TLAXCALA تلاكسكالا Τλαξκάλα Тлакскала la red internacional de traductores por la diversidad lingüística le réseau international des traducteurs pour la diversité linguistique the international network of translators for linguistic diversity الشبكة العالمية للمترجمين من اجل التنويع اللغوي das internationale Übersetzernetzwerk für sprachliche Vielfalt a rede internacional de tradutores pela diversidade linguística la rete internazionale di traduttori per la diversità linguistica la xarxa internacional dels traductors per a la diversitat lingüística översättarnas internationella nätverk för språklig mångfald شبکه بین المللی مترجمین خواهان حفظ تنوع گویش το διεθνής δίκτυο των μεταφραστών για τη γλωσσική ποικιλία международная сеть переводчиков языкового разнообразия Aẓeḍḍa n yemsuqqlen i lmend n uṭṭuqqet n yilsawen dilsel çeşitlilik için uluslararası çevirmen ağı

 17/01/2019 Tlaxcala, the international network of translators for linguistic diversity Tlaxcala's Manifesto  
English  
 AFRICA 
AFRICA / Les récentes manifestations au Soudan sont bien plus que des émeutes du pain
Date of publication at Tlaxcala: 30/12/2018
Original: Recent protests in Sudan are much more than bread riots

Les récentes manifestations au Soudan sont bien plus que des émeutes du pain

Nisrin Elamin Abdelrahman نسرين الأمين عبدالرحمن
Zachariah Mampilly


Translated by  Fausto Giudice Фаусто Джудиче فاوستو جيوديشي

 

Le 19 décembre, des manifestations ont éclaté dans la ville d'Atbara, dans le nord-est du Soudan, en signe de protestation contre la dictature militaire qui gouverne le pays depuis presque trois décennies. Les gens sont descendus dans la rue après un triplement du prix du pain pour exiger "la liberté, la paix, la justice et la chute du régime". Mais la couverture internationale qui présente les manifestations comme des émeutes du pain obscurcit le contexte politique plus large, déforme les revendications des manifestants et soutient par inadvertance l'insistance du régime sur le fait que la crise peut être résolue par la simple réintroduction de subventions ciblées et la stabilisation de la livre soudanaise.

 

A quoi ressemblent les protestations ?

Représentant potentiellement la plus grande menace pour le régime du président Omar Hassan el-Béchir depuis son arrivée au pouvoir lors d'un coup d'État militaire en 1989, les protestations se sont intensifiées. Les manifestants ont mis le feu au siège du Parti du Congrès national au pouvoir. La police militaire a riposté en utilisant des gaz lacrymogènes et en tirant à balles réelles, tuant deux étudiants, Tarig Ali et Mohamed Abdeljalil, et en blessant des dizaines d'autres. Depuis lors, les manifestations se sont étendues à au moins 23 villes.

Le gouvernement a déclaré l'état d'urgence et imposé des couvre-feux dans les villes où ont eu lieu certaines des premières manifestations. Des écoles et des universités ont été fermées. Les journaux nationaux ont été censurés ou fermés. l’ Internet a été perturbé et plusieurs opérateurs ont restreint l’ accès à WhatsApp et à d'autres sociaux. Les forces de sécurité ont recouru à des gaz lacrymogènes et à des munitions réelles contre les manifestants alors que le nombre de morts a atteint 37 et continue d'augmenter.

Opposition réprimée et base populaire créative

Comme les militants soudanais l'ont clairement indiqué, ces protestations vont bien au-delà de l'aggravation de la crise économique. Les manifestants exigent le renversement du parti au pouvoir, le Congrès national, ainsi que d'un petit groupe d'élites politiques et économiques, dont certains dirigeants de partis d'opposition, qui détiennent le pouvoir depuis des décennies. Le fait de considérer ce soulèvement comme des émeutes spontanées contre la hausse des prix du pain masque également la manière dont les Soudanais des classes laborieuses se sont mobilisés contre le régime, en particulier dans les petites villes, qui ont été les plus durement touchées par les récentes mesures d'austérité après des décennies de négligence et de répression politiques.

