TLAXCALA تلاكسكالا Τλαξκάλα Тлакскала la red internacional de traductores por la diversidad lingüística le réseau international des traducteurs pour la diversité linguistique the international network of translators for linguistic diversity الشبكة العالمية للمترجمين من اجل التنويع اللغوي das internationale Übersetzernetzwerk für sprachliche Vielfalt a rede internacional de tradutores pela diversidade linguística la rete internazionale di traduttori per la diversità linguistica la xarxa internacional dels traductors per a la diversitat lingüística översättarnas internationella nätverk för språklig mångfald شبکه بین المللی مترجمین خواهان حفظ تنوع گویش το διεθνής δίκτυο των μεταφραστών για τη γλωσσική ποικιλία международная сеть переводчиков языкового разнообразия Aẓeḍḍa n yemsuqqlen i lmend n uṭṭuqqet n yilsawen dilsel çeşitlilik için uluslararası çevirmen ağı la internacia reto de tradukistoj por la lingva diverso

 20/09/2017 Tlaxcala, the international network of translators for linguistic diversity Tlaxcala's Manifesto  
English  
 EUROPE 
EUROPE / La nostalgie et la politique britannique
Date of publication at Tlaxcala: 10/06/2017
Original: Nostalgia and British Politics
Translations available: Español 

La nostalgie et la politique britannique

Gilad Atzmon جيلاد أتزمون گيلاد آتزمون

Translated by  Eve Harguindey

 

Trois jours avant les élections britanniques, The Independent titrait : « La majorité des électeurs britanniques sont d'accord avec l’affirmation de Corbyn que la politique étrangère du Royaume-Uni augmente le risque de terrorisme ».

Ainsi, soixante-quinze pour cent des Britanniques se rendent compte que ce sont ces guerres interventionnistes immorales en Irak, en Syrie, en Afghanistan et en Libye qui ont contribué à la terreur qui hante maintenant leur pays.

Mais les «guerres interventionnistes» ne sont qu'un terme politiquement correct pour désigner les conflits mondiaux activés par Israël et promus par le lobby sioniste mondial: l'AIPAC aux USA, le CRIF en France et le LFI / CFI en Grande-Bretagne. La prochaine question est donc inévitable. Combien de ces Britanniques, qui connaissent évidemment la vérité sur les «guerres interventionnistes» britanniques, comprennent aussi qui déclenche ces conflits génocidaires?

Les résultats des élections britanniques d'aujourd'hui nous fournissent une réponse claire.

Theresa May a été ridiculisée par l'électeur britannique alors que Jeremy Corbyn, qui a été constamment sali par le même lobby qui nous a poussés en Irak, en Libye, en Syrie et même en Iran, est sorti comme le grand gagnant.

La conclusion est inévitable: plus les institutions juives et sionistes (BOD, JC, Mouvement travailliste juif, LFI, etc.) ont dénigré Corbyn et plus les Britanniques l'ont aimé. Plus le Daily Telegraph a pointé les liens de Corbyn avec les soi-disant «négateurs de l'Holocauste», plus les Britanniques l'ont vu comme un véritable être humain et un candidat au poste de Premier ministre tout à fait approprié.



Theresa Je Suis Juif contre Jeremy Tendez l’autre joue

Cela ne devrait pas nous surprendre. C’est exactement la même dynamique qui a conduit à l'élection de Donald Trump aux USA en novembre dernier. Plus les institutions et les médias juifs fustigeaient Trump comme «antisémite», plus les USAméricains le voyaient comme leur libérateur.

La vérité est que Trump est loin d'être un antisémite. Au contraire, il est, comme l'ont souligné certains journalistes juifs, probablement le «premier président juif». Il en va de même pour Corbyn. Il n'est certainement pas «raciste» ni «antisémite». Non, son crime est tout à fait évident: il pense que les juifs sont ordinaires, des gens comme tous les autres. Il refuse d'acheter le mantra du «peuple élu».

Je prévoyais le succès imminent de Corbyn depuis plus de deux semaines maintenant, mais comment l’ai-je su? Simple, la Jewish Chronicle et le Guardian of Judea ont changé de ton. Ils ont commencé à accepter la possibilité que Corbyn puisse bien s'installer au 10 Downing Street pour un certain temps. Ils ont donc décidé de but en blanc de faire ami-ami avec lui.

Corbyn s'est très bien comporté lors de cette élection. Mais il aurait pu gagner en montrant du doigt le lobby et les gens derrière la campagne de diffamation institutionnelle contre lui. Il aurait pu faire ce que Trump a fait et pratiquer ce que la presse juive appelle «siffler ses chiens». Il aurait pu dénoncer les sayanims israéliens au sein de son parti - après tout, les preuves ont été pleinement documentées. Il aurait pu prendre position et défendre ses camarades de parti qui ont été victimes de la purge du Labour juif. Mais il ne l'a pas fait. Corbyn n'est pas Trump. Étant une personne extrêmement gentille, il a tendu l'autre joue - quelque chose que je trouve moi-même frustrant, probablement en raison de mon origine jérusalémite.

Dans mon nouveau livre Being in Time – a Post Political Manifesto (Être à temps, un manifeste postpolitique) je signale que pour les travailleurs, l'utopie n'est qu'une nostalgie. C'était la promesse de Trump de «rendre sa grandeur à l'Amérique » qui a assuré son élection. De même, la popularité de Jeremy Corbyn, un gaucho vieux style qui parle d'une unité qui va au-delà du sectarisme et de la politique d'identité est due à l'impact nostalgique de son message, selon lequel, oui, dans le temps, nous étions unis par La gauche.

Est-ce vraiment un hasard que, en Grande-Bretagne, ce soit le Labour qui gagne du pouvoir en commercialisant la nostalgie tandis que Theresa «conservatrice» May est punie pour sa tentative d’embrigader la  Grande-Bretagne encore plus entre les mains brutales et impitoyables des ténébreux Mammonites de la City et des marchands du Nouvel ordre mondial ?

 





Courtesy of Tlaxcala
Source: http://www.gilad.co.uk/writings/2017/6/9/nostalgia-and-british-politics
Publication date of original article: 09/06/2017
URL of this page : http://www.tlaxcala-int.org/article.asp?reference=20693

 

Tags: Theresa MayJeremy CorbynÉlections Royaume-UniLobby juifLobby sionisteUErope
 

 
Print this page
Print this page
Send this page
Send this page


 All Tlaxcala pages are protected under Copyleft.