TLAXCALA تلاكسكالا Τλαξκάλα Тлакскала la red internacional de traductores por la diversidad lingüística le réseau international des traducteurs pour la diversité linguistique the international network of translators for linguistic diversity الشبكة العالمية للمترجمين من اجل التنويع اللغوي das internationale Übersetzernetzwerk für sprachliche Vielfalt a rede internacional de tradutores pela diversidade linguística la rete internazionale di traduttori per la diversità linguistica la xarxa internacional dels traductors per a la diversitat lingüística översättarnas internationella nätverk för språklig mångfald شبکه بین المللی مترجمین خواهان حفظ تنوع گویش το διεθνής δίκτυο των μεταφραστών για τη γλωσσική ποικιλία международная сеть переводчиков языкового разнообразия Aẓeḍḍa n yemsuqqlen i lmend n uṭṭuqqet n yilsawen dilsel çeşitlilik için uluslararası çevirmen ağı

 26/01/2020 Tlaxcala, the international network of translators for linguistic diversity Tlaxcala's Manifesto  
English  
 UNIVERSAL ISSUES 
UNIVERSAL ISSUES / Mohamed VI a misé sur Hillary Clinton: 12 millions de $ pour renforcer leurs relations
Sept entreprises et banques marocaines parmi ses donateurs
Date of publication at Tlaxcala: 28/10/2016
Original: La apuesta de Mohamed VI por Clinton: once millones para afianzar su relación
Siete empresas y bancos marroquíes entre sus donantes


Mohamed VI a misé sur Hillary Clinton: 12 millions de $ pour renforcer leurs relations
Sept entreprises et banques marocaines parmi ses donateurs

Ignacio Cembrero

Translated by  Fausto Giudice Фаусто Джудиче فاوستو جيوديشي

 

Elle était "un allié qui sera difficile à remplacer". Quand en février 2013 Hillary Clinton a cessé d'être secrétaire d'État, l'ambassade du Maroc à Washington a envoyé un câble à Rabat déplorant son départ du Département d'État. Le document diplomatique marocain a été dévoilé à l'automne 2014 par un gazouilleur anonyme, ainsi que de nombreux autres documents secrets.

Mohamed VI avec Hillary Clinton lors de la présentation du projet de méga-centrale solaire Noor à Ouarzazate, en Novembre 2009 (Reuters)

Hillary et son mari, l'ancien président US, entretiennent depuis des années  une relation étroite avec la famille royale marocaine, qui s'est manifestée, en 2002, parleur participation aux noces du roi Mohamed VI. "Le roi m'a dit qu'il considère la secrétaire d'État comme membre de la famille (...)", a dit une fois le conseiller royal Taieb Fassi Fihri.

Avant et après les noces royales, il y a eu  d'autres gestes et paroles de louange pour le monarque alaouite, le Maroc et ses initiatives au cours du «printemps arabe» ou par rapport au Sahara occidental. Jamais un chef de la diplomatie US n' avait salué, par exemple, en des termes si forts la proposition marocaine d'autonomie pour résoudre le conflit dans l'ancienne colonie espagnole. Elle l'a décrite en 2011 à Washington comme "sérieuse, réaliste et crédible".

L'ancien président Bill Clinton a commencé en mai 2015, son discours à Marrakech en soulignant la "longue amitié" -qui remonte à 1999 – du Maroc et de son roi avec «ma famille et les USA". Il inaugurait par ces mots l'édition annuelle de la Clinton Global Initiative (CGI), organisé par la fondation qui porte le nom du couple démocrate. La CGI est un forum qui rassemble "des dirigeants mondiaux pour imaginer et à développer des solutions aux défis mondiaux les plus pressants" en Afrique et au Moyen-Orient.

Rien d'étonnant, donc, à ce que, lorsque Hillary Clinton avait envisagé de tenir la conférence au Golf Palace Palmeraie de Marrakech  en mai 2015, le souverain alaouite se soit montré disposé à la soutenir. La course à la présidence était en train de démarrer aux USA et Hillary Clinton pouvait être la gagnante.

