TLAXCALA تلاكسكالا Τλαξκάλα Тлакскала la red internacional de traductores por la diversidad lingüística le réseau international des traducteurs pour la diversité linguistique the international network of translators for linguistic diversity الشبكة العالمية للمترجمين من اجل التنويع اللغوي das internationale Übersetzernetzwerk für sprachliche Vielfalt a rede internacional de tradutores pela diversidade linguística la rete internazionale di traduttori per la diversità linguistica la xarxa internacional dels traductors per a la diversitat lingüística översättarnas internationella nätverk för språklig mångfald شبکه بین المللی مترجمین خواهان حفظ تنوع گویش το διεθνής δίκτυο των μεταφραστών για τη γλωσσική ποικιλία международная сеть переводчиков языкового разнообразия Aẓeḍḍa n yemsuqqlen i lmend n uṭṭuqqet n yilsawen dilsel çeşitlilik için uluslararası çevirmen ağı

 20/07/2019 Tlaxcala, the international network of translators for linguistic diversity Tlaxcala's Manifesto  
English  
 LAND OF PALESTINE 
LAND OF PALESTINE / Le prophète Amos Oz était le dernier des sionistes moraux
Date of publication at Tlaxcala: 30/12/2018
Original: The prophet Amos Oz was the last of the moral Zionists

Le prophète Amos Oz était le dernier des sionistes moraux

Gideon Levy جدعون ليفي גדעון לוי

Translated by  Fausto Giudice Фаусто Джудиче فاوستو جيوديشي

 

Amos s'est opposé à l'occupation de ce qui restait de la Palestine dès 1967, même s'il a adopté une approche symétrique vis-à-vis des Israéliens et des Palestiniens, une symétrie qui n'a jamais existé.



Amos Oz. Photo Ilan Assayag

Comment pouvez-vous aimer quelqu'un dont les opinions expriment tout ce que vous détestez de la gauche sioniste ? Comment pouvez-vous aimer un sioniste juré si plein d'une foi inébranlable dans la justice du sionisme ?

Comment pouvez-vous aimer un optimiste aussi incorrigible ? Comment pouvez-vous aimer le visage le plus aimable du pays, un pays dont l'image a été déformée en une illusion ? Comment pouvez-vous aimer une personne aussi polie dont chaque phrase qu’elle prononce sonne comme si elle venait de son dernier livre ? Comment Amos Oz avait-il pu être tant aimé ; comment n'aurait-il pas pu être tant aimé ?

Le secret réside dans sa personnalité gagnante et son charme, son étonnante modestie, sa magie. Chaque rencontre avec lui a été une expérience à couper le souffle ; chaque conversation téléphonique a été pleine d'espoir, y compris la dernière, l'autre jour, au cours de laquelle il a promis que nous nous reverrions dès que sa fièvre serait tombée.

Il avait quelque chose d'inoubliable à chaque fois que nous nous rencontrions. C'était clair depuis le jour où je lui ai apporté une ébauche d'un des discours importants de Shimon Peres pour qu'il puisse le commenter. C'était clair à Yom Kippour 2002, en suivant les traces de "A Tale of Love and Darkness", je suis allé à la maison du 175 rue Ben Yehouda où sa mère et sa sœur avaient vécu, et de là à la rue Yefe Nof, l'allée de Tel Aviv où sa mère avait marché avant de se suicider.

C'était clair lors du dîner de 2010 avec A.B. Yehoshua et Mario Vargas Llosa, où Oz imaginait que l'un d'eux remporterait le prix Nobel quelques semaines plus tard (c’est Vargas Llosa qui l’a gagné).

Israël sera un pays différent sans lui. Cela n'arrivera pas tout de suite, mais tout à coup, nous verrons qu'il ne reste plus rien du pays que nous pensions autrefois beau et juste. Qu'il ne nous reste plus que Miri Regev.

Nous avons déjà une mini-Trumputopia ici, mais à la périphérie il y avait quelques vieilles lumières discernables, éclairant légèrement l'obscurité écrasante. Ces projecteurs ont été éteints. Nous avons toujours su que malgré tout, nous avions toujours Amos Oz. Ce n'est plus le cas.

Il y a quelques mois, il m'avait remis une photocopie d'une lettre écrite il y a plusieurs décennies par le philosophe Yeshayahu Leibowitz à la rédactrice en chef du journal Davar, Hannah Semer.  « Je suis proche de l'opinion d'Amos Oz selon laquelle l'occupation de "territoires" - et donc l'asservissement d'un million et demi d'Arabes - détruira le peuple et le pays, et nous corrompra en tant que Juifs et peuple d'un point de vue national, social et humanitaire-moral », écrivait Leibowitz. « Et nous deviendrons une Rhodésie israélienne, condamnée à la dégénérescence et à la destruction. »

La date était le 8 septembre 1967, trois mois après la guerre des Six Jours. Oz avait 28 ans. Le prophète Amos.

Le prophète Amos en 1989 : « Si messianique, ignorant et cruel, issu d'un coin sombre du judaïsme, cela menace de détruire tout ce qui nous est cher et saint, de jeter sur nous un rituel fou d'effusion de sang..... Naplouse et Hébron ne sont que les moyens, les seules stations sur le chemin de Levinger et Kahane pour étendre leur contrôle fou sur Tel Aviv, Jérusalem et Dimona. »

Et le prophète Amos, dans le même discours : « Si vous ne vous levez pas, vous, M. Shamir, et vous aussi, M. Rabin... et n’ appelez pas meurtre un meurtre, même vous ne serez pas à l'abri des balles des meurtriers. »

Il n'avait pas raison sur tout. Il croyait que les Juifs et les Palestiniens devaient divorcer, comme il l'a dit, en adoptant une approche symétrique envers les deux peuples, une symétrie qui n'a jamais existé d'aucune façon. Dans l'une de ses dernières conférences, qui s'est révélée virale avec plus de 100 000 visites sur YouTube, il s'est attaqué à la solution d'un seul État, que son bon ami Yehoshua avait adoptée, et a déclaré qu'il ne pouvait y avoir un État binational mais seulement un État arabe avec une minorité juive.

Dans ce discours, il s'est également prononcé contre mes descriptions de l'apartheid. Le dernier des sionistes moraux ne pouvait pas croire que la situation était devenue si grave et incorrigible.

Oui, Oz était le dernier des sionistes moraux. Exactement comme il croyait l'autre jour que nous nous rencontrerions pour prendre un café, il croyait que le pays serait divisé. Ni l'un ni l'autre ne s'est produit. Apparemment, cela n'arrivera jamais. Comme c'est triste, vraiment très triste

 





Courtesy of Tlaxcala
Source: https://bit.ly/2TklBU6
Publication date of original article: 30/12/2018
URL of this page : http://www.tlaxcala-int.org/article.asp?reference=25016

 

Tags: Amos OzGauche sionistePalestine/Israël
 

 
Print this page
Print this page
Send this page
Send this page


 All Tlaxcala pages are protected under Copyleft.