TLAXCALA تلاكسكالا Τλαξκάλα Тлакскала la red internacional de traductores por la diversidad lingüística le réseau international des traducteurs pour la diversité linguistique the international network of translators for linguistic diversity الشبكة العالمية للمترجمين من اجل التنويع اللغوي das internationale Übersetzernetzwerk für sprachliche Vielfalt a rede internacional de tradutores pela diversidade linguística la rete internazionale di traduttori per la diversità linguistica la xarxa internacional dels traductors per a la diversitat lingüística översättarnas internationella nätverk för språklig mångfald شبکه بین المللی مترجمین خواهان حفظ تنوع گویش το διεθνής δίκτυο των μεταφραστών για τη γλωσσική ποικιλία международная сеть переводчиков языкового разнообразия Aẓeḍḍa n yemsuqqlen i lmend n uṭṭuqqet n yilsawen dilsel çeşitlilik için uluslararası çevirmen ağı

 24/11/2020 Tlaxcala, the international network of translators for linguistic diversity Tlaxcala's Manifesto  
English  
 EDITORIALS & OP-EDS 
EDITORIALS & OP-EDS / Les négationnistes ne doivent pas être privés de liberté d’expression
Date of publication at Tlaxcala: 22/10/2020
Original: Why we should rejoice at Holocaust deniers, not suppress them
Translations available: Italiano 

Les négationnistes ne doivent pas être privés de liberté d’expression

Norman Finkelstein

Translated by  Sayed Hasan سيد حسن

 

Une réponse au PDG de Facebook, Mark Zuckerberg, et au PDG de Twitter, Jack Dorsey.

Facebook et Twitter ont annoncé qu’ils interdiraient la négation de l’Holocauste sur leurs plateformes. Dans un livre à paraître, intitulé La Culture de la Censure, la liberté académique et moi, Norman Finkelstein soutient que la négation de l’Holocauste devrait être enseignée à l’université, et de préférence par un négationniste de l’Holocauste. Voici un extrait de son manuscrit.

Ce serait tourner en dérision la vérité et la liberté académique (affirme-t-on) si une université accordait une plate-forme aux négationnistes de l’Holocauste. Mais, pour commencer, il n’est pas évident de savoir exactement ce que les négationnistes nient. L’holocauste nazi dénote-t-il l’extermination de la communauté juive européenne ou de toutes les catégories de personnes systématiquement mises à mort ou vouées à la mort ? Si cela concerne seulement les Juifs, alors pourquoi ce traitement exclusif ? Si le critère est quantitatif – 5 à 6 millions de Juifs ont péri – pourquoi donc l’holocauste nazi jouit-il d’un statut privilégié, tel qu’il ne peut être remis en question ?
 
Quelque 30 millions de Russes ont été tués pendant la Seconde Guerre mondiale, mais aucun drapeau rouge n’empêche le débat tous azimuts sur cette destruction mortelle. De plus, si la singularité de l’holocauste nazi et le point en litige résident dans le nombre de tués, il est difficile de comprendre pourquoi un tabou serait placé sur la négation de l’Holocauste. La chose sensée à faire ne serait-elle pas simplement de présenter les preuves techniques du chiffre largement accepté de 5 à 6 millions ? Mais peut-être est-ce le critère qualitatif de la manière de procéder qui distingue l’extermination nazie : c’est-à-dire le processus d’extermination méthodique de type industriel / usine / chaîne de montage, culminant dans les chambres à gaz. Cependant, seule la moitié des Juifs décédés ont été tués dans les camps de la mort[1], tandis que Raul Hilberg, qui s’est concentré sur le « processus de destruction » dans son étude monumentale intitulée La destruction des Juifs d’Europe, met néanmoins l’holocauste nazi et le génocide rwandais dans la même catégorie (« L’histoire s’était répétée »), bien que le génocide des Tutsi ait été perpétré en utilisant les armes les plus primitives[2].
 
Pourtant, si le point de discorde est la technique utilisée, pourquoi ne pas simplement laisser les preuves des chambres à gaz parler d’elles-mêmes ? Si l’effet recherché du tabou sur la négation de l’Holocauste est de le faire disparaître, l’effet réel obtenu est d’éveiller les soupçons : pourquoi les négationnistes sont-ils muselés si les preuves démentent incontestablement leurs affirmations ? En effet, le tabou peut faire effet boomerang de plusieurs manières. L’Alliance internationale pour la mémoire de l’Holocauste définit la négation de l’Holocauste, entre autres, comme les « Tentatives de brouiller la responsabilité de la création de camps de concentration et de camps de la mort conçus et gérés par l’Allemagne nazie en rejetant la responsabilité sur d’autres nations ou groupes ethniques[3]. » Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou a épinglé la culpabilité ultime pour l’holocauste nazi sur le mufti palestinien de Jérusalem[4]. Doit-il être exclu des universités ? 
 




Courtesy of Le Cri des Peuples/Tlaxcala
Source: http://normanfinkelstein.com/2020/10/21/why-we-should-rejoice-at-holocaust-deniers-not-suppress-them-a-reply-to-facebook-ceo-mark-zuckerberg-and-twitter-ceo-jack-dorsey-by-norman-g-finkelstein/
Publication date of original article: 21/10/2020
URL of this page : http://www.tlaxcala-int.org/article.asp?reference=29893

 

Tags: facebookNorman FinkelsteinCensureHolocauste
 

 
Print this page
Print this page
Send this page
Send this page


 All Tlaxcala pages are protected under Copyleft.