TLAXCALA تلاكسكالا Τλαξκάλα Тлакскала la red internacional de traductores por la diversidad lingüística le réseau international des traducteurs pour la diversité linguistique the international network of translators for linguistic diversity الشبكة العالمية للمترجمين من اجل التنويع اللغوي das internationale Übersetzernetzwerk für sprachliche Vielfalt a rede internacional de tradutores pela diversidade linguística la rete internazionale di traduttori per la diversità linguistica la xarxa internacional dels traductors per a la diversitat lingüística översättarnas internationella nätverk för språklig mångfald شبکه بین المللی مترجمین خواهان حفظ تنوع گویش το διεθνής δίκτυο των μεταφραστών για τη γλωσσική ποικιλία международная сеть переводчиков языкового разнообразия Aẓeḍḍa n yemsuqqlen i lmend n uṭṭuqqet n yilsawen dilsel çeşitlilik için uluslararası çevirmen ağı

 05/07/2020 Tlaxcala, the international network of translators for linguistic diversity Tlaxcala's Manifesto  
English  
 UMMA 
UMMA / Au Qatar, la diffusion de « fausses nouvelles » sera punie de 5 ans de prison
Date of publication at Tlaxcala: 25/01/2020
Original: قطر: عقوبة "الأخبار الكاذبة" السجن خمس سنوات
Translations available: English 

Au Qatar, la diffusion de « fausses nouvelles » sera punie de 5 ans de prison

Human Rights Watch هيومن رايتس ووتش

Translated by  Fausto Giudice Фаусто Джудиче فاوستو جيوديشي

 

Les modifications du code pénal : un recul pour la liberté d'expression 

Un portrait de l'émir Cheikh Tamim ben Hamad Al Thani sur un bâtiment à Doha, Qatar. Photo Anke Waelischmiller/AP Images, 2019

(Beyrouth) - Le Qatar a modifié son code pénal pour restreindre davantage l'espace déjà restreint de la liberté d'expression en fixant des sanctions pénales pour la diffusion de « fausses nouvelles » en ligne, a déclaré Human Rights Watch aujourd'hui.

L'amendement, introduit comme un nouvel article dans la section "Crimes contre la sécurité intérieure de l'État" du code pénal et publié avec d'autres amendements dans le journal officiel le 19 janvier 2020, impose jusqu'à cinq ans de prison pour diffusion malintentionnée de rumeurs ou de fausses nouvelles. Le nouveau texte ne définit pas qui détermine ce qu'est une rumeur ou une fausse nouvelle, ni comment procéder à cette détermination, ni quelles normes doivent être utilisées pour ce faire. Il n'exige pas non plus que les informations partagées causent un préjudice réel contre un intérêt légitime.

« Le Qatar aime faire de la publicité pour montrer qu'il est censé être plus ouvert que ses voisins, mais cette loi utilise les mêmes règles que les autres États du Golfe pour museler la liberté d'expression », a déclaré Michael Page, directeur adjoint de Human Rights Watch pour le Moyen-Orient.  « Le Qatar devrait supprimer les dispositions légales qui restreignent la liberté d'expression, et non pas ajouter des dispositions plus vagues comme les « fausses nouvelles » qui refroidissent le débat public critique sur des questions importantes ».

L'article 136 (bis) prévoit des sanctions pénales pour « quiconque diffuse, publie ou republiera des rumeurs ou des déclarations, des nouvelles fausses ou malveillantes ou de la propagande sensationnelle, à l'intérieur ou à l'extérieur de l'État, lorsqu'elles visent à nuire aux intérêts nationaux ou à inciter l'opinion publique ou à perturber l'ordre social ou public de l'État ». L'article stipule que les contrevenants « seront punis d'une peine maximale de cinq ans de prison et de 100 000 riyals qataris {=25 000 €], soit l'une des deux peines ». La peine est doublée si le crime est commis en temps de guerre. 

Le code pénal du Qatar criminalise également le fait de critiquer l'émir, d'insulter le drapeau du Qatar, de diffamer la religion, de blasphémer, et d'inciter à « renverser le régime ». La loi qatarie de 2014 sur les cybercrimes criminalisait déjà la diffusion de « fausses nouvelles » sur Internet et prévoyait un maximum de trois ans de prison pour toute personne reconnue coupable d'avoir publié en ligne un contenu qui « viole des valeurs ou des principes sociaux », ou « insulte ou diffame autrui ».

De nouveaux amendements au code pénal ont été annoncés dans une déclaration de la cour de l’Émirat le 14 janvier 2020. La déclaration ne comprenait pas le texte. Le 17 janvier, un grand journal local, Al Raya, a publié le texte complet des amendements avant leur publication au journal officiel, ce qui n'est pas rare au Qatar. Toutefois, il a inclus une formulation beaucoup plus restrictive de l'article 136 (bis), qui aurait également criminalisé toute discussion sur les affaires de l'État qui pourrait agiter l'opinion publique, nuire aux intérêts nationaux ou détruire la confiance dans les institutions de l'État ou dans ceux qui en sont responsables.

Sur Twitter et d'autres plateformes de médias sociaux, les Qataris ont exprimé une forte opposition à la loi proposée, ce qui a rapidement conduit le journal à retirer l'article. Il a publié une déclaration deux jours plus tard, s'excusant de « la controverse soulevée par les amendements au code pénal » et affirmant avoir reçu le texte d'une source non officielle et l'avoir publié sans le vérifier auprès des autorités compétentes.

Bien que la formulation finale de l'amendement soit moins restrictive que la version publiée dans Al Raya, Human Rights Watch considère que la nouvelle loi constitue un recul important pour la liberté d'expression au Qatar et une violation des obligations du Qatar en vertu du Pacte international relatif aux droits civils et politiques (PIDCP), qu'il a récemment ratifié et dont il a fait l'éloge au niveau international. Le Comité des droits de l'homme des Nations unies, qui interprète le pacte, a déclaré que toute loi limitant la liberté d'expression doit être rédigée de manière étroite, prudente et suffisamment claire pour que les personnes soumises à la loi puissent comprendre ce qui est interdit, et toute sanction doit être proportionnée. Elle stipule également que les États ne doivent pas interdire la critique des institutions de l'État et doivent veiller à ce que toutes les personnalités publiques soient soumises à la critique et au débat public.http://tlaxcala-int.org/upload/gal_21655.jpg

Les experts des droits de l'homme des Nations unies recommandent que la réglementation gouvernementale des contenus en ligne « n'impose pas de sanctions disproportionnées, qu'il s'agisse de lourdes amendes ou d'emprisonnement... étant donné leur effet dissuasif important sur la liberté d'expression ».

La constitution du Qatar garantit également la liberté d'expression et d'opinion. Le Qatar est aussi tenu de respecter le droit à la libre expression en vertu de l'article 32 de la Charte arabe des droits de l'homme, à laquelle il est partie.

« L'engagement du Qatar en faveur des droits de l'homme ne doit pas se limiter à recevoir les applaudissements de la communauté internationale », a déclaré M. Page. « Les autorités doivent appliquer réellement les traités auxquels elles adhèrent et réformer leurs lois pour mieux protéger la liberté d'expression et d'autres droits fondamentaux ».

 

 

 





Courtesy of Tlaxcala
Source: https://www.hrw.org/ar/news/2020/01/22/338125
Publication date of original article: 22/01/2020
URL of this page : http://www.tlaxcala-int.org/article.asp?reference=27930

 

 
Print this page
Print this page
Send this page
Send this page


 All Tlaxcala pages are protected under Copyleft.