TLAXCALA تلاكسكالا Τλαξκάλα Тлакскала la red internacional de traductores por la diversidad lingüística le réseau international des traducteurs pour la diversité linguistique the international network of translators for linguistic diversity الشبكة العالمية للمترجمين من اجل التنويع اللغوي das internationale Übersetzernetzwerk für sprachliche Vielfalt a rede internacional de tradutores pela diversidade linguística la rete internazionale di traduttori per la diversità linguistica la xarxa internacional dels traductors per a la diversitat lingüística översättarnas internationella nätverk för språklig mångfald شبکه بین المللی مترجمین خواهان حفظ تنوع گویش το διεθνής δίκτυο των μεταφραστών για τη γλωσσική ποικιλία международная сеть переводчиков языкового разнообразия Aẓeḍḍa n yemsuqqlen i lmend n uṭṭuqqet n yilsawen dilsel çeşitlilik için uluslararası çevirmen ağı

 24/08/2019 Tlaxcala, the international network of translators for linguistic diversity Tlaxcala's Manifesto  
English  
 LAND OF PALESTINE 
LAND OF PALESTINE / Derrière la téléréalité de Jerusalem District, la réalité d' Israeli Occupation Productions, Ltd.
Date of publication at Tlaxcala: 08/08/2019
Original: Behind the telereality of Jerusalem District, the reality of Israeli Occupation Productions, Ltd.

Derrière la téléréalité de Jerusalem District, la réalité d' Israeli Occupation Productions, Ltd.

Gideon Levy جدعون ليفي גדעון לוי

Translated by  Fausto Giudice Фаусто Джудиче فاوستو جيوديشي

 

Jerusalem District, une série de téléréalité produite par Kan TV en Israël, a été retirée après la dénonciation par le quotidien Ha’aretz du fait que la police avait planté un fusil M-16 dans la cave de Samer Sleiman sans l’en informer. Ce dernier a porté plainte. Gideon Levy revient sur l’affaire et la réalité derrière la téléréalité 

Samer Sleiman présente le rapport de perquisition de la police de novembre 2018, indiquant que rien de suspect n'a été trouvé. Quelques semaines plus tard, un épisode de la série montre la "découverte d'un fusil" dans sa cave.. Photo Emil Salman

Cette semaine, un convoi de voitures de police a parcouru les rues du village occupé d'Isawiyah, qu'Israël a annexé à Jérusalem. Les membres de l'unité de patrouille spéciale Yasam de la police conduisaient lentement, de manière provocante, style Seigneur-de-la-terre , et leur but était transparent : enflammer les esprits pour qu'une pierre leur soit jetée dessus. 

Ces dernières semaines, Isawiyah est devenue une base de formation pour les membres de Yasam. Ici, ils sont formés à la brutalité. Ici, ils apprennent à être encore plus violents et brutaux qu'ils ne le sont habituellement.

Ici, il est permis de faire n'importe quoi - lancer une grenade paralysante sur un détenu ligoté ; bannir les jeunes campeurs excités en route pour Jéricho ; tirer sur un enfant au visage et le rendre aveugle ; tuer un jeune homme qui a lancé un pétard ; arrêter, maudire, frapper et tabasser ; envahir les maisons en pleine nuit pour arrêter des innocents ; mettre en place des postes de contrôle abusifs ; annoncer des opérations de contrôle ridicules qui signifient vérifier si chaque voiture dans le village a un triangle d'avertissement pour les pannes - c'est dire à quel point ils tiennent à la sécurité des habitants.


L'une des nombreuses explications de la récente répression à Isawiyah est que c'est dû à la série documentaire télévisée "Jerusalem District". Les membres de Yasam émergent de cette série comme des machos, des combattants audacieux derrière les lignes ennemies. Ils sont tombés amoureux de leur rôle de " combattants contre le terrorisme ". Ils en veulent plus. 

