TLAXCALA تلاكسكالا Τλαξκάλα Тлакскала la red internacional de traductores por la diversidad lingüística le réseau international des traducteurs pour la diversité linguistique the international network of translators for linguistic diversity الشبكة العالمية للمترجمين من اجل التنويع اللغوي das internationale Übersetzernetzwerk für sprachliche Vielfalt a rede internacional de tradutores pela diversidade linguística la rete internazionale di traduttori per la diversità linguistica la xarxa internacional dels traductors per a la diversitat lingüística översättarnas internationella nätverk för språklig mångfald شبکه بین المللی مترجمین خواهان حفظ تنوع گویش το διεθνής δίκτυο των μεταφραστών για τη γλωσσική ποικιλία международная сеть переводчиков языкового разнообразия Aẓeḍḍa n yemsuqqlen i lmend n uṭṭuqqet n yilsawen dilsel çeşitlilik için uluslararası çevirmen ağı

 28/09/2020 Tlaxcala, the international network of translators for linguistic diversity Tlaxcala's Manifesto  
English  
 CULTURE & COMMUNICATION 
CULTURE & COMMUNICATION / La dissolution de l’universalisme libéral
Date of publication at Tlaxcala: 17/09/2020
Original: The dissolution of liberal universalism
Translations available: Español  Português/Galego 

La dissolution de l’universalisme libéral

Alastair Crooke

Translated by  Réseau international

 

Pendant longtemps, les villes d’Europe (et du reste du monde) se sont naturellement développées autour des besoins sociaux, économiques et politiques de la population. Il en est résulté les formes bien connues et très appréciées de villes et villages anciens, construits en bois, en brique ou en pierre. Ce modèle est resté inchangé pendant des siècles. Puis sont survenues les deux « Guerres Mondiales ».

Dans leur sillage sont apparues la poussée libérale et mondialiste initiale et, parallèlement, le « style internationaliste » fade et dé-cultivé de l’architecture (le précurseur de la politique actuelle de brouillage de l’identité et du genre). Les deux impulsions étaient liées : Elles sont toutes deux nées du sentiment populaire (compréhensible) « Plus jamais (la guerre) ».

Les libéraux du XIXe siècle avaient pensé qu’une fois les grands régimes impériaux européens, le nationalisme et l’appartenance culturelle effacés, nous pourrions vivre ensemble en paix et réaliser notre destin de manière productive et utopique.

Le libéralisme ouest-européen était devenu, en quelque sorte, la « monnaie » rhétorique – et littérale – du monde (le dollar), et l’architecture internationaliste supposait une sorte de fadeur et d’homogénéité universaliste appropriée qui semblait sous-tendre les prétentions du libéralisme à la convergence humaine et au cosmopolitisme. Il était cependant explicitement conçu comme un outil permettant d’expulser la culture – comme un ensemble de coutumes, une manière d’être, qui n’a de valeur que parce qu’elle est propre – du monde.

Les aéroports, partout dans le monde, se ressemblaient. Les hôtels et les centres-villes étaient devenus si « universels » qu’il était difficile de se rappeler dans quelle ville on se trouvait. Partout, le dollar était accepté. C’étaient les « bonnes choses » qu’une monnaie mondiale et un « récit » mondial apportaient avec eux. Cela a donné le sentiment que « l’ethos » des Lumières contenait le germe de quelque chose de vraiment universel.

C’était illusoire – le fait d’être partout dans le monde, plutôt qu’à un endroit, a donné un faux signal. Ce n’était pas du tout de l’universalisme – comme cela s’est avéré – mais une poussée momentanée d’eurocentrisme.

Aujourd’hui, avec l’effondrement de la puissance douce de l’Amérique et la société américaine rongée par des fissures internes, même l’illusion de l’universalisme ne peut être maintenue. Le « secret » crasseux du libéralisme est dévoilé : Ses principes fondamentaux ont pu être projetés comme un projet universel, seulement tant qu’il est soutenu par le pouvoir. À l’époque de J.S. Mill, la revendication civilisationnelle répondait au besoin de légitimation des colonies de l’Europe. Et Mill l’a tacitement reconnu lorsqu’il a validé le défrichement des populations indigènes américaines – comme une catégorie de population non productive.

Aujourd’hui, avec le libéralisme largement reconnu comme Le Dieu qui a Échoué, d’autres États se présentent, se proposant comme des États « civilisationnels » séparés et tout aussi convaincants. Ils rejettent le modèle occidental d’État-nation. Et en tant qu’États-civilisation, ils sont organisés autour de la culture plutôt que de la politique. Lié à une civilisation, l’État a la tâche primordiale de protéger une tradition culturelle spécifique. Son champ d’action englobe toutes les régions où cette culture est dominante.

Lire la suite





Courtesy of Réseau international
Source: https://www.strategic-culture.org/news/2020/08/31/the-dissolution-of-liberal-universalism/
Publication date of original article: 31/08/2020
URL of this page : http://www.tlaxcala-int.org/article.asp?reference=29623

 

Tags: Universalisme libéralDéclin de l'Empire USUErope contre EurasieÉtats de civilisation contre États-nations
 

 
Print this page
Print this page
Send this page
Send this page


 All Tlaxcala pages are protected under Copyleft.