TLAXCALA تلاكسكالا Τλαξκάλα Тлакскала la red internacional de traductores por la diversidad lingüística le réseau international des traducteurs pour la diversité linguistique the international network of translators for linguistic diversity الشبكة العالمية للمترجمين من اجل التنويع اللغوي das internationale Übersetzernetzwerk für sprachliche Vielfalt a rede internacional de tradutores pela diversidade linguística la rete internazionale di traduttori per la diversità linguistica la xarxa internacional dels traductors per a la diversitat lingüística översättarnas internationella nätverk för språklig mångfald شبکه بین المللی مترجمین خواهان حفظ تنوع گویش το διεθνής δίκτυο των μεταφραστών για τη γλωσσική ποικιλία международная сеть переводчиков языкового разнообразия Aẓeḍḍa n yemsuqqlen i lmend n uṭṭuqqet n yilsawen dilsel çeşitlilik için uluslararası çevirmen ağı

 10/12/2019 Tlaxcala, the international network of translators for linguistic diversity Tlaxcala's Manifesto  
English  
 CULTURE & COMMUNICATION 
CULTURE & COMMUNICATION / “Tous les Sahraouis sont des héros et des héroïnes”
Entretien avec l'écrivaine Conchi Moya
Date of publication at Tlaxcala: 04/05/2019
Original: “Todos los saharauis son héroes”
Entrevista a la escritora Conchi Moya


“Tous les Sahraouis sont des héros et des héroïnes”
Entretien avec l'écrivaine Conchi Moya

Paco Paños

Translated by  Fausto Giudice Фаусто Джудиче فاوستو جيوديشي

 

  • Conchi Moya est l'auteure du livre « Las acacias del éxodo » (« Les acacias de l'exode »), un ouvrage traitant du Sahara occidental. La présentation aura lieu ce samedi 4 mai à la librairie Libros Traperos de Murcia.

  • « Du PSOE, nous n’avons eu que trahisons. Il n’y a rien de positif à attendre de ce parti à l'égard du peuple sahraoui, comme il a continué à le démontrer tout au long de ces années ».

  • « Le fait que les femmes soient un pilier de la société sahraouie a toujours été évident. La société sahraouie est matriarcale, ce sont des femmes libres et elles occupent une place très importante dans leur famille et dans la société ».

 La escritora Conchi Moya

 L'écrivaine Conchi Moya

Née à Madrid en 1971, elle est diplômée en Sciences de l'Information de l'Université Complutense. Avant "Les acacias de l'exode", elle a écrit deux autres livres, avec pour toile de fond le Sahara occidental, "Delicias saharauis" et " Los otros príncipes". Avec Bahia Mahmoud Awah, elle a écrit l'essai "L'avenir de l’espagnol au Sahara occidental". Elle a aussi édité plusieurs anthologies de poésie sahraouie "Um Draiga", "Aaiún, gritando lo que se siente", "La primavera saharaui" et "Poetas saharauis (Generación de la Amistad)". En décembre 2015 est paru son premier roman, "Sin pedir permiso" ("Sans demander la permission").

Elle co-anime l'espace d'information Poemario por un Sahara Libre, dédié à l'actualité informative et culturelle de la cause sahraouie.

"Les acacias de l'exode", est un livre d'histoires dont le protagoniste est le Sahara occidental, le peuple sahraoui. Ce n'est pas ton premier livre sur ce thème et tu consacres une partie de ton activité à rendre visible la cause sahraouie. Quel est ton lien avec le Sahara, avec son peuple ?

J'ai rencontré le peuple sahraoui en avril 2000, lorsque je me suis rendue dans les camps de réfugiés sahraouis avec des collègues d'une radio libre à laquelle je collaborais. L'impact de ce que j'y ai vécu a été si fort que je me suis engagée à aider ces gens avec ce que je savais faire : raconter, écrire, informer. Finalement, j'ai rencontré mon collègue, l'écrivain et chercheur sahraoui Bahia Awah, et nous avons décidé de le faire ensemble. C'est ma cause, c'est mon peuple, j'ai une immense famille dispersée dans les camps, dans plusieurs pays de la diaspora et en territoire occupé. Beaucoup de mes meilleurs et plus chers amis sont sahraouis. Il n'y a pas eu un jour depuis mon premier voyage où j'ai cessé de penser au Sahara, et cela fait dix-neuf ans. Cela s'est littéralement traduit par le fait que j'ai eu l'honneur de participer au congrès fondateur du groupe d'écrivains sahraouis en exil Génération de l'amitié sahraouie. J'ai également été anthologue pour plusieurs de leurs publications. "Les Acacias de l'Exode" est mon troisième livre de récits sur le Sahara Occidental.

