TLAXCALA تلاكسكالا Τλαξκάλα Тлакскала la red internacional de traductores por la diversidad lingüística le réseau international des traducteurs pour la diversité linguistique the international network of translators for linguistic diversity الشبكة العالمية للمترجمين من اجل التنويع اللغوي das internationale Übersetzernetzwerk für sprachliche Vielfalt a rede internacional de tradutores pela diversidade linguística la rete internazionale di traduttori per la diversità linguistica la xarxa internacional dels traductors per a la diversitat lingüística översättarnas internationella nätverk för språklig mångfald شبکه بین المللی مترجمین خواهان حفظ تنوع گویش το διεθνής δίκτυο των μεταφραστών για τη γλωσσική ποικιλία международная сеть переводчиков языкового разнообразия Aẓeḍḍa n yemsuqqlen i lmend n uṭṭuqqet n yilsawen dilsel çeşitlilik için uluslararası çevirmen ağı la internacia reto de tradukistoj por la lingva diverso

 13/12/2017 Tlaxcala, the international network of translators for linguistic diversity Tlaxcala's Manifesto  
English  
 IMAGE AND SOUND 
IMAGE AND SOUND / Cette grande humanité s'est écriée “Basta !” et s’est mise en marche : extraits de discours du Che
Date of publication at Tlaxcala: 09/10/2017
Translations available: English 

Cette grande humanité s'est écriée “Basta !” et s’est mise en marche : extraits de discours du Che

Ernesto Che Guevara Ερνέστο Τσε Γκεβάρα (1928-1967)

Translated by  Salah Lamrani صالح العمراني

 

Extraits de deux discours du Commandant Ernesto Che Guevara, traduits à l'occasion du cinquantenaire de son assassinat par la CIA, le 9 octobre 1967

Discours à Santiago de Cuba, le 30 novembre 1964, à l'occasion du 8e anniversaire du soulèvement de la ville mené par Frank País 

 
 
[...] Notre lutte victorieuse a entraîné deux conséquences : le réveil des peuples d'Amérique, qui ont vu qu'on pouvait faire la Révolution (et triompher), qui ont pu éprouver comment une révolution pouvait être faite, constater que toutes les voies (vers le soulèvement populaire) n'étaient pas fermées et voir qu'il n'était pas indispensable de constamment [recevoir les coups des exploiteurs], et que ce chemin vers l'émancipation n'était pas aussi long et ardu que pouvaient l'imaginer ou le penser certains chefs de parti qui luttent avec acharnement contre les oligarchies et contre l'impérialisme dans chaque pays.
 
Et en même temps, nous avons ouvert les yeux de l'impérialisme. L'impérialisme a aussi commencé à se préparer à noyer dans le sang les nouvelles Cubas qui pourraient voir le jour. Et avant de mourir, Kennedy avait déjà dit qu'ils n'admettraient pas de nouvelles Cubas dans le continent. Cela a été réitéré par ses successeurs, qui sont des loups de la même litière, donc il ne faudrait pas penser qu'ils pourraient avoir une philosophie différente. Mais en plus de le réitérer, ils ont démontré leur intention de mener à bien cette action, et de l'accomplir non seulement en Amérique, mais dans tous les pays du monde dans lesquels la lutte a été créée, où la lutte révolutionnaire s'est développée.
 
Ils ont essayé de massacrer l'Algérie, mais l'Algérie s'est libérée. Ils essaient de liquider aujourd'hui le peuple du Vietnam, mais le peuple du Vietnam est plus fort qu'eux, et le peuple du Vietnam continue jour après jour d'enregistrer de nouvelles victoires sur l'impérialisme, le forçant à payer par le sang des soldats [américains], et versant lui-même un tribut [de martyrs] pour l'immense quantité de victimes causées par l'impérialisme contre le peuple du Vietnam du Sud. Et la lutte continue et continuera jusqu'à la victoire. Cette révolution a commencé avant même la nôtre dans le Nord du Vietnam, et s'est consolidée avant que nous puissions arriver triomphalement à La Havane. Mais vous devez continuer à vous battre. 
 
