TLAXCALA تلاكسكالا Τλαξκάλα Тлакскала la red internacional de traductores por la diversidad lingüística le réseau international des traducteurs pour la diversité linguistique the international network of translators for linguistic diversity الشبكة العالمية للمترجمين من اجل التنويع اللغوي das internationale Übersetzernetzwerk für sprachliche Vielfalt a rede internacional de tradutores pela diversidade linguística la rete internazionale di traduttori per la diversità linguistica la xarxa internacional dels traductors per a la diversitat lingüística översättarnas internationella nätverk för språklig mångfald شبکه بین المللی مترجمین خواهان حفظ تنوع گویش το διεθνής δίκτυο των μεταφραστών για τη γλωσσική ποικιλία международная сеть переводчиков языкового разнообразия Aẓeḍḍa n yemsuqqlen i lmend n uṭṭuqqet n yilsawen dilsel çeşitlilik için uluslararası çevirmen ağı la internacia reto de tradukistoj por la lingva diverso

 18/11/2017 Tlaxcala, the international network of translators for linguistic diversity Tlaxcala's Manifesto  
English  
 UNIVERSAL ISSUES 
UNIVERSAL ISSUES / La sécurité aux frontières, nouveau pactole pour le complexe militaro-industriel
Date of publication at Tlaxcala: 25/02/2017

La sécurité aux frontières, nouveau pactole pour le complexe militaro-industriel

Ben Cramer

 

Sig­mar Gabriel, le nou­veau min­istre alle­mand des Affaires étrangères, déclare ces jours-​ci : «Je ne suis pas opposé à l’objectif des 2%, (du PIB con­sacré à la défense) mais atten­tion, prévient-​il, ‘à ne pas retomber dans le piège d’une course aux arme­ments’. Le min­istre s’interroge à cette occa­sion sur la sit­u­a­tion des États comme la Grèce, ce pays de 11 mil­lions d’habitants qui dépense beau­coup pour son armée (plus de 2% de son PIB et non plus 6% comme dans les années 80).

On le com­prend : il pos­sède davan­tage de chars (1.300 tanks dont 170 Leop­ard 2 alle­mands) que l’Allemagne ou la Grande-​Bretagne, cinq fois plus que la France, et ne parvient pas à payer les retraites de ses conci­toyens. Mais il serait utile de rappeler que la dette, les déficits qui frap­pent la Grèce sont en bonne par­tie dus à des achats d’armes (à prix fort) dont ont bénéficié à ces Européens don­neurs de leçons, comme le souligne Manos Tsal­daris, spé­cialiste des ques­tions de défense.

http://tlaxcala-int.org/upload/gal_15453.jpg

Une facture ("Rechnung") salée...

Le droit à l’information qui est reconnu à tout citoyen grâce à la Con­ven­tion d’Aarhus et qu’il pourra invo­quer pour dénon­cer cer­tains scan­dales n’est d’aucune util­ité pour en savoir davan­tage sur le degré de mil­i­tari­sa­tion dans l’Hexagone. Les infor­ma­tions du min­istère français de la Défense sont absentes du por­tail toutsurlenvironnement, mis en place au béné­fice du citoyen dans le respect de la Con­ven­tion. Pour sat­is­faire la curiosité du lecteur sur l’impact envi­ron­nemen­tal des sites mil­i­taires français, les 1.200 sta­giaires et employés de la Délé­ga­tion à l’information et à la com­mu­ni­ca­tion de la défense (DICoD) seront de peu d’utilité, ne sachant pas dis­tinguer ce qui relève de l’information et …de la com­mu­ni­ca­tion.

