TLAXCALA تلاكسكالا Τλαξκάλα Тлакскала la red internacional de traductores por la diversidad lingüística le réseau international des traducteurs pour la diversité linguistique the international network of translators for linguistic diversity الشبكة العالمية للمترجمين من اجل التنويع اللغوي das internationale Übersetzernetzwerk für sprachliche Vielfalt a rede internacional de tradutores pela diversidade linguística la rete internazionale di traduttori per la diversità linguistica la xarxa internacional dels traductors per a la diversitat lingüística översättarnas internationella nätverk för språklig mångfald شبکه بین المللی مترجمین خواهان حفظ تنوع گویش το διεθνής δίκτυο των μεταφραστών για τη γλωσσική ποικιλία международная сеть переводчиков языкового разнообразия Aẓeḍḍa n yemsuqqlen i lmend n uṭṭuqqet n yilsawen dilsel çeşitlilik için uluslararası çevirmen ağı

 21/09/2019 Tlaxcala, the international network of translators for linguistic diversity Tlaxcala's Manifesto  
English  
 AFRICA 
AFRICA / L'ancien président égyptien Mohamed Morsi meurt en pleine audience de tribunal
Les défenseurs des droits pointent l’absence de soins médicaux appropriés en détention
Date of publication at Tlaxcala: 18/06/2019
Original: وفاة الرئيس الأسبق محمد مرسي أثناء محاكمته.. ومحاميه: وصف نفسه في الجلسة بـ«اﻷعمى» بسبب عزله عن العالم
Translations available: English 

L'ancien président égyptien Mohamed Morsi meurt en pleine audience de tribunal
Les défenseurs des droits pointent l’absence de soins médicaux appropriés en détention

Mostafa Mohie مصطفى محيي
Rana Mamdouh رنا ممدوح


Translated by  Fausto Giudice Фаусто Джудиче فاوستو جيوديشي

 

L'ancien président Mohamed Morsi s'est effondré et est mort lundi alors qu'il assistait à une audience dans le cadre d'un nouveau procès dans une affaire dans laquelle il était accusé d'espionnage, selon la télévision publique. Il avait 67 ans.

Dans une déclaration publiée peu après la diffusion de la nouvelle de sa mort, le bureau du procureur a fourni des détails sur les derniers instants de Morsi. Sans faire référence à son ancienne fonction de chef de l'État, la déclaration dit que Morsi s'est adressé à la cour pendant plusieurs minutes. Après l'ajournement de l'audience, Morsi a perdu connaissance parmi les autres accusés dans leur cage. Il a été immédiatement emmené à l'hôpital, où les médecins l'ont déclaré mort à son arrivée, ajoute la déclaration.

La déclaration n'a pas fourni de détails sur la cause du décès, mais le procureur a ordonné une enquête qui sera chargée d'interroger les autres accusés dans l'affaire, d'examiner les preuves provenant des caméras de surveillance dans la salle d'audience, d'examiner le dossier médical de Morsi détaillant son traitement en prison et d'ordonner à une équipe médico-légale de préparer un rapport sur la cause du décès.

Dans une autre déclaration plusieurs heures plus tard, le parquet a annoncé qu'il avait délivré un permis d'inhumer après une autopsie. Abdallah Morsi, le fils de l'ancien président, a déclaré à Reuters que les autorités avaient refusé que Morsi soit enterré dans le cimetière familial. Selon Abdallah, la famille ne sait pas où le corps de Morsi est gardé et ne reçoit des informations que de leurs avocats, car ils ne sont pas en contact direct avec les autorités égyptiennes.

Selon Abdel Moneim Abdel Maqsoud, l'un des avocats de la défense de Morsi qui s'est entretenu avec Mada Masr par téléphone, l'ancien président avait demandé au juge Mohamed Sherine Fahmy de lui permettre de s'adresser au tribunal. Fahmy a accédé à la demande de Morsi et l'ancien président a parlé pendant six à sept minutes.