Ce n'est pas un hasard si les manifestations ont commencé à Atbara, une ville connue pour son puissant syndicat des cheminots. Le Soudan a connu des révolutions réussies contre les régimes militaires, en particulier en 1964 et en 1985, où les syndicats et les mouvements étudiants ont joué un rôle central. Le régime actuel est arrivé au pouvoir après le soulèvement populaire de 1985 qui a renversé le gouvernement militaire de Jafaar Nimeiry et a passé la majeure partie des années 1990 à démanteler systématiquement toute opposition. Des dissidents ont été détenus et torturés. Les syndicats sont devenus pro-régime par des tactiques d'infiltration et de cooptation. Les membres du parti étaient stratégiquement positionnés au sein des structures locales de gouvernance à travers le pays. Et les efforts déployés pour organiser une résistance armée, en particulier dans le sud et au Darfour, se sont heurtés à des opérations contre-insurrectionnelles brutales et soutenues.

Mais l'absence de syndicats formels et de structures de gouvernance locales indépendantes n'a pas empêché les gens de former des structures alternatives de base pour se mobiliser contre la répression politique. Les mouvements de jeunesse et les formations indépendantes de paysans et d'ouvriers se sont multipliés au cours de la dernière décennie, les gens ayant perdu confiance dans les partis d'opposition et la politique établis. Plus particulièrement, de 2012 à 2014, les étudiants et les pauvres des villes ont organisé diverses manifestations créatives avant d'être réprimés par le régime.

Le siège du parti au pouvoir en feu à Atbara

 

L'évolution politique et économique récente a ouvert la voie aux protestations en cours

En septembre 2017, le Soudan a été discrètement retiré de la liste des pays interdits de voyage des USA. Quelques jours plus tard, l'administration Trump a partiellement levé les sanctions en vigueur depuis près de 20 ans. Les analystes ont établi un lien entre ces développements et le soutien du gouvernement soudanais à la guerre menée par les USA au Yémen avec le soutien des Saoudiens. En échange de l'envoi de milliers de soldats soudanais pour fournir le genre d'" engagement sur le terrain " que les Saoudiens et les Émiratis ne veulent pas risquer eux-mêmes, les diplomates du Golfe Persique ont intensifié leurs efforts de lobbying en faveur du Soudan à Washington.

Le rapprochement avec les USA intervient à un moment crucial pour le régime Bachir. Depuis qu'il a perdu 75 % de ses recettes pétrolières après la sécession du Sud-Soudan en 2011, le régime a eu du mal à gérer les tensions liées à la détérioration de la situation financière. Le gouvernement a cherché à générer des revenus en obtenant des crédits de prêteurs étrangers et en attirant des investissements dans ses secteurs agricole et minier. En novembre 2017, des responsables soudanais ont rencontré le FMI, qui a recommandé que «  le renforcement de la mobilisation des recettes s'accompagne d'une rationalisation des exonérations fiscales et de la suppression progressive des subventions coûteuses au carburant et aux produits ».

Le régime a imposé ces mesures d'austérité avec prudence et de manière quelque peu inégale, en ciblant des zones situées en dehors de la capitale Khartoum car il supposait que les habitants des petites villes étaient moins capables de se mobiliser. C'est pourquoi les protestations ont commencé à Atbara avant de s'étendre à d'autres villes et finalement à la zone métropolitaine fortement quadrillée de Khartoum. Et c'est dans ces petites villes que les travailleurs, les agriculteurs, les enseignants, les propriétaires de petites entreprises, les jeunes et d'autres se sont unis pour exiger un changement radical en réponse non seulement à l'aggravation de la crise économique au Soudan, mais aussi à un système politique qui les a marginalisés pendant des décennies.

Quatre facteurs rendent ces protestations différentes des précédentes

Bien que la situation demeure instable, les protestations se poursuivront probablement en raison des éléments suivants qui distinguent ces soulèvements des cycles précédents.

Premièrement, contrairement aux mobilisations précédentes, les manifestations n'ont pas commencé à Khartoum, où le régime a dépensé des ressources considérables pour protéger la région de la capitale. Les manifestations de 2012 ont eu du mal à gagner du terrain à l'extérieur de Khartoum, en particulier dans les régions rurales du pays. Mais cette fois-ci, c'est différent, le lieu d'action étant d'abord ancré dans les régions périphériques où les mouvements violents organisés existants peuvent apporter leur soutien à un mouvement véritablement national.