À une époque où le com­merce de la banane est mieux régulé que celui des armes légères, il est plus facile de s’informer sur les dif­férents par­adis fis­caux éparpil­lés de-​ci de-​là sur la planis­phère que de con­naître le nom­bre de bases mil­i­taires US et leur emplace­ment (plus de 800 répar­ties dans plus de 70 pays) sans men­tion­ner la quin­cail­lerie qui s’y déploie avec pertes et fra­cas …et les cadences infer­nales des rota­tions du matériel…

http://tlaxcala-int.org/upload/gal_15451.jpg

Au-​delà de la bataille des chiffres

Mais que fait le SIPRI ? La lec­ture des rap­ports du Stock­holm Inter­na­tional Peace Research Insti­tute (SIPRI), créé par Alva Myrdal fut un pas­sage obligé durant la guerre froide. Les don­nées du SIPRI sont-​elles plus ou moins fiables ? On y revien­dra, mais en atten­dant, le lecteur n’apprendra rien sur le pro­gramme d’armement de la Corée du Nord, rien sur celui de l’Iran, des approx­i­ma­tions sur beau­coup d’autres qui ne bril­lent pas pour leur trans­parence ; et pas de sta­tis­tiques sur la haine, ni de cat­a­logue des reven­di­ca­tions des tra­vailleurs de l’armement. Les tableaux, aussi denses que les annu­aires de l’Agence Inter­na­tionale de l’Energie (AIE), per­me­t­tent de repérer les investisse­ments des uns et des autres sur ce marché floris­sant, un marché dont les pro­mo­teurs affichent par­fois un label vert comme lors des Salons du Bour­get, de Farn­bor­ough, Eurosatory, Euron­aval et ailleurs. Des Salons vilipendés régulière­ment par ceux qui récla­ment à la fois (et sans logique) l’interdiction de ces expo­si­tions et une totale trans­parence de la part de la Grande Muette.

L’annuaire du SIPRI, c’est aujourd’hui le pen­dant de Regards sur la Terre, cette col­lec­tion dirigée con­join­te­ment par l’AFD, l’IDDRI et l’institut indien TERI (présidé par Patchauri, l’ex-patron du GIEC). La sor­tie annuelle (au mois de juin) de ce rap­port rythme la vie des chercheurs de tous les think tanks stratégiques dans le monde. Tout ce que vous avez tou­jours voulu savoir sur chaque sys­tème d’armes et par caté­gorie fig­ure dans cet annu­aire pres­tigieux, mais n’exagérons rien. Comme le font remar­quer Jean-​François Guil­haudis et Julien Malizard, il y a matière à ne pas s’en con­tenter, voire à s’en méfier. Car pren­dre en compte les dépenses de défense exige qu’on s’entende sur ce que la défense recou­vre. Ces dépenses devraient inclure toutes les dépenses de sécu­rité, celles qui touchent à la police, à l’anti– ter­ror­isme, à la sécuri­sa­tion des points sen­si­bles à la cyber­sécu­rité, et aussi à ce qui relève désor­mais de «la protection-​militarisation des fron­tières». Et au-​delà.

http://www.vision-box.com/wp-content/uploads/news/2015/05/VB_SITE_News_imagens_460x435px_EUSmartBorders.png 

Une petite entreprise qui ne connaît pas la crise: Vision-Box, premier fournisseur de technologies d'identification électronique aux frontières

Le marché des fron­tières militarisées

Le Transna­tional Insti­tute d’Amsterdam et l’organisation de recherche néer­landaise Stop Wapen­han­del et qui est mem­bre du réseau européen ENAAT ont pub­lié un rap­port sur la manière dont les fab­ri­cants d’armes tirent profit de la crise migra­toire en Europe. Le marché de la sécurité-​aux-​frontières, des ‘smart bor­ders’ ou fron­tières intel­li­gentes explose. Estimé à 15 mil­liards d’Euros en 2015, il pour­rait attein­dre plus de 29 mil­liards d’euros en 2022. Depuis 2002, l’UE a financé 56 pro­jets en matière de sécu­rité et con­trôle aux fron­tières.
Les équipements achetés ou ‘améliorés’ via l’argent du Fond pour les fron­tières extérieures com­pren­nent : 54 sys­tèmes de sur­veil­lance des fron­tières, 22.347 unités d’équipement pour la sur­veil­lance des fron­tières et 212.881 unités d’équipements pour les contrôles.

