TLAXCALA تلاكسكالا Τλαξκάλα Тлакскала la red internacional de traductores por la diversidad lingüística le réseau international des traducteurs pour la diversité linguistique the international network of translators for linguistic diversity الشبكة العالمية للمترجمين من اجل التنويع اللغوي das internationale Übersetzernetzwerk für sprachliche Vielfalt a rede internacional de tradutores pela diversidade linguística la rete internazionale di traduttori per la diversità linguistica la xarxa internacional dels traductors per a la diversitat lingüística översättarnas internationella nätverk för språklig mångfald شبکه بین المللی مترجمین خواهان حفظ تنوع گویش το διεθνής δίκτυο των μεταφραστών για τη γλωσσική ποικιλία международная сеть переводчиков языкового разнообразия Aẓeḍḍa n yemsuqqlen i lmend n uṭṭuqqet n yilsawen dilsel çeşitlilik için uluslararası çevirmen ağı la internacia reto de tradukistoj por la lingva diverso

 22/07/2018 Tlaxcala, the international network of translators for linguistic diversity Tlaxcala's Manifesto  
English  
 EUROPE 
EUROPE / UE-Maroc: Accord de pêche, accord de voleurs
Date of publication at Tlaxcala: 01/03/2018
Original: UE-Marruecos: Acuerdo de pesca, acuerdo de ladrones

UE-Maroc: Accord de pêche, accord de voleurs

David Bollero

Translated by  Fausto Giudice Фаусто Джудиче فاوستو جيوديشي

 

Ce 27 février est un jour noir pour les droits humains,  donnant  une nouvelle raison d’être dégoûté par l'actuelle Union européenne (UE).  En validant l’accord de  pêche entre l'UE et le Maroc, la Cour de justice de l'Union européenne (CJUE) a manqué à son devoir, s’est vendue, et illustré le fait que l'Espagne et l'UE dans son ensemble n’ont pas peur de faire du commerce avec les vies humaines en échange de leur propre bien-être. En somme, elles ont officiellement converti un accord de pêche en un accord entre voleurs ... ce qu'en fait il a toujours été.

La justification de la validation de cet accord est qu'il ne s'applique pas aux eaux du Sahara occidental. L'Europe a nié une évidence: les bateaux de pêche espagnols, qui bénéficient le plus de l'accord, pêchent dans les eaux du Sahara Occidental. C'est indéniable. La ruse juridique de la part de la CJUE  pue, c'est une impudence inégalée qui marque la soumission au chantage marocain et à la pression espagnole.

Les bateaux de pêche espagnole raflent illégalement les ressources naturelles sahraouies depuis 2006 en vertu d'un accord de pêche avec le Maroc qui bafoue les droits humains les plus essentiels, en faisant négoce des ressources d’un territoire  illégalement occupé plus de 40 ans avec une collusion internationale.
µ
L'Espagne et l'UE sacrifient le peuple sahraoui pour des raisons stratégiques, adoptant la soumission à Mohamed VI, l'ami des Bourbons qui ont fait tant de mal à ceux qui étaient autrefois espagnols. Le motif? D'une part, ne pas nuire au secteur de la pêche et, d'autre part, assurer le contrôle des frontières pour que l'Espagne puisse continuer à effectuer des renvois illégaux de migrants, les livrant aux matraqueurs marocains, des déportations de masse de personnes mises sous sédatifs qui, auparavant, ont été arrêtées dans des rafles au faciès et enfermées dans des prisons appelées CIE.

Quel que soit le point de vue qu’on adopte, cet accord de voleurs est un pacte entre violateurs des droits humains, pour lesquels la valeur des personnes ne sera jamais au-dessus de leur propre bien-être. Pour leur part, les pêcheurs espagnols ne sont pas moins mercenaires. Se cachant derrière l’argument que leur gagne-pain est en jeu, ils volent le pain de peuple sahraoui depuis douze ans. Ça n’aurait pas été si compliqué d'exiger un accord de pêche avec le gouvernement de la RASD (République arabe sahraouie démocratique), dont c’est justement aujourd’hui le 42ème anniversaire, mais ils ont choisi la voie la plus facile.

Dans il faut être conséquent avec ses propres actions  et qui enterre la solidarité internationale et la justice par pure commodité, ne peut pas s’attendre à ce quon lui tende la main  quand il en aura besoin. De fait, la sentence de la CJUE ouvre la porte à la possibilité que si un bateau de pêche espagnol, au cas où il pêcherait sur les rives du Sahara occidental, le Front Polisario prenne des mesures, d'avertissement d'abord, puis d'expulsion, par tout moyen nécessaire.

La CJUE est claire en déterminant que les eaux adjacentes au territoire du Sahara occidental ne sont pas incluses dans la zone de pêche marocaine, car le territoire du Sahara occidental ne fait pas partie du territoire du Royaume du Maroc. Alors, les bateaux de pêche espagnols doivent faire attention, car leur position sera plus que compromise s'ils franchissent d’un seul mile maritime les limites des eaux marocaines.

S’il reste donc un minimum de décence au gouvernement espagnol, puisque tous ceux qui l’ont précédé dans cette démocratie, avec la Couronne, ont volé le peuple sahraoui à pleines mains, il devrait commencer à négocier un accord de pêche avec la RASD ou, sinon, ne plus piller des eaux qui ne lui appartiennent pas et sur lesquelles il n’existe aucun accord.

 





Courtesy of Tlaxcala
Source: http://blogs.publico.es/david-bollero/2018/02/27/acuerdo-de-pesca-acuerdo-de-ladrones/
Publication date of original article: 27/02/2018
URL of this page : http://www.tlaxcala-int.org/article.asp?reference=22856

 

Tags: Accord de pêche UE-MarocCJUESahara occidental occupéOccupation marocainePêcheurs espagnols
 

 
Print this page
Print this page
Send this page
Send this page


 All Tlaxcala pages are protected under Copyleft.