Selon Abdel Maqsoud, après le rejet de la demande précédente de Morsi de tenir une audience spéciale pour lui permettre de " révéler des secrets d'État ", Morsi a déclaré à la cour qu'il ne révélerait aucun secret d'État susceptible de porter atteinte à la sécurité nationale, mais qu'il les emporterait dans sa tombe.

Morsi a ensuite demandé au tribunal de lui permettre de rencontrer ses avocats, arguant que son avocat commis d'office ne disposait pas des informations nécessaires pour le défendre correctement. Interdit de consultation juridique, l'ancien président s'est comparé à un aveugle qui ne savait rien de ce qui se passait dans son procès ou dans les médias, a ajouté Abdel Maqsoud.

Morsi a également déclaré que le tribunal l'avait déclaré innocent d’ espionnage au profit du Qatar et ne l'avait accusé que de diriger les Frères musulmans, mais " les gens ne savent pas ", aurait dit Morsi. Il a terminé son allocution par un vers d'un poème : « Mon pays, même s'il m'a combattu, m'est cher. Mon peuple, même s'il m'en voulait, est honorable ».

À la fin de l'allocution de Morsi, le juge a ajourné l'audience jusqu'à mardi et a quitté la salle d'audience, a déclaré Abdel Maqsoud à Mada Masr. Quelques minutes plus tard, une agitation a éclaté à l'intérieur de la cage des accusés, Morsi s'est effondré, inconscient. Les juges sont revenus dans la salle d'audience pour commencer les audiences sur l'affaire de l'évasion de la prison de Wadi Al Natroun en 2011, dans laquelle Morsi était également prévenu. Après l'avoir vu inconscient, le juge a ordonné le transfert de Morsi à l'hôpital.

Morsi, un membre éminent des Frères musulmans, a été le premier président élu démocratiquement en Égypte. Il a pris ses fonctions en 2012 mais a été évincé un an plus tard, le 3 juillet 2013, par l'armée - dirigée par le général Abdel Fattah Al Sissi, que Morsi avait nommé ministre de la Défense - au milieu de manifestations de masse contre son régime.

Morsi a été placé à l'isolement et gardé dans sa cellule 23 heures par jour depuis qu'il a été démis de ses fonctions. Il a été coupé des communications et n'a été autorisé à recevoir que quatre visites familiales au cours des six dernières années, dont son fils Abdallah a été exclu. La famille de Morsi avait déposé une plainte auprès du Conseil d'État pour leur permettre de lui rendre visite sans restriction.

L'année dernière, la Commission de rapport sur la détention, un groupe de parlementaires britanniques et d'avocats éminents nouvellement créé, a demandé à rendre visite à Morsi en prison afin d'enquêter sur ses conditions de détention et de faire rapport sur sa santé, qui, selon sa famille, s'était rapidement dégradée. La commission n'a reçu aucune réponse à sa demande.

La commission a recueilli des preuves à partir d'un certain nombre de documents disponibles et a publié un rapport en mars 2018 qui concluait : « Mohammed Morsi reçoit des soins médicaux inadéquats, en particulier une gestion inadéquate de son diabète et de sa maladie du foie. Nous acceptons l'opinion que la conséquence de ces soins inadéquats peut être une détérioration rapide de son état de santé à long terme, qui est susceptible d'entraîner un décès prématuré ».

La commission a conclu que les conditions de détention de M. Morsi étaient inférieures aux normes internationales et constituaient un « traitement cruel, inhumain et dégradant » qui « pouvait atteindre le seuil de la torture conformément au droit égyptien et international ». La responsabilité de l'état de santé de Morsi, a ajouté la commission, n'incombe pas seulement à ceux qui mettent directement en œuvre ses conditions de détention, mais à l'ensemble de la « chaîne de commandement » de sorte que « le président actuel pourrait, en principe, être responsable du crime de torture ».

