TLAXCALA تلاكسكالا Τλαξκάλα Тлакскала la red internacional de traductores por la diversidad lingüística le réseau international des traducteurs pour la diversité linguistique the international network of translators for linguistic diversity الشبكة العالمية للمترجمين من اجل التنويع اللغوي das internationale Übersetzernetzwerk für sprachliche Vielfalt a rede internacional de tradutores pela diversidade linguística la rete internazionale di traduttori per la diversità linguistica la xarxa internacional dels traductors per a la diversitat lingüística översättarnas internationella nätverk för språklig mångfald شبکه بین المللی مترجمین خواهان حفظ تنوع گویش το διεθνής δίκτυο των μεταφραστών για τη γλωσσική ποικιλία международная сеть переводчиков языкового разнообразия Aẓeḍḍa n yemsuqqlen i lmend n uṭṭuqqet n yilsawen dilsel çeşitlilik için uluslararası çevirmen ağı

 30/09/2020 Tlaxcala, the international network of translators for linguistic diversity Tlaxcala's Manifesto  
English  
 ABYA YALA 
ABYA YALA / Venezuela: Contre qui se bat la révolution?
Date of publication at Tlaxcala: 03/10/2017
Original: Venezuela: ¿Contra quién pelea la revolución?

Venezuela: Contre qui se bat la révolution?

Marco Teruggi

Translated by  Michèle Elichirigoity
Edited by  Fausto Giudice Фаусто Джудиче فاوستو جيوديشي

 

La révolution bolivarienne fait face à un adversaire politique domestique en faillite, sans leaders populaires, avec des élections primaires tristes, solitaires et en phase terminale, des partis à couteaux tirés entre eux, une absence de discours national, des dirigeants dont les incohérences sont condamnées par leur base sociale, des scènes ridicules. Une droite tragi-comique qui ne prête pas à rire avec son solde de morts. Rien que sa tentative d’insurrection d’avril à juillet a fait 159 victimes, sans parler de toutes les formes de violence, avec une prédilection pour le lynchage par le feu de chavistes ou de pauvres.

Ce tableau est une évidence pour tous, à l’intérieur comme à l’extérieur du pays. En premier lieu  pour la droite elle-même qui a concentré son initiative à parcourir l’Europe et les USA pour obtenir- mendier est le mot qui apparaît parfois- des appuis diplomatiques et de plus fortes sanctions économiques. Les résultats sont visibles sur les photos avec Angela Merkel, Emmanuel Macron, Mariano Rajoy, dans les déclarations de Benjamin Netanyahou et, surtout, dans toute l’offensive publique US, qu’il s’agisse de la tournée latino-américaine du vice-président Pence ou des déclarations de Donald Trump.

Le dernier évènement a été le discours de Trump devant l’ONU, où il a qualifié le Venezuela de « dictature socialiste » à classer parmi les « régimes qui sont les fléaux de la planète »,  brandissant la menace de « nouvelles mesures » et appelant à l’action internationale. De nouvelles mesures, c’est-à-dire  de nouvelles attaques,  ce qui signifie  approfondir celles qui ont déjà été prises dans le domaine économique, qui ont pour objectif  d’encercler l’économie vénézuélienne, de la bloquer, et de la pousser à la cessation de paiement.

Des sanctions, cela signifie aussi l’utilisation  de la force. Les déclarations de Trump à propos de la possibilité  d’intervenir  militairement  contre le Venezuela datent d’à peine quelques semaines. Il a été dit que ce ne serait pas comme un film de Captain America  ni comme le débarquement en Irak – du moins est-ce l’hypothèse la plus improbable-  mais il y a des signes qui indiquent que la variable armée est en marche.

En premier lieu,  la nouvelle configuration interne avec l’extension des paramilitaires, des actions comme les assauts lancés contre des casernes, des commandos de jeunes entraînés aux affrontements de rue et au maniement d’armes de fabrication artisanale et d’armes de guerre. Àcombien évaluer ces forces  et leurs possibilités d’action sur le terrain ? Cela reste à voir au cas où cette option serait activée.

En second lieu, des mouvements comme les manœuvres militaires « Amérique Unie » dirigées par les USA, qui doivent avoir lieu dans la zone frontalière entre le Brésil, la Colombie et le Pérou. Une attaque contre le Venezuela pourrait provenir de la frontière amazonienne sud, de la frontière andine- base arrière et tête de pont des paramilitaires- avec la Colombie, de la zone maritime Nord. L’évolution de ces possibilités, lointaines mais de plus en plus proches, est liée aux négociations et pressions exercées sur les gouvernements subordonnés du continent. Avant ses déclarations à l’ONU, Trump avait rencontré les présidents de la Colombie, du Brésil et du Panama. La conspiration est au grand jour.

