TLAXCALA تلاكسكالا Τλαξκάλα Тлакскала la red internacional de traductores por la diversidad lingüística le réseau international des traducteurs pour la diversité linguistique the international network of translators for linguistic diversity الشبكة العالمية للمترجمين من اجل التنويع اللغوي das internationale Übersetzernetzwerk für sprachliche Vielfalt a rede internacional de tradutores pela diversidade linguística la rete internazionale di traduttori per la diversità linguistica la xarxa internacional dels traductors per a la diversitat lingüística översättarnas internationella nätverk för språklig mångfald شبکه بین المللی مترجمین خواهان حفظ تنوع گویش το διεθνής δίκτυο των μεταφραστών για τη γλωσσική ποικιλία международная сеть переводчиков языкового разнообразия Aẓeḍḍa n yemsuqqlen i lmend n uṭṭuqqet n yilsawen dilsel çeşitlilik için uluslararası çevirmen ağı

 30/09/2020 Tlaxcala, the international network of translators for linguistic diversity Tlaxcala's Manifesto  
English  
 UNIVERSAL ISSUES 
UNIVERSAL ISSUES / J'ai travaillé comme Turque mécanique pour Amazon
Date of publication at Tlaxcala: 15/09/2020
Original: Ho lavorato come Turca Meccanica per Amazon

J'ai travaillé comme Turque mécanique pour Amazon

Clara Mogno

Translated by  Fausto Giudice Фаусто Джудиче فاوستو جيوديشي

 

Nouvelles formes de travail : reportage. 15 dollars pour 40 heures sur Amazon Mechanical Turk, le marché de microtravaux numériques créé par Jeff Bezos en 2005. 500 000 « Turcs » opèrent sur la plate-forme aux USA et en Inde. « Voilà comment j'ai enseigné aux algorithmes à devenir intelligents » « Organiser des luttes, créer des courts-circuits dans les systèmes algorithmiques, imaginer et pratiquer une libération du travail via les automates, établir un revenu inconditionnel et universel ».

 

Clara contre la machine- Dessin de Clara Mogno

J'ai travaillé comme Turque mécanique pour Amazon. Avec mon ordinateur, j'ai mis mon humanité à la disposition d'Amazon Mechanical Turk, le service de micro-travaux numériques créé par Jeff Bezos en 2005. Pendant environ 40 heures, j'ai travaillé à la reconnaissance d'images, à la lecture de tickets de caisse et à la transcription de divers enregistrements audio, ce qui m'a rapporté presque 15 dollars. Je n'ai pas seulement enregistré et analysé les reçus d'une boutique de vin du Wisconsin. J'ai également appris aux robots à être plus humains en évaluant, positivement ou négativement, leur diction, leur prononciation et leur intonation lors de la lecture de textes courts : ce qui m'était demandé était d'évaluer leur caractère artificiel. Puis j'ai appris à certains à dire bonjour, à ouvrir des bouteilles et à hocher la tête en enregistrant des vidéos.

J'ai travaillé avec des milliers d'autres travailleurs du numérique. Dans le monde, et en particulier aux USA et en Inde, au moins 500 000 travailleurs du numérique sont impliqués dans la transmission de gestes, dans le décodage de gestes et de mots, bref dans l'humanisation de l'automate. Comme eux, comme moi, Il existe de nombreux autres marchés numériques dans le monde où des millions de Turcs mécaniques comme eux, comme moi, entraînent des algorithmes à devenir intelligents.

Il y a des tâches que, pour l'instant, seuls les humains peuvent accomplir. Et c'est bien entendu Bezos qui avec Amazon Mechanical Turk se propose comme intermédiaire entre particuliers, parfois entre institutions et groupes de recherche d’universités usaméricaines. Sur cette plateforme numérique se rencontrent les employeurs et une multitude de travailleurs potentiels à l'échelle mondiale.

Comment fonctionne cette place de marché numérique ? Pour avoir une première idée de ce qu'offre cette plateforme, il suffit de lire les pages de présentation du site, ou les conseils fournis aux utilisateurs : une main-d'œuvre mondiale (et, compte tenu du fuseau horaire, disponible 24 heures sur 24, 7 jours sur 7), payée presque rien et potentiellement illimitée.

C'est l'intelligence humaine - la capacité de reconnaître des images, des sons, d'exprimer des opinions, de porter des jugements, d'exprimer des préférences - qui est mise à contribution dans le Turc mécanique. Seulement, dans ce cas, ce n'est pas une partie d'échecs pour amuser Marie-Thérèse d'Autriche comme ce fut le cas pour l'automate de von Kempelen, à l'origine du « Turc mécanique » dont Bezos s'est inspiré.

Ici, on ne joue pas, on travaille. Et vous travaillez potentiellement partout et toujours, tout ce que vous avez à faire est de vous connecter à l'internet. Alors pourquoi payer un employé pour qu'il remplisse le registre des dépenses de votre entreprise alors que ce travail peut être effectué par des centaines de travailleurs à 1 centime par reçu ?