Le lob­by­ing pour les «smart bor­ders»

Parmi les prin­ci­paux acteurs du com­plexe européen de la sécu­rité, les entre­prises d’armement. Orlando, Thales and Air­bus font par­tie de la bande des qua­tre, les qua­tre prin­ci­paux vendeurs d’armes européens, act­ifs sur le marché du Moyen Ori­ent et d’Afrique du Nord et dont le chiffre d’affaires en 2015 s’élevait à 95 mil­liards d’euros. Orlando et Air­bus ont été les prin­ci­paux béné­fi­ci­aires de con­trats de l’UE pour ren­forcer les fron­tières. Ces indus­triels au-​dessus de tout soupçon ont réussi à capter 316 mil­lions d’euros de sub­ven­tions pour la recherche en matière de sécu­rité, la déf­i­ni­tion des pro­grammes, leur mise en œuvre. Parmi eux, Thales and Safran, ainsi que le géant tech­nologique Indra. Safran est en pre­mière ligne pour rem­porter les appels d’offres et met­tre en place les fichiers de pas­sagers aériens en Europe. Mor­pho, sa filiale sécu­rité, gère déjà deux marchés : celui de la France et celui de l’Estonie. Au dernier salon de Milipol, la société Mor­pho a exhibé l’installation-type d’une fron­tière hyper sécurisée : «Là, c’est une machine de recon­nais­sance par l’iris. Pour le moment, nous en avons surtout ven­du en Asie, mais ça va venir ici . Il présente la porte ‘intel­li­gente’, un sas de verre capa­ble de véri­fier votre iden­tité en moins de 20 sec­on­des, soit deux à trois fois plus vite qu’aujourd’hui, lorsque vous avez affaire à un douanier der­rière son guichet». Pour les portes automa­tiques, out­ils de recon­nais­sance faciale ou d’empreintes dig­i­tales au port de Cher­bourg, à la gare du Nord et à l’aéroport inter­na­tional de Roissy, le citoyen français est redevable à Mor­pho qui a fourni le matériel.

Quant au géant ital­ien de l’armement Fin­mec­ca­nica, qui se dénomme Orlando depuis le 1er jan­vier 2017, il a iden­ti­fié les “sys­tèmes de con­trôle et de sécu­rité aux fron­tières’ comme l’un des prin­ci­paux fac­teurs de développe­ment en ter­mes de com­man­des comme de prof­its.

http://tlaxcala-int.org/upload/gal_15452.jpg

L’Organ­i­sa­tion Européenne de Sécu­rité (EOS) est une autre insti­tu­tion qui mérite le détour et dont le lob­by­ing n’échappe à per­sonne à Brux­elles. Elle com­prend Thales, Orlando, Air­bus, mais pas seulement : on retrouve aussi EADS, ALCATEL-​LUCENT, DASSAULT-​AVIATION, SAGEM, BAE, SAAB..
Offi­cielle­ment, voici ses domaines d’expertise :

La Pro­tec­tion des fron­tières
La Ges­tion des crises – Pro­tec­tion civile – Réponse aux sit­u­a­tions d’urgence
La Pro­tec­tion des infrastructures/​réseaux cri­tiques inter­con­nec­tés
La Sécu­rité des trans­ports de per­son­nes, de fret et de biens
La Sécu­rité des Tech­nolo­gies de l’Information et de la Com­mu­ni­ca­tion (ICT)
Les Com­mon processes, éval­u­a­tion des risques et plan­i­fi­ca­tion des con­tin­gences
La Ges­tion de l’identité (per­son­nes et biens financiers) bio­métrie et traça­bil­ité inclues
L’Image opéra­tionnelle com­mune (COP) per­ti­nente, fusion des don­nées, intel­li­gence et sur­veil­lance.

Le contrôle de l’immigration européenne entre les mains des lobbies

De gauche à droite, Antonio Tajani, Commissaire européen à l'l'Industrie, Cecilia Malmström, Commissaire à l'Intérieur, Lorenzo Mariani, directeur de Selex et  Luigi Rebuffi, Président d'EOS

Le rap­port du TNI illus­tre cette con­ver­gence crois­sante entre les lead­ers poli­tiques européens qui cherchent à mil­i­tariser les fron­tières et les prin­ci­paux con­trac­tants en matière de défense et de sécu­rité qui four­nissent ce ‘ser­vice’. ll ne s’agit pas seule­ment de con­flits d’intérêt ou de prof­i­teurs de la crise, il s’agit de la direc­tion que prend l’Europe en ce moment cri­tique.
Pour revenir aux rap­ports du SIPRI, qui zap­pent les mon­tants du bud­get chi­nois pour la sécu­rité intérieure, alors qu’il est supérieur au bud­get (offi­ciel) de la défense, on peut se deman­der pourquoi ces lacunes ne sont pas encore comblées alors même que l’étude des dépenses est cen­sée suivre l’évolution du con­cept de sécu­rité, ne serait-​ce que pour être en phase avec la réalité.

