TLAXCALA تلاكسكالا Τλαξκάλα Тлакскала la red internacional de traductores por la diversidad lingüística le réseau international des traducteurs pour la diversité linguistique the international network of translators for linguistic diversity الشبكة العالمية للمترجمين من اجل التنويع اللغوي das internationale Übersetzernetzwerk für sprachliche Vielfalt a rede internacional de tradutores pela diversidade linguística la rete internazionale di traduttori per la diversità linguistica la xarxa internacional dels traductors per a la diversitat lingüística översättarnas internationella nätverk för språklig mångfald شبکه بین المللی مترجمین خواهان حفظ تنوع گویش το διεθνής δίκτυο των μεταφραστών για τη γλωσσική ποικιλία международная сеть переводчиков языкового разнообразия Aẓeḍḍa n yemsuqqlen i lmend n uṭṭuqqet n yilsawen dilsel çeşitlilik için uluslararası çevirmen ağı

 31/10/2020 Tlaxcala, the international network of translators for linguistic diversity Tlaxcala's Manifesto  
English  
 UNIVERSAL ISSUES 
UNIVERSAL ISSUES / Procès ou cérémonie sacrificielle ?
Compte-rendu de l'audience du 23 janvier 2020 contre Julian Assange
Date of publication at Tlaxcala: 03/02/2020
Translations available: English 

Procès ou cérémonie sacrificielle ?
Compte-rendu de l'audience du 23 janvier 2020 contre Julian Assange

Monika Karbowska Моника Карбовска

 

Mon neuvième voyage pour une audience de Julian Assange à la Westminster Magistrate Court se déroule le 22 janvier comme toujours en Flixbus avec les migrants pauvres mais cette fois sous le signe d’émotions de plus en plus violentes : colère, exaspération et fatigue psychologique. Je suis une militante et mes émotions ouvrent la voie à ma réflexion sur l’opportunité éthique de mes actions.

Les émotions sont le signe de notre humanité mais aussi la boussole qui permet de garder notre indignation citoyenne intacte et dirige subtilement notre intuition vers les solutions d’analyses ou d’action. Cette fois mes émotions me montrent qu’on atteint un point de non-retour, un basculement, un changement de cycle. En politique aussi les décideurs se font guider parfois par les systèmes de croyances superstitieuses, la cartomancie ou la numérologie, on a tous en mémoire François Mitterrand. Aujourd’hui, pour faire la lumière et gagner la bataille, pour libérer Julian Assange réellement, nous devons renverser le storytelling virtuel ce que Wikijustice fait, mais aussi comprendre ce que la réalité a de symbolique pour en arracher les signes du vrai pouvoir.

Je suis exaspérée parce que le déplacement de l’audience du 14 janvier au 13 à la dernière minute a exigé de nous de grands efforts physiques et organisationnels. Mais aussi il a chamboulé le programme établi le 19 décembre pour ce dernier « case management hearing » fixé au 23 janvier. Alors que nous espérions que Julian Assange comparaitrait physiquement pour participer pleinement à l’organisation de son procès, nous devons accepter qu’il est possible que soit vraies les rumeurs disant qu’il ne sera présent qu’en vidéo. Mais justement, je ne crois plus aux explications qui ne sont jamais officielles, rationnelles et justifiées. La justice par « vidéolink » est pour moi une aberration et une grave violation de la CEDH qui définit comme procès équitable un procès physique. Mais comme les textes des droits humains ne sont respectés dans le système capitaliste que si les citoyens s’en servent, ce ne sont hélas pas les migrants est-européens extradés en masse par la Westminster Court qui pourront faire valoir ces droits en l’absence totale d’organisations britanniques. Dans le cas de Julian Assange chaque audience marque un pas dans la recomposition du pouvoir dans cette affaire. Chaque élément nous apporte des indices sur le vrai pouvoir et c’est pour cela que je suis astreinte à noter tous les détails en restant ouverte à toutes les solutions. Y compris à la bonne nouvelle d’une libération immédiate de Julian Assange ce qui, rappelons-le, est juridiquement tout à fait possible avec un avocat qui ferait une demande de libération et un juge qui aurait envie de montrer qu’il ou elle est indépendant·e du pouvoir politique.

