TLAXCALA تلاكسكالا Τλαξκάλα Тлакскала la red internacional de traductores por la diversidad lingüística le réseau international des traducteurs pour la diversité linguistique the international network of translators for linguistic diversity الشبكة العالمية للمترجمين من اجل التنويع اللغوي das internationale Übersetzernetzwerk für sprachliche Vielfalt a rede internacional de tradutores pela diversidade linguística la rete internazionale di traduttori per la diversità linguistica la xarxa internacional dels traductors per a la diversitat lingüística översättarnas internationella nätverk för språklig mångfald شبکه بین المللی مترجمین خواهان حفظ تنوع گویش το διεθνής δίκτυο των μεταφραστών για τη γλωσσική ποικιλία международная сеть переводчиков языкового разнообразия Aẓeḍḍa n yemsuqqlen i lmend n uṭṭuqqet n yilsawen dilsel çeşitlilik için uluslararası çevirmen ağı

 21/11/2019 Tlaxcala, the international network of translators for linguistic diversity Tlaxcala's Manifesto  
English  
 UNIVERSAL ISSUES 
UNIVERSAL ISSUES / En route pour interviewer Lula, dans un trou noir brésilien
Date of publication at Tlaxcala: 09/09/2019
Original: On the road to interview Lula, into a Brazilian black hole

En route pour interviewer Lula, dans un trou noir brésilien

Pepe Escobar Пепе Эскобар

 

Nous commencions à peine à atteindre notre vitesse de croisière dans notre vaste interview exclusive de 2 heures et 10 minutes avec l’ancien Président Luis Inacio Lula da Silva dans sa prison du bâtiment de la police fédérale à Curitiba, au sud du Brésil.

Et puis ça nous a frappés de plein fouet quand il nous l’a dit :

« Les États-Unis avaient très peur quand j’ai discuté d’une nouvelle monnaie et Obama m’a appelé pour me dire : « Essayez-vous de créer une nouvelle monnaie, un nouvel euro ? J’ai répondu : « Non, j’essaie simplement de me débarrasser du dollar américain. J’essaie juste de ne pas être dépendant« .

C’était la pierre angulaire de ce qui allait devenir un coup d’État de guerre hybride complexe et roulant, de l’espionnage de la NSA contre le gouvernement brésilien et les grandes entreprises nationales, à l’enquête sur la corruption Lava Jato (maintenant démolie comme un racket monstre), la destitution de la Présidente Dilma Rousseff, l’emprisonnement de Lula et l’émergence du Pourvoyeur du Chaos, Jair Bolsonaro.

Mon voyage a commencé au Cambodge. J’avais passé des heures à errer autour de Beng Mealea, la jungle serrant le repos pierreux des ruines angkoriennes, méditant sur la montée et la chute des empires. Le message est apparu sur mon téléphone en pleine nuit : la demande d’interview avec Lula, placée il y a cinq mois, avait été approuvée. Quand pourrais-je arriver à Sao Paulo ?

De l’Asie du Sud-Est à l’Amérique du Sud, en passant par le Qatar, jusqu’à Sao Paulo en fin d’après-midi le lendemain. Lorsque nous avons atterri en ville, le ciel était littéralement noir. Plus tard, j’ai découvert pourquoi : la mini-Apocalypse Now était une conséquence directe des incendies de forêt dans la basse Amazonie.

Sonder le monde à partir d’une minuscule cellule

Le lendemain, nous avons tous les trois (avec deux autres journalistes) pris l’avion pour le siège de l’opération Lava Jato, que les Brésiliens appellent la République de Curitiba. Notre premier chauffeur Uber à Curitiba, une ville de 1,8 million d’habitants, était un spécialiste du Muay Thai et un détective des homicides clandestins. Oui, il avait tué des gens au travail.

Tôt le soir, la veille de l’entrevue, les fédéraux brésiliens ont soudainement commencé à déployer des tactiques dilatoires. L’un des avocats de Lula, Manuel Caetano, a mis au point un contrepoint soyeux, avec une torsion : l’approbation des entrevues pourrait retourner devant la Cour Suprême et ils confirmeraient à nouveau le feu vert. Les fédéraux ont cédé.

Ce soir-là, nous avons assisté à la Vigile Free Lula à l’extérieur du bâtiment de la police fédérale. Elle se poursuit sans interruption depuis plus de 500 jours, depuis le 7 avril 2018, jour de l’arrivée de Lula à la prison. La Vigile, impeccablement gérée, comprend tout, de la bibliothèque à la soupe populaire en passant par le centre éducatif. Tous les jours, des centaines, parfois des milliers de militants et de vagabonds de toute la nation se rassemblent pour chanter « Bonjour, Président Lula », « Bonne Après-Midi, Président Lula » et « Bonsoir, Président Lula ». Et il écoute à travers la petite fenêtre de sa cellule qui est à peine ouverte.

Le jour supplémentaire dans cet endroit improbable et austère, se faisant passer pour une ville du Midwest américain, fière de sa réputation écologique et peuplée de descendants polonais et ukrainiens, nous a permis de concevoir une division du travail prudente. Nous représentions le site Web/You Tube, la chaîne Brasil 247, et dans mon cas Asia Times et Consortium News. Mauro Lopes de Brasil 247 se concentrerait sur Lula, l’homme, et comment l’expérience de la prison l’avait changé. Paulo Moreira Leite se concentrerait sur la politique brésilienne. Et je m’intéresserais à la géopolitique et aux relations internationales.

Lire la suite


L'auteur salue Lula. Photo Felipe L. Gonçalves/Brasil247





Courtesy of Réseau International
Source: https://consortiumnews.com/2019/09/07/pepe-escobar-on-the-road-to-interview-lula-into-a-brazilian-black-hole/
Publication date of original article: 07/09/2019
URL of this page : http://www.tlaxcala-int.org/article.asp?reference=26959

 

Tags: LulaDilmaBolsonaroGéostratégieGuerre hybrideLava JatoPTBrésilAbya Yala
 

 
Print this page
Print this page
Send this page
Send this page


 All Tlaxcala pages are protected under Copyleft.