Dans l'une des histoires tu racontes la visite d'un "jeune homme politique espagnol", l'espoir qu'il a suscité parmi les militants sahraouis et, enfin, sa trahison. Ce politicien était Felipe González. Maintenant qu'un autre jeune homme politique socialiste se trouve à la Moncloa et continuera d'être président après les élections du 28 Avril, quelles sont les attentes de la population sahraouie : les Sahraouis espèrent-ils que Sánchez se tournera vers les camps de réfugiés, qu'il assumera la responsabilité de l'Espagne en tant que puissance colonisatrice et qu'il remplira le mandat des Nations Unies en attendant que le Sahara obtienne son indépendance et retrouve ses terres ?

L'histoire de la visite de Felipe Gonzalez en 1976 dans les camps de réfugiés pour soutenir le peuple sahraoui "jusqu'à la victoire finale" et sa trahison ultérieure, qui hantera Felipe à jamais, m'impressionne beaucoup. Les Sahraouis ne l'oublient pas et ils étaient chargés de récupérer et de diffuser ces images et l'audio de son discours. La chanteuse sahraouie Mariem Hassan lui a même dédié une chanson appelée "Shouka" (L'Épine), qui fait froid dans le dos. J'ai pu parler à certaines des personnes qui l'ont accompagné et j'ai voulu reproduire cette visite.

Le programme socialiste pour ces élections de 2019 comprenait une phrase faisant référence au peuple sahraoui, à savoir que le parti s'efforcera "de parvenir à une solution au conflit qui soit juste, définitive, mutuellement acceptable et respectueuse du principe de l'autodétermination du peuple sahraoui". Il est vrai que Pedro Sánchez s'est en quelque sorte dissocié de la "vieille garde" socialiste, mais nous devrons voir jusqu'où il osera aller. La proximité du PSOE avec les thèses marocaines sur le Sahara Occidental est historique et il est difficile pour cela de changer. Il faut rappeler que dans la dernière législature Mohamed Chaib, député pour le Parti socialiste catalan, est entré au Congrès : il est considéré comme « l'homme de Mohamed VI en Espagne ».

Il suffit de voir que Zapatero est l'un des défenseurs de l'occupation marocaine du Sahara. À titre d'exemple, l'ancien président est allé participer à différentes manifestations dans les territoires occupés du Sahara, organisées par les autorités marocaines, comme le Forum de Crans Montana dans la ville sahraouie occupée de Dakhla, avec Mohamed VI qui a ouvert la manifestation et accueilli les participants avec la phrase « Bienvenue au Sahara Marocain ». Cela a été repris par l'Agence EFE en mars 2015, c’est consultable en ligne. Et sous le gouvernement de Zapatero, le PSOE a eu une attitude honteuse lors de deux événements décisifs tels que la grève de la faim de la militante sahraouie Aminetu Haidar à l'aéroport de Lanzarote et le violent démantèlement du camp sahraoui de Gdeim Izik, où le gouvernement du PSOE a considéré la version marocaine comme valide et a reçu le général marocain Hosni Benslimane au ministère de l'Intérieur, alors qu’il fait l'objet d'un mandat d'arrêt européen pour l'assassinat de l'opposant Ben Barka. Le ministère de l'Intérieur Pérez Rubalcaba a répondu que son nom "n'était pas dans les bases de données du ministère".

Du PSOE, nous n’avons eu que trahisons. Il n’y a rien de positif à attendre de ce parti à l'égard du peuple sahraoui, comme il a continué à le démontrer tout au long de ces années 

Dans un livre comme "Les acacias de l'exode", il doit être facile de céder à la tentation de se limiter à faire l’éloge de la figure des héros et des dirigeants du peuple sahraoui. Tu parles avec admiration de certains de ces personnages, mais tu concentres tes histoires sur les gens qui souffrent de l'exode, sur les enfants, sur les familles, sur les choses simples et fondamentales qu'ils ont perdues. Et surtout tu parles des femmes sahraouies, de leur rôle dans l'organisation de la vie civile dans les camps, de la façon dont elles s'occupent de la santé, de l'éducation, de l'organisation, bref, de la vie quotidienne. Quel rôle tiennent les femmes dans la cause sahraouie ?

En réalité, tous les Sahraouis sont des héros et des héroïnes. Et tout le peuple est le Front Polisario, qui est un mouvement de libération nationale qui existera jusqu'à ce que les Sahraouis récupèrent leurs terres. Dans le cas des Sahraouis, il y a des dirigeants qui ont donné leur vie pour la cause, littéralement, comme Elouali Mustafa, l'un des fondateurs du Front Polisario et leader de la révolution sahraouie, qui est mort sur le champ de bataille moins d’un an après le début de la guerre contre le Maroc. Beaucoup d'autres ont été un exemple par leurs efforts et leurs sacrifices tout au long de ces décennies. Comme le peuple, qui a souffert et souffre encore tant. Et avec "Les acacias de l'exode" je voudrais en quelque sorte que nous nous mettions à la place de ces gens qui, du jour au lendemain, ont été expulsés de leur terre, à qui tout a été enlevé et soumis aux plus grandes injustices, devant l'indifférence de la communauté internationale. Je voudrais que nous comprenions que cela peut arriver à n'importe qui, même si nous nous croyons en sécurité en vivant dans la bulle de notre soi-disant "premier monde".

