TLAXCALA تلاكسكالا Τλαξκάλα Тлакскала la red internacional de traductores por la diversidad lingüística le réseau international des traducteurs pour la diversité linguistique the international network of translators for linguistic diversity الشبكة العالمية للمترجمين من اجل التنويع اللغوي das internationale Übersetzernetzwerk für sprachliche Vielfalt a rede internacional de tradutores pela diversidade linguística la rete internazionale di traduttori per la diversità linguistica la xarxa internacional dels traductors per a la diversitat lingüística översättarnas internationella nätverk för språklig mångfald شبکه بین المللی مترجمین خواهان حفظ تنوع گویش το διεθνής δίκτυο των μεταφραστών για τη γλωσσική ποικιλία международная сеть переводчиков языкового разнообразия Aẓeḍḍa n yemsuqqlen i lmend n uṭṭuqqet n yilsawen dilsel çeşitlilik için uluslararası çevirmen ağı

 29/05/2020 Tlaxcala, the international network of translators for linguistic diversity Tlaxcala's Manifesto  
English  
 USA & CANADA 
USA & CANADA / Le « Projet MK Ultra » : l'histoire hallucinante de Fort Detrick
Date of publication at Tlaxcala: 14/05/2020
Original: ‘Project MK-Ultra’: the mind-blowing history at Fort Detrick
Translations available: Português/Galego  Español  Italiano 

Le « Projet MK Ultra » : l'histoire hallucinante de Fort Detrick

Ceng Jing 曾經

Translated by  Fausto Giudice Фаусто Джудиче فاوستو جيوديشي

 

Depuis que l'administration Trump a déclaré l'état d’urgence national à la mi-mars suite à la propagation rapide du COVID-19, la tâche de développer un vaccin est échue au principal laboratoire de recherche sur les virus de l'armée usaméricaine à Fort Detrick, situé dans une banlieue du Maryland à quelque 80 km. de Washington, D.C.

 

Au cours des dernières décennies, des recherches de pointe sur un large éventail de virus et de bactéries ont été menées à l'intérieur de ce complexe tentaculaire. Ses installations de pointe stockent également certaines des toxines les plus dangereuses connues de l'humanité, notamment le virus Ebola, l'anthrax et le coronavirus du SRAS.

L'obscure base militaire a été mise sous les feux de la rampe en 2008 après qu'un de ses scientifiques a été soupçonné d'avoir perpétré l'attaque à l'anthrax de 2001, où plusieurs lettres contenant le germe mortel ont été envoyées à des médias et à des bureaux gouvernementaux usaméricains.

L'année dernière, l'un des laboratoires de haute sécurité les plus importants du campus a été fermé par les autorités sanitaires en raison de violations de la sécurité. Outre quelques incidents ici et là, Fort Detrick semble être un lieu ordinaire de science médicale moderne. Mais si on remonte un peu plus loin dans l'histoire, c’est une période proprement effrayante qui commence à émerger.

 http://tlaxcala-int.org/upload/gal_22517.jpg

Après la Seconde Guerre mondiale, Fort Detrick est devenu un site d'expériences scientifiques horribles menées dans le cadre d'une quête top-secrète de la CIA pour contrôler l'esprit humain, connue sous le nom de « Project MK Ultra ». Après plus de 20 ans, le projet s'est soldé par un échec lamentable et a entraîné un nombre inconnu de morts, dont un scientifique qui a participé au projet, et au moins des centaines de victimes usaméricaines et canadiennes soumises à des tortures mentales et physiques. Les expériences ont non seulement violé le droit international, mais aussi la propre charte de l'agence qui interdit toute activité à l’intérieur des frontières.

Le projet MK Ultra a été mis sur pied par le parrain de l'empire du renseignement usaméricain, le directeur de la CIA Allen Dulles, dont la rhétorique toujours aussi effrénée sur la menace soviétique l'a aidé à mettre en place un appareil de sécurité nationale omnipotent qui allait définir la politique usaméricaine. En 1953, après avoir capturé des pilotes usaméricains qui avaient admis avoir déployé de l'anthrax pendant la guerre de Corée, Dulles a commencé à vociférer des théories selon lesquelles ils avaient subi un lavage de cerveau par les communistes de la République populaire démocratique de Corée de l'époque. Pour assurer la sécurité nationale, a-t-il soutenu, les USA doivent concevoir leur propre programme de lavage de cerveau.

La proclamation de Dulles s'est avérée n'être basée sur rien d'autre qu’un pur fantasme de guerre froide, car un rapport qu'il a commandé plus tard a rejeté les accusations de lavage de cerveau communiste. Pourtant, le rusé maître espion Dulles, qui était connu pour avoir activement sauvé plusieurs hauts fonctionnaires nazis contre la volonté de son propre gouvernement, a poursuivi le programme pour une raison bien plus ignoble.

