TLAXCALA تلاكسكالا Τλαξκάλα Тлакскала la red internacional de traductores por la diversidad lingüística le réseau international des traducteurs pour la diversité linguistique the international network of translators for linguistic diversity الشبكة العالمية للمترجمين من اجل التنويع اللغوي das internationale Übersetzernetzwerk für sprachliche Vielfalt a rede internacional de tradutores pela diversidade linguística la rete internazionale di traduttori per la diversità linguistica la xarxa internacional dels traductors per a la diversitat lingüística översättarnas internationella nätverk för språklig mångfald شبکه بین المللی مترجمین خواهان حفظ تنوع گویش το διεθνής δίκτυο των μεταφραστών για τη γλωσσική ποικιλία международная сеть переводчиков языкового разнообразия Aẓeḍḍa n yemsuqqlen i lmend n uṭṭuqqet n yilsawen dilsel çeşitlilik için uluslararası çevirmen ağı la internacia reto de tradukistoj por la lingva diverso

 12/12/2017 Tlaxcala, the international network of translators for linguistic diversity Tlaxcala's Manifesto  
English  
 CULTURE & COMMUNICATION 
CULTURE & COMMUNICATION / Spotlight ou le pouvoir du journalisme d’investigation
Date of publication at Tlaxcala: 08/04/2016
Translations available: Deutsch  Italiano  English  Español 

Spotlight ou le pouvoir du journalisme d’investigation

Rim Ben Fraj ريم بن فرج

 

“C’est très difficile de dire non à Dieu“, explique la victime d’un prêtre “pédophile” interviewée par une journaliste du Boston Globe faisant partie de l’équipe d’enquête Spotlight, qui donne son titre  au film de Tom Mc Carthy sorti en salles ce 27 janvier 2016 aux USA et qu’on peut voir aux quatre coins de la Grande bleue.

Un impeccable film hollywoodien qui reconstitue le plus fidèlement possible l’enquête au long cours menée par ces journalistes sur un sujet très sensible: la protection offerte pendant une trentaine d’années par le cardinal-archevêque de Boston, Bernard Law, aux prêtres de son diocèse auteurs d’abus sexuels sur des enfants. Si les journalistes de Spotlight ont obtenu en 2003 le Prix Pulitzer pour leur enquête, le film les mettant en scène a raflé 9 prix à ce jour, à commencer par l’Oscar du meilleur film, et en décrochera sans doute d’autres, notamment au Festival de Cannes.

La religion et le sexe, deux thèmes tabous qui, c’est bien connu, n’ont rien à voir l’un avec l’autre. Et chaque fois qu’ils se rencontrent, le résultat est explosif.

Le monde “civilisé”, qui est tellement choqué par la barbarie primitive du “Jihad alnnikah “ de “l'État islamique”, a beaucoup de mal à regarder en face ses propres turpitudes, comme par exemple ce qu’on appelle à tort les prêtres pédophiles. Pédophile veut dire "qui aime les enfants"; or, ces prêtres qui abusent d'enfants, garçons et:ou filles, allant des attouchements aux viols avec pénétration parfois suivis de meurtre, ne le font pas parce qu'ils aiment les enfants, mais uniquement parce qu'ils savent pouvoir profiter des plus faibles et vulnérables. Ces prédateurs sont des pédocriminels, point barre. SNAP, l’association de victimes d’abus commis par des prêtres, compte aujourd’hui plus de 12 000 membres dans 56 pays, ce qui donne une idée de l’ampleur du phénomène, qui n’a donc rien de marginal.

Tout comme l'État islamique qui manipule des jeunes Arabes démunis pour les recruter au Jihad, ces prêtres s’en prennent aux plus pauvres et marginalisés dans la société pour en tirer profit. “Quand on est pauvres à Boston la religion  joue un rôle très important dans notre vie… Les prêtres repèrent les plus pauvres et les plus vulnérables comme victimes pour s’assurer qu’ils diront rien”.

Les révélations du Boston Globe à partir de janvier 2002 ont eu un véritable effet boule de neige et conduit à des révélations d’affaires similaires dans le monde entier, et pas seulement dans l'Église catholique, mais dans toutes les églises et, plus généralement, les organisations regroupant des enfants sous l’autorité d’adultes.

Comme le montre le scandale qui agite actuellement l'Église catholique de France, avec l’affaire du cardinal-évêque de Lyon Mgr. Barbarin, la haute hiérarchie s’est généralement comportée comme celle de Boston, en appliquant les règles de l’omertà, la loi du silence de la mafia sicilienne. Le Boston Globe a brisé cette loi et donné l’exemple.

http://tlaxcala-int.org/upload/gal_13183.jpg

Une leçon de journalisme

Spotlight devrait entrer dans les programmes d’enseignement de toutes les écoles de journalisme et formations aux médias citoyens. Tout d’abord, les journalistes de Spotlight ne sont pas des supermen ou superwomen, mais des Bostoniens ordinaires amateurs de base-ball. Ensuite, ce sont des bosseurs et des bosseuses qui pratiquent la journée de travail de 15 heures et ne fréquentent les cafés que pour y rencontrer des témoins. Ils sont habités par un seul souci : rechercher la vérité. Mais cela ne leur fait jamais oublier qu’ils doivent veiller à la protection de leurs sources, à commencer par les victimes qui acceptent de témoigner, et auxquelles ils manifestent une empathie qui n’est pas feinte. Et ils savent être patients, prendre leur temps et s’adapter aux temps de leurs sources. Ils sont conscients que la publication prématurée de résultats partiels de l’enquête pourrait ruiner les efforts pour découvrir toute l’étendue de l’affaire. Ainsi, ce qui était au départ une enquête sur un prêtre criminel s’étend à 7, puis 13, puis 90 prêtres dans le seul diocèse de Boston, qui ont fait plus de 1 000 victimes.

En publiant ses révélations, dans plus de 600 articles en un an, le Boston Globe a montré que la force de ce quatrième pouvoir que sont les médias peut venir d’autre chose que du scoop, du buzz, du scandale à tout prix, mais plutôt de la parole des plus faibles, des sans-voix et ce faisant, il a pu gagner une bataille contre ce deuxième pouvoir redoutable qu’est l'Église catholique à Boston, où les catholiques constituent pratiquement la moitié de la population. Mais cette bataille ne concerne pas que les catholiques.

Partout où les pauvres survivent dans l’ignorance, leurs enfants sont une proie de choix pour les prédateurs assoiffés de pouvoir qui abusent d’eux et les réduisent au silence au nom d’une entité supérieure, en général un Dieu. La leçon de Boston a donc une portée universelle.

Une version modifiée de cet article a été publiée sur le site Nawaat

 





Courtesy of Nawaat
Source: http://nawaat.org/portail/2016/04/04/spotlight-ou-le-pouvoir-du-journalisme/
Publication date of original article: 04/04/2016
URL of this page : http://www.tlaxcala-int.org/article.asp?reference=17658

 

Tags: SpotlightBoston GlobeJournalisme d'investigationPrêtres pédocriminelsÉglise catholiqueTom McCarthy Cinéma USHollywood
 

 
Print this page
Print this page
Send this page
Send this page


 All Tlaxcala pages are protected under Copyleft.