TLAXCALA تلاكسكالا Τλαξκάλα Тлакскала la red internacional de traductores por la diversidad lingüística le réseau international des traducteurs pour la diversité linguistique the international network of translators for linguistic diversity الشبكة العالمية للمترجمين من اجل التنويع اللغوي das internationale Übersetzernetzwerk für sprachliche Vielfalt a rede internacional de tradutores pela diversidade linguística la rete internazionale di traduttori per la diversità linguistica la xarxa internacional dels traductors per a la diversitat lingüística översättarnas internationella nätverk för språklig mångfald شبکه بین المللی مترجمین خواهان حفظ تنوع گویش το διεθνής δίκτυο των μεταφραστών για τη γλωσσική ποικιλία международная сеть переводчиков языкового разнообразия Aẓeḍḍa n yemsuqqlen i lmend n uṭṭuqqet n yilsawen dilsel çeşitlilik için uluslararası çevirmen ağı

 23/05/2019 Tlaxcala, the international network of translators for linguistic diversity Tlaxcala's Manifesto  
English  
 AFRICA 
AFRICA / Un portail vers le Soudan de demain : voix de l'intérieur du sit-in qui a fait tomber le dictateur El Béchir
Date of publication at Tlaxcala: 12/04/2019
Original: A portal into tomorrow's Sudan': Inside the sit-in that brought down Sudan's dictator Bashir

Un portail vers le Soudan de demain : voix de l'intérieur du sit-in qui a fait tomber le dictateur El Béchir

Mel Plant

 

Pendant six jours, des masses de manifestants soudanais se sont mobilisées jour et nuit pour mettre fin au régime qui les gouverne depuis trois décennies. Ils ne s'arrêtent pas maintenant. 

'Millions' of Sudanese protesters began gathering outside the Army General Command in Khartoum on Saturday [Anadolu]

Tôt jeudi matin, le Soudan a été témoin de ce qui semblait être une conclusion dramatique de trois décennies douloureuses de son histoire,

Après des mois de protestations populaires généralisées contre le régime de l'ancien président Omar El Béchir - qui, selon des témoins oculaires, se sont transformés samedi en un sit-in de masse auquel ont participé des millions de personnes - un rêve est devenu réalité. El Béchir a démissionné, selon les médias, mettant fin à son mandat en tant que président soudanais le plus ancien, à deux mois à peine de 30 ans passés au pouvoir.

De joyeuses célébrations ont éclaté dans tout le pays et au sein de la diaspora soudanaise, alors que les manifestants avaient attendu pendant des heures, le souffle suspendu, l'annonce de ‘larmées, le faiseur de rois historique du pays qui a déjà dégagé quatre dirigeants au cours des cinq dernières décennies.

Mais lorsque l'ancien vice-président et ministre de la Défense Awad Ibn Auf, en uniformes, s'est déclaré nouveau président du Soudan dans un discours télévisé, les manifestants ont eu le sentiment que leur révolution avait été usurpée.

Ibn Auf, pilier et bras droit du régime du déchu d’El Béchir, a également annoncé un état d'urgence de trois mois, une période de transition de deux ans pendant laquelle le Soudan serait gouverné par un conseil de transition dirigé par des militaires et un couvre-feu nocturne.

"Nous ne voulons pas d'un autre Sissi au Soudan ", a déclaré Maaz Hmeda, un diplômé au chômage, à New Arab quelques heures seulement après l'annonce faite par Ibn Auf.

Les habituels chants des manifestants au sit-in ont changé presque immédiatement.

"Nous n'arrêterons pas jusqu'à ce qu'Ibn Auf tombe", ont-ils chanté . "Il [le régime] est tombé une fois, et il tombera encore."

Pendant plus de quatre mois de protestations, des millions de Soudanais ont clairement fait connaître leurs objectifs.

Il y a une raison pour laquelle les manifestants soudanais ont repris le slogan inventé en Tunisie il y a huit ans : "Le peuple veut la chute du régime !"

Leur slogan le plus utilisé, "Qu’il tombe, c’est tout" (Tasqut bas), disent-ils, n'a jamais fait référence au seul El Béchir.

Tasqut bas, par Abdelmalik

"Pour moi, le régime n'est pas encore tombé ", dit Samahir Omerelfaroug, un étudiant en médecine de 24 ans.

"Dès le début, le soulèvement pacifique n'était pas seulement contre El Béchir, mais contre tout le système corrompu."