Deuxièmement, certains partis et personnalités de l'opposition semblent se rallier aux manifestants. Le chef de l'opposition Sadiq al-Mahdi est rentré la semaine dernière d'un exil qu'il s'était imposé et a appelé à une enquête internationale sur la mort des manifestants civils. Deux des plus importants groupes d'opposition soudanais, Appel du Soudan (qui comprend le parti Umma d'al-Mahdi et le Parti unioniste démocratique) et les Forces du consensus national, ont déclaré qu'ils appuieraient les manifestations. Pourtant, il n'est pas clair si les militants accepteront les efforts des partis d'opposition pour diriger les manifestations. Nombreux sont ceux, en particulier les jeunes, qui considèrent les dirigeants de l'opposition comme faisant partie de la même élite que Bachir et se méfient des tentatives de cooptation de leurs efforts.

Troisièmement, le parti au pouvoir lui-même est fragmenté et le régime craint depuis longtemps que l'armée ne se retourne contre Bachir et ses amis. Lors des révoltes de 1964 et de 1985, des militaires de rang subalterne avaient refusé d'ouvrir le feu sur les manifestants, faisant basculer l'équilibre du pouvoir en leur faveur. Craignant des attitudes similaires , Bachir a banni une grande partie de l'armée de la région de la capitale, la remplaçant par une police secrète d’intervention, qui relève directement de lui. Mais ce faisant, il a peut-être encore renforcé les énergies d'opposition des régions périphériques où les protestations sont centrées. Déjà, on rapporte que des membres de l'armée enlèvent leurs uniformes pour se joindre aux manifestants.

Enfin, il y a le contexte régional plus large. Les protestations en cours sont les plus récentes de la troisième vague de protestations en Afrique, qui dure depuis plus d'une décennie et qui a remporté des victoires significatives au Sénégal, au Burkina Faso, en Tunisie et, plus récemment, en Éthiopie, pays voisin. Le régime éthiopien a choisi de remplacer le Premier ministre plutôt que de réprimer davantage sa population, ce qui pourrait servir de modèle pour résoudre les protestations au Soudan. Cependant, il n'est toujours pas clair si les manifestants et les partis d'opposition au Soudan accepteraient un arrangement qui permettrait au PCN détesté de conserver le pouvoir, même sans le vieux Bachir à la barre. M. Bachir a également établi des relations substantielles avec de puissants acteurs régionaux et internationaux tels que la Chine et les États du Golfe.

Les enjeux profondément politiques de ces protestations

Malgré tout, il est toujours risqué de sous-estimer Bachir. Pendant près de trois décennies au pouvoir, il n'a jamais hésité à déchaîner la violence contre sa propre population, et sa rhétorique n'est pas différente maintenant. Parlant à un groupe de partisans dans l'État de Gezira, Bachir a insisté mardi sur le fait que les manifestations étaient organisées par « des traîtres, des agents, des mercenaires et des infiltrés qui ont exploité les difficultés de la vie quotidienne pour saboter et servir les ennemis du Soudan ».

Mais pendant que Bachir prononçait son discours, une coalition indépendante d'associations professionnelles - comprenant des médecins, des travailleurs, des enseignants et des journalistes - a organisé une marche vers le Palais républicain à Khartoum, exigeant la démission du régime. En réaction, les forces de sécurité ont bloqué des routes et des ponts et ont utilisé des gaz lacrymogènes et des tireurs d'élite pour disperser la foule, blessant gravement au moins trois personnes. Mais les manifestants ne sont toujours pas dissuadés, et les plans visant à mobiliser davantage de manifestations dans tout le pays se poursuivent.

Ce qui est clair, c'est que des dizaines d'années de frustration politique sont en train de se dissiper, ce que même la réintroduction de subventions sur le prix du pain ne résoudra probablement pas.

 





Courtesy of Tlaxcala
Source: https://wapo.st/2Td2Vpe?tid=ss_mail&utm_term=.47532a11dac7
Publication date of original article: 28/12/2018
URL of this page : http://www.tlaxcala-int.org/article.asp?reference=25014

 

Tags: SoudanOmar El BachirRévoltes logiquesMouvements populaires
 

 
Print this page
Print this page
Send this page
Send this page


 All Tlaxcala pages are protected under Copyleft.