TLAXCALA تلاكسكالا Τλαξκάλα Тлакскала la red internacional de traductores por la diversidad lingüística le réseau international des traducteurs pour la diversité linguistique the international network of translators for linguistic diversity الشبكة العالمية للمترجمين من اجل التنويع اللغوي das internationale Übersetzernetzwerk für sprachliche Vielfalt a rede internacional de tradutores pela diversidade linguística la rete internazionale di traduttori per la diversità linguistica la xarxa internacional dels traductors per a la diversitat lingüística översättarnas internationella nätverk för språklig mångfald شبکه بین المللی مترجمین خواهان حفظ تنوع گویش το διεθνής δίκτυο των μεταφραστών για τη γλωσσική ποικιλία международная сеть переводчиков языкового разнообразия Aẓeḍḍa n yemsuqqlen i lmend n uṭṭuqqet n yilsawen dilsel çeşitlilik için uluslararası çevirmen ağı la internacia reto de tradukistoj por la lingva diverso

 25/06/2018 Tlaxcala, the international network of translators for linguistic diversity Tlaxcala's Manifesto  
English  
 AFRICA 
AFRICA / Invasion de bateaux pirates au Sahara Occidental occupé
Date of publication at Tlaxcala: 27/03/2018
Original: لصحراء الغربية المحتلة: غزو لسفن القرصنة
Translations available: Español  English 

Invasion de bateaux pirates au Sahara Occidental occupé

Équipe Média Sahara Media Team ايكيب ميديا

 

Bientôt plus de 250 000 tonnes de phosphate seront expédiées hors du Sahara Occidental, pour une valeur de plus de 25 millions de dollars US. Rien ne permet d'affirmer que ces expéditions se font avec  l’accord des propriétaires, les Sahraouis, à la vente de ce phosphate par l’Office Chérifien des Phosphates, l'entreprise marocaine. L’absence de consultation et d'assentiment rend l’opération illégale.

Les premières 50 000 tonnes de minerai de phosphate sont en cours de chargement à bord du vraquier Triton Swan actuellement amarré à quai. 4 autres vraquiers sont en attente à l’ancre au sud du port.

Les 5 vraquiers en question sont les suivants, détaillés par leur ordre d’arrivée au large d'El Ayoun.

Le Triton Swan, IMO 9632985, bat pavillon du Panama, son port en lourd est de 61457 tonnes. Il est arrivé le 15 février en provenance de Fos-sur-mer (France), et après une escale à Gibraltar. Selon les informations disponibles, son propriétaire est Triton Navigation - Amsterdam, Pays-Bas.

L’African Sunbird, IMO 9397884, bat pavillon du Panama, son port en lourd est de 55688 tonnes. Il est arrivé le 22 février en provenance de Rotterdam (Pays-Bas) avec une escale à Las Palmas (Espagne). Son propriétaire semble être Misuga Kaiun - Tokyo, Japon

L’Ultra Passion, IMO 9811907, bat pavillon du Panama, son port en lourd 63472 tonnes. Il est arrivé le 27 février en provenance d'Oran (Algérie) via Las Palmas. Son propriétaire est Ultrabulk A/S, Danemark

Le Zeyno, IMO 9700421, bat pavillon de Malte. Son port en lourd 63064 tonnes. Il est arrivé le 27 février en provenance de Fos-sur-mer (France). Son propriétaire est Gsd Denizcilik Gayrimenkul, Turquie.

Le Bi Jia Shan, IMO 9632272, bat pavillon de Hong Kong. Son port en lourd est de 56625 tonnes. Il est arrivé le 14 mars en provenance de Civitavecchia (Italie) via Las Palmas. Son propriétaire et armateur est China Shipping International Shipmanagement Co, Shanghai, Chine.

Les raisons de cette affluence de vraquiers et la longue attente de certains n’est pas connue. Des marins interrogés ont fait allusion à des périodes de vent fort qui pourraient avoir empêché une approche du quai, mais ont douté de la pertinence de cette raison sur une telle durée.

Les travailleurs du phosphate n’ont pas fait état de problème avec le convoyeur de 100km qui relie les mines de Boucraa au port.

Une autre hypothèse serait que cette attente pourrait être liée au jugement finalement rendu par la justice sud-africaine le 24 février, statuant que la cargaison de 55 000 tonnes de phosphate immobilisée depuis 9 mois à Port Elisabeth à bord du NM Cherry Blossom, originairement transportée pour être vendue par l’OCP, l’était illégalement et appartient en droit au peuple sahraoui.

Néanmoins la logique ne tient pas. Les risques juridiques et financiers inhérents au transport de ce phosphate sont réels, et ont probablement des incidences sur les stratégies des compagnie de transports et leurs commanditaires, mais ces 5 navires sont en attente de chargement. Cela d’autant que de gros acheteurs déclarés, comme Nutrien, ont annoncé avoir décidé de ne plus s’approvisionner en territoire occupé à partir de cette année.

