la base d’une société idéale.

Et c’est ce fleuve messianique de fervente vérité coulant d’un Himalaya de la Moralité qui conduit les Américains à considérer comme des « acteurs malveillants » toute nation ou société jugée comme « déviant » de ces évidences.

Ces maudits étrangers. Ils sont toujours prêts à mal faire.

Voici un mini-remix du dernier débat présidentiel de Trump-Biden. En termes de politique étrangère, cela donnait quelque chose comme ça.

La modératrice est désespérée de passer à autre chose car elle est très consciente des contraintes de temps et des affrontements incandescents qui se profilent à l’horizon : « Maintenant, je veux passer à la Défense. Il est établi que la Russie et la Chine s’immiscent dans notre processus électoral… »

Voici le matériel classique de « vérité évidente », livré selon les directives strictes du Council on Foreign Relations.

Partie Biden : tout pays qui interfère avec les élections américaines « en paiera le prix ». La Russie « a été impliquée, la Chine a été impliquée dans une certaine mesure, et l’Iran a été impliqué ». Ils interfèrent avec la « souveraineté américaine ». Rudy Giuliani a été utilisé « comme un pion russe ». Trump n’est « pas disposé » à affronter Poutine. La Russie a « déstabilisé l’OTAN » et « paie des primes pour tuer des Américains en Afghanistan ». Et la Chine « doit respecter les règles » – ou alors.

Partie Trump : « Vous voulez dire que le portable de l’enfer est un autre canular de la Russie, Russie, Russie ? »

Pour information : Joe Biden a accusé la Russie pour le contenu de l’ordinateur portable de son fils Hunter.

À propos de la Corée du Nord, quand Trump a dit qu’il s’entendait bien avec Kim Jong-Un, Biden a déclaré : « Nous avions de bonnes relations avec Hitler avant qu’il n’envahisse l’Europe ». Soit dit en passant, l’Allemagne est et reste en Europe. Et c’est quelque chose de voir Biden reconnaître en public le soutien industriel et politique avéré des États-Unis au nazisme.

Lire la suite

http://tlaxcala-int.org/upload/gal_23476.jpg

Scott Stantis





Courtesy of Réseau international
Source: http://www.tlaxcala-int.org/article.asp?reference=29903
Publication date of original article: 23/10/2020
URL of this page : http://www.tlaxcala-int.org/article.asp?reference=29954

 

Tags: Élection présidentielle USA 2020Trump contre BidenLaptop de Hunter Biden
 

 
Print this page
Print this page
Send this page
Send this page


 All Tlaxcala pages are protected under Copyleft.