Il serait utile de dif­férencier les dépenses qui relèvent de la sécu­rité stricto sensu et celles qui sont généra­tri­ces d’insécurité. Celles qui peu­vent être con­sid­érées comme insup­port­a­bles dans la durée pour le pays qui y con­sent. Mais le prob­lème de ce type de dépenses n’est même pas posé. Last but not least, l’annuaire SIPRI se car­ac­térise par une absence de chiffres relat­ifs aux dépenses occa­sion­nées en faveur de la paix, de la sécu­rité inter­na­tionale et du désarme­ment (déman­tèle­ment des sous-​marins nucléaires, destruc­tion des stocks d’armes chim­iques, dépol­lu­tion des sites militaires…).

On peut regret­ter que ne soient pas incluses non plus dans les rap­ports du SIPRI les dépenses rel­a­tives à la sécu­rité envi­ron­nemen­tale ou la sécu­rité climatique.

Le reg­istre de l’ONU et les agences de l’ONU

Le reg­istre de l’ONU mis en place depuis 1992 est d’utilité plutôt restreinte si ce n’est pour savoir ce que les offi­ciels, cer­tains d’entre eux, veu­lent bien trans­met­tre ; d’ailleurs, le nom­bre d’États qui four­nissent volon­taire­ment leurs don­nées est passé de 86 États en 2011 à 52 États en 2012. Pour la zone du Moyen-​Orient, c’est zéro. Tout un sym­bole.

Les agences onusi­ennes sont hélas d’un recours lim­ité. L’UNESCO ? Elle a tou­jours pour devise : ’Les guer­res prenant nais­sance dans l’esprit des hommes, c’est dans l’esprit des hommes que doivent être élevées les défenses de la paix’. Mais au fil des chan­tages et boy­cotts US, l’agence de la Place Fontenoy (Paris) a enterré sa divi­sion Paix et droits de l’homme. L’UNESCO ne pub­lie plus le moin­dre doc­u­ment sur les dégâts envi­ron­nemen­taux liés à la guerre. Elle a enterré il y a belle lurette la paru­tion du UNESCO Year­book on Peace and Con­flict Stud­ies, qui fit con­naître des experts comme Tromp de l’institut de Polé­molo­gie de Gronin­gen.

Peut-​on se fier à l’Organisation Mon­di­ale de la Santé (OMS) ? À défaut de se mobiliser pour financer une étude sur l’impact (san­i­taire) de l’uranium appau­vri (U238), ce qui est attendu d’elle depuis 2001, l’OMS pour­rait s’enorgueillir de faire con­naître les réflex­ions de Franco Fornari dans Psy­ch­analyse de la sit­u­a­tion atom­ique, (paru chez Gal­li­mard, 1972) ; ou dif­fuser et traduire (en français) l’ouvrage Krieg als Krankheit (La guerre comme mal­adie) rédigé par le pédi­a­tre orig­i­naire de Bohême, Emil Flusser. Sorti en 1932, pré­facé par Albert Ein­stein, l’ouvrage a été brûlé par les nazis qui ont expédié l’auteur et sa famille dans les camps. Six exem­plaires ont échappé aux flammes.

Les dépenses mil­i­taires par rap­port à quoi ?

Pour com­pren­dre les chiffres, et les inter­préter, il vaut mieux dis­poser d’éléments de com­parai­son. Or, pour dis­poser d’éléments com­para­t­ifs entre les dépenses mil­i­taires et celles des­tinées à l’éducation, la santé, à l’environnement, (par exem­ple), il n’existe pas grand-​chose à se met­tre sous la dent. Au Pak­istan, où le bud­get de la défense dépasse les bud­gets de l’éducation et de la santé réu­nis, un dirigeant avait déclaré dans les années 1980 et sans rou­gir de honte que ses citoyens seraient prêts à manger de l’herbe pour accéder au statut nucléaire.

