TLAXCALA تلاكسكالا Τλαξκάλα Тлакскала la red internacional de traductores por la diversidad lingüística le réseau international des traducteurs pour la diversité linguistique the international network of translators for linguistic diversity الشبكة العالمية للمترجمين من اجل التنويع اللغوي das internationale Übersetzernetzwerk für sprachliche Vielfalt a rede internacional de tradutores pela diversidade linguística la rete internazionale di traduttori per la diversità linguistica la xarxa internacional dels traductors per a la diversitat lingüística översättarnas internationella nätverk för språklig mångfald شبکه بین المللی مترجمین خواهان حفظ تنوع گویش το διεθνής δίκτυο των μεταφραστών για τη γλωσσική ποικιλία международная сеть переводчиков языкового разнообразия Aẓeḍḍa n yemsuqqlen i lmend n uṭṭuqqet n yilsawen dilsel çeşitlilik için uluslararası çevirmen ağı

 20/10/2020 Tlaxcala, the international network of translators for linguistic diversity Tlaxcala's Manifesto  
English  
 EUROPE 
EUROPE / Eléments sur l’installation d’une dictature en Europe : Julian Assange face à l'Old Bailey, 7 -10 septembre 2020
Date of publication at Tlaxcala: 17/09/2020

Eléments sur l’installation d’une dictature en Europe : Julian Assange face à l'Old Bailey, 7 -10 septembre 2020

Monika Karbowska Моника Карбовска

 

Le voyage en Europe

Ce difficile voyage en Europe du 3 au 11 septembre 2020 fut à bien des égards un exploit. Je n’aurais jamais pu imaginer, lorsqu’il y a un an je décidai de voir de plus près les tribunaux anglais ou Julian Assange devait comparaitre, que l’année d’après je parcourrai les familières routes de l’Europe dans une atmosphère d’apocalypse sanitaire, de tension politique intense et de destruction d’un mode de vie, de valeurs, de systèmes juridiques, de tout ce qui a fait notre culture. Je suis obligée de placer le procès de Julian Assange dans ce contexte de cette forme de suicide collectif de nos sociétés qu’est en réalité la « crise du coronavirus » et de lier les deux phénomènes, même si certains penseront que c’est exagéré, et que la persécution d’un homme innocent n’a rien à voir avec l’ambiance sourde de peur dans laquelle nous sommes des millions à vivre depuis 6 mois. Tant pis. Ceci est ma vision et mon analyse. Le peu de liberté d’expression qui nous reste, je l’utilise pleinement et sans masque avant qu’ils ne soient en mesure de nous bâillonner et nous enfermer pour de bon.
 
Je quittais la France avec soulagement le 3 septembre en ayant l’impression, pour la première fois de ma vie, que le pays ou j’ai choisi de vivre il y a 28 ans s’est transformé en hôpital psychiatrique à ciel ouvert. Le cynisme des politiques disputait la palme du prix de la violence avec une hideuse dictature policière et hygiéniste imposée à coup de décrets illégaux par des préfets autoritaires dans la plus pure tradition de Vichy. L’Occident a déjà connu beaucoup de périodes de folie – la dernière et la plus destructrice fut la folie collective du fascisme et de la guerre des années 1930 et 40, mais 1914 -18 comme suicide collectif de la culture européenne fut marquant également. On a accusé les Yougoslaves des années 1990-98 de « suicider leur Nation », mais les Occidentaux d’aujourd’hui ne peuvent plus servir de modèle de démocratie et de raison pour personne ! La date fixée pour le lancement du jugement de Julian Assange m’a frappée, le 7 septembre 2020 étant le septembre 2020, jour du 80 anniversaire du début du « Blitz » - l’opération « Seelöwe », invasion programmée de la Grande Bretagne par Hitler, remplacée in extremis par 57 jours et nuits de bombardements continus des maisons et des usines britanniques par l’aviation nazie. Cette date est aussi le symbole de la Résistance du peuple anglais au fascisme, et le début de la fin de la marche victorieuse du nazisme allemand sur l’Europe. Si les élites britanniques ont décidé de jeter un voile d’oubli sur cette date, elle ne m’a néanmoins pas échappé grâce à des auteurs comme Joshua Levine[i].
 