Le Laos se trouve dans les mêmes conditions. Et en Afrique, il y a plusieurs peuples qui ont pris cette voie (révolutionnaire). Avec plus ou moins de succès, mais ils ont pris cette voie. Et la Guinée portugaise triomphe dans ses luttes.
 
Mais aujourd'hui, le souvenir plus présent, plus poignant que tout autre est certainement celui du Congo et de Lumumba. Aujourd'hui, dans ce Congo si éloigné de nous et pourtant tellement présent, il y a une histoire que nous devons connaître et une expérience qui doit nous être utile. L'autre jour, les parachutistes belges ont pris d'assaut la ville de Stanleyville. Ils ont massacré un grand nombre de citoyens et, en dernier lieu, après les avoir regroupés et assassinés sous la statue du professeur Lumumba, ils ont volé la statue de l'ancien président du Congo.
 
Cela nous révèle deux choses : premièrement, la bestialité de l'impérialisme. Une bestialité qui n'a pas de frontières déterminées ni n'appartient à un pays particulier. Les hordes hitlériennes étaient bestiales, tout comme les Nord-Américains aujourd'hui, tout comme les parachutistes belges, tout comme les impérialistes français en Algérie. Car c'est la nature même de l'impérialisme que de rabaisser les hommes à leurs pulsions les plus sauvages, de les transformer en bêtes féroces assoiffées de sang, disposées à égorger, à assassiner, à détruire jusqu'à la dernière image d'un révolutionnaire, d'un partisan d'un régime qui est tombé sous leur botte, ou qui se bat pour sa liberté.
 
Et cette statue à la mémoire de Lumumba, détruite aujourd'hui, mais qui sera reconstruite demain, nous rappelle aussi l'histoire tragique de ce martyr de la révolution du monde, et le fait qu'on ne peut jamais se fier à l'impérialisme, pas même pour la moindre des choses, rien de rien. Sous la bannière des Nations Unies au Congo, Lumumba a été assassiné. Et ce sont ces Nations Unies que les Américains prétendent faire inspecter notre territoire ! Ces mêmes Nations Unies ! [...]
 
Et nous avons la satisfaction toujours croissante de voir que le nom de Cuba parcourt les champs d'Amérique et traverse aussi les champs d'autres pays du monde qui luttent pour leur liberté, signifiant toujours la même chose : l'image de ce qui peut être réalisé grâce à la lutte révolutionnaire, l'espoir d'un monde meilleur, l'idéal pour lequel il vaut la peine de risquer sa vie, de se sacrifier jusqu'à la mort sur les champs de bataille de tous les continents du monde. [...]
 

Discours à l'ONU, le 11 décembre 1964

[...] Maintenant, oui, l'histoire devra compter avec les pauvres d'Amérique, avec les exploités et les humiliés d'Amérique Latine, qui ont décidé de commencer à écrire eux-mêmes, pour toujours, leur histoire. 
 
Et cette vague de ressentiment indigné, de justice réclamée et de droits piétinés qui commence à se lever parmi les terres de l'Amérique latine, cette vague ne s'arrêtera plus. Cette vague augmentera avec chaque jour qui passe. Parce que cette vague est formée par les masses, qui constituent la majorité dans tous les aspects : ceux qui accumulent par leur travail les richesses, créent les valeurs, font tourner les roues de l'histoire et se réveillent maintenant du long rêve abrutissant qui leur a été imposé.
 
Parce que cette grande humanité s'est écriée « Assez ! » et s'est mise en marche. Et sa marche de géants ne s'arrêtera pas avant de conquérir la véritable indépendance, pour laquelle ils ont déjà sacrifié beaucoup de martyrs, plus d'une fois, en vain. 
 
Maintenant, en tout cas, ceux qui meurent, mourront comme ceux de Cuba, ceux de Playa Giron : ils mourront pour leur unique, véritable et inaliénable indépendance. [...]

►Discours complets en espagnol





Courtesy of Sayed Hasan
Source: http://sayed7asan.blogspot.com/2017/10/paroles-immortelles-du-martyr-ernesto.html?m=1
Publication date of original article: 09/10/2017
URL of this page : http://www.tlaxcala-int.org/article.asp?reference=21755

 

Tags: Ernesto Che Guevara
 

 
Print this page
Print this page
Send this page
Send this page


 All Tlaxcala pages are protected under Copyleft.