Récem­ment, un par­lemen­taire déclarait sous forme de boutade que la meilleure façon de sor­tir son pays de la mis­ère serait que chaque mère donne nais­sance à un général.

Il y a sou­vent matière à com­parer : un can­di­dat à la Maison- Blanche a déclaré la morale en ban­doulière qu’il est aber­rant d’ouvrir des infirmeries en Afghanistan quand on les ferme à la mai­son (at home). Mais le décalage dans les pri­or­ités est vis­i­ble dans d’autres domaines : le prix payé par Wash­ing­ton pour instru­ire et for­mer l’armée afghane, soit 26 mil­liards de dol­lars, est l’équivalent du pactole (esti­ma­tion) qu’il faudrait rassem­bler pour rac­corder aux ser­vices énergé­tiques 2 mil­liards de ter­riens privés d’électricité. Cela représente 26 fois le mon­tant évalué par l’OMM pour met­tre à niveau les ser­vices météorologiques des États africains priés d’anticiper les effets du dérè­gle­ment climatique.

Comme le rap­pelait le patron du PNUD, Kemal Dervis : ‘Le monde dépense grosso modo chaque année 90 mil­liards d’euros pour l’aide au développe­ment et 900 mil­liards pour ses arme­ments. Cela n’a pas de sens, même dans une optique sécu­ri­taire’. Il avait ajouté ‘Aujourd’hui, vous pou­vez rajouter des avions de com­bat et des mis­siles, vous ne com­bat­trez pas les vrais fléaux de l’humanité que sont le ter­ror­isme, les pandémies et le réchauf­fe­ment cli­ma­tique» (Inter­view au quo­ti­dien Le Monde,  10 juil­let 2007). Com­parer pour mieux évaluer, c’est ce qu’avait entre­pris de faire outre-​Atlantique l’économiste Ruth (Leger) Sivard dans les années 1970 lorsqu’elle dirigeait le ser­vice d’information de l’Arms Con­trol and Dis­ar­ma­ment Agency, l’agence créée en sep­tem­bre 1961 et qui dis­posa en 1975 d’un bud­get de 10 mil­lions de dol­lars. Ses rap­ports annuels com­para­ient, au grand dam du Sénat et du Con­grès, le beurre et les canons. Con­trainte de démis­sion­ner, elle pour­suivit son tra­vail en dehors de l’institution et pub­lia à son pro­pre compte, «Dépenses mil­i­taires et sociales mon­di­ales». Avant même de se voir grat­i­fiée en 1991 du prix UNESCO de l’Éducation pour la Paix le tra­vail de Ruth Sivard de 1981 à 1991 servira de manuel aux mou­ve­ments de paix outre-​Atlantique et en Europe et fut traduit en une dizaine de langues.

Et en France ? Les autorités n’ont pas donné suite à la propo­si­tion dès 2003 (de Pas­cal Boni­face) d’un Obser­va­toire cal­cu­lant le ratio chez les pays dits dévelop­pés entre les dépenses mil­i­taires et l’Aide Publique au Développe­ment (APD), ce qui n’a pas empêché notre min­istre des Affaires Étrangères Fabius de clamer que le quai d’Orsay est un min­istère de la paix ; et ce qui n’empêche pas cer­tains de nos com­pa­tri­otes d’être ten­tés de con­fon­dre aide mil­i­taire et aide publique au développe­ment

http://tlaxcala-int.org/upload/gal_15449.jpg

 http://tlaxcala-int.org/upload/gal_15450.jpg





Courtesy of Athena21
Source: http://www.athena21.org/securite-ecologique/decroissance-militaire/171-le-sipri-depasse-par-la-soif-de-militarisation
Publication date of original article: 21/02/2017
URL of this page : http://www.tlaxcala-int.org/article.asp?reference=19980

 

Tags: Militarisation des frontièresFRONTEXUEropeComplexe militaro-industrielSIPRITNIONUIndustrie militaireEOS
 

 
Print this page
Print this page
Send this page
Send this page


 All Tlaxcala pages are protected under Copyleft.