TLAXCALA تلاكسكالا Τλαξκάλα Тлакскала la red internacional de traductores por la diversidad lingüística le réseau international des traducteurs pour la diversité linguistique the international network of translators for linguistic diversity الشبكة العالمية للمترجمين من اجل التنويع اللغوي das internationale Übersetzernetzwerk für sprachliche Vielfalt a rede internacional de tradutores pela diversidade linguística la rete internazionale di traduttori per la diversità linguistica la xarxa internacional dels traductors per a la diversitat lingüística översättarnas internationella nätverk för språklig mångfald شبکه بین المللی مترجمین خواهان حفظ تنوع گویش το διεθνής δίκτυο των μεταφραστών για τη γλωσσική ποικιλία международная сеть переводчиков языкового разнообразия Aẓeḍḍa n yemsuqqlen i lmend n uṭṭuqqet n yilsawen dilsel çeşitlilik için uluslararası çevirmen ağı

 10/12/2019 Tlaxcala, the international network of translators for linguistic diversity Tlaxcala's Manifesto  
English  
 LAND OF PALESTINE 
LAND OF PALESTINE / Yad Vashem n'a pas le courage d'être un phare mondial de la conscience
Date of publication at Tlaxcala: 24/11/2019
Original: Yad Vashem doesn't have the courage to be a global beacon of conscience

Yad Vashem n'a pas le courage d'être un phare mondial de la conscience

Gideon Levy جدعون ليفي גדעון לוי

Translated by  Fausto Giudice Фаусто Джудиче فاوستو جيوديشي

 

Pendant des années, Barry Lando a été producteur principal du programme "60 Minutes" de CBS, travaillant aux côtés du légendaire Mike Wallace. Lando, un auteur qui partage son temps entre Paris et Londres, s'est récemment rendu en Israël pour la première fois en une vingtaine d'années, avec sa femme, Elisabeth, qui est française. Un incident avec le mémorial et musée de l'Holocauste en Israël, Yad Vashem, a jeté une ombre sur leur voyage et leur a causé un grand désarroi.

« Ma femme, catholique et moi-même, juif, avions cru à tort que cet honneur était conféré aux Gentils (non-juifs) qui avaient risqué leur vie pour sauver des Juifs de l'Holocauste. Nous avions tort », m'a-t-il écrit.

Voici l'histoire. La grand-mère et le grand-père d'Elisabeth étaient dans la Résistance française et ont secouru environ 1 000 personnes qui avaient fui les camps en Allemagne et dans les régions occupées par les Allemands. Son grand-père, Antoine Maas, était maire de Meisenthal, un village de la Moselle, en Lorraine (nord-est de la France) et propriétaire d'une verrerir. Il a laissé des centaines de réfugiés qui avaient fui les nazis séjourner au sous-sol de l'usine : certains d'entre eux étaient juifs.

Meisenthal était sous occupation allemande et Maas et sa famille ont risqué leur vie pour sauver ces gens. Après la guerre, Maas fut décoré par le général Charles de Gaulle. Maintenant, pensait sa petite-fille, il méritait d'être reconnu comme membre des Justes parmi les nations.

Jessica Cohen du programme Les Justes parmi les nations de Yad Vashem, à qui Elisabeth a envoyé des documents sur les actions de sa famille pendant la guerre et des lettres de survivants, a répondu qu'il ne faisait aucun doute que son grand-père «  était un homme courageux, motivé par un grand sens de l'humanité et ouvrant sa ville et sa porte aux personnes en difficulté « . Il n'y avait aucun doute non plus que des Juifs faisaient partie des fugitifs qu'il a secourus, mais cela était insuffisant pour l'institution, a-t-elle ajouté.

 http://www.tlaxcala-int.org/upload/gal_21364.jpg

Le Jardin des Justes à Yad Vashem

Cohen a écrit que « nous ne pouvons pas prouver que les mesures prises par Antoine Maas à leur égard visaient à sauver des Juifs », ajoutant que " »e programme des Justes parmi les Nations fonctionne selon un ensemble bien défini de critères et de règles. La définition de Juste est celle de personnes qui ont risqué leur vie pour sauver des Juifs en tant que Juifs ».

Les Lando étaient stupéfaits ; comme l'écrit Barry Lando dans un courriel, « mettre sa vie en danger pour sauver des Juifs parce qu'ils étaient des frères humains, quelle que soit leur religion, n'était pas suffisant. C'était seulement si tu les avais sauvés parce qu'ils étaient juifs. Sinon, ne vous donnez pas la peine de postuler.

« Je dois ajouter qu'en tant que Juif, j'étais non seulement abasourdi, mais aussi honteux. À mon avis, il y a quelque chose de très sombre, d'obscène, dans de tels sentiments. C'est le même genre de morale du style "Nous sommes le Peuple Élu - et pas vous " qui guide les politiques d'Israël et les opinions de tant de mes coreligionnaires juifs dans le monde aujourd'hui ».

Les Lando ont quitté Israël. Antoine Maas ne recevra pas le titre de Yad Vashem qui est si important pour sa petite-fille. Pourtant, il est difficile d'ignorer les dures conclusions tirées par Barry Lando. Nous nous sommes habitués depuis longtemps à l'idée que l'Holocauste était seulement à nous. Mais quand même le salut des Juifs est soumis à ce prisme ultranationaliste, étroit et exaspérant - les avez-vous sauvés parce qu'ils étaient Juifs ou parce qu'ils étaient des êtres humains, comme si cela faisait une différence - on ne peut que se demander quel rôle s'est attribué Yad Vashem.

En plus de son travail important, impressionnant et inlassable pour documenter et perpétuer la mémoire de l'Holocauste, ce grand établissement est coupable du péché d'ultranationalisme et de condescendance juifs et israéliens. Yad Vashem aurait pu devenir un phare mondial de la conscience. Il aurait pu utiliser son prestige dans le monde entier pour se comporter comme une institution universelle plutôt que provinciale, dénonçant les crimes contre l'humanité dans le monde entier, même lorsque ses victimes ne sont pas juives, et dénonçant les injustices commises partout à l'encontre des minorités persécutées.

Le monde entier écouterait Yad Vashem. Il n'est pas nécessaire de minimiser le souvenir de l'Holocauste pour se préoccuper du sort des non-juifs.

Il y a une autre mesure sûrement trop importante pour Yad Vashem et ses nombreux donateurs : protester contre ce que l'État juif fait aux membres d'un peuple différent. Il n'y aurait pas de meilleure façon de commémorer l'Holocauste. Aucune conclusion ne peut être plus sublime que Plus jamais ça - même en ce qui concerne les souffrances d'autres peuples, surtout lorsqu'il s'agit de crimes contre le droit international et l'humanité commis par Israël.

Mais Yad Vashem n'a pas le courage pour cela. Il ne le fera jamais.

La base de données sur les Justes dûment estampillés comme tels, avec le rituel appel à dons, sur le site de Yad Vashem

 





Courtesy of Tlaxcala
Source: https://bit.ly/2rpwD1G
Publication date of original article: 24/11/2019
URL of this page : http://www.tlaxcala-int.org/article.asp?reference=27535

 

Tags: Yad VashemJuste parmi les nationsAntoine Maas, MeisenthalBarry LindoPeuple éluSuprémacisme juifPalestine/IsraëlHolocauste
 

 
Print this page
Print this page
Send this page
Send this page


 All Tlaxcala pages are protected under Copyleft.