Comme l'explique David Talbot dans son livre The Devil's Chessboard (L'Échiquier du Diable : Allen Dulles, la CIA et l'avènement du gouvernement secret de l' Amérique, inédit en français), de nombreux espions recrutés au début de la guerre froide étaient des personnages sommaires et peu fiables, motivés par des vulnérabilités intérieures telles que l'avidité, la convoitise ou l’esprit de vengeance. L'agence cherchait donc des moyens d'éliminer ces variables psychologiques en créant des machines humaines qui agiraient sur commande, même contre leur propre conscience.

http://tlaxcala-int.org/upload/gal_22518.jpg

Le 19 mars 2020, Andrea Luquette, biocuratrice, prépare des cultures de coronavirus pour des tests au Commandement de recherche et de développement médical de l'armée usaméricaine à Fort Detrick. Photo AP

En termes officiels, l'objectif principal du programme était « la recherche et le développement de matériaux chimiques, biologiques et radiologiques pouvant être utilisés dans des opérations clandestines pour contrôler le comportement humain » selon un mémo déclassifié produit par l'inspecteur général de la CIA. Il a rapidement pris de l'ampleur, se ramifiant en 149 sous-projets impliquant au moins 80 institutions dont des universités, des hôpitaux, des prisons et des entreprises pharmaceutiques à travers les USA et le Canada.

Pour maîtriser le contrôle mental, un groupe de scientifiques voyous a testé joyeusement des méthodes extrêmes sur des humains qui auraient fait atterrir n'importe qui en prison si cela ne s’était pas passé à l’intérieur de Fort Detrick. Ces méthodes comprenaientt l'administration forcée de drogues psychoactives, des électrochocs forcés, des abus physiques et sexuels, ainsi qu'une myriade d'autres tourments, tous effectués en silence derrière les hauts murs de la « sécurité nationale ».

Dulles tenait en particulier à savoir si des hallucinogènes comme le LSD pouvaient inciter certaines personnes à commettre « des actes de sabotage importants ou des actes de violence, y compris des meurtres », se souvenait le principal expert en poisons de l'agence, Sidney Gottlieb, qui a dirigé le programme.

Des documents déclassifiés examinés par CGTN ont montré que les expériences menées ans le cadre du programme allaient du bizarre aux extrêmes de la science-fiction : des drogues « provoquant une confusion mentale », « procurant un maximum d'amnésie », « produisant une euphorie pure sans dépression ultérieure », « abaissent l'ambition et l'efficacité générale au travail des hommes », et bien d'autres encore.

Tout au long de ses deux décennies d'existence, MK Ultra a été exécuté dans le plus grand secret, car l'agence s'attendait à un fort retour de bâton politique s’il venait à être connu du public.

Il était en fait si secret que seuls quelques hauts fonctionnaires de l'agence étaient au courant de son existence.

À l'insu de la Maison-Blanche et du Congrès, des habitants des recoins oubliés de l'USAmérique - prisonniers, prostituées et sans-abri - ont été enlevés dans la rue pour participer involontairement à la folle science de Fort Derrick : « Des gens qui ne pouvaient pas se défendre », selon les termes de Sidney Gottlieb, le chef du projet. Cependant, le programme a aussi utilisé également des personnes qui le pouvaient, dont des soldats USaméricains et des patients sans méfiance qui ont échoué par inadvertance dans les hôpitaux et cliniques associés à MK Ultra à travers l'Amérique du Nord.

En juillet 1954, l'aviateur Jimmy Shaver, de la base aérienne de Lackland, a été accusé d'avoir violé et tué une fillette de trois ans à San Antonio. Tout au long de l'incident, il était souvent dans un état d'étourdissement et de transe. Lors de son arrestation, Shaver semblait également avoir perdu une grande partie de sa mémoire, entre autres concernant sa femme. Quatre ans plus tard, il a été exécuté le jour de son 33e  anniversaire. Ce n'est que plus tard que le public a appris que Shaver, qui n'avait pas de casier judiciaire, était l'un des cobayes utilisés par MK Ultra. Selon The Intercept, le projet de contrôle mental avait joué un rôle important dans l'envoi de Shaver à la chaise électrique.