Si les militaires se sont arrogé le mérite d'avoir renversé et arrêté El Béchir, il est clair que le sit-in monumental dans la capitale Khartoum et les manifestations contre le pays vont se poursuivre. En fait, même si de nombreux Soudanais croyaient que seuls les militaires avaient le pouvoir d’écarter El Béchir, son renversement a été provoqué par la participation massive au sit-in devant le quartier général.                                              

La journée fatidique du 6 avril

La marche vers le Commandement général de l'armée de terre devait coïncider avec le 34ème anniversaire de la Révolution soudanaise du 6 avril, lorsque des manifestations de masse avaient poussé les militaires à renverser le Président Gaafar Numeiry par un coup d'État sans effusion de sang.

Comme la plupart des autres manifestations depuis la mi-décembre, la manifestation avait été organisée par l'Association soudanaise des professionnels (SPA), un groupe de coordination qui est devenu la principale voix des manifestants anti-El Béchir.

"Je savais qu'il y aurait beaucoup de manifestants parce que nous nous préparons pour cette journée depuis deux semaines ", explique Nadia, une architecte de 22 ans. "Il y avait même des gens de l'extérieur de Khartoum qui ont participé à la manifestation... c'était si beau et à couper le souffle."

Les manifestants s'étaient rassemblés à trois points de rencontre à travers la ville, d'où ils allaient marcher jusqu'au quartier général de l'armée.

A 14h30 de ce "jour fatidique", Walid et son ami étaient rassemblés à côté du centre commercial Afra.

En marchant le long de la route de l'aéroport, ils ont rencontré "d'énormes foules" de personnes - et les forces de sécurité

Lorsque les forces de sécurité ont tiré des gaz lacrymogènes sur la foule, Walid et son ami se sont enfuis dans un autre quartier pour se réfugier dans un complexe résidentiel.

Ce n'est qu'à 19 h 40 que les deux amis ont pu atteindre le quartier général militaire, en raison de la forte présence des Services nationaux de renseignement et de sécurité (NISS), qui, selon lui, ont arrêté arbitrairement n’importe qui dans la rue et fouillé au hasard les voitures.

"Ils tiraient les canettes de gaz lacrymogène directement sur les corps des manifestants pacifiques ", dit-il. Plusieurs ont été blessés par les grenades. D'autres, dit-il, ont eu du mal à respirer parmi les nuages de gaz.

« J'ai été arrêtée le premier jour du sit-in »,  dit Omerelfaroug.

Relâchée 18 heures plus tard, elle s'est rendue directement au sit-in et a découvert un spectacle "étonnant".

"J'ai été stupéfaite par le grand nombre de personnes ", explique-t-elle. "Pour être honnête, je ne m'attendais pas à ce que ce soit si grand, mais voir cette participation m'a assurée que le régime de Bachir était sur le point de tomber."

Bien que des manifestants de toutes les générations et de tous les sexes aient participé à ce sit-in, les jeunes Soudanais y étaient majoritaires, puisque 61 pour cent de la population du pays est âgée de 24 ans ou moins, dont près de 30 pour cent sont au chômage.

"Cette révolution a été la révolution de la jeunesse avant d'être une révolution populaire", explique Hmeda, qui s'est rendu en Arabie saoudite après avoir participé à des mois de protestations en raison des craintes de sa mère pour sa sécurité.

"Les personnes les plus touchées par le régime despotique de Bachir ont été les jeunes ", ajoute-t-il, expliquant que le régime avait négligé les dépenses d'éducation, de santé et d'infrastructure tout en consacrant la majeure partie de son budget à la défense.                                                        

Soldats contre ombres

Le sit-in a été périodiquement attaqué par les forces de sécurité et les milices liées au régime. Selon l'un des manifestants des milices, les " brigades fantômes ", qui seraient commandées par Ahmed Haroun, ancien ministre nommé à la tête du parti au pouvoir, le Congrès national par El Béchir en mars, sont le fer de lance des attaques contre ce sit-in.

Haroun, comme El Béchir, est l'une des principales personnalités du régime soudanais recherchées par la Cour pénale internationale (CPI) pour crimes de guerre et génocide au Darfour, où il aurait recruté, financé et armé les milices Janjaouid qui ont commis des massacres et des viols.

De telles attaques se produisaient souvent en pleine nuit, lorsque les manifestants dormaient ou étaient épuisés après des heures passées à l'extérieur par une chaleur dépassant 40 degrés.

