TLAXCALA تلاكسكالا Τλαξκάλα Тлакскала la red internacional de traductores por la diversidad lingüística le réseau international des traducteurs pour la diversité linguistique the international network of translators for linguistic diversity الشبكة العالمية للمترجمين من اجل التنويع اللغوي das internationale Übersetzernetzwerk für sprachliche Vielfalt a rede internacional de tradutores pela diversidade linguística la rete internazionale di traduttori per la diversità linguistica la xarxa internacional dels traductors per a la diversitat lingüística översättarnas internationella nätverk för språklig mångfald شبکه بین المللی مترجمین خواهان حفظ تنوع گویش το διεθνής δίκτυο των μεταφραστών για τη γλωσσική ποικιλία международная сеть переводчиков языкового разнообразия Aẓeḍḍa n yemsuqqlen i lmend n uṭṭuqqet n yilsawen dilsel çeşitlilik için uluslararası çevirmen ağı

 23/05/2019 Tlaxcala, the international network of translators for linguistic diversity Tlaxcala's Manifesto  
English  
 MAPS & GLOSSARIES 
MAPS & GLOSSARIES / Ce que la Journée internationale de la langue maternelle signifie pour les langues de l’Inde
Date of publication at Tlaxcala: 23/02/2019
Original: What International Mother Language Day means for Indian languages

Ce que la Journée internationale de la langue maternelle signifie pour les langues de l’Inde

Subhashish Panigrahi सुभाशिष पाणिग्रही ଶୁଭାଶିଷ ପାଣିଗ୍ରାହୀ

Translated by  Dominique Macabies
Edited by  Fausto Giudice Фаусто Джудиче فاوستو جيوديشي

 

Le 21 février, date anniversaire de la création du réseau de traducteurs de Tlaxcala en 2006, est la Journée internationale de la langue maternelle. Cette année est également l'Année internationale des langues autochtones. Une triple raison pour publier cet excellent article -Tlaxcala

http://tlaxcala-int.org/upload/gal_19810.jpg

Les principales langues de l'Inde

Alors que les principales langues indiennes sont bien passées au numérique, les petites langues locales ont encore un long chemin à parcourir.

Il y a près de soixante-dix ans (1952), un groupe d'étudiants de l'Université de Dhaka a protesté contre la police de ce qui était alors le Pakistan oriental, dans le but de faire reconnaître le bengali (bangla) comme l'une des langues officielles de ce pays.

Ces militants ont finalement forcé le gouvernement pakistanais à renoncer à imposer l'ourdou comme langue nationale dans la région, devenue ensuite le Bangladesh. Cette journée, le 21 février, est célébrée dans le monde entier comme la Journée internationale de la langue maternelle (JILM).

Cette année, la JILM revêt une importance accrue puisque 2019 est célébrée comme l'Année internationale des langues autochtones, une campagne visant à promouvoir l'utilisation généralisée des langues autochtones - par l'UNESCO et nombre de ses partenaires dans le monde.

La vraie question est de savoir ce que cela signifie réellement pour les langues indiennes en général et les langues indigènes du pays en particulier.

Une langue n'est pas seulement un moyen de communication, mais un dispositif politique qui donne aux individus leur identité. Il y a une stagnation qui conduit à une mort lente si une langue n'est pas utilisée pour l'éducation et la gouvernance dans la langue maternelle. Le sanskrit, par exemple, bien qu'étant l'une des langues sud-asiatiques les plus anciennes, se limite désormais aux études littéraires et religieuses en raison de l'absence des usages précités.

Dans un pays comme l'Inde, où seulement 22 langues sur 750 sont reconnues par l'Union dans le cadre de la 8ème annexe de la Constitution, il y a un besoin urgent de beaucoup plus d'action pour promouvoir l'utilisation des langues indigènes dans tous les aspects. Ganesh N. Devy, fondateur de People's Linguistic Survey of India (PSLI, Enquête linguistique populaire sur l’Inde), initiative scientifique citoyenne visant à étudier l'utilisation des langues indiennes dans leurs contextes naturels, a averti que près de la moitié des langues indiennes pourraient disparaître dans cinquante ans.

