TLAXCALA تلاكسكالا Τλαξκάλα Тлакскала la red internacional de traductores por la diversidad lingüística le réseau international des traducteurs pour la diversité linguistique the international network of translators for linguistic diversity الشبكة العالمية للمترجمين من اجل التنويع اللغوي das internationale Übersetzernetzwerk für sprachliche Vielfalt a rede internacional de tradutores pela diversidade linguística la rete internazionale di traduttori per la diversità linguistica la xarxa internacional dels traductors per a la diversitat lingüística översättarnas internationella nätverk för språklig mångfald شبکه بین المللی مترجمین خواهان حفظ تنوع گویش το διεθνής δίκτυο των μεταφραστών για τη γλωσσική ποικιλία международная сеть переводчиков языкового разнообразия Aẓeḍḍa n yemsuqqlen i lmend n uṭṭuqqet n yilsawen dilsel çeşitlilik için uluslararası çevirmen ağı

 19/06/2019 Tlaxcala, the international network of translators for linguistic diversity Tlaxcala's Manifesto  
English  
 AFRICA 
AFRICA / La question du Sahara occidental en 2018 : victoires diplomatiques, Rabat sous pression de l'ONU
Date of publication at Tlaxcala: 28/12/2018
Translations available: Italiano 

La question du Sahara occidental en 2018 : victoires diplomatiques, Rabat sous pression de l'ONU

Sahara Press Service (SPS وكالة الأنباء الصحراوية (واص

 

Chahid ElHafedh, 24 déc 2018 (SPS) L'année 2018 s'achève sur une percée diplomatique très significative dans le dossier du Sahara occidental, avec les négociations de Genève sous l'égide de l'ONU, marquées par l'engagement sérieux du Maroc et du Front Polisario, à relancer et à poursuivre, les pourparlers pour régler le conflit.

Rabat ayant maintenu le statu quo, se voit confronté au droit international pour l'organisation du référendum d'autodétermination du peuple sahraoui.

Trop longtemps restée au point mort, un vent nouveau souffle sur la question sahraouie, grâce aux efforts de l'Envoyé personnel du secrétaire général de l'ONU pour le Sahara occidental, Horst Köhler, qui a réussi à réunir les parties en conflit, le Front Polisario et le Maroc, autour de la table des négociations, en présence de l'Algérie et la Mauritanie, en tant qu'États voisins.

Une première, depuis les pourparlers de Manhasset 2012, et ce conformément à la résolution 2414 du Conseil de sécurité pour la relance des négociations directes sans préconditions.

Ce rendez-vous, est "un premier pas vers un processus renouvelé de négociations en vue de parvenir à une solution juste, durable et  mutuellement acceptable qui permette l'autodétermination du peuple sahraoui", et atteste du sérieux et de la bonne volonté du secrétaire  général de l'ONU, Antonio Guterres, pour le règlement du conflit, en faisant de ce dossier une priorité de son mandat depuis sa prise de fonction en 2017, ouvrant ainsi la voie à une nouvelle rencontre début 2019.



La délégation sahraouie à la table-ronde de Genève des 5 et 6 décembre. Prochain rendez-vous en mars 2019

2018, riche en victoires diplomatiques face aux manœuvres marocaines

Au cours de l'année 2018, organisations et associations internationales se sont mobilisées pour défendre le droit du peuple sahraoui à décider de son avenir à travers un référendum d'autodétermination, comme le stipulent les résolutions onusiennes et le droit international après plus de quarante ans de lutte pour la souveraineté nationale.

Cet élan a été appuyé par les États d'Afrique et d'Amérique latine ainsi que par des instances juridiques et politiques à travers le monde, appelant à un dialogue devant conduire à une solution qui respecte la volonté du peuple sahraoui.

Si certains gouvernements européens tentent de contourner la légalité internationale, pour des raisons d'"intérêts économiques", plusieurs députés et militants de la cause sahraouie se sont élevés, contre l'attitude des pays de l'UE, notamment la France et l'Espagne quant à l’exploitation illégale des ressources naturelles, ce qui constitue un "soutien à l'occupant marocain".

