TLAXCALA تلاكسكالا Τλαξκάλα Тлакскала la red internacional de traductores por la diversidad lingüística le réseau international des traducteurs pour la diversité linguistique the international network of translators for linguistic diversity الشبكة العالمية للمترجمين من اجل التنويع اللغوي das internationale Übersetzernetzwerk für sprachliche Vielfalt a rede internacional de tradutores pela diversidade linguística la rete internazionale di traduttori per la diversità linguistica la xarxa internacional dels traductors per a la diversitat lingüística översättarnas internationella nätverk för språklig mångfald شبکه بین المللی مترجمین خواهان حفظ تنوع گویش το διεθνής δίκτυο των μεταφραστών για τη γλωσσική ποικιλία международная сеть переводчиков языкового разнообразия Aẓeḍḍa n yemsuqqlen i lmend n uṭṭuqqet n yilsawen dilsel çeşitlilik için uluslararası çevirmen ağı

 01/06/2020 Tlaxcala, the international network of translators for linguistic diversity Tlaxcala's Manifesto  
English  
 UNIVERSAL ISSUES 
UNIVERSAL ISSUES / La défo­res­ta­tion génère toujours plus de mala­dies infec­tieuses chez les humains
Date of publication at Tlaxcala: 26/03/2020
Original: Deforestation is leading to more infectious diseases in humans
Translations available: Español 

La défo­res­ta­tion génère toujours plus de mala­dies infec­tieuses chez les humains

Katarina Zimmer

Translated by  Nicolas Casaux

 

Des scien­ti­fiques craignent que la prochaine pandé­mie mortelle soit une consé­quence de la défo­res­ta­tion que l’on observe tout autour du globe.

En 1997, des nuages de fumée planaient au-dessus des forêts tropi­cales d’In­do­né­sie, où une zone de la taille de la Penn­syl­va­nie, envi­ron, avait été brûlée pour faire place à l’agri­cul­ture, et où les incen­dies avaient été exacer­bés par la séche­resse. Étouf­fés par la brume, les arbres n’ont pas pu produire de fruits, lais­sant les chauves-souris frugi­vores sans autre choix que de voler ailleurs à la recherche de nour­ri­ture, empor­tant avec elles une mala­die mortelle.

Peu de temps après que les chauves-souris se soient instal­lées sur les arbres des vergers malai­siens, les porcs autour d’elles ont commencé à tomber malades — proba­ble­ment après avoir mangé les fruits tombés que les chauves-souris avaient grigno­tés — tout comme les éleveurs de porcs locaux. En 1999, 265 personnes ont déve­loppé une grave inflam­ma­tion du cerveau et 105 en sont mortes. C’était la première appa­ri­tion connue du virus Nipah chez l’homme — virus qui, depuis lors, a provoqué une série d’épi­dé­mies récur­rentes dans toute l’Asie du Sud-Est.

Il s’agit d’une des nombreuses mala­dies infec­tieuses aupa­ra­vant circons­crites à la faune sauvage et qui se sont propa­gées à l’homme dans une région soumise à un déboi­se­ment rapide. Au cours des deux dernières décen­nies, de nombreuses preuves scien­ti­fiques ont été produites qui suggèrent que la défo­res­ta­tion, en déclen­chant une cascade complexe d’évé­ne­ments, crée les condi­tions pour qu’une série d’agents patho­gènes mortels — tels que les virus Nipah et Lassa, et les para­sites qui causent le palu­disme et la mala­die de Lyme — infectent l’être humain.

Tandis qu’un incen­die global se pour­suit aujourd’­hui dans les forêts tropi­cales de l’Ama­zo­nie et de certaines régions d’Afrique et d’Asie du Sud-Est, des experts ont exprimé leur inquié­tude quant à la santé des personnes vivant aux fron­tières de la défo­res­ta­tion. Ils craignent égale­ment que la prochaine pandé­mie grave ne se déclare dans les zones déboi­sées de notre planète.

« Il est assez bien établi que la défo­res­ta­tion peut être un facteur impor­tant de trans­mis­sion de mala­dies infec­tieuses », affirme Andy MacDo­nald, écolo­giste spécia­lisé dans les mala­dies à l’Ins­ti­tut de recherche sur la terre de l’Uni­ver­sité de Cali­for­nie à Santa Barbara. « C’est mathé­ma­tique : plus nous dégra­dons et détrui­sons les habi­tats fores­tiers, plus il est probable que nous nous retrou­vions dans ces situa­tions où des épidé­mies de mala­dies infec­tieuses se produisent. »

Un lien direct

Le palu­disme — qui tue plus d’un million de personnes chaque année en raison de l’in­fec­tion par des para­sites Plas­mo­dium trans­mis par les mous­tiques — est depuis long­temps soupçonné d’al­ler de pair avec la défo­res­ta­tion. Au Brésil, si des efforts de lutte ont consi­dé­ra­ble­ment réduit la trans­mis­sion du palu­disme dans le passé — rame­nant le nombre de nouveaux cas décla­rés, par année, de 6 millions dans les années 1940 à seule­ment 50 000 dans les années 1960 —, le nombre de cas n’a cessé d’aug­men­ter depuis, paral­lè­le­ment au défri­che­ment rapide des forêts et à l’ex­pan­sion de l’agri­cul­ture. Au début du siècle, il y avait plus de 600 000 cas par an dans le bassin amazo­nien.

Lire la suite





Courtesy of Le Partage
Source: https://www.nationalgeographic.com/science/2019/11/deforestation-leading-to-more-infectious-diseases-in-humans/
Publication date of original article: 22/11/2019
URL of this page : http://www.tlaxcala-int.org/article.asp?reference=28463

 

Tags: Déforestation, crime contre le vivant
 

 
Print this page
Print this page
Send this page
Send this page


 All Tlaxcala pages are protected under Copyleft.