Au début du sit-in, des dizaines de soldats de rang inférieur ont décidé de désobéir aux ordres et d'intervenir pour protéger les manifestants.

Depuis le début du sit-in, 35 personnes ont été tuées par les forces de sécurité et les milices liées au régime, selon le Comité central des médecins soudanais. Cinq d'entre eux étaient des soldats.

"Ils risquent leur vie pour nous protéger et nous leur en serons toujours reconnaissants ", dit Nadia.

Un ingénieur de 26 ans originaire de Burri a expliqué un jour avant le renversement d’El Béchir que les manifestants, à leur tour, ont protégé des soldats mutins : "La sécurité des officiers qui ont désobéi aux ordres  dépend de la pression constante des révolutionnaires au sit-in."

Un portail vers le Soudan de demain

Malgré ces attaques, le sit-in historique a été un festival d'organisation communautaire et de partage des ressources – une préfiguration des choses à venir si l'on donne aux citoyens soudanais la chance de former l'Etat civil et démocratique que les manifestants réclament.

"Le sit-in ressemble à un portail vers le Soudan de demain ", dit l'ingénieur de Burri un jour après le renversement d’El Béchir. "Il a tous les signes d'un avenir prometteur que nous attendons pour nous arracher à la main du mal."

Le Soudan de demain, explique-t-il, sera exempt de tribalisme, de racisme, de favoritisme et de corruption, un pays où tous les citoyens ont les mêmes droits : "Le Soudan de demain est le Soudan de la liberté, de la paix et de la justice."

Dès le premier jour, les manifestants ont mis de l'argent en commun pour acheter de l'eau et de la nourriture à partager entre eux. Des campagnes de collecte de fonds pour les manifestants ont été lancées par des Soudanais de la diaspora dans le monde entier. Lorsque l'eau potable ne suffisait pas à rafraîchir les manifestants sous la chaleur accablante, d'autres utilisaient des tuyaux et des vaporisateurs d'eau pour apporter un soulagement bien nécessaire.

Le deuxième jour, les manifestants avaient rassemblé des tentes et des bâches pour fournir de l'ombre au soleil oppressant. Le sixième jour, alors que les manifestants musulmans se rassemblaient pour la première fois pour faire les prières du vendredi lors du sit-in, des manifestants chrétiens coptes se sont rassemblés pour tenir une bâche au-dessus de leur tête afin qu’ils puissent prier dans le confort.

Après la prière du vendredi, les manifestants au sit-in ont ensuite prié la "salat al-ghaib", une prière funèbre exécutée lorsque la communauté n'a pas été en mesure de faire la prière funèbre traditionnelle en présence des morts, pour ceux qui étaient morts pendant le sit-in.                             

Les militants ont recouru aux médias sociaux pour demander à des milliers d'autres de se joindre au sit-in et d'apporter avec eux les fournitures dont ils ont tant besoin, comme des inhalateurs pour l'asthme et même des cigarettes.

Le soutien est également venu de l'intérieur du Commandement général. L'ingénieur de Burri décrit une " belle relation " entre les militaires, en particulier les forces navales, et les manifestants qui, en échange de nourriture, de thé, de café et de cigarettes, ont reçu de l'eau et une assistance pour soigner les blessés.

Lorsque les manifestants ont été confrontés à un service téléphonique irrégulier et à un blocage des réseaux sociaux, ils ont détourné des poteaux électriques pour installer des bornes de recharge de fortune et des points d'accès Internet - le mot de passe d'un réseau étant "Tasqut bas".

Il a fallu que les manifestants rechargent leur téléphone pour pouvoir prouver la force de leur nombre la nuit, lorsque le NISS et les milices sont venus pour tenter de les disperser.

Les manifestants ont utilisé la lampe de poche de leur téléphone pour produire une mer de lumières apparemment sans fin, ponctuée d'applaudissements tous les quarts d'heure, pour faire valoir leur point le plus important : ils sont là pour rester jusqu'à la chute du régime.

Les manifestants se sont également organisés pour garder le site du sit-in propre. Plus important encore, les militants stationnés à l'entrée principale du sit-in ont veillé à fouiller les personnes entrant pour y trouver des armes, qui ont été strictement interdites.

"Il y a de l'eau, de la nourriture, une pharmacie, une clinique, tout ce dont vous avez besoin pour votre téléphone. Certaines personnes distribuent des parfums et d'autres des analgésiques pour les maux de tête ", explique un étudiant en pharmacie de 20 ans.

