TLAXCALA تلاكسكالا Τλαξκάλα Тлакскала la red internacional de traductores por la diversidad lingüística le réseau international des traducteurs pour la diversité linguistique the international network of translators for linguistic diversity الشبكة العالمية للمترجمين من اجل التنويع اللغوي das internationale Übersetzernetzwerk für sprachliche Vielfalt a rede internacional de tradutores pela diversidade linguística la rete internazionale di traduttori per la diversità linguistica la xarxa internacional dels traductors per a la diversitat lingüística översättarnas internationella nätverk för språklig mångfald شبکه بین المللی مترجمین خواهان حفظ تنوع گویش το διεθνής δίκτυο των μεταφραστών για τη γλωσσική ποικιλία международная сеть переводчиков языкового разнообразия Aẓeḍḍa n yemsuqqlen i lmend n uṭṭuqqet n yilsawen dilsel çeşitlilik için uluslararası çevirmen ağı

 29/05/2020 Tlaxcala, the international network of translators for linguistic diversity Tlaxcala's Manifesto  
English  
 LAND OF PALESTINE 
LAND OF PALESTINE / Les marchandages d’Israël autour de respirateurs pour les Gazaouis démunis sont inhumains
Date of publication at Tlaxcala: 16/04/2020
Original: Israel trading in ventilators for helpless Gazans is inhumane

Les marchandages d’Israël autour de respirateurs pour les Gazaouis démunis sont inhumains

Gideon Levy جدعون ليفي גדעון לוי

Translated by  Fausto Giudice Фаусто Джудиче فاوستو جيوديشي

 

Si Israël avait ne serait-ce qu'un soupçon de sentiment humain envers les habitants de la bande de Gaza, au moins pendant la pandémie de coronavirus, il lèverait immédiatement toutes les interdictions et autoriserait une aide médicale et économique illimitée à l'enclave. S'il faisait preuve de plus de générosité et de moins de barguignage, il pourrait également réaliser un échange de prisonniers avec le Hamas.

 

Des Gazaouis rassemblés pour réclamer une protection contre le coronavirus pour les prisonniers palestiniens détenus dans les prisons israéliennes, Gaza, le 19 mars 2020. Photo Ali Jadallah/Anadolu Agency

Mais en Israël, où le coronavirus a tout chamboulé, une seule chose reste telle qu’en elle-même, cruelle et hermétique : le blocus de Gaza. Le monde entier a changé, à l'exception de la plus grande prison de toutes, qui attend anxieusement une épidémie avec seulement 65 ventilateurs, sans kits de dépistage pour plus de 2 millions de personnes et avec des portes verrouillées dont les clés sont entre les mains du geôlier israélien.

Le comble de l'humiliation : en début de semaine, Haaretz a rapporté que le Hamas pourrait donner à Israël des informations sur les deux civils israéliens et les restes de deux soldats détenus à Gaza en échange de respirateurs. Les sources israéliennes ont rapidement nié la simple possibilité d'une telle livraison, ce qui a incité le Hamas à publier ses propres démentis. Pourtant, on ne peut pas échapper à la référence historique suggérée par les titres.

Pour moi, ces titres rappelaient l'accord conclu par Israel (Rudolf) Kasztner avec les nazis : des camions militaires contre des Juifs (hongrois). Non, ce n'est pas la même chose, même pas proche. Gaza n'est pas confrontée à un holocauste, mais seulement à une catastrophe humanitaire dont l'ampleur est amplifiée par la pandémie. Mais si quelqu'un en Israël a ne serait-ce qu’ envisagé de négocier la fourniture d'appareils respiratoires à la bande de Gaza et d'assortir leur livraison de conditions, cette dure comparaison est inévitable.

Gaza ne dispose que de 65 respirateurs car elle est emmurée par Israël depuis près de 15 ans. Il est intolérable que ce soit un général israélien qui décide de ce qui est autorisé à y entrer et surtout de ce qui ne l'est pas. Ce n'est rien de moins que du mal. De quel droit un général israélien décide-t-il du nombre de respirateurs dont disposera Gaza ? Quelle est la source de ce mal ?

Quand la Turquie veut aider la bande de Gaza, Israël met des obstacles. Au lieu de se précipiter pour faire entrer quelques-uns des respirateurs que le Mossad a volés au reste du monde, comme les dirigeants de l'agence d'espionnage s'en sont vanté, et au lieu de dire au monde « N'oubliez pas Gaza », la Bande est laissée à elle-même avec 65 respirateurs, qui ne sont qu'un symbole de sa détresse.

En arrière-plan il y a l'éventuel échange de prisonniers. Quelqu'un a pensé qu'un accord pourrait être extorqué sous couvert de coronavirus. La bande de Gaza a retenu le feu depuis le début de la pandémie. Ils n'envoient même pas de ballons incendiaires. Israël aurait dû répondre par un geste de bonne volonté. Mais en Israël, un geste est un signe de faiblesse.

La question de savoir qui est le plus humain, Benjamin Netanyahou ou Yahya Sinwar [Premier ministre du Hamas à Gaza], est toujours ouverte. Le Premier ministre israélien, comme tous ses prédécesseurs, est responsable d’ abus commis sur beaucoup plus de gens. Le seul atout dont dispose le chef du Hamas à Gaza, ce sont deux civils et deux corps. Sinwar veut obtenir la libération de quelques-uns des milliers de ses concitoyens qui sont dans les prisons israéliennes, dont certains sont des prisonniers politiques ou purgent des peines draconiennes.

Il cherche d'abord à obtenir la libération des personnes âgées, des malades, des femmes, des mineurs et des 55 prisonniers qu'Israël a scandaleusement réarrêtés après les avoir libérés dans le cadre de l'échange contre Gilad Shalit, par vengeance pour l'enlèvement et le meurtre des trois adolescents israéliens en 2014 et pour complaire aux pressions des colons.

Un pays humain les aurait tous libérés sans conditions, comme un geste de coronavirus. Jusqu'à présent, Israël n'est pas disposé à les libérer, même dans le cadre d'un accord. Après tout, nous devons montrer au Hamas qui est le plus fort et qui est le plus grand.

Tout ce que nous pouvons faire, c'est penser avec horreur au peuple sans défense de Gaza. À leur terreur face à la pandémie, que la bande de Gaza est mal équipée pour combattre, et au désespoir économique et mental croissant. Au début du mois, le général israélien a interdit l'entrée à Gaza d'ordinateurs et d'équipements de communication, si essentiels pendant une pandémie, au motif que des biens similaires avaient été volés sur le territoire.

En outre, une fois de plus, Israël a pulvérisé les cultures près de sa frontière par voie aérienne. Le vent transporte les matières toxiques vers les camps de réfugiés et, avec les intentions encore plus empoisonnées d'Israël, vers les provinces du désespoir, de la détresse et de la peur.

http://tlaxcala-int.org/upload/gal_21691.jpg

Deux ingénieurs gazaouis fabriquent des respirateurs

 





Courtesy of Tlaxcala
Source: ttps://www.haaretz.com/opinion/.premium-israel-trading-in-ventilators-for-helpless-gazans-is-inhumane-1.8768709
Publication date of original article: 15/04/2020
URL of this page : http://www.tlaxcala-int.org/article.asp?reference=28670

 

Tags: Respirateurs pour GazaSiège de GazaCrimes sionistesPalestine/Israël
 

 
Print this page
Print this page
Send this page
Send this page


 All Tlaxcala pages are protected under Copyleft.