Alors j’imagine Julian Assange sortant simplement en homme libre par la porte du tribunal. J’imagine lui serrer les mains et tout lui raconter de ce qui s’est passé ici. J’imagine aussi tout ce qu’il faudra mettre en route pour s’occuper immédiatement de sa nouvelle situation de sans papier du Commonwealth libéré après 10 ans de détention réelle.

Julian Assange après l'audience de 13 janvier

Pouvoir et hiérarchie dans une file d’attente

Dans cet état d’esprit entre colère et espoir je me lève à 5h pour arriver à 5h30 devant la porte du tribunal. Je sais maintenant que les « Greekemmies » arrivent encore plus tôt et que les places sont de plus en plus chères dans cette assistance. Effectivement, notre équipe est en place à 5h40, mais il y a déjà 3 personnes devant nous : une journaliste australienne, une dame d’un certain âge qui s’avère être une psychiatre ayant signé la liste « Doctors for Assange » et Paul, qui plus que jamais ce matin ressemble à une doublure de Julian Assange. Il est assis sur une chaise pliante, judicieuse idée après son malaise la semaine précédente. Toutes les personnes s’avèrent francophones et en conversant plus tard avec Paul j’apprends qu’il a passé son dernier été en France avec son vélo. Nous discutons donc, il faut garder la politesse malgré la tension et la fatigue, car nous sommes hélas en théorie alliés pour une cause mais en réalité en rupture du fait de nos différences de stratégie.

C’est de cela dont m’entretient pendant plusieurs heures la docteure Felicity De Zulueta, me présentant sa collaboration d’il y a 20 ans avec l’avocate Gareth Peirce, et son propre travail en tant qu’experte auprès de réfugiés politiques, même si plus tard je ne trouve sur internet que la trace de sa vraie spécialité - le trauma des enfants victime de violences. Je lui dis qu’elle sera choquée, on ne sort pas indemne de confrontation de ce genre, même un non médecin comme moi voit les symptômes de torture que Julian Assange a subi. Dr De Zulueta acquiesce. Elle sait que la situation est mauvaise, elle a lu le rapport de notre médecin de Wikijustice. Elle apprécie la qualité de son travail. Je lui explique que Wikijustice a toujours voulu collaborer avec les proches de Julian Assange et avait proposé dès le mois de juillet 2019 aux avocats de discuter de la meilleurs coordination stratégique à mettre en œuvre pour un soutien optimal du prisonnier politique Julian Assange.

C’est l’absence de réponse et les violences que nous font subir des personnages comme Greekemmy sous l’œil impassible des avocats qui nous a fait prendre une direction plus radicale. Sans oublier la lettre de SOS de nous avons reçue de Julian Assange le 17 août qui nous donne le DEVOIR et pas simplement le droit de tout mettre en œuvre pour le sauver.

Lire la suite

http://tlaxcala-int.org/upload/gal_21505.jpg





Courtesy of Wikijustice Assange
Source: https://www.facebook.com/notes/wikijustice-julian-assange/proc%C3%A8s-ou-c%C3%A9r%C3%A9monie-sacrificielle-julian-assange-jug%C3%A9-le-23-janvier-2020/477190679583918/
Publication date of original article: 28/01/2020
URL of this page : http://www.tlaxcala-int.org/article.asp?reference=27999

 

Tags: Julian AssangeWikiLeaksWestminster Magistrates' CourtExtradition Royaumùe-Uni-USAPrisonniers de l'EmpireTransferts extraordinaires
 

 
Print this page
Print this page
Send this page
Send this page


 All Tlaxcala pages are protected under Copyleft.