"Même quand tu as le visage chiffonné dans cette chaleur insupportable, tout le monde te dit de sourire, te donne de l'eau et se met à chanter."

Mais l'organisation est allée au-delà des solutions intelligentes aux problèmes pratiques, les militants organisant des discussions sur un large éventail de questions et les manifestants rassemblant leurs voix et leurs instruments pour remplir le site de musique.

Alors que les manifestants se sont rassemblés pour défier le couvre-feu décrété par Ibn Auf jeudi soir, un soldat enveloppé dans un drapeau soudanais s'est jeté sur le saxophone, accompagné des applaudissements enthousiastes et des chansons patriotiques de la foule qui l'entourait.

"L'organisation, l'unité, l'amour, les cultures des différents secteurs qui ont été exposées, la musique et l'art étaient extrêmement émouvants ", dit Omerelfaroug.

La veille du renversement d’El Béchir, Nadia a décrit l'atmosphère créée par le sit-in - une atmosphère de certitude que " ce régime tombera et nous verrons un Soudan meilleur ".

Elle ajoute : « Pour la millionième fois cette semaine, j'ai l'intense envie d'éclater en larmes. Le niveau de mobilisation est bien au-delà de celui de beaucoup de révolutions réussies. »

On ne recule pas

Alors que la déclaration d'Ibn Auf sur la mise en place d'un gouvernement militaire intérimaire frappait au cœur des célébrations de la chute de Bachir, l'exaltation s'est transformée en colère.

Mais il est clair que cette rage n'a pas paralysé les manifestants. Au contraire, il a donné une nouvelle vie à ce sit-in colossal et déjà vibrant.

Alors que le sit-in approche de sa sixième nuit consécutive - les manifestants ont déjà passé une nuit en bravant le couvre-feu - les militants se sont engagés à ne pas reculer face au pouvoir militaire.

"Nous n'accepterons pas le gouvernement intérimaire. Nous n'accepterons pas le boucher en chef intérimaire ", dit Nadia. "Ibn Auf et El Béchir sont les deux faces de la même médaille. Rien n'a changé donc rien ne changera concernant les protestations. Le sit-in et la révolution continuent."

Omar Zein Abidin, président du comité politique du conseil de transition nouvellement formé, a promis vendredi : "Nous garantissons que le nouveau gouvernement sera dirigé par des civils sans militaires", avant d'ajouter : "Nous sommes les fils de Swar El Dahab", en référence au général qui avait renversé Numeiry en 1985 mais a ensuite remis le pouvoir à un gouvernement civil mené par Ahmed El Mirghani et Sadiq El  Mahdi.

"Ce n'est pas un coup d'État. Nous avons répondu à l'appel du peuple ", a ajouté M. Abidin, promettant que la période de transition dirigée par un conseil militaire ne durera pas nécessairement deux ans si les civils sont en mesure de présenter leur alternative plus tôt.

Pour beaucoup, il est impossible de croire les affirmations des militaires qui prétendent qu'ils vont céder le pouvoir aux civils.

Ibn Auf, ancien camarade de classe du président égyptien Abdel Fattah El Sissi au collège militaire égyptien, a été chef du renseignement militaire soudanais et président des de l’État-major conjoint.

Le nouveau dirigeant soudanais est largement qualifié de criminel de guerre tant par les manifestants que par les analystes soudanais.

Bien qu'il n'ait pas été inculpé pour son rôle dans le conflit du Darfour par la CPI comme El Béchir, Ibn Auf est sanctionné par les USA pour son rôle présumé dans la coordination des relations entre le régime soudanais et les milices Janjaouid.

"Nous ne méritons vraiment pas ce qu'ils ont fait ou ce qu'ils continueront de faire ", s'est exclamé l'étudiant en pharmacie.

"Le peuple soudanais mérite beaucoup mieux."

 





Courtesy of Tlaxcala
Source: https://www.alaraby.co.uk/english/indepth/2019/4/12/inside-the-sit-in-that-brought-down-sudans-dictator-bashir
Publication date of original article: 12/04/2019
URL of this page : http://www.tlaxcala-int.org/article.asp?reference=25789

 

Tags: Révolution soudanaiseRévoltes logiquesSoulèvements populairesSoudan
 

 
Print this page
Print this page
Send this page
Send this page


 All Tlaxcala pages are protected under Copyleft.