TLAXCALA تلاكسكالا Τλαξκάλα Тлакскала la red internacional de traductores por la diversidad lingüística le réseau international des traducteurs pour la diversité linguistique the international network of translators for linguistic diversity الشبكة العالمية للمترجمين من اجل التنويع اللغوي das internationale Übersetzernetzwerk für sprachliche Vielfalt a rede internacional de tradutores pela diversidade linguística la rete internazionale di traduttori per la diversità linguistica la xarxa internacional dels traductors per a la diversitat lingüística översättarnas internationella nätverk för språklig mångfald شبکه بین المللی مترجمین خواهان حفظ تنوع گویش το διεθνής δίκτυο των μεταφραστών για τη γλωσσική ποικιλία международная сеть переводчиков языкового разнообразия Aẓeḍḍa n yemsuqqlen i lmend n uṭṭuqqet n yilsawen dilsel çeşitlilik için uluslararası çevirmen ağı

 29/05/2020 Tlaxcala, the international network of translators for linguistic diversity Tlaxcala's Manifesto  
English  
 LAND OF PALESTINE 
LAND OF PALESTINE / Le coronavirus donne aux Israéliens un petit avant-goût de ce qu’est la vie des Palestiniens
Date of publication at Tlaxcala: 31/03/2020
Original: Coronavirus gives Israelis a tiny taste of what life is like for Palestinians
Translations available: Italiano 

Le coronavirus donne aux Israéliens un petit avant-goût de ce qu’est la vie des Palestiniens

Gideon Levy جدعون ليفي גדעון לוי

Translated by  VECTranslation

 

Les Israéliens ressortiront-ils de cette expérience avec une compassion nouvelle pour la souffrance des Palestiniens ? C’est peu probable

Des gardes-frontières israéliens portant des masques de protection visent de jeunes Palestiniens lors d’affrontements dans un village situé au sud de Naplouse, en Cisjordanie occupée, le 11 mars (AFP)

Les Israéliens sont confinés à cause du coronavirus.

Comme partout ailleurs sur la planète maintenant, leur confinement est à la fois physique et psychologique.

L’atmosphère est lourde de malaise et d’anxiété face à la pandémie et, surtout, de la peur de l’inconnu. Les aspects physiques sont connus dans le monde entier : sorties restreintes et pénuries temporaires dans les supermarchés. Les grands aéroports sont quasiment déserts, les arrivées et départs sont presque nuls.

Les rassemblements sociaux, artistiques, culturels et religieux sont annulés. Les taux de chômage grimpent en flèche. L’armée est prête à diriger des hôtels transformés en hôpitaux pour les personnes infectées les moins gravement malades. Et bientôt, peut-être, un confinement total, avec des patrouilles de l’armée et de police dans les rues.

On parle déjà de la menace d’anarchie. De dystopie.

Confinement sous occupation

Tout cela aurait dû rappeler quelque chose aux Israéliens. Mais non. Ils sont trop occupés à s’inquiéter de leur survie, ce qui est compréhensible, et bien naturel. Toutefois, il est difficile d’ignorer le fait que les réalités graves, voire extrêmes, de la vie en Israël ces derniers temps ressemblent au quotidien normal depuis des décennies dans les territoires palestiniens occupés.

Ce qui est jugé dystopique par les Israéliens ressemble presque à une utopie pour les Palestiniens. Le confinement temporaire – ainsi que les pénuries imposées aux Israéliens – ressemblerait presque à un rêve pour les Palestiniens, dont la situation à Gaza, et parfois aussi en Cisjordanie, est bien pire depuis longtemps.

C’est le temps du retour de karma, le destin rit, l’ironie amère abonde. Un ministre de l’Histoire glousse quelque part face à la nouvelle réalité imposée aux Israéliens.

Pour la première fois de leur vie, les Israéliens reçoivent un avant-goût de ce qu’ils servent aux Palestiniens depuis des générations. Pour la première fois de leur vie, les Israéliens goûtent au confinement et à la pénurie d’une manière inédite pour eux.

Et pourtant, le siège des Israéliens ressemble fort à un luxe pour tout enfant palestinien né dans la réalité beaucoup plus dure qui est leur sort.

Les Israéliens n’ont qu’un petit avant-goût des restrictions qu’ils imposent aux Palestiniens. On leur offre l’opportunité de découvrir un aperçu de ce qu’est la vie palestinienne, bien que dans de meilleures conditions.

Cela changera-t-il un jour leur avis ? En ressortiront-ils plus sensibles et plus compréhensifs face aux souffrances palestiniennes après la pandémie ? J’en doute fort.

La routine quotidienne

Premier point, le confinement lui-même. Les portes internationales d’Israël, comme dans la plupart des autres pays aujourd’hui, sont bel et bien fermées et verrouillées. Presque qu’aucun vol n’atterrit ni ne décolle : la claustrophobie règne, temporairement, ici.

Or, Gaza vit ainsi depuis quatorze ans. Dans la plus grande prison en plein air du monde, la cage de Gaza, les gens ne peuvent que rire devant la détresse à court terme des Israéliens.

Lire la suite





Courtesy of Middle East Eye
Source: https://www.middleeasteye.net/opinion/coronavirus-dystopia-israelis-experience-small-taste-what-life-palestinians
Publication date of original article: 23/03/2020
URL of this page : http://www.tlaxcala-int.org/article.asp?reference=28503

 

Tags: Crise du coronavirusConfinementQuarantaineOccupation sionistePalestine/Israël
 

 
Print this page
Print this page
Send this page
Send this page


 All Tlaxcala pages are protected under Copyleft.