Imposition du masque obligatoire partout dans les rues, les parcs, les jardins, les champs de la banlieue, les bureaux, les ateliers, les transports, les magasins, les rares lieux culturels et sociaux encore résistants… 22H sur 24 pour de nombreux prolétaires. Port du masque muselière empêchant de respirer et de s’exprimer pour tous les enfants et les jeunes de France, chicanes et punitions pour ceux qui demandent à avoir leur mot à dire. Des enfants exclus des école pour cause de pseudo tests covid, privés d’éducation suite à de fermetures d’école complètement illégales aux regards de la Convention de l’ONU des Droits de l’Enfant sans parler de notre Constitution et autres textes fondamentaux… Interdiction policière des rassemblements et manifestations. Paris ville vide à nouveau, car personne n’a envie de se promener avec la muselière la peur au ventre de voir les flics débouler pour te coller une amende pour physique non adéquat. Les bars du bord de Seine de nouveau vides de jeunes alors même que ce sont les rares lieux ou on peut enlever pour 1 heure ou 2 notre symbole de soumission à Macron et à l’idéologie covidienne. Comment tuer économiquement, socialement et politiquement une ville, une nation, un pays. Je sentais l’ambiance lourde de menaces policières et je me réjouissais à l’idée de m’aérer ailleurs. Mais je n’avais pas encore vu l’état réel de l’Europe…
 

L’Allemagne décrète l’embargo sur la France

La veille de mon départ je consulte le site de l’ambassade allemande en France et j’ai la désagréable surprise de lire que notre puissant voisin a décrété la France zone pestiférée et imposé une quarantaine aux voyageurs venant de l’Ile de France, du Midi et des Antilles. Comment les Allemands comptent ils vérifier qui vient d’où sachant que les transports collectifs (trains et bus) pour chez eux partent de Paris ? Le site du gouvernement allemand ne fournit pas de détails. Comme toujours dans l’affaire du covid le discours médiatique et la violence réelle de la police tiennent lieu de Loi, l’Etat de droit a été relégué dans nos pays au rang de souvenir des « temps anciens » par opposition au « Nouveau Monde » que la gauche espère toujours voir naitre spontanément comme enfant de la « crise du covid ».
 
La réponse m’est donnée le lendemain dans la lourde atmosphère de cris, d’insultes et de tension qui règne à la gare low cost de Bercy désormais dans les mains de l’entreprise monopoliste allemande Flixbus. 25 personnes attendent de pouvoir monter dans le Paris-Berlin, dans la saleté d’une gare jamais nettoyée et en étouffant sous le masque obligatoire obstruant les voies respiratoires, alors que les deux chauffeurs de bus polonais leur crient directives et menaces dans un mauvais Anglais. Nous attendons une heure debout comme un bétail docile qui ne sait pas à quelle sauce il va être mangé. Les chauffeurs nous interdisent de mettre nos sacs dans la bagagerie du bus car à cause de nouvelles « mesures » de l’Allemagne déclarant la France « zone rouge » nous devons d’abord montrer nos papier d’identité aux chauffeurs et remplir une curieuse attestation « Passenger Locator Card ». Cette feuille de papier A4 parle de « special rules » (normes spéciales) qui s’appliquent désormais aux voyageurs de France déclarée « high risk area» (zone à haut risque) par les « autorités de l’Allemagne »(qui ?). Nous devons remplir le formulaire car omettre ou cacher des informations peut être puni d’une « amende de 25 000 Euros ».Le formulaire exige de savoir d’où nous venons, nos noms et dates de naissances, notre nationalité, notre numéro de téléphone, l’adresse ou nous allons rester et les adresses ou nous voilons nous rendre les 14 jours prochains. En bas je distingue un questionnaire de « santé covid » - avez-vous de la fièvre, de la toux, perte de gout et d’odorat. La dernière question exige de savoir si on a eu le test du covid, quel a été son résultat et dans quel pays il a été fait !

Les gens sont comme sonnés par la violence de la charge, pressentant l’illégalité monstrueuse de la chose, mais ne pouvant se défendre car otage de la firme Flixbus qui peut leur refuser de voyager. Un homme néanmoins proteste qu’il a payé son billet et qu’il n’est pas question qu’il ne monte pas dans le bus. Les deux chauffeurs polonais, un homme et une femme, sont visiblement terrorisés eux-mêmes mais remplissent leur rôle de kapos en criant violemment sur l’homme, en appelant des agents de sécurité privés de la gare et en menaçant que la « Polizei » va s’occuper de lui à Berlin s’il ne remplit par le formulaire. Je suis très inquiète et excédée , d’autant plus qu’une Ukrainienne mal élevée me pousse dans le dos pour me passer devant. Mais je calme le jeu en parlant doucement en Polonais aux deux chauffeurs. Mes mots amènent un peu d’humanité dans cette folie et la femme finit par faire son job et enregistrer les voyageurs, leur bagages et les installer dans le bus. Elle finit par nous faire remplir les formulaires et nous les prend des mains (je ne remplis pas les adresses et ni la partie « avez-vous eu le covid ». Après tout j’ai acheté un billet pour la Pologne, l’Allemagne n’est qu’un transit). Nous partons soulagés. Alors que Flixbus a condamné les toilettes pour cause de « coronavirus », le chauffeur polonais finit par se comporter en vrai professionnel : il sait qu’ils transportent des humains et pas une cargaison de bétail dans un wagon plombé sur 1300 km du Paris-Berlin. Une fois loin de Bercy, il ouvre la porte des toilettes pour nous permettre de les utiliser. Il s’arrête même dans la nuit sur une aire d’autoroute pour une pause interdite par son employeur. Tous les masques tombent au cours de la nuit, et je suis soulagée de voir le visage marquée mais humain de la femme chauffeur si stressée.
 

