TLAXCALA تلاكسكالا Τλαξκάλα Тлакскала la red internacional de traductores por la diversidad lingüística le réseau international des traducteurs pour la diversité linguistique the international network of translators for linguistic diversity الشبكة العالمية للمترجمين من اجل التنويع اللغوي das internationale Übersetzernetzwerk für sprachliche Vielfalt a rede internacional de tradutores pela diversidade linguística la rete internazionale di traduttori per la diversità linguistica la xarxa internacional dels traductors per a la diversitat lingüística översättarnas internationella nätverk för språklig mångfald شبکه بین المللی مترجمین خواهان حفظ تنوع گویش το διεθνής δίκτυο των μεταφραστών για τη γλωσσική ποικιλία международная сеть переводчиков языкового разнообразия Aẓeḍḍa n yemsuqqlen i lmend n uṭṭuqqet n yilsawen dilsel çeşitlilik için uluslararası çevirmen ağı

 20/10/2019 Tlaxcala, the international network of translators for linguistic diversity Tlaxcala's Manifesto  
English  
 AFRICA 
AFRICA / Maroc : du code de la presse au code pénal pour museler la presse
Date of publication at Tlaxcala: 17/09/2019
Original: Marruecos silencia a l@s últim@s periodistas crític@s aireando su vida privada

Maroc : du code de la presse au code pénal pour museler la presse

Ignacio Cembrero

 

S’attaquer à la réputation et à la vie privée en mobilisant médias et justice est la nouvelle méthode employée contre les journalistes qui dérangent le pouvoir marocain

« Non à l’avortement de la presse libre » : slogan lors d’une manifestation devant le palais de justice, à Rabat, le 9 septembre 2019, où s’est déroulé le procès de Hajar Raissouni (AFP)

Finis, les cas de journalistes comme Ali Lmrabet, Driss Chahtane ou Ali Anouzla, poursuivis au Maroc entre 2003 et 2013 pour leurs écrits ou leurs caricatures et emprisonnés pendant quelques mois. La justice marocaine n’embastille plus les journalistes pour leurs articles, aussi irrévérencieux soient-ils.

Le nouveau code de la presse, entré en vigueur 2016, ne prévoit d’ailleurs plus de peines privatives de liberté pour ceux qui auraient pu abuser de la liberté d’expression.

Depuis le samedi 31 août, une journaliste marocaine, Hajar Raissouni, 28 ans, est cependant en prison préventive – le procès est en cours – accusée d’avortement et de débauche, c’est-à-dire d’avoir maintenu des relations sexuelles hors mariage.

Raissouni écrivait pourtant des articles déplaisants pour les autorités marocaines sur, notamment, la révolte du Rif, durement réprimée à partir du printemps 2017, dans Akhbar al Youm, un des rares quotidiens indépendants et qui plus est, influent.

Elle appartient à une grande famille islamiste dont son oncle, Ahmed Raissouni, président de l’Union mondiale des oulémas, est le chef de file. Celui-ci remet en question que le roi Mohammed VI puisse aussi être le commandeur des croyants, c’est-à-dire le chef spirituel des musulmans marocains.

Lire la suite

#FreeHajar, par Sonia Ouajjou





Courtesy of Middle East Eye
Source: https://www.elconfidencial.com/mundo/2019-09-16/marruecos-periodistas-gobierno-rey_2228243/
Publication date of original article: 16/09/2019
URL of this page : http://www.tlaxcala-int.org/article.asp?reference=27031

 

Tags: Hajar RaissouniRépression policièreNégation liberté de la presseMaroc
 

 
Print this page
Print this page
Send this page
Send this page


 All Tlaxcala pages are protected under Copyleft.