TLAXCALA تلاكسكالا Τλαξκάλα Тлакскала la red internacional de traductores por la diversidad lingüística le réseau international des traducteurs pour la diversité linguistique the international network of translators for linguistic diversity الشبكة العالمية للمترجمين من اجل التنويع اللغوي das internationale Übersetzernetzwerk für sprachliche Vielfalt a rede internacional de tradutores pela diversidade linguística la rete internazionale di traduttori per la diversità linguistica la xarxa internacional dels traductors per a la diversitat lingüística översättarnas internationella nätverk för språklig mångfald شبکه بین المللی مترجمین خواهان حفظ تنوع گویش το διεθνής δίκτυο των μεταφραστών για τη γλωσσική ποικιλία международная сеть переводчиков языкового разнообразия Aẓeḍḍa n yemsuqqlen i lmend n uṭṭuqqet n yilsawen dilsel çeşitlilik için uluslararası çevirmen ağı la internacia reto de tradukistoj por la lingva diverso

 15/12/2017 Tlaxcala, the international network of translators for linguistic diversity Tlaxcala's Manifesto  
English  
 ABYA YALA 
ABYA YALA / Uruguay : Haro sur les intellos
Date of publication at Tlaxcala: 04/12/2017
Original: Uruguay: La culpa es de los intelectuales

Uruguay : Haro sur les intellos

Jorge Majfud

Translated by  Fausto Giudice Фаусто Джудиче فاوستو جيوديشي

 

Le quotidien El País* de Montevideo (Uruguay),  dans son éditorial du 7 Novembre 2017, crie haro sur les écrivains Eduardo Galeano et Mario Benedetti et l’auteur-compositeur-interprète Daniel Viglietti (disparu le 30 octobre) pour avoir appuyé la violence, les accusant d’avoir été « coresponsables des déviations tragiques d'un secteur de la jeunesse uruguayenne».  Le simple mot « déviations » rappelle la dictature uruguayenne et bien d'autres, comme la junte argentine,  dont le ministre des Affaires sociales se plaignait que le problème des étudiants était qu'ils avaient trop de temps pour penser et que la « l’excès de pensée produit des déviations ».

Pas un mot sur  la violence chronique qu'El País a soutenue, avant, pendant et après la dictature, rien. Ainsi donc, dans un continent en proie à des dictatures brutales, des assassinats de masse, racistes et de classe, un siècle avant que la Guerre froide serve de prétexte à plus d'oppression et de tueries, les intellectuels auraient été les promoteurs de la violence.

Pas les généraux qui ont ordonné la disparition des dissidents, qui violaient et torturaient à volonté, beaucoup d'entre eux conseillés par des nazis (comme Klaus Barbie) protégés des puissances "du monde libre".

Pas les grands patrons qui téléphonaient au gouvernement usaméricain pour soutenir un petit putsch par-ci, un petit putsch par-là.

Pas les grands propriétaires fonciers qui disposaient de leurs péons et de leurs enfants comme de leur bétail.

Pas des commissaires qui ont appris les techniques de torture dans des écoles internationales.

Pas de ceux qui dépensaient des millions de dollars pour acheter des armes ou des opinions dans les médias.

Pas les propriétaires des grands médias qui ont manipulé l'opinion publique ou simplement caché la réalité avec beaucoup de fumée pour perpétuer l'état semi-féodal.

Oh, non, ils étaient tous des hommes responsables et modérés, des citoyens honorables prêts à se sacrifier pour la Patrie. Tous répétaient qu'ils avaient servi le pays pour ne pas dire que le pays les avait servis.

Non, bien sûr, les radicaux dangereux étaient ces intellectuels qui utilisaient des idées et des mots radicaux. Ces radicaux dangereux à cause  desquels l'Amérique latine était comme elle était et si elle n'était pas pire, c’était grâce aux dictatures qui ont servi à une minuscule classe d’ exportateurs et  d’exploiteurs pendant plus d'un siècle, soutenue par ses  armées, ses écoles, ses églises et ses grands médias.

Certes, l'Uruguay n’a pas été le pire cas en Amérique latine. C'était peut-être presque une exception, précisément à cause de son niveau d'éducation précoce et de ses figures critiques. Mais ces putains d’intellos pointés du doigt par El País ne limitaient pas leurs critiques à leur propre pays, qui les méritait (ou non ?), mais surtout ils l’étendaient à la réalité mille fois plus brutale de l'Amérique latine et à ses implications logiques avec l'impérialisme international ( quelque chose qui, de toute évidence, n'existait pas pour El País et beaucoup de ses lecteurs).

NdT

Principal quotidien uruguayen, El País, fondé en 1918, a toujours été lié aux « Blancs », les conservateurs issus des grands propriétaires fonciers et grands éleveurs, opposés aux « Rouges », réformistes et progressistes. Il a apporté un soutien inconditionnel à la dictature (1973-1985), censée avoir sauvé la nation du « chaos », de la « ruine » et de la menace du « totalitarisme marxiste ». Ci-dessous un exemple de Une, du 28 juin 1975. Le journal annonce la capture de 20 « factieux » (des guérilléros urbains du MLN-Tupamaros) au cours d’une opération où 3 « meneurs » ont été abattus. Comble du scandale : les « terroristes » avaient un arsenal contenant des « grenades argentines ».

http://tlaxcala-int.org/upload/gal_17550.jpg

 





Courtesy of Tlaxcala
Source: https://majfud.org/2017/11/07/la-culpa-es-de-los-intelectuales/
Publication date of original article: 07/11/2017
URL of this page : http://www.tlaxcala-int.org/article.asp?reference=22184

 

Tags: MédiamensongesPropoagande médiatiqueEl PaísUruguayAbya Yala
 

 
Print this page
Print this page
Send this page
Send this page


 All Tlaxcala pages are protected under Copyleft.