 

Grâce au rythme rapide de l'Internet, aussi bien les langues et les systèmes d'écriture sont en grand danger car la distance physique entre les gens et les lieux diminue. Tim Brookes, fondateur de l'Atlas of Endangered Alphabets (projet de préservation des systèmes d'écriture qui pourraient bientôt disparaître), fait allusion à cette question : "Tout le monde avait un écran ou voulait un écran, et la langue anglaise ainsi que l'alphabet latin (ou un des six autres grands systèmes d'écriture) étaient sur chaque écran et chaque clavier".



Atlas en alphabet hanifi rohingya

Cela désavantage grandement ceux qui ne savent lire et écrire que le mandombe, le wancho ou le hanifi rohingya, dit-il. "Les problèmes liés à la disparition des langues et des systèmes d'écriture en amènent certainement beaucoup à chercher ce qui peut être fait pour protéger les langues de tout danger potentiel et les aider à se développer ", explique M. Brookes.

Une étude Google-KPMG en 2017 intitulée "Indian languages : Defining India's Internet" souligne que le nombre d'utilisateurs de langue indienne sera 2,5 fois supérieur à celui des utilisateurs anglais en ligne. Cela signifie simplement que l'attention des principales parties prenantes de l'Internet dans le pays se déplacera considérablement de l'anglais vers les langues indiennes. Avec environ 478 millions d'utilisateurs indiens de l'Internet mobile - dont 197 viennent de l'Inde rurale - qui constituent 59% de la population totale des utilisateurs d'Internet, l'Inde devient lentement la plus grande démocratie Internet.

http://tlaxcala-int.org/upload/gal_19813.jpg

Les projections de l'étude KPMG-Google : en 2021, 536 millions d'internautes en langues indiennes contre 199 en anglais

Pour un marché du m-commerce (commerce mobile) basé sur des applications en évolution rapide comme celui de l'Inde, une façon d'avancer pour les entreprises et tout ce qui est en ligne impliquant des personnes devra être "langue indienne d'abord". De nombreuses entreprises ont déjà commencé à adopter le multilinguisme sur leur interface et beaucoup d'autres vont le faire faire. Cette transition est très excitante car permettre le multilinguisme sur n'importe quelle plateforme en ligne nécessite l'apport et la participation de locuteurs natifs, ce qui se traduit par davantage de possibilités d'emploi.

Avant que le contenu et l'interface ne deviennent multilingues pour plusieurs applications, les langues n'étaient pas des produits commerciaux, mais seulement des appareils pour les œuvres littéraires. Pour quelqu'un comme moi, qui ai travaillé dans le domaine de l'Internet en langues indiennes pendant une décennie, ce changement est une grande source d’inspiration.

Cela nous amène à la question suivante : quelles ressources les locuteurs de langue maternelle doivent-ils mettre en place pour s'assurer que leur langue soit adaptée à Internet et qu'elle ne soit négligée dans aucune forme de déploiement de l'Internetisation ?

D'une manière générale, il y a trois aspects cruciaux d'une langue et de son système d'écriture qui, à mon avis, sont indispensables pour toute langue.

La norme Unicode

Unicode est un standard international qui garantit la cohérence de l'encodage d'un système d'écriture (script). Comme il s'agit d'un standard universel de l'industrie, tous les principaux acteurs de l'industrie - des entreprises comme Ubuntu, Microsoft et Apple qui fabriquent des systèmes d'exploitation et des logiciels aux fabricants mobiles, aux développeurs d'applications et même aux médias imprimés traditionnels - s'efforcent d'utiliser Unicode exactement de la même manière.

Les concepteurs de caractères et de polices de caractères s'assurent de respecter la norme Unicode d'un système d'écriture lors de la conception des polices. Si les locuteurs natifs d'une langue (et de son système d'écriture respectif) n'assurent pas une utilisation plus large de l'Unicode à tous les niveaux lors de la création de contenu, on peut craindre que leur langue ne pourra pas prendre le train en marche d'Internet.

Ma propre langue, l’odia, qui est l'une des trois langues les plus anciennes du sous-continent, n'a toujours pas été incluse dans la page de recherche Google India ou dans Google Translate en raison d'une utilisation plus large de polices non standard, à savoir Akruti et Aprant et d'une faible utilisation de polices compatibles avec Unicode.