Violations des droits en Europe

J’examine alors le formulaire de Flixbus et toutes les violations des lois me sautent aux yeux immédiatement. Le formulaire ne mentionne aucune institution : quelle institution a décrété en Allemagne la France « high risk zone » ? Sur quelle base légale ? Un décret ? Une Loi ? Une circulaire ? On n’a pas le droit de menacer les gens de punition ni d’amende simplement comme ça sur une feuille de papier sans aucun en tête d’institution publique et de faire porter la responsabilité des menaces aux employés de l’entreprise privée, ici Flixbus. Flixbus en tant qu’entreprise privée se rend coupable de nombreuses violations de droits en obligeant ces clients à lui fournir des informations aussi sensibles que l’état de santé de ses clients (« avez-vous eu de la toux, de la fièvre, aves vous fait le test covid et quel a été le résultat » ?), leurs adresses de résidences dans plusieurs pays, leurs numéros de téléphone. Je soupçonne que la « Polizei » qui sert d’épouvantail est un storytelling destiné à nous faire peur, comme souvent aussi bien dans l’affaire Assange que dans l’affaire du Covid. En effet, nous passons la frontière sans aucun contrôle de la police aux frontières qui elle n’a pas l’air d’avoir envie de participer des mesures arbitraires de la folie « covidienne». Elle laisse cela aux employés de Flixbus…
 
Nous avons deux heures de retard lorsque nous arrivons à Berlin le lendemain matin. Il ne me reste qu’une heure pour mon bus pour la Pologne. Mais alors que nous arrivons au ZOB «(Zentraler Omnibus Banhof), un événement inquiétant se produit : le bus rentre dans le parking de la gare, tourne un peu puis ressort. Les voyageurs se lèvent de leur siège inquiets : où sommes-nous donc conduits, enfermés que nous sommes dans cette boite de métal ?
 
Le bus contourne l’espace du ZOB et apparait alors un espèce de « camp » composé de tentes blanches derrière des barrières de sécurité gardées par des hommes en uniforme.Plus tard je verrai que le camp était estampillé « Deutsches Rotes Kreuz », Croix Rouge allemande. Le bus cale devant le camp sans cependant ouvrir la porte et les « policiers » s’approchent. Les voyageurs ont un mouvement de panique. La chauffeur polonaise a peur. Elle lâche « Polizei Polizei », crie que nous n’allons pas sortir si nous n’obéissons pas et si nous ne faisons pas le test du covid, tout en nous redistribuant les fameux formulaires. En fait de police, ce sont des agents de sécurité privés, des migrants visiblement. Je me tourne vers la chauffeur et je lui dis en Polonais que je ne vais pas en Allemagne mais en Pologne et qu’en l’occurrence forcer les gens à faire un test médical est illégal. Son collègue ouvre alors la portière et tout va très vite. Je sors la première et je cours vers l’agent de sécurité privé. Je lui crie en Allemand, mon billet à la main « Je ne vais pas en Allemagne mais en Pologne, mon bus part tout de suite ! » Il me regarde dans les yeux et il a compris que j’ai compris : « prends tes bagages et sauves toi» me crie-t-il. Je ne demande pas mon reste, j’attrape mon sac à dos et je cours de toutes mes forces pour mettre le plus possible de distance entre moi et le bus. Je rentre dans le parking du ZOB en courant. Un homme s’approche alors de moi et me demande si je « viens de Paris ». Je prends peur qu’il ne soit un flic en civil et je dis « nein » ! A tout prix ne pas être identifiée à la France, le pays des pestiférés !
 