Les USA ont toutes les variables en main. Elles peuvent être activées selon le cours des évènements,  la nécessité d’influer sur leur développement –l’accélérer, par exemple-  les conditions et les divergences à l’intérieur des facteurs  de pouvoir de l’empire lui-même, ainsi que les alliances économiques, politiques et militaires que Nicolas Maduro pourrait déployer, en particulier avec la Russie et la Chine. Une chose est claire : la révolution se bat contre les USA  et les grandes compagnies pétrolières qui opèrent dans l’ombre. La bataille du Venezuela est une partie du conflit géopolitique mondial.

http://tlaxcala-int.org/upload/gal_17102.jpg

“Si vous me demandez qui est l’ennemi de la paix et de la souveraineté du Venezuela, je vous réponds Mister Trump, mais si vous me demandez quel est le pire ennemi et le plus dangereux pour l’avenir du Venezuela, je vous réponds, moi, la bureaucratie, la corruption, l’indolence, les malfaiteurs et les malfaitrices qui ont des fonctions publiques et ne respectent pas le public (…) ceux qui ont des charges publiques et se consacrent à voler le peuple, c’est contre eux que nous devons mener une bataille sans merci. »

Telles ont été les paroles de Maduro le jour même des déclarations de Trump à l’ONU. Il les a prononcées à la fin de la mobilisation antiimpérialiste qui a eu lieu  à Caracas dans le cadre du sommet de la solidarité internationale. Ce furent les plus applaudies de son discours, signe évident –un de plus-  que la corruption est l’un des débats les plus urgents à l’intérieur de la révolution. Ce n’est pas la première fois que le président l’aborde, elle avait aussi figuré dans son discours devant l’Assemblée Constituante de la Nation (ANC) ces jours derniers.

Il s’agit d’un sujet qui commence à prendre de la place dans la parole publique. Cela est dû à la gravité du problème, à l’urgence, à la complicité des corrompus avec la situation de guerre/crise économique, aux épisodes politiques récents,  en particulier le cas de la Procureure Générale [Luisa Ortega, qui a fui le pays, NdE]. Il ne semble pas possible de trouver une solution à l’actuelle situation économique et politique  sans s’attaquer à la corruption qui semble avoir gagné du terrain  de façon transversale. Elle est présente, par exemple, dans le pouvoir judiciaire, dans la Ceinture Pétrolifère de l’Orénoque, dans l’attribution de devises pour les importations.

Ces cas ont émergé des enquêtes lancées depuis le bureau du nouveau Procureur Tarek William Saab. Le bilan de la situation de ce pouvoir public révèle que, durant dix ans, une mafia s’est constituée en son sein. C’est-à-dire  depuis 2007, alors qu’Hugo Chávez était président et que les principales variables de la révolution étaient en plein développement. Les racines de la corruption sont profondes, elles expliquent en partie pourquoi, par exemple, la production nationale n’a pas réussi à se développement, ou pourquoi  il n’y a pas eu de détentions au cours des trois mois d’insurrection et qu’il a fallu recourir à des jugements militaires.

Plus encore : c’est l’un des points de connexion entre l’ennemi extérieur et l’ennemi intérieur. La stratégie d’attaque économique œuvre pour créer et étendre des foyers de corruption à des secteurs et des territoires centraux de l’économie afin de saboter, freiner et casser. C’est le cas du pétrole, où l’objectif -dans un scénario de bas prix qui se maintient depuis 2014- est l’effondrement de l’industrie à travers la réduction de la production. Dans le cas du Venezuela où le pétrole assure environ 95% du revenu du pays, cela reviendrait à asphyxier encore plus les possibilités économiques pour importer et produire.

C’est là aujourd’hui l’un des principaux fronts de la révolution.  C’est un combat complexe, en raison des ramifications qui existent à l’intérieur de l’Etat, des espaces de direction, car s’attaquer à la corruption signifie déclencher des mouvements à l’intérieur du processus qui, c’est bien connu, sont ensuite utilisés par les USA qui bénissent et protègent les traitres et les corrompus.

La conclusion est qu’il s’agit d’une lutte simultanée : on ne peut combattre sur le front extérieur et geler la lutte interne, laquelle à son tour est liée à la lutte externe. La révolution doit affronter l’empire, la trahison et l’histoire. Chávez l’avait bien dit : ce n’est pas le chemin d’un jardin de roses qui s’ouvre à nous.

 





Courtesy of Venezuela Infos
Source: https://hastaelnocau.wordpress.com/2017/09/21/contra-quien-pelea-la-revolucion/
Publication date of original article: 21/09/2017
URL of this page : http://www.tlaxcala-int.org/article.asp?reference=21687

 

Tags: Révolution bolivarienneVenezuelaAbya Yala
 

 
Print this page
Print this page
Send this page
Send this page


 All Tlaxcala pages are protected under Copyleft.