D'autres personnes ayant survécu aux expériences brutales ont révélé les terribles conséquences du lavage de cerveau sanctionné par la CIA. Linda McDonald, 25 ans, mère de cinq jeunes enfants, a déclaré qu'elle s'était essentiellement transformée en nourrisson après avoir subi les fameuses expériences de la chambre du sommeil, dont on lui avait dit qu'elles permettraient de traiter une schizophrénie aiguë inexistante. Pendant 86 jours, McDonald est restée dans un coma provoqué par de puissants narcotiques et des électrochocs qui lui ont fait frire le cerveau 102 fois.

 http://tlaxcala-int.org/upload/gal_22519.jpg

L'ancien président usaméricain Gerald Ford présente ses excuses en 1975 à la famille de Frank Olson, qui est mort en 1953 après que la CIA lui eut administré une dose de LSD. Photo AP

« Il a fallu que je réapprenne à la propreté », a raconté McDonald. « J'étais un légume. Je n'avais pas d'identité, pas de mémoire. Je n'avais jamais existé dans le monde auparavant. Comme un bébé. »

Pourtant, parmi les 180 médecins et chercheurs qui ont participé à ces expériences illégales, peu avaient exprimé des soupçons ou des remords. Le seul qui l'a fait en est mort.

Frank Olson était un biochimiste et père de trois enfants qui travaillait dans les laboratoires de guerre biologique de Fort Detrick. Il était l'un des scientifiques de MK Ultra qui voyageait régulièrement entre les « sites noirs » d'Europe pour observer différentes expériences humaines. Après une visite en 1952 au Camp King, une célèbre base sécurisée de la CIA en Allemagne, il a été particulièrement secoué par la cruauté dont les prisonniers soviétiques étaient victimes, selon Talbot.

« Il a eu une période très dure après l'Allemagne ... la drogue, la torture, le lavage de cerveau », aurait déclaré l'ancien collègue d'Olson à Detrick, le chercheur Norman Cournoyer. À son retour d'Allemagne, Olson a subi une « crise morale » et était prêt à abandonner sa carrière scientifique pour devenir dentiste, selon la famille d'Olson. Pourtant, avant qu'il ne puisse changer de vie, le scientifique lui-même était devenu, sans le savoir, l'une des nombreuses victimes involontaires de MK Ultra.

Une semaine avant Thanksgiving, Olson a été invité à un week-end de retraite dans une installation isolée de la CIA à Deep Creek Lake dans le Maryland. Un soir après le dîner, Olson et d'autres scientifiques sans méfiance ont reçu des boissons contenant du LSD, après quoi il a commencé à avoir de fortes hallucinations. L'épreuve s'est terminée une semaine plus tard, lorsqu'il s'est jetée par la fenêtre du 13e  étage du Statler Hotel à Manhattan. Les responsables de la CIA ont conclu à la hâte que la mort du scientifique était un suicide. Cependant, les enfants d'Olson ont eu du mal à accepter ce « récit » et ont commencé leur propre enquête sur la fin tragique de leur père.

Après des décennies de va-et-vient avec le gouvernement américain et l'enquête menée par Eric et Nils, les fils de Frank, y compris une autopsie après exhumation, des preuves substantielles ont pesé en faveur de la possibilité du meurtre du scientifique. Après avoir examiné la dépouille d'Olson, le médecin légiste James Starrs a relevé plusieurs incohérences importantes qui contredisent le récit officiel du suicide. Bien qu'il ait atterri sur le dos, le crâne au-dessus de l'œil d'Olson s'était fissuré, ce qui suggère qu'il a reçu un coup violent à la tête avant de s'écraser par la fenêtre.

« La mort de Frank Olson le 28 novembre 1953 est un meurtre, pas un suicide », a déclaré Eric Olson. « Ce n'est pas une histoire d'expérience sur la drogue LSD, telle qu'elle a été représentée en 1975. C'est une histoire de guerre biologique. Frank Olson n'est pas mort parce qu'il était un cobaye expérimental qui a vécu un « mauvais trip ». Il est mort parce qu’on craignait qu’il ne divulgue des informations concernant un programme d'interrogatoires très secret de la CIA au début des années 1950, et concernant l'utilisation d'armes biologiques par les USA pendant la guerre de Corée ».

http://tlaxcala-int.org/upload/gal_21691.jpg





Courtesy of Tlaxcala
Source: https://cutt.ly/cyQJ5Ff
Publication date of original article: 12/05/2020
URL of this page : http://www.tlaxcala-int.org/article.asp?reference=28943

 

Tags: Projet MK-UltraProgramme contrôle mental CIAFort DetrickCIAAllen DullesDisney GottliebFrank OlsonDavid TalbotGuerre biologiqueCrimes CIAGuerre biologiqueGuerre de CoréeUSA
 

 
Print this page
Print this page
Send this page
Send this page


 All Tlaxcala pages are protected under Copyleft.