Si les principales langues de l'Inde ont de nombreuses polices de caractères compatibles avec Unicode de bonne qualité, les langues indigènes ont encore beaucoup de chemin à parcourir. Les polices de bonne qualité sont les plus importantes, car l'expérience utilisateur joue un rôle vital en termes d'engagement du public. Une police mal conçue ne fidélise pas le public à une plateforme d'engagement des utilisateurs (par exemple un site ouèbe ou une application).


Cette appli permet d'écrire en 11 langues indiennes, dont l'odia, la langue maternelle de l'auteur

Corpus, dictionnaire et un Wikipedia propres

Pour développer de nombreux outils linguistiques, il faut remplir certaines conditions préalables : une longue liste de tous les mots de la langue est nécessaire pour construire un correcteur orthographique, un dictionnaire contenant la traduction des mots et des phrases et des phrases simples pour les outils de traduction automatique, un enregistrement audio des mots qui sont utiles pour la synthèse vocale (la conversion texte-parole avec une application élargie incluant des outils comme Google Assistant et des services vocaux automatiques comme la Réponse vocale interactive (IVR) qui sont utilisés dans l'industrie pour automatiser les supports clients).

De même, les publications régulières en ligne contribuent à une utilisation plus large de la langue (et de son système d'écriture) en ligne, de sorte que la langue devient une priorité pour les grands acteurs de l'Internet comme Google lorsqu'il s'agit d'outils de traduction automatique comme Google Translate.

Wikipedia - en raison de sa nature d'encyclopédie avec un modèle d'édition collaborative, dispose d'informations sur un large éventail de sujets qui sont fournis par des éditeurs bénévoles (oui, n'importe qui peut créer et éditer les articles Wikipedia) - est un excellent endroit pour quiconque voulant développer un contenu significatif dans sa propre langue en ligne.

Grâce aux licences ouvertes (en particulier les licences Creative Commons) pour le contenu, le texte de Wikipedia peut être distribué facilement sans enfreindre les droits d'auteur. Site très populaire sur Internet, Wikipedia propose souvent son contenu sur la première page d'une recherche ouèbe (comme Google). Il y a 292 Wikipédia actives dans 292 langues du monde et quelqu’un dont la langue n'a pas encore été créée par Wikipédia, peut contribuer au Projet d'Incubateur, et même demander si personne n'en a déjà lancé une. Le Projet d’Incubateur est une passerelle pour créer un nouveau Wikipedia dans une langue qui a son propre système d'écriture et a déjà un standard Unicode.

Assurer l'éducation élémentaire et la gouvernance en langue maternelle

Le Partenariat mondial pour l'éducation, le British Council et de nombreux autres acteurs impliqués dans le domaine de l'éducation des enfants recommandent fortement une éducation élémentaire basée sur la langue maternelle car les enfants apprennent plus rapidement dans leur "langue maternelle".

Le partage de connaissances dans une langue maternelle promeut le sens de la communauté et de l'identité. Dans toutes sortes de structures de gouvernance, une langue joue un rôle clé dans l'engagement avec différentes parties prenantes majeures - gouvernement et dirigeants, appareil judiciaire et forces de l'ordre sans oublier les gens du peuple.

Le processus d'unification des peuples par le biais d'une langue n'a pratiquement jamais changé, malgré l'utilisation généralisée de langues majeures comme l'anglais, le français ou le mandarin et le passage rapide à une ère numérique.

C'est là qu'un océan de possibilités s'offre aux locuteurs natifs de toutes les langues, mais surtout à ceux qui sont sous-représentés.





Courtesy of Tlaxcala
Source: https://thewire.in/tech/what-international-mother-language-day-means-for-indian-languages
Publication date of original article: 21/02/2019
URL of this page : http://www.tlaxcala-int.org/article.asp?reference=25433

 

Tags: Langues indiennesDiversité linguistiqueLangues maternelles en IndeJournée internationale langue maternelle (JILM)
 

 
Print this page
Print this page
Send this page
Send this page


 All Tlaxcala pages are protected under Copyleft.