TLAXCALA تلاكسكالا Τλαξκάλα Тлакскала la red internacional de traductores por la diversidad lingüística le réseau international des traducteurs pour la diversité linguistique the international network of translators for linguistic diversity الشبكة العالمية للمترجمين من اجل التنويع اللغوي das internationale Übersetzernetzwerk für sprachliche Vielfalt a rede internacional de tradutores pela diversidade linguística la rete internazionale di traduttori per la diversità linguistica la xarxa internacional dels traductors per a la diversitat lingüística översättarnas internationella nätverk för språklig mångfald شبکه بین المللی مترجمین خواهان حفظ تنوع گویش το διεθνής δίκτυο των μεταφραστών για τη γλωσσική ποικιλία международная сеть переводчиков языкового разнообразия Aẓeḍḍa n yemsuqqlen i lmend n uṭṭuqqet n yilsawen dilsel çeşitlilik için uluslararası çevirmen ağı

 01/06/2020 Tlaxcala, the international network of translators for linguistic diversity Tlaxcala's Manifesto  
English  
 UNIVERSAL ISSUES 
UNIVERSAL ISSUES / Covid19 : Nous avons nous-mêmes déchaîné cette pandé­mie
Date of publication at Tlaxcala: 26/03/2020
Original: We made the Coronavirus epidemic

Covid19 : Nous avons nous-mêmes déchaîné cette pandé­mie

David Quammen

Translated by  Nicolas Casaux

 

Le virus a peut-être vu le jour dans une cave, avec une chauve-souris, mais ce sont les acti­vi­tés humaines [et, plus préci­sé­ment, les acti­vi­tés de la civi­li­sa­tion indus­trielle, NdT] qui l’ont déchaîné.

Le dernier virus en date qui attire l’at­ten­tion du monde entier, a provoqué le confi­ne­ment de 56 millions de personnes en Chine, a perturbé des plans de voyage dans le monde entier et a déclen­ché une course à l’ap­pro­vi­sion­ne­ment en masques médi­caux, de Wuhan, dans la province de Hubei, à Bryan, au Texas, est connu provi­soi­re­ment sous le nom de « nCoV-2019 ». Un surnom maladroit pour une menace effrayante.

Le nom, choisi par l’équipe de scien­ti­fiques chinois qui a isolé et iden­ti­fié le virus, est l’abré­via­tion de « novel coro­na­vi­rus of 2019 ». Il reflète le fait que le virus a été reconnu pour la première fois comme ayant infecté des humains à la fin de l’an­née dernière — dans un marché de fruits de mer et d’ani­maux vivants à Wuhan — et qu’il appar­tient à la famille des coro­na­vi­rus, un groupe notoire. L’épi­dé­mie de SRAS de 2002–2003, qui a infecté 8 098 personnes dans le monde entier et en a tué 774, a été causée par un coro­na­vi­rus, tout comme l’épi­dé­mie de MERS qui a débuté dans la pénin­sule arabique en 2012 et qui persiste encore (2 494 personnes infec­tées et 858 décès en novembre).

Malgré ce nouveau nom, et ainsi que les personnes qui l’ont baptisé le savent bien, le nCoV-2019 n’est pas aussi nouveau qu’on pour­rait le croire.

Une chose qui lui ressemble beau­coup a été décou­verte il y a plusieurs années dans une grotte du Yunnan, une province située à envi­ron mille miles au sud-ouest de Wuhan, par une équipe de cher­cheurs atten­tifs, qui ont consi­gné son exis­tence avec inquié­tude. La propa­ga­tion rapide du nCoV-2019 — plus de 4 500 cas confir­més, dont au moins 106 décès, ce mardi matin, et les chiffres auront augmenté au moment où vous lirez ceci — est éton­nante mais pas impré­vi­sible. Que le virus soit apparu chez un animal non humain, proba­ble­ment une chauve-souris, et peut-être après être passé par une autre créa­ture, peut sembler effrayant, mais cela n’a rien d’éton­nant pour les scien­ti­fiques qui étudient ces choses.

La Prof. SHI Zhengli

Parmi eux on retrouve Zheng-Li Shi, de l’Ins­ti­tut de viro­lo­gie de Wuhan, l'auteure prin­ci­pale de l’ébauche d’étude (pas encore exami­née par des pairs et jusqu’à présent dispo­nible unique­ment en version préli­mi­naire) ayant attri­bué au nCoV-2019 son iden­tité et son nom. Ce sont Mme Shi et ses colla­bo­ra­teurs qui, en 2005, ont montré que l’agent patho­gène du SRAS était un virus issu des chauves-souris qui s’était répandu chez les humains. Depuis, Mme Shi et ses collègues ont étudié les coro­na­vi­rus chez les chauves-souris, souli­gnant que certains d’entre eux sont parti­cu­liè­re­ment adap­tés pour provoquer des pandé­mies humaines.

Dans un article publié en 2017, ils ont expliqué comment, après presque cinq ans de collecte d’échan­tillons de selles de chauves-souris dans la grotte du Yunnan, ils avaient trouvé des coro­na­vi­rus chez plusieurs indi­vi­dus de quatre espèces diffé­rentes de chauves-souris, dont une appe­lée » chauve-souris inter­mé­diaire en fer à cheval », en raison du lambeau de peau semi-ovale qui dépasse comme une soucoupe autour de ses narines. Le génome de ce virus, a annoncé Mme Shi et ses collègues, est iden­tique à 96 % à celui du virus de Wuhan récem­ment décou­vert chez l’homme. Et ces deux virus consti­tuent une paire distincte de tous les autres coro­na­vi­rus connus, y compris celui qui cause le SRAS. En ce sens, le nCoV-2019 est nouveau — et peut-être même plus dange­reux pour l’homme que les autres coro­na­vi­rus.

Lire la suite





Courtesy of Le Partage
Source: https://www.nytimes.com/2020/01/28/opinion/coronavirus-china.html
Publication date of original article: 28/01/2020
URL of this page : http://www.tlaxcala-int.org/article.asp?reference=28461

 

Tags: Covid-19Coronavirus 2019Virus émergentsWuhanChine
 

 
Print this page
Print this page
Send this page
Send this page


 All Tlaxcala pages are protected under Copyleft.