TLAXCALA تلاكسكالا Τλαξκάλα Тлакскала la red internacional de traductores por la diversidad lingüística le réseau international des traducteurs pour la diversité linguistique the international network of translators for linguistic diversity الشبكة العالمية للمترجمين من اجل التنويع اللغوي das internationale Übersetzernetzwerk für sprachliche Vielfalt a rede internacional de tradutores pela diversidade linguística la rete internazionale di traduttori per la diversità linguistica la xarxa internacional dels traductors per a la diversitat lingüística översättarnas internationella nätverk för språklig mångfald شبکه بین المللی مترجمین خواهان حفظ تنوع گویش το διεθνής δίκτυο των μεταφραστών για τη γλωσσική ποικιλία международная сеть переводчиков языкового разнообразия Aẓeḍḍa n yemsuqqlen i lmend n uṭṭuqqet n yilsawen dilsel çeşitlilik için uluslararası çevirmen ağı

 15/08/2020 Tlaxcala, the international network of translators for linguistic diversity Tlaxcala's Manifesto  
English  
 LAND OF PALESTINE 
LAND OF PALESTINE / Détresse, humiliation, incertitude : Israéliens, vous voyez maintenant ce qui motive la la résistance palestinienne ?
Date of publication at Tlaxcala: 09/07/2020
Original: Distress, humiliation, uncertainty: Israelis, do you now see what drives Palestinian resistance?

Détresse, humiliation, incertitude : Israéliens, vous voyez maintenant ce qui motive la la résistance palestinienne ?

Gideon Levy جدعون ليفي גדעון לוי

Translated by  Fausto Giudice Фаусто Джудиче فاوستو جيوديشي

 

Lentement mais sûrement, l'option d'une opposition violente fait surface. La combinaison de la détresse économique, de la peur, de l'humiliation, de l'incertitude et d'un manque de leadership fait entendre dans les studios de radiodiffusion et sur les médias sociaux des voix qui n'ont probablement jamais été entendues en Israël avec une telle intensité.

 

Le coup de gueule d’Eyal Altraz sur Canal 13. En pur hébreu.

Pour la première fois depuis des années, il y a de la rage. Pour la première fois en Israël, la menace d'une opposition violente existe. L’ingénieur du son Eyal Altraz a déjà menacé de déclencher une guerre mondiale et de « brûler le pays » si « l'argent ne va pas sur le compte bancaire ». Et Zvika Buzaglo, qui dirige un théâtre pour enfants, a menacé : « Je suis capable de tuer ou de faire n'importe quoi. Je ferai tout ce que je dois faire pour que mon fils ne dise pas "j'ai faim" ».



Zvika Buzaglo, créateur du théâtre pour enfants Zhokale et du personnage Zvika le Détective. Ici avec son fils

Ce sont les voix de quelques-uns, mais elles deviennent de plus en plus fortes et se répandent rapidement, et elles sont explosives. Presque tout le monde comprend ces gens enragés. La détresse économique face à un leadership éloigné du public, qui perd son orientation et qui est dépensier et arrogant ne peut que susciter la rage.

Bientôt, il y aura aussi ceux qui comprendront ceux qui menacent d'opposition violente et qui la justifieront.

S'il y a la faim, il y aura de la violence. Si le désespoir s'étend, une opposition aussi désagréable suivra. Les Israéliens qui sont obéissants, complaisants et apathiques à la souffrance des autres pourraient subir une transformation.

Il est vrai qu'un soulèvement populaire est encore une perspective lointaine, mais les premiers signes sont déjà visibles. Et s’il éclate, il sera violent. Il n'y a pas d'autre type de rébellion.

Le désespoir, la faim, le chômage, l'humiliation, la privation de droits et une gouvernance tyrannique et arrogante engendrent une résistance qui devient violente. Les Israéliens sont susceptibles d'apprendre cela de près et par expérience personnelle. Il est dommage qu'ils n'aient jamais eu l'équité, l'honnêteté et le sens de la justice pour le comprendre même lorsque cela en frappe d’autres.

Tout ce qui suscite actuellement en Israël une rage publique à potentiel violent - chômage temporaire, insécurité financière, violation des droits, dégoût des dirigeants et manque d'espoir - est considéré comme superflu chez cette autre nation vivant sous la domination du gouvernement et de l'armée israéliens.

La détresse des Israéliens, aussi profonde et douloureuse soit-elle, s'apparente à des problèmes de riches par rapport à la réalité de la vie des Palestiniens. La détresse en Israël est également beaucoup plus éphémère, mais elle a tout de même réussi à semer les graines d'une opposition violente.

Peut-être que quelque chose de bon peut sortir de la pandémie actuelle de coronavirus. Peut-être est-ce en fait la COVID-19 qui peut aussi permettre de comprendre ce qui alimente la rage du peuple palestinien et son besoin désespéré et justifié de recourir à une opposition violente. C'est comme ça quand ça fait mal. Quand les Juifs souffrent et quand les Palestiniens souffrent. Il n'y a pas de différence.

Quiconque comprend ce que ressent un directeur de théâtre pour enfants qui menace de tuer si son fils a faim doit aussi comprendre un Palestinien qui n'a aucun moyen de faire vivre ses enfants parce que l'occupation le prive de son gagne-pain et qui menace de terrorisme le régime qui en est responsable.

Quiconque ne peut rester insensible au monologue émotionnel d'un sondman désespéré qui menace de brûler le pays si l'argent ne va pas sur son compte bancaire, ne peut s'empêcher de comprendre ce que ressent un jeune Palestinien désespéré qui n'a pas d'argent sur son compte bancaire. Il s'agit d'une troisième ou quatrième génération désespérée qui se tourne vers le terrorisme en dernier recours. Elle n'a pas et n'aura pas d'autre issue et n'en a jamais eu

Le soundman et le directeur de théâtre, qui sont bien sûr beaucoup plus chanceux, ne sont pas prêts à garder le silence et à se rendre. Ils se rebellent. Ils se battent. Ils menacent d'utiliser ce que des gens désespérés ont à leur disposition. Ils n'abandonnent pas et ne se rendent pas à ceux qui abusent d'eux dans leur arrogance. Il est difficile de ne pas avoir une grande estime pour eux.

La comparaison, bien sûr, fait une injustice à la vérité, mais même avec toutes les différences entre les deux situations de détresse - la situation israélienne temporaire et la situation palestinienne presque éternelle - cela n'enlève rien à la nécessité de comprendre ce qui motive l'opposition.

Altraz et Buzaglo vous ont-ils touché au cœur ? Alors pourquoi pas les habitants d'un camp de réfugiés piégés de l'autre côté de la barrière frontalière, pas loin de chez vous ?

Si vous pouvez comprendre les Israéliens qui se sentent poussés à la violence ces jours-ci, vous devez comprendre les Palestiniens aussi.

http://tlaxcala-int.org/upload/gal_21691.jpg





Courtesy of Tlaxcala
Source: https://www.haaretz.com/opinion/.premium-israelis-that-s-how-it-is-when-you-re-hurting-1.8981286
Publication date of original article: 09/07/2020
URL of this page : http://www.tlaxcala-int.org/article.asp?reference=29286

 

Tags: Révoltes logiquesPalestine/Israël
 

 
Print this page
Print this page
Send this page
Send this page


 All Tlaxcala pages are protected under Copyleft.