TLAXCALA تلاكسكالا Τλαξκάλα Тлакскала la red internacional de traductores por la diversidad lingüística le réseau international des traducteurs pour la diversité linguistique the international network of translators for linguistic diversity الشبكة العالمية للمترجمين من اجل التنويع اللغوي das internationale Übersetzernetzwerk für sprachliche Vielfalt a rede internacional de tradutores pela diversidade linguística la rete internazionale di traduttori per la diversità linguistica la xarxa internacional dels traductors per a la diversitat lingüística översättarnas internationella nätverk för språklig mångfald شبکه بین المللی مترجمین خواهان حفظ تنوع گویش το διεθνής δίκτυο των μεταφραστών για τη γλωσσική ποικιλία международная сеть переводчиков языкового разнообразия Aẓeḍḍa n yemsuqqlen i lmend n uṭṭuqqet n yilsawen dilsel çeşitlilik için uluslararası çevirmen ağı

 09/08/2020 Tlaxcala, the international network of translators for linguistic diversity Tlaxcala's Manifesto  
English  
 AFRICA 
AFRICA / La Tunisie en première ligne du changement climatique
Date of publication at Tlaxcala: 08/12/2019

La Tunisie en première ligne du changement climatique

Christian Chesnot

 

La Tunisie est le pays méditerranéen le plus touché par le changement climatique. Stress hydrique, érosion des côtes et pollutions industrielles sont autant de freins au développement.

Interview de Samia Mouelhi - Vidéo Franck Ballanger

Attention danger ! La Tunisie est en première ligne du réchauffement climatique. Les ressources naturelles locales déjà limitées - l’eau et les sols - sont soumises à une intense pression de la part des activités humaines (agriculture, mines, industries, tourisme) concentrées dans les zones côtières. Autant de secteurs qui génèrent des pollutions diverses et variées dans l’eau et les sols. L’industrie textile, comme par exemple les ateliers de fabrication de pantalons de jeans, et l’exploitation des phosphates dans la région de Gafsa sont extrêmement polluantes. Et très consommatrices en eau : la fabrication d’un jean nécessite entre 3 000 et 10 000 litres d’eau selon le niveau de traitement. L’agriculture, qui est principalement tournée vers l’exportation, est aussi vorace en eau. Dans ce pays souvent désertique, la pression sur la ressource pour satisfaire la demande est considérable, notamment dans les périmètres irrigués qui utilisent près de 80% des ressources mobilisées. Le sur-pompage des eaux souterraines aggrave la pression sur le milieu naturel.

Reverdir la Tunisie

Depuis plusieurs années, l’agriculture souffre de sécheresses récurrentes qui favorisent l’exode rural. "Pour compenser la raréfaction des pluies", explique Samia Mouelhi, enseignante à l’Institut supérieur des sciences biologiques appliquées de Tunis (ISSBAT), "_les agriculteurs utilisent toujours plus d’engrais et de pesticides_. L’Etat tunisien commence à proposer des solutions en termes d’irrigation, mais cela aurait dû être fait depuis longtemps." Selon la FAO, on est passé de 5 kilos d'engrais chimiques utilisés à l'hectare au début des années 60 à près de 25 kilos au milieu des années 90.

Lancé en 2013, le projet "Reverdir la Tunisie" veut promouvoir un modèle d’agriculture adapté au changement climatique, notamment en créant des "oasis-forêts" et en utilisant des techniques traditionnelles d’irrigation. Il est le fruit d’une collaboration entre ISSBAT, Eco-Conscience, une ONG qui sensibilise aux questions environnementales, et l’Association tunisienne de permaculture.

Lire la suite

http://tlaxcala-int.org/upload/gal_21421.jpg





Courtesy of France Culture
Source: https://www.franceculture.fr/environnement/la-tunisie-en-premiere-ligne-du-changement-climatique
Publication date of original article: 08/12/2019
URL of this page : http://www.tlaxcala-int.org/article.asp?reference=27603

 

Tags: Reverdir la TunisieISSBATSamia MouelhiChangement climatiqueStress hydriqueDésertificationInitiatives écologiques
 

 
Print this page
Print this page
Send this page
Send this page


 All Tlaxcala pages are protected under Copyleft.