Enfin, le rapport cite une allocution prononcée par Morsi en novembre 2017 à l'audience du tribunal, dans laquelle l'ancien président a parlé de ses conditions de détention et de la détérioration de sa santé. Selon le rapport, Morsi a souligné plusieurs problèmes de santé : sa tension artérielle basse lui faisait parfois perdre conscience ; son diabète non traité avait détérioré sa vision de l'œil gauche ; dormir sur le sol de la prison l'avait laissé avec des douleurs au dos et au corps.

En décembre 2017, un représentant du bureau du procureur a présenté au tribunal un rapport sur l'état de santé de Morsi après avoir procédé à un examen médical de l'ancien président. Selon le rapport, Morsi souffrait de problèmes dans le canal lacrymal de son œil gauche, ses genoux, sa colonne vertébrale, ainsi que de problèmes dentaires. Le rapport du représentant a attiré l'attention sur le fait que Morsi est un patient atteint de diabète et de tension artérielle, ajoutant que l'ancien président a subi un une tomodensitométrie cardiaque et un électrocardiogramme, en plus de se faire radiographier les genoux et examiner les yeux.

Le rapport ajoutait que la fréquence cardiaque de Morsi se situait dans la fourchette normale et que son taux de glycémie était élevé. Selon le rapport, Morsi a refusé qu'un échantillon de sang soit prélevé pour tester l'effet de son diabète sur ses reins.

Lors d'une audience en juillet 2017, Morsi avait déjà exprimé son inquiétude au sujet de sa santé, affirmant qu'il y avait eu des «  crimes commis contre lui », qui avaient affecté sa vie. Morsi a également déclaré qu'il était tombé dans le coma les 5 et 6 juin 2017.

Sarah Leah Whitson, directrice de Human Rights Watch pour le Moyen-Orient, a qualifié la mort de Morsi de « terrible mais tout à fait prévisible », soulignant que le gouvernement « ne lui a pas permis de recevoir des soins médicaux adéquats et encore moins des visites familiales ». Mme Whitson ajoute que son organisation est en train de préparer la publication d’ un rapport sur les conditions de détention de Mme Morsi.

Amnesty International a demandé qu'une enquête impartiale, approfondie et transparente soit menée sur les circonstances de la mort de Mosri, ainsi que sur ses conditions de détention et son accès aux soins médicaux.

« La nouvelle de la mort de Mohamed Morsi au tribunal aujourd'hui est profondément choquante et soulève de sérieuses questions quant à son traitement en détention », a déclaré Magdalena Mughrabi, directrice adjointe du programme Moyen-Orient et Afrique du Nord d'Amnesty International. « Mohamed Morsi a été soumis à une disparition forcée pendant des mois après sa détention, avant de comparaître pour la première fois devant un juge le 4 novembre 2013. Pendant cette période de six ans, il a été coupé du monde extérieur ».

Morsi a été condamné à des peines définitives dans trois affaires et a fait face à des accusations dans au moins deux affaires non encore jugées. Au moment de sa mort, Morsi purgeait une peine de 20 ans de prison pour les violents affrontements qui ont eu lieu devant le palais présidentiel d'Ettehadiya en décembre 2012, une peine à perpétuité pour espionnage présumé au profit du Qatar, et trois ans pour insulte à la justice. Morsi était également en attente d'un nouveau procès dans des affaires qui l'ont vu accusé d'espionnage au nom du Hamas et d'être impliqué dans l'évasion de la prison de Wadi Al Natroun en 2011.

 





Courtesy of Tlaxcala
Source: https://bit.ly/2Kq4akg
Publication date of original article: 17/06/2019
URL of this page : http://www.tlaxcala-int.org/article.asp?reference=26294

 

Tags: Mohamed MorsiÉgypte
 

 
Print this page
Print this page
Send this page
Send this page


 All Tlaxcala pages are protected under Copyleft.