Le fait que les femmes sont un pilier de la société sahraouie a toujours été évident. La société sahraouie est matriarcale, ce sont des femmes libres et elles occupent une place très importante dans leur famille et dans la société. Elles ont installé les camps, et donc l'Etat sahraoui en exil, lorsque les hommes étaient sur le front. Il s'agissait de mères, de médecins, de constructrices, d'enseignantes, de donneuses de soins, de diplomates à l'étranger. Et dans les territoires occupés, les femmes mènent encore aujourd'hui de nombreuses manifestations de protestation, et il y a de nombreux noms de femmes parmi les militants des droits humains les plus importants. Les femmes sahraouies ont leur place dans la vie politique au niveau national et international. Il y a des ministres, des gouverneures, des parlementaires ou des diplomates, par exemple la représentante sahraouie en Espagne est une femme.

Mais tout cela n’empêche pas que les femmes sahraouies souffrent aussi du patriarcat, sont préoccupées par la perte du pouvoir depuis que les hommes sont retournés dans les camps après le cessez-le-feu et appellent à une plus grande participation à la vie publique. Maintenant, il y a une génération intéressante de très jeunes femmes sahraouies qui luttent pour leurs droits et leur espace, sans abandonner leur cause, et c'est extrêmement intéressant à mon avis.

Tout ton livre est un beau chant d’espoir, plein d'amour pour les gens dont tu parles. C'est aussi un cri de rage, de révolte contre la situation que vit le peuple sahraoui depuis 50 ans. Mais c'est aussi un appel contre l'oubli, contre l'éventuelle perte d'identité des générations déjà nées dans l'exode : y a-t-il un risque d'épuisement, de découragement chez les plus jeunes ?

Ce danger existe, c'est évident. J'ai des neveux et des neveux qui sont nés dans les camps de réfugiés et qui ont aussi des enfants qui sont nés dans les camps. Deux générations qui n'ont jamais pu mettre les pieds sur leurs terres ou qui ne connaissent que l'occupation. C'est un drame terrible. Et il y a un troisième déracinement, celui de la diaspora. Comment dire à un jeune Sahraoui de garder la foi en l'ONU ou en la communauté internationale ?

Mais en même temps, l'identité sahraouie est si forte qu'il y a beaucoup d'espoir placé dans les jeunes. Il y a une génération très bien préparée, qui connaît la cause et qui occupe des postes de responsabilité ou qui collabore à l'activisme intellectuel, culturel et artistique de l'information. Dans les territoires occupés, les défenseurs des droits humains sont de plus en plus jeunes, ils prennent le relais des militants vétérans. Le Maroc n'a pas réussi à effacer l'identité sahraouie de ces nouvelles générations, pas même des étudiants universitaires, obligés d'étudier dans les universités marocaines. Il existe un mouvement étudiant sahraoui très important dans les territoires occupés, qui subit des harcèlements, des détentions et des emprisonnements. Mais ils continuent.

Le grand problème est peut-être que le découragement les conduit à prendre des positions en faveur d'un conflit armé. Certains jeunes appellent à mettre fin à cette situation d'"impasse" et à reprendre la guerre. Ils en ont assez d'attendre et c'est compréhensible.

Tu es écrivaine, mais aussi journaliste, pourquoi avoir choisi le récit, la littérature pour nous parler des Sahraouis et non la chronique ou le reportage journalistique ?

Ce sont deux façons d'écrire qui sont presque aussi présentes dans ma création. Ma littérature est très narrative et j'aime raconter. Et en même temps, mes articles journalistiques ont toujours un aspect littéraire. En tout cas, Bahia Awah et moi militons pour l'information depuis 2001, lorsque nous avons commencé avec Poemario por un Sahara Libre, notre émission de radio qui est devenue plus tard un blog et que nous continuons. La littérature est venue plus tard et c’était en partie une conséquence du nombre de témoignages et d'histoires que nous entendions chaque jour. J'ai toujours écrit, depuis mon enfance, et si j'ai osé aller plus loin, c'est parce que je suis convaincue que la littérature et l'art sont une arme extrêmement puissante pour la diffusion des idées, et bien sûr des causes. Et par conséquent, ils doivent l’être pour une cause aussi juste que celle des Sahraouis.

 

 

 

 

 

Conchi Moya

Las acacias del éxodo

Sílex editores

978-84-7737-959-1

120 páginas

Precio: 14 euros

Dónde comprarlo (49 librerías)

 

 





Courtesy of Tlaxcala
Source: https://www.eldiario.es/murcia/cultura/saharauis-heroes_0_895210652.html
Publication date of original article: 03/05/2019
URL of this page : http://www.tlaxcala-int.org/article.asp?reference=25966

 

Tags: Conchi MoyaLes acacias de l'exodeSahara occidental occupéOccupation marocainePSOE-MakzenEspagne-Sahara occidentalSolidarité Sahraouis
 

 
Print this page
Print this page
Send this page
Send this page


 All Tlaxcala pages are protected under Copyleft.