Et qu'est-ce que gagne Amazon ? Environ 20 à 40 % de la rétribution prévue pour chaque HIT, qui signifie Human Intelligence Tasks, mais qui rappelle immédiatement le verbe « to hit », frapper, faire mouche. Le travail est parcellisé : chaque utilisateur ne cataloguera qu'une partie des pantalons de l'inventaire (jeans, bermudas ou leggings ?), ne verra qu'une partie des reçus à inventorier, ne lira qu'une partie des plaques à reconnaître. Alors que je travaillais, derrière des claviers d'on ne sait où, des collègues anonymes ont contribué à confectionner le travail, pas avant d'avoir obtenu la « qualification » nécessaire pour le faire - un test initial (d'humanité ?) qui permet d'accéder à l’HIT.

Vous connaissez le captcha, les questions et réponses permettant de déterminer si l'utilisateur est un humain et non un ordinateur ? C'est un type de tâche qui est demandé aux travailleurs du Turc d’Amazon. Ou plutôt, cela leur est « offert ». Oui, car pour accéder aux tâches, vous devez cliquer sur « Accept&work » dans une délégation complète de responsabilité.

Vous ne travaillez pas pour Amazon, vous travaillez sur Amazon pour des tiers qui, s'ils ne sont pas satisfaits, peuvent décider de ne pas accepter le travail effectué et par conséquent de ne pas payer le travailleur numérique. Derrière le quality management de cette main-d'œuvre élastique se cache le pouvoir discrétionnaire de l'employeur qui, s'il le souhaite, peut décider de refuser le travail effectué par le travailleur numérique sans toutefois être obligé de justifier son choix. Viennent ensuite les rankings (classements) d'évaluation des travailleurs, les pourcentages d'achèvement du travail et les statistiques de productivité : comme pour les services de livraison (livreurs de Deliveroo ou Foodora, ou cavaliers, par exemple), le travailleur a accès à ces données et, dans le processus d'évaluation du travail de ces nouvelles figures de l'auto-entreprenariat, il est fondamental de maintenir le score à un niveau élevé.

Dans le Turc mécanique, il y a plus. Des enquêtes à l'infini sur la consommation de boissons énergétiques, des questionnaires sur la façon dont vous passez votre temps libre, si vous préférez tel camping en Australie ou si vous pensez qu'il vaut mieux aller dans au bed & breakfast de la ville voisine, si vous pensez qu'un certain produit est suffisamment médiatisé. Les données sont la nouvelle grande richesse, le vrai produit, la valeur à extraire, le nouvel or à conquérir. Les groupes de recherche scientifique constituent un autre chapitre de cette histoire. Pour obtenir rapidement des données, ils s'appuient sur Amazon et contribuent ainsi à un nouveau type d'exploitation.

Qui sont les Turcs, alors ? Les statistiques parlent d'elles-mêmes : la plupart d'entre eux sont des citoyens indiens et usaméricains. Ces derniers sont « qualifiés », grâce à leur localisation via l'adresse IP, pour accéder aux HIT les plus rentables. Ils sont les seuls à pouvoir voir leurs revenus transférés sur leurs comptes bancaires. Oui, c'est exact. Devinez comment le Turc Mécanique d'Amazon paie si vous n'appartenez pas à ces deux groupes, ou plutôt si vous ne vous connectez pas depuis ces deux régions ? En plus de la nuisance, on se fout de votre gueule : vous ne recevez pas de « vrai » argent à dépenser pour le loyer ou dans la librairie du quartier. Vous êtes payés en bons d’achat sur amazon.com.

Mais les parcours de subjectivation et les possibilités d'organiser des revendications ne manquent pas, tant en ce qui concerne l'Amazon Mechanical Turk que, de manière générale, la gig economy (économie à la tâche), l'économie des « petits boulots » qui ne sont rien d'autre que des formes de travail et de revenu nouvelles, ou réactivées et traduites. La toile, en plus de permettre la structuration de ce type d'exploitation, peut être un instrument pour organiser la résistance et les contre-attaques. Les forums, les pages Facebook, les groupes Whatsapp et Telegram, bien qu'ils extraient (qui plus, qui moins) de la valeur de notre activité en ligne, peuvent être utilisés pour s'organiser au niveau mondial, pour mettre en relation les travailleurs numériques parcellisés par la manière même de fonctionner de la plateforme.

Le nouveau Turc mécanique a un but, d'ailleurs évident pour le maître d'échecs qui s'y cache, complice ainsi de sa propre mise à mort : il faut rendre le joueur d'échecs inutile, et l'automate en revanche autonome par l'acquisition des compétences nécessaires pour travailler comme un vrai humain. Amazon, c'est sûr, économisera des bons d'achat. Ce qui nous reste à faire, à nous autres, c’est d’organiser de nouvelles formes de lutte, de réfléchir à comment court-circuiter le système, en imaginant peut-être, oui, une libération du travail par les automates, mais aussi un revenu inconditionnel et universel.

 

Le Turc mécanique, gravure sur cuivre de Racknitz, 1789

http://tlaxcala-int.org/upload/gal_21691.jpg





Courtesy of Tlaxcala
Source: https://ilmanifesto.it/ho-lavorato-come-turca-meccanica-per-amazon/
Publication date of original article: 28/04/2018
URL of this page : http://www.tlaxcala-int.org/article.asp?reference=29482

 

Tags: Mechanical Turk d'AmazonEsclavage numériqueNouvelles formes de travailDictature des algorithmes
 

 
Print this page
Print this page
Send this page
Send this page


 All Tlaxcala pages are protected under Copyleft.