Au niveau de l’ONU, l'année écoulée reste marquée par la levée du blocage dressé sur la voie du processus de règlement, et une nouvelle dynamique a été apportée par le Conseil de sécurité, qui a prolongé à deux reprises (avril et octobre 2018), pour une durée de six mois uniquement , le mandat de la Mission de l'ONU pour l'organisation du référendum au Sahara occidental (Minurso).

Une durée de mandat (6 mois au lieu d'une année) positivement accueillie, après des tentatives marocaines et françaises pour maintenir la durée habituelle (1 an). Une telle décision, confirme selon les observateurs, la volonté de l'ONU d’ accélérer le règlement du conflit à travers une solution qui pourvoie à l’autodétermination du peuple sahraoui.

Sur le plan juridique, le rejet de la souveraineté du Maroc sur les territoires et les eaux adjacentes du Sahara occidental occupé a été  conforté en 2018, par les décisions des tribunaux africain et européen, notamment celle de la Cour de justice de l'Union européenne (CJUE), du 27 février 2018, portant sur l'accord de pêche (UE-Maroc), mais aussi la décision de la Haute Cour sud-africaine dans l'affaire de la cargaison du phosphate transportée par le navire NM Cherry Blossom, statuant que la République arabe sahraouie démocratique (RASD) est la "propriétaire" de la cargaison.

Mieux encore, l'accord aérien entre l'UE et le Maroc a également été jugé par le tribunal européen sans application au territoire du Sahara occidental et à son espace aérien, confirmant, une nouvelle fois, le statut séparé et distinct terrestre, maritime et aérien de la République arabe sahraouie démocratique.

Durant la même année, au Sommet de l'Union africaine (UA) tenu à Nouakchott, le Maroc a appris à ses dépens l'attachement de l'UA aux droits du peuple sahraoui à l'autodétermination et à l'indépendance, après la "décision historique" de créer un mécanisme africain pour trouver une solution au conflit entre la RASD et le Maroc, marquant ainsi un tournant dans le traitement du dossier et le début du "compte à rebours pour l'occupation marocaine".

Le Maroc face à la lassitude internationale

Mis au pied du mur, le régime marocain a tenté de duper l'opinion publique et de saper les efforts visant le règlement du conflit, tombant dans des contradictions, notamment lorsque le roi Mohamed VI a souligné dans un récent discours, l'engagement de Rabat à soutenir les efforts de l'ONU, mais a fixé, en contrepartie, des conditions et des références, non reconnues, comme préalable au règlement du conflit, ainsi qu'à travers son affirmation de l'engagement dans le cadre de l'UA alors qu'il s'oppose au retour du bureau de l'Organisation panafricaine à El Ayoune occupée pour coopérer avec la Minurso.

Des ONG dénoncent les violences marocaines contre les journalistes sahraouis

Par ailleurs, le Maroc, qui maintient la politique de la fuite en avant depuis plus de dix ans pour échapper au référendum, a continué à violer les droits du peuple sahraoui, en pillant les ressources naturelles, de ce territoire, inscrit depuis 1966 sur la liste des territoires non-autonomes, donc éligible à l'application de la résolution 1514 de l'Assemblée générale de l'ONU portant déclaration sur l'octroi de l'indépendance aux pays et peuples coloniaux.

Cependant, si Rabat a œuvré à maintenir jusqu'à maintenant le statu quo, l'ONU et les USA ont exprimé leur lassitude, mettant en cause la raison d’être de la Minurso qui ne parvient pas à organiser le référendum d'autodétermination, promis au peuple sahraoui, mission fondamentale pour laquelle elle a été créée en 1991.

 





Courtesy of SPS
Source: https://www.spsrasd.info/news/fr/articles/2018/12/24/19017.html
Publication date of original article: 24/12/2018
URL of this page : http://www.tlaxcala-int.org/article.asp?reference=25003

 

Tags: Sahara occidental occupéOccupation marocaineHorst KöhlerTable-ronde Sahara occidentalONU
 

 
Print this page
Print this page
Send this page
Send this page


 All Tlaxcala pages are protected under Copyleft.