4 000 courriels fuités

Une fuite de 4000 courriels par WikiLeaks vient d'éclaircir partiellement la manière dont la relation entre le monarque et l'ancienne secrétaire d'État s'est déroulée et les sommes d'argent qui ont été transférées: 12 millions de dollars (11 millions d'Euros). Alors que la campagne présidentielle entrait dans sa dernière ligne droite, le paquet de courriels divulgués a eu un énorme écho aux USA, et aussi au Maroc, mais en Espagne, la presse l'a ignoré.

« C’était l’idée de HRC (Hillary, ndlr), notre bureau a approché les Marocains, et ils croient à 100 % qu’ils font cela à sa demande. Le roi a personnellement engagé environ 12 millions de dollars à la fois pour la dotation et pour soutenir le meeting (…) Elle a créé ce gâchis et elle le sait »

"Le roi a promis de [fournir] 12 millions de $ pour la dotation et le soutien de la réunion" de la  CGI à Marrakech, a écrit dans un courriel, en janvier 2015, Huma Abedin, conseillère de Hillary Clinton, à John Podesta, aujourd'hui à la tête de la campagne électorale dela candidate démocrate. Ce fut Hillary en personne qui s'est employée à la tenue de la réunion au Maroc en mai de  l'année dernière après avoir écarté d'autres options.

En échange de leur aide, les Marocains ont simplement demandé qu'Hillary Clinton participe personnellement à la rencontre. "C'est elle qui a créé ce gâchis et elle le sait", se plaint Huma Abedin dans son courriel. Bien qu'elle ait promis de le faire, l'ancien secrétaire d'État ne s'est pas rendue à Marrakech – elle était en campagne au Nevada et en Californie à ces dates - mais elle a envoyé au Maroc son mari, Bill Clinton et leur fille Chelsea.

Hillary Clinton salue le ministre Taieb Fassi Fihri au Département d'État à Washington, en mars 2011 (Reuters).

Sept entreprises et banques marocaines

Il est difficile de savoir si, finalement, la Fondation Clinton a obtenu le montant promis pour l'organisation de l'événement dans la «ville ocre» comme les brochures touristiques décrivent  Marrakech. L'Office Chérifien  des Phosphates (OCP), la plus grande entreprise publique marocaine, est parmi les donateurs de Clinton, avec une somme comprise entre cinq et dix millions de dollars, tandis que d'autres entités marocaines (Akwa Group et la Confédération générale des entreprises du Maroc) ont déboursé entre 500 000 et un million de $, selon l'analyse détaillée du journal marocain en ligne Le Desk.

Dans le peloton de queue des bienfaiteurs de Clinton se trouvent la BMCE Bank, le Crédit Agricole du Maroc, la Banque Centrale Populaire et Attijariwafa Bank, une banque intégrée dans la holding de la famille royale marocaine (Société Nationale d'Investissement). Le New York Times rapporte même que le monarque avait financé la Fondation Clinton avec un demi-million de dollars, mais l'institution l'a démenti.

Hillary Clinton et son entourage ont refusé de confirmer l'authenticité des documents publiés par WikiLeaks, mais ils n'ont pas non plus démenti les informations révélées. Son rival républicain, Donald Trump, en a de nouveau profité pour attaquer la candidate démocrate alors que certains médias US - pas seulement la chaîné conservatrice Fox News – ont mis en doute l'éthique des Clinton. Le prestigieux journaliste Bob Woodward (Watergate), a même accusé lundi la Fondation Clinton d'être «corrompue».

 





Courtesy of Tlaxcala
Source: http://www.elconfidencial.com/mundo/2016-10-27/elecciones-estados-unidos-2016-mohamed-vi-marruecos-clinton-once-millones-sahara-occidental_1280398/
Publication date of original article: 27/10/2016
URL of this page : http://www.tlaxcala-int.org/article.asp?reference=19215

 

Tags: Hillary ClintonFondation ClintonMohamed VIEmails PodestaWikiLeaksCorruption par MakhzenMarocSahara occidental occupéUSAÉlection présidentielle US 2016
 

 
Print this page
Print this page
Send this page
Send this page


 All Tlaxcala pages are protected under Copyleft.