Un importateur cherche-t-il à faire des stocks prévisionnels ?

Au moment de la publication de cet article, les destinations des navires ne sont pas connues, ni les identités des entreprises destinataires des cargaisons.

De récents mouvements de bateaux européens au port d'El Ayoun sont rapportés ici pour leur collaboration aux activités marocaines dans le territoire occupé militairement.

Les navires sont le Marley, le Oceanic, le Eems Dublin.

Le 12 mars 2018 le bateau belge Marley, IMO9116814, a jeté l’ancre dans la baie du port d’El Ayoun. C’est son 4ème transport en provenance de Casablanca depuis début février. Il a, à chaque fois, déchargé sa cargaison à El Ayoun.

L'Oceanic, sous pavillon des Pays-Bas, IMO 9624550, est arrivé le même jour, en provenance de Ceuta.

L'Eems Dublin, aussi sous pavillon néerlandais,  vient de partir à vide du port d'El Ayoun après avoir déchargé. Il était arrivé le 8.

Ces trois navires ont la capacité de transporter des éléments d’éoliennes.

Des sources ont confirmé que le Eems Dublin avait apporté des nacelles, des rotors, des multiplicateurs et des générateurs. Ces appareils seraient destinés aux projets éoliens de Boujdour.

Les parcs de production d’énergie d'origine éolienne sont construits au Sahara Occidental par le Maroc pour servir ses activités d’occupation illégale, et à notre connaissance, ils n’ont pas reçu l’autorisation des représentants du peuple sahraoui.

La Cour de justice de l’Union Européenne vient de rappeler à tous ses membres, par son jugement de décembre 2016 sur l’accord commercial EU-Maroc, puis de janvier 2018 sur l’accord de pêche entre les mêmes parties, que les activités avec ou pour le Maroc au Sahara Occidental sont illégales sans l’accord des Sahraouis. Les navires européens indiqués ci-dessus ont donc des activités litigieuses.

D’autre part, depuis le 15 février 2018, le bateau russe Akademik Primakov, IMO 9187514, accompagné des navires d’appui et sécurité Sursum Corda et Marja, ont été observés au large d'El Ayoun. C’est à cette période qu’ont commencé les boucles des relevés sismiques. Le navire de 92,5 mètres de long est équipé de 16 treuils de flûtes sismiques pour l’acquisition de données sismiques en 3D. Il a une capacité de 68 personnes à bord.

Le BGP Prospecter, IMO 9545986 et pavillon des Bahamas, effectue lui des relevés sismiques au large de Boujdour au moins depuis le 5 février. Le navire est accompagné du Geo Service 1, du Flamingo et du Shannon.

Les deux navires opèrent sans l’autorisation des Sahraouis.

Le Forum Crans Montana prend le large direction Casablanca

À Dakhla, le ferry italien Rhapsody, IMO 9104835, propriété de Grandi Navi Veloci, en provenance de Marseille via Las Palmas est arrivé au port le 10 mars 2018. Avec une capacité de 2650 passagers et 708 véhicules, le bateau est au service de l’édition 2018 du Forum Crans Montana, prévu jusqu’au 20 mars 2018. Il l’avait été de même en 2016. Le site d’information Tourmag précise : « 600 participants seront invités à bord. Du 10 au 18 mars 2018, GNV met à disposition ses services d’hébergement et d’hôtellerie et un service de pension complète. Il accueillera également la soirée de gala avant de partir pour une mini-croisière vers Casablanca. »

Le Forum Crans Montana censé réunir « des chefs d’État, des organisations internationales et des entreprises autour de l’Afrique » est en fait l’organisation d’un événement marocain de promotion de sa colonisation du Sahara Occidental. L’instrumentalisation de l’objet et du lieu de la réunion sont dénoncés par l’Union Africaine qui a appelé, comme en 2015, tous les États membres, les organisations de la société civile africaine et les autres acteurs concernés à boycotter la présente édition.

À noter que, le 9 octobre 2017 EM avait publié un article informant d’un phénomène similaire de file d’attente de vraquiers de transport du phosphate. Ils étaient alors 3. Ce ne sont pas les seuls transports de phosphate des derniers 6 mois. Les informations systématiques sur les navires de phosphate, leurs cargaisons, destinations et propriétaires, sont étudiées et rapportées par l’organisation internationale WSRW, observatoire des ressources naturelles du Sahara Occidental. Elles sont disponibles en ligne.





Courtesy of ايكيب ميديا
Source: http://www.emsahara.com/article4200.html
Publication date of original article: 15/03/2018
URL of this page : http://www.tlaxcala-int.org/article.asp?reference=23077

 

Tags: Sahara occidental occupéPiraterie internationalePillage de phosphates
 

 
Print this page
Print this page
Send this page
Send this page


 All Tlaxcala pages are protected under Copyleft.