Contrairement à ce qui a été dit depuis l'époustouflant scoop de Nir Hasson sur la mise en place d'une arme à feu par la police dans la maison d'un habitant d'Isawiyah, les médias derrière cette série, Kan 11 et Koda Communications, méritent des éloges. Ils ont présenté une série crédible et authentique qui dépeint l'occupation de Jérusalem telle qu'elle est : l'occupation la plus laide et la plus violente dans les territoires aujourd'hui.

Le point culminant de la série a été lorsqu’ils ont planté le flingue  dans la maison de Samer Sleiman. C'était le moment de vérité. C'est ainsi que la police opère dans les territoires. Parfois, ils plantent des preuves ou inventent un prétexte pour un comportement brutal. Et en général, ils se plantent eu-mêmes là où ils ne devraient pas être du tout.

 

Samar Sleiman dans sa cave. Capture d'écran de la scène dans Jerusalem District. Photo Emil Salman

 

Ce n'est pas seulement une affaire de flingue planté :  tout est basé sur la tromperie - le statut supposément inoccupé de la ville supposée unie ; les dangers exagérés jusqu’à l’absurde ; les services de sécurité qui combattent ces dangers et les aggravent par leur présence très violente et provocatrice, à Jérusalem comme en Cisjordanie.

Isawiyah serait un endroit beaucoup plus calme sans les incursions quotidiennes de la police du district de Jérusalem. Ici, la police n'a pas seulement marqué sa cible à l'avance, comme elle l'a fait en plantant l'arme à feu, mais elle travaille aussi à la réalisation de son rêve : la police veut un Isawiyah violent pour que ses forces puissent agir avec violence, comme elles veulent agir, comme elles sont formées à le faire.

Ensuite, ils dépeignent le lieu comme tel dans une série télévisée pour préparer davantage l'opinion publique ignorante et ayant subi un lavage de cerveau : Isawiya, c’est Gaza, un endroit violent et dangereux dont seuls les policiers de Jérusalem peuvent nous sauver.

Tout est vrai, sauf que c'est l'inverse. Isawiyyah n'est pas Gaza, et même Gaza n'est pas ce qu'on dit aux Israéliens qu'elle est. Isawiyah est un village dont la plupart des habitants travaillent en Israël, parlent hébreu et conduisent des voitures immatriculées en Israël. Il ne veut tout simplement pas perdre sa dignité et son identité.

Mais Jérusalem occupée n'a pas de place pour ça. C'est de ça qu'il s'agit. La police est le sous-traitant engagé pour faire le travail.

La maison où le fusil a été planté est la vraie histoire. J'y étais en janvier 2015, quelques semaines après que Saleh, alors âgé de 12 ans, eut reçu une balle dans le visage. Déjà, il ne voyait que des ombres. Les policiers du district de Jérusalem, les héros de la série, lui ont tiré en plein visage avec une balle en acier enrobée d’ éponge. Il a perdu un œil, et le second est devenu aveugle peu à peu. Son père s'occupait de lui avec une dévotion sans bornes.

Samer était un jardinier qui travaillait au Moshav Kisalon jusqu'à ce qu'il soit paralysé dans un accident de travail. Son fils Saleh se réveillait la nuit, paniqué. Une fois, il a rêvé qu'un policier lui tirait dans le visage, une autre fois, que le policier le traînait par les jambes.

Aucun policier n'a jamais été jugé pour cette fusillade criminelle contre un enfant. Et trois semaines plus tard, des policiers ont également tiré sur son voisin, Mohammed Obeid, alors âgé de 5 ans, le frappant à l'œil.

Ce sont les héros de " Jerusalem District", qu'Israël aime. Planter ce fusil était le moindre de leurs crimes.

 

 





Courtesy of Tlaxcala
Source: https://bit.ly/31wyzSN
Publication date of original article: 08/08/2019
URL of this page : http://www.tlaxcala-int.org/article.asp?reference=26756

 

Tags: Jerusalem DistrictIsawiyahAl Qods/JérusalemOccupation sionistePropagande sionistaUnité de police YasamPalestine/Israël
 

 
Print this page
Print this page
Send this page
Send this page


 All Tlaxcala pages are protected under Copyleft.