Je ne peux me reposer que quand je constate que la vie se déroule à peu près normalement dans cette grande gare de la capitale de l’Allemagne. Quasiment pas de masques, sauf dans les bus au moment de monter, une pizzeria qui fonctionne, des voyageurs qui se comportent normalement, loin de la folie dans laquelle nous vivons depuis 6 mois en France. Le bus pour la Pologne est presque vide, le chauffeur est détendu. Une co-voyageuse polonaise de 70 ans me raconte sa vie dans la ville de Police, grande ville industrielle de la banlieue de Szczecin, haut lieu d’industrie chimique construite par la Pologne Populaire et privatisée au profit des oligarques allemands. Elle me raconte que sa famille de « l’est », les territoires ukrainiens, ont reconstruit la ville des ruines, mais aussi utilisé les maisons et objets des anciens habitants allemands chassés par les décisions alliés de Potsdam. En une heure j’ai droit à une belle réflexion humaniste sur la folie de la guerre, ceux qui en ont souffert de part et d’autre de la frontière germano-polonaise désormais sur l’Oder et sur la réconciliation entre les peuples. Elle est fière de me raconter son histoire d’ouvrière polonaise et aussi de se dire « anticléricale » en m’annonçant le mariage non religieux de sa fille, ce qui pour une Polonaise est une marque importante de convictions de gauche. La Pologne telle que cette femme me présente me remplit de bonheur et d’amour. C’est cette Pologne que j’aimerais voir revivre dans la liberté et la dignité.
 

Othman Selmi, Tunisie

 

II

Lundi 7 septembre 2020 – premier jour à la Old Bailey

Nous sommes stressés par l’incident policier et je ne peux pas me lever au plus tôt. Nous n’arrivons à la Old Bailey qu’un peu après 6 heures du matin. 4 personnes sont déjà debout avec deux pancartes devant le rideau tiré du Passage Warwick. On ne sait pas si c’est bien ici que public va entrer mais nous n’avons pas le choix que de nous placer à leur suite. On les salue et on reste polies mais la tension montera vite et restera vive toute la journée. Jamie, Sandra, le journaliste allemand Moritz Müller et deux autres hommes jouent le rôle de « chauffe place » - ils font la queue pour d’autres et cèderont leur place à la dernière minute. Ce ne sont évidemment pas des règles équitables du premier arrivé premier servi, j’estime qu’il n’y a pas de personne plus importante que d’autres et personne ne doit servir de larbin à quelqu’un, mais ce n’est pas le problème le plus aigüe. Le plus dur est que même si nous restons calmes, les « supporters » se sentent autorisés à resquiller et nous passer devant, de sorte qu’au bout de 3 longues heures d’attente alors qu’un agent de sécurité ouvre la grille et que nous pouvons rentrer dans l’étroit boyau du passage, nous nous retrouverons dixièmes dans la file alors que nous étions cinquièmes le matin.
 
 
https://encrypted-tbn0.gstatic.com/images?q=tbn%3AANd9GcRIoHVZ37DqdrhR5mFc4wvQ3g3wXN4SV4JZbg&usqp=CAU

III

Mercredi 9 septembre 2020

Julian Assange face à la Famille

Le troisième jour nous sommes devant la porte encore plus tôt que la veille. Je suis confiante. Jamie a perdu sa course imaginaire. Deepa tient la porte pour Rebecca Vincent à qui je cèderai moi-même la place à midi. De 5h30 à 10h cela nous laisse le temps de discuter à trois de la situation politique en Europe, de l’histoire de la Révolution Française et du système de Vienne encerclant la France pendant tout le 19 siècle révolutionnaire. Nous nous interrogeons sur la persistance du système féodal sur le territoire de la Grande Bretagne avec cette enclave de banquiers et de multinationales qui fonctionne comme une mafia d’intérêts privés parasitant les Etats et se riant de leur souveraineté.
 
Vers 9h30 une jeune fille blonde habillée de noir de style « années 80 le renouveau » vient frapper à la porte. L’agent de sécurité de l’escalier est l’homme âgé du lundi. Elle est une victime qui doit témoigner dans un des vrais procès de la Criminal Court. L’homme la renvoie vers la porte de la rue ou quelques personnes attendent. On est loin des foules du lundi. La cour ne semble pas fonctionner à plein régime, il n’y a quasiment plus de familles qui viennent. La femme revient et lui répète qu’on la renvoie d’un endroit à un autre et qu’elle ne comprend pas en tant que victime comment le tribunal peut dysfonctionner ainsi. La deuxième fois elle pleure devant nous. Rien que venir ici est éprouvant, nous le comprenons, cette attente dehors n’en est que plus injuste et incompréhensible.
 
http://tlaxcala-int.org/upload/gal_23181.jpg




Courtesy of Monika Karbowska
Source: https://www.facebook.com/notes/monika-karbowska/el%C3%A9ments-sur-linstallation-dune-dictature-en-europe-julian-assange-%C3%A0-la-old-bail/3475857585814269/
Publication date of original article: 17/09/2020
URL of this page : http://www.tlaxcala-int.org/article.asp?reference=29631

 

 
Print this page
Print this page
Send this page
Send this page


 All Tlaxcala pages are protected under Copyleft.