TLAXCALA تلاكسكالا Τλαξκάλα Тлакскала la red internacional de traductores por la diversidad lingüística le réseau international des traducteurs pour la diversité linguistique the international network of translators for linguistic diversity الشبكة العالمية للمترجمين من اجل التنويع اللغوي das internationale Übersetzernetzwerk für sprachliche Vielfalt a rede internacional de tradutores pela diversidade linguística la rete internazionale di traduttori per la diversità linguistica la xarxa internacional dels traductors per a la diversitat lingüística översättarnas internationella nätverk för språklig mångfald شبکه بین المللی مترجمین خواهان حفظ تنوع گویش το διεθνής δίκτυο των μεταφραστών για τη γλωσσική ποικιλία международная сеть переводчиков языкового разнообразия Aẓeḍḍa n yemsuqqlen i lmend n uṭṭuqqet n yilsawen dilsel çeşitlilik için uluslararası çevirmen ağı

 15/08/2020 Tlaxcala, the international network of translators for linguistic diversity Tlaxcala's Manifesto  
English  
 USA & CANADA 
USA & CANADA / Seattle, USA : comment la Zone autonome de Capitol Hill s'est fait hara-kiri
Date of publication at Tlaxcala: 10/07/2020
Original: Seattle: How CHAZ got the CHOP – social justice Animal Farm goes to the slaughterhouse

Seattle, USA : comment la Zone autonome de Capitol Hill s'est fait hara-kiri

Robert Barnes

Translated by  Entelekheia

 

La CHAZ (Zone autonome de Capitol Hill, à Seattle) [1] a été guillotinée. Le plus éphémère des gouvernements révolutionnaires américain a jeté l’éponge. Que pouvait-on attendre d’autre de rebelles formés dans des espaces sécurisés, formés aux réseaux sociaux et au théâtre de rue ? Le Che n’est pas un T-shirt, les enfants.

La zone autonome de Capitol Hill (CHAZ) avait même subi un changement de nom de type post-colonial pour devenir Capitol Hill Occupied Protest (CHOP) avant que la police de Seattle ne les réveille au lever du soleil pour reprendre le terrain et le rendre à la ville de Seattle. Ce nouvel épisode de la Guerre de Sécession de 1860 ressemblait plus à New York 1997 [2] qu’à une utopie antifa. Mendier pour obtenir de la nourriture et des médicaments auprès de gens extérieurs à la zone tout en bloquant les clients et les vendeurs des maisons et des commerces locaux dépassait même la naïveté de leurs prédécesseurs de Grant Park en 1968. [3]

Les véritables révolutions font appel à l’histoire, s’approvisionnent auprès des populations indigènes et forment leurs équipes à la survie et à l’autosuffisance. Les vrais révolutionnaires ne sont pas éduqués dans des espaces sécurisés, [4] formés à Twitter, et uniquement experts en théâtre de rue.

L’Antifastan ne savait rien de tout cela et cela a révélé la faiblesse fondamentale de cette nouvelle sorte de candidats à la rébellion gauchiste. Le seul tribunal de l’opinion publique qu’ils puissent gagner est celui des réseaux sociaux, où Big Brother peut les favoriser comme le faisaient papa et maman quand ils étaient enfants. Mais attention à ne pas déranger le maire pendant l’heure du chardonnay, sinon plus de lait et de cookies (ou, dans ce cas, d’espace urbain, de barricades en béton et de toilettes portatives fournies par la ville pour jouer au révolutionnaire), pour vous.

Les contradictions internes indépassables de l’idéologie intersectionnelle sont vite venues à bout de toute tentative de gouvernance de la CHAZ, pour aboutir à une tragi-comédie orwellienne involontaire. La CHAZ a essayé une structure sociale construite sur une « hiérarchie inversée de l’oppression », où la médaille d’or dépendait de l’ascendance, de la biologie ou de l’auto-identification à un statut sexuel choisi, tandis que les perdants du tribunal de l’histoire pratiquaient des rituels publics d’auto-humiliation de type révolution culturelle ou des confessions de type pénitences de l’Inquisition. La seule chose qui manquait était le consultant d’entreprise à 600 dollars de l’heure pour leur apprendre à gérer leur culpabilité pour les actes commis par leurs ancêtres. Bien sûr, tout cela s’est vite transformé en exigences fondées sur la couleur de peau, avec des « réparations » de 10 dollars de la part de chaque non-Afro-américain à chaque Afro-Américain, avant de s’effondrer via un retour de la ségrégation raciale, avec allocation de ressources en fonction de la race, de la couleur de peau et de l’ascendance. C’était Animal Farm de George Orwell, version justice sociale.

Lire la suite

http://tlaxcala-int.org/upload/gal_22816.jpg





Courtesy of Entelekheia
Source: https://www.rt.com/op-ed/493524-chaz-chop-revolution-dispersed/
Publication date of original article: 02/07/2020
URL of this page : http://www.tlaxcala-int.org/article.asp?reference=29289

 

Tags: Zone autonome de Capitol Hill (CHAZ)SeattleUSA
 

 
Print this page
Print this page
Send this page
Send this page


 